Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 mars 2019
| Deux corps sans vie découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité4 mars 2019
|Un policier tire à bout portant faisant trois morts dans un bistrot de Gatumba

Burundi - Sécurité 2 mars 2019
|Encore des nouveaux corps sans vie signalés sur le lac Rweru

Burundi - Sécurité Routière1er mars 2019
|Un élève tué lors d’un accident de roulage !

Burundi - Somalie - Sécurité28 février 2019
|Des militaires burundais en Somalie entre le marteau et l’enclume

Burundi - Sécurité27 février 2019
|Un cadre de l’Etat arrêté par le service national des renseignements

Burundi - Sécurité26 février 2019
|Un sexagénaire tué dans le Sud Est du pays

Burundi - Sécurité 25 février 2019
|Cinq personnes sans vie repêchées flottant sur le lac Rweru

Burundi – Sécurité 23 février 2019
|La police de Kayanza lance un cri d’alarme !

Burundi - Sécurité22 février 2019
|Des policiers appréhendés pour torture d’un homme d’âge avancé

Burundi - Sécurité21 février 2019
|Un père tue son fils dans une bagarre

Burundi - Sécurité 20 février 2019
|Deux membres du parti Cnl interpellés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 19 février 2019
|Un quadragénaire tué à la machette en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité18 février 2019
|Des armes saisies ce weekend par la police

Burundi - Sécurité16 février 2019
|Quand des policiers deviennent sources d’insécurité !

Burundi - Sécurité15 février 2019
|Un homme passe de vie à trépas dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 14 février 2019
|Une attaque à main armée en zone Ngagara !

Burundi - Sécurité 13 février 2019
|Le ministère de la sécurité publique dresse un bilan des accidents de roulage !

Burundi - Tanzanie –Sécurité 12 février 2019
| Quand les mineurs du sud du pays sont vendus aux enchères en Tanzanie !

Burundi - Sécurité11 février 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité9 février 2019
|Le ciel de plus en plus fâché contre le Burundi

Burundi - Sécurité8 février 2019
|La tension monte entre les chauffeurs de taxis-vélos et les policiers

Burundi - Sécurité7 février 2019
|Les chauffeurs de taxis vélos réagissent à l’assassinat de leur collègue

Burundi - Sécurité6 février 2019
|Une fête de l’Unité nationale peu tendre pour les conducteurs de taxis-vélos

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

5 février 2019

Cibitoke, le 5 février 2019 (Net Press) . Une femme du nom d’Espérance Manirampa, âgée d’une cinquantaine d’années, a été tuée à l’aide d’un gourdin dans la soirée de ce 4 février par son fils, Daniel Isirabahenda, à la sous-colline Mikashu, (secteur de Rugeregere, commune de Rugombo).

Des sources policières indiquent que la victime était accusée de sorcellerie par son fils. Elles précisent qu’après ce meurtre, l’auteur s’est rendu au poste de police de cette entité où il a informé du forfait qu’il venait de commettre. Le parquet de Cibitoke explique que le dossier sera traité en flagrance.

Par ailleurs, des activistes des droits de l’homme informent que des allégations de violations et des violations des droits de l’homme ont été enregistrées la semaine dernière et qu’au moins 8 personnes ont été tuées au moment où 2 autres ont été torturées. Selon les mêmes informations, 6 personnes ont été arrêtées arbitrairement et l’on a enregistré 2 cas de violations basées sur le genre. Parmi les victimes, figurent 2 femmes tuées.

Les jeunes proches du parti de l’Aigle ainsi que des forces de défense et de sécurité sont pointés du doigt par ces militants des droits de l’homme comme étant les auteurs présumés de la plupart de ces violations des droits humains. Enfin, des jets de grenade et des actes d’intimidations ont été enregistrés.

Burundi - Administration

Une drôle d’administration dans la province de Cibitoke

Cibitoke, le 5 février 2019 (Net Press) . Cette drôle d’administration se passe dans la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays, où le gouverneur, Joseph Iteriteka, s’est accaparé d’un véhicule du projet "Mpore" qui était utilisée dans l’assistance des victimes des violences basées sur le genre.

