Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Burundi - Sécurité6 mai 2019
|Un motard échappe de justesse à la mort dans Bubanza

Burundi - Sécurité4 mai 2019
|De l’intifada à l’église adventiste

Burundi - Tanzanie - Sécurité3 mai 2019
|Insécurité intérieure, mais également au-delà des frontières

Burundi - Sécurité 2 mai 2019
|Le commissaire communal de la police de Nyabihanga tué

Burundi - Sécurité1er mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord Ouest du pays

Burundi - Sécurité - Médias30 avril 2019
|Un journaliste brièvement arrêté par la police

Burundi - Sécurité 29 avril 2019
|Une personne tuée et pendue sur un arbre en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité27 avril 2019
|Le ravin du Sud de la capitale secoue les populations de la place

Burundi - Sécurité26 avril 2019
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité25 avril 2019
|La commune de Gihanga instaure un couvre-feu

Burundi - Sécurité24 avril 2019
|Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

Burundi – Sécurité23 avril 2019
|Nuit cauchemardesque à Gihanga

Burundi - Mauritanie - Sécurité Routière22 avril 2019
|L’ancien président Buyoya légèrement blessé dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité20 avril 2019
|Un pasteur de l’église de Pentecôte de Bujumbura échappe à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité19 avril 2019
|Assassinat d’un homme dans la commune de Mpanda

Burundi - Sécurité18 avril 2019
|Une personne tuée à Kanyosha

Burundi - Sécurité17 avril 2019
|Deux hommes arrêtés pour détention illégale d’armes au Sud du pays

Burundi - Sécurité16 avril 2019
|Deux personnes tuées en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 15 avril 2019
|Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

Burundi - Sécurité13 avril 2019
|Un corps sans vie retrouvé au Sud du pays

Burundi - Sécurité12 avril 2019
|Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

Burundi - Sécurité11 avril 2019
|Irruption des hommes armés dans les alentours de la forêt Kibira

Burundi - Sécurité10 avril 2019
|Des fusils et plusieurs munitions découverts au domicile d’un ex-agent du Snr

Burundi - Sécurité9 avril 2019
|Le banditisme augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Deux morts dans un démêlé avec la police à Kirundo

4 avril 2019

Kirundo, le 4 avril 2019 (Net Press) . Deux personnes ont été tuées par balles des policiers dans l’après-midi de ce 3 avril sur la colline Vumbi, de la commune Vumbi dans la province de Kirundo, au Nord du pays. Deux paysans qui assistaient à une manifestation de foule en colère contre Jean Rwasa, accusé de sorcellerie, ont trouvé la mort, l’un sur place, l’autre à l’hôpital.

Les policiers venus pour sauver le prétendu sorcier ont fait face à la colère