Financé par la banque mondiale, ce projet est géré par la direction de l’hôpital de Cibitoke qui abrite les différents bureaux du projet. Des sources sur place indiquent le véhicule servait de moyen de déplacement lorsqu’il fallait intervenir dans différents coins de la province où des cas de violence étaient signalés.

En plus, selon toujours les mêmes sources d’information, c’est ce même véhicule qui transportait les personnes qui rentraient chez elles après les soins », affirme, perplexe un habitant du chef-lieu de Cibitoke, consterné par le comportement du premier lieutenant de cette province.

Selon des sources à Cibitoke, Joseph Iteriteka a usé de ses pouvoirs de gouverneur pour récupérer de force cette camionnette car son véhicule avait eu un accident. Ne pouvant pas le lui refuser, le personnel du projet "Mpore" utiliserait dorénavant l’ambulance de l’hôpital comme moyen de transport.

Un employé de ce projet en colère qui a requis l’anonymat a révélé qu’il ne parvient pas à comprendre comment des policiers, des psychologues et des magistrats se déplacnt dans une ambulance dans l’exercice de leur mission. Il souhaiterait ardemment que le gouverneur, en tant que garant de l’ordre public de la province, de remettre le véhicule.

Burundi - Economie

Le groupe Bad toujours au chevet du Burundi !

Ngozi, le 5 février 2018 (Net Press) . Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience lundi le 4 février 2019, au palais de Ngozi, une délégation des administrateurs de la banque africaine de développement (Bad) qui étaient en visite au Burundi.

Au terme de cette rencontre, le chef de délégation, René Obam Nlong, en même temps directeur exécutif de la Bad pour le Burundi, le Congo, la République centrafricaine, le Tchad et la République Démocratique du Congo, a révélé à la presse que leurs échanges se sont focalisés sur les domaines de financement de la Bad qui sont notamment les infrastructures sociales, l’éducation, l’énergie, les feux tricolores.

Obam Nlong a fait savoir qu’ils ont également échangé sur les modalités de financement du Plan National de Développement 2018-2027 élaboré par le Burundi, en se conformant aux objectifs de développement durable.

Burundi - Anniversaire

28ème anniversaire de l’Unité des Barundi

Bujumbura, le 5 février 2019 (Net Press) . Le 5 février de chaque année au Burundi est un jour chômé et payé et pour cause, c’est l’anniversaire de l’Unité nationale dont la charte a été signée en date du 5 février 1991, après plusieurs semaines, voire des mois de discussions entre politiciens de tendances politiques et ethniques différentes.

Malgré cette signature, l’on sentait que même les initiateurs de cette charte n’y croyaient que du bout des lèvres. Pour preuve, juste après, une attaque a eu lieu au Nord de la capitale, laissant croire que l’Unité à la Buyoya n’avait pas du tout réussi. Quelques années plus tard, un monument de l’unité fut érigé et pour la manifester, des gens se prenaient les bras qu’ils balançaient en chantant.

Avec la victoire du Cndd-Fdd, celui qui était son président à l’époque, Hussein Radjabu, ne se donnait même pas la peine de donner ses bras à ceux qui étaient debout tout près de lui. Dans son entendement, la balançoire de l’Unité ne signifiait rien, mais également il voulait observer des règles d’hygiène.

Actuellement, les Burundais sont tellement préoccupés par la cherté de la vie qu’ils ne se souviennent même pas de la date du 5 février. Mais du côté des politiques, l’on a maintenu cette journée et c’est dans ce contexte que le président de la République, Pierre Nkurunziza, s’est adressé à la nation ce 4 février 2019.

Burundi - Famine

La province de Kirundo menacée de famine

Kirundo, le 5 février 2019 (Net Press) . Selon des informations en provenance de la province de Kirundo, la famine menace tellement cette région que ses ressortissants se voient obligés d’aller sous d’autres cieux à la recherche d’un léger mieux. Celle-ci est causée par une rareté de la pluie qui y a toujours été observée chaque fois au début de l’année.

La commune Busoni de cette province est la plus menacée et il n’est pas rare de voir que des enfants abandonnent leurs études à cause de cette famine. Les autorités de cette province, tout comme des membres du gouvernement, demandent qu’une aide d’urgence soit accordée aux populations de Kirundo.

Revue annuelle de la presse, décembre 2018 (Suite et fin)

21 décembre 2018

Retrait de 1.000 militaires burundais de l’Amisom depuis février 2019. L’on apprend que le contingent burundais en mission en Somalie sera "amputé" de 1.000 militaires à partir de la fin du mois de février 2019. C’est ce qu’a fait savoir la commission de l’Union africaine qui l’a annoncé dans sa correspondance de ce 19 décembre 2018. En effet, cela fait partie d’une décision conjointe de l’Union africaine et de l’Onu de réduire les effectifs des militaires en mission de paix dans ce pays, selon la résolution 2431 prise en 2018. Rappelons que le Burundi avait jusqu’à présent 5.400 militaires dans ce pays, aux côtés de l’Ouganda et du Kenya.Une certaine opinion se pose la question de savoir pourquoi notre pays est le seul pays à avoir été frappé par une telle mesure qui, de surcroit, vient de la commission de l’Union africaine. Il y en a qui y voient un éventuel lien entre les relations délétères entre le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat et le Burundi. Au cas où cette inquiétude de l’opinion serait avérée, le Burundi serait le seul pays à être chassé, à long terme, de cette mission, ce qui aggraverait davantage la situation économique déjà fragile dans laquelle se trouve le Burundi. L’on se souviendra que le gouvernement prélève des montants sur les salaires des militaires en Somalie, en plus de la location des matériels utilisés par ces soldats, ce qui générait des devises qui manquent beaucoup aujourd’hui.

22 décembre 2018

Les prostituées malvenues dans la province de Bubanza. Selon des informations en provenance de cette province du Nord Ouest du pays, les prostituées, qui deviennent de plus en plus nombreuses, constituent la bête noire pour les populations masculines de cette entité administrative. En effet, outre qu’elles transmettent les différentes maladies sexuellement transmissibles, elles contribuent également à la dislocation des familles. On rappellera que cette province souffrait déjà de cette décomposition des familles depuis que la demoiselle Eusébie Ngendakumana y a implanté ses croyances, poussant plusieurs femmes à la suivre dans son exil en République démocratique du Congo. Les hommes, ne sachant pas où se trouvent leurs femmes, avaient décidé de prendre d’autres épouses, ce qui a causé des difficultés quand les femmes légales sont rentrées, presque trois ans plus tard. Voilà donc, cette province n’avait pas encore réglé le problème des dislocations antérieures que des prostituées viennent ajouter le drame au drame, pour emprunter l’expression d’un ancien dignitaire. Il semble que l’administration, en collaboration avec la police envisagent de les traquer et de les incarcérer dans toutes les communes de cette localité.

24 décembre 2018

Elections : Des réfugiés Congolais fuient vers le Burundi ... Il s’observe depuis 3 jours des mouvements des réfugiés congolais qui fuient massivement vers la frontière congolo - burundaise, dans la localité de Ruhwa, en commune Rugombo, en province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays. Selon des informations en provenance de la localité, ils fuient les probables tensions qui pourraient surgir après les prochaines élections du 30 décembre 2018 . Ces réfugiés affirment qu’ils ont peur de la violence post électorale copiée à celle du Kenya et la Côte d’Ivoire et jure sur tous les toits qu’ils vont retourner en République démocratique Congo après les élections présidentielles. Des sources policières affirment qu’en environ 1.000 Congolais franchissent la frontière pour se réfugier en Commune Rugombo. L’on constate néanmoins que l’administration locale se réserve de tout commentaire sur cette situation. Signalons que les élections de ce vaste pays étaient initialement prévues pour le 23 décembre et, à la dernière minute, elles ont été reportées pour le 30 du même mois, un report jugé inopportun par l’opposition.

25 décembre 2018

Des polémiques autour de la destitution de l’administrateur de Mutimbuzi. L’on apprend que le conseil communal de la commune Mutimbuzi, qui fait partie de la province de Bujumbura rural, a pris la décision de destituer l’administrateur communal, Daniel Barindambi, il y a de cela cinq jours. L’on saura que le conseil communal est l’organe hiérarchiquement supérieur et apte à prendre une telle décision quand cela s’avère nécessaire. Selon des informations concordantes, cet administrateur est accusé de trois fautes lourdes essentiellement. D’une part, il lui est reproché de mauvaise gestion, et d’autre part, il ne cotise pas pour ses agents à l’Inss et à la mutuelle de la fonction publique. Enfin, il semble qu’il n’est pas transparent dans l’octroi des marchés de cette commune. Mais selon des informations à la disposition de l’agence Net Press, il aurait refusé de quitter ses fonctions pour le simple fait qu’il est soutenu par les hauts responsables du parti au pouvoir dans cette commune. La gouverneure de cette province, Nadine Gacuti, semble ne pas vouloir se mêler de ces "bagarres" "inter cnddfddistes" pour sauvegarder son poste, apprend-on de sources dignes de foi.

26 décembre 2018

L’Administratrice de la commune Kiganda a été destituée. L’administratrice de la commune Kiganda, Cécile Ndabubaha, en province de Muramvya, a été destituée ce dimanche 23 décembre lors d’une réunion du conseil communal. Nombreux témoignages affirment que cette dame est accusée de détournement des fonds de la commune, de mauvaise gestion et d’irrégularité au service. Augustin Manirakiza, conseiller chargé des questions administratives et sociales de l’administratrice a été également limogé pour incompétence. Le président du conseil communal de Kiganda, le député Oscar Ndizeye, a fait savoir que le conseiller technique de l’administrateur chargé du développement va assurer l’intérim pour un délai de 30 jours en attendant que les membres du conseil communal puissent se réunir pour élire un nouvel administrateur communal.

27 décembre 2018

La Parcem déplore des emprisonnements arbitraires. La Parcem fait savoir que trois membres de cette Ong locale, des points focaux dans la province de Muramvya, au Centre du pays, viennent d’être acquittés par la cour d’appel au terme d’une année d’emprisonnement dans les provinces de Muramvya et de Bujumbura. Ils étaient accusés d’atteinte à la sureté intérieure de l’Etat mais ils avaient toujours plaidé non coupables car, expliquaient-on, ils étaient en train de préparer un atelier qui devait avoir lieu dans la province de Muramvya. A ce titre, la Parcem a organisé ce matin une conférence de presse où son président semble déplorer ces faits. Pour Faustin Ndikumana, acquitter une personne après un an d’emprisonnement, c’est inconcevable. La justice, pour mesure de sagesse, devrait d’abord s’assurer que le cas lui présenté porte en soi une gravité passible d’emprisonnement. Dans son point de presse, il a démontré par A + B que la liberté est une règle et l’emprisonnement, une exception, un principe que ne peuvent pas nier ceux qui ont emprisonné les points focaux de cette organisation non gouvernementale.

28 décembre 2018

La justice frappe fort des hommes d’affaires proches du pouvoir. L’on apprend que des gros poissons "cnddfddisants" seraient poursuivis par la justice pour des fraudes qu’ils pratiquent dans leurs importations des marchandises. Celui qui est cité est un homme d’affaires du nom de Nahum Barankiriza, qui serait déjà dans les quatre murs de la prison pour fraude dans l’importation des pagnes. Il avait un comptoir sous douane qui a été saisi avant même qu’il ne soit arrêté puis transféré au service national des renseignements. Un autre gros poisson qui est cité mais dont l’information ne filtre pas correctement est le nommé Sion Nikobiri qui serait poursuivi pour les mêmes raisons que le premier. Certains disent qu’il est lui aussi entre les mains de la justice mais cette affirmation est démentie par les autres qui avancent une simple comparution au service secret du Burundi. L’ancien maire de la ville, Evrard Giswaswa, a également été entendu au service national des renseignements, mais pour d’autres raisons. Ceux qui l’interrogent veulent savoir la gestion des fonds lors de la construction de l’hôtel de ville de Bujumbura qui, aujourd’hui, est sur le point d’aboutir. Cet homme, qui avait déjà été locataire de la prison de Mpimba par le passé, est rentrée le même jour. Il y a en outre des cadres de l’office burundais des recettes, des hommes et des femmes, qui sont également sous les verrous. De leur côté, ils sont accusés de complicité dans la fraude pratiquée par ces hommes d’affaires en n’imposant pas de taxes à aux biens importés des prévenus. Mais une certaine opinion indique qu’ils avaient peur de leur influence au regard de leur position proche du pouvoir. Enfin, il y a encore des hommes d’affaires plus qu’influents qui sont également cités dans la fraude de leurs produits mais qui ne sont pas du tout inquiétés, du moins pour le moment. Il s’agit de Talouk Bashir, propriétaire de la société "Afritextile" et fournisseur de carburant au Burundi. Il s’agit également d’Olivier Suguru, patron de la société "Savonor".

29 décembre 2018

Fouille-perquisition au domicile de l’ancien ministre de la défense nationale. Une dizaine de véhicules de la police étaient hier au domicile de l’ancien ministre de la défense nationale et des anciens combattants, le général Pontien Gaciyubwenge. L’on rappellera que ce dernier a quitté le pays depuis l’avortement du coup d’Etat de mai 2015 et des informations non encore vérifiées indiquent qu’il serait établi en Belgique. Sur place, les éléments de la police sont entrés dans un conteneur se trouvant dans sa parcelle et il semble que des armes, des fusils et des lance-roquettes y ont été trouvés. Evidemment, c’était difficile d’accéder à la maison de l’ancien ministre car la police avait barricadé tous les axes qui donnaient au logis en question. Le général Pontien Gaciyubwenge n’avait pas été jusqu’à présent évoqué par le régime en place comme étant quelqu’un qui a participé à la tentative de putsch. Même au niveau des tribunaux lors des procès des présumés auteurs de ce coup, certains détenus avaient demandé qu’il soit convoqué car il était impliqué dans cette tentative, ce que les tribunaux ont toujours rejeté. Pour ce, une certaine opinion a, à un certain moment, pensé qu’il faisait partie de ceux qui ont fait avorter le putsch du 13 mai 2015, raison de sa non-poursuite par la justice burundaise. L’on comprend mal donc comment, trois ans plus tard, sa maison est "visitée" par des policiers qui saisissent des effets militaires et des ustensiles de cuisine. L’on signalera qu’au cours de cette conférence publique, Pierre Nkurunziza a réaffirmé sa position de ne pas s’asseoir avec ceux qui ont tenté de renverser les institutions en 2015, une des conditions que plusieurs partenaires du Burundi, communauté de l’Afrique de l’Est, Union africaine, Union européenne et l’Onu, posent pour que ce pays retrouve la paix.

31 décembre 2018

Accident mortel à la veille de la Saint-Sylvestre. L’année 2018 ne pouvait pas s’écouler sans connaître des décès inopinés comme cela s’observe souvent au soir de l’année en cours. Dans la soirée de ce 30 décembre 2018, une voiture de type Probox, dont le numéro d’immatriculation est I 4744 A, est entrée en collision avec un camion militaire qui ravitaillait les militaires du 420ème bataillon. Au cours de cet accident qui est survenu vers 18h30, trois militaires et une personne ont trouvé la mort sur le champ, tandis que le chauffeur du camion militaire ainsi que 6 personnes ont été blessés. L’on apprend qu’ils ont été évacués d’urgence à l’hôpital de Makamba où ils reçoivent des soins intensifs. Les deux engins accidentés ont été sérieusement endommagés.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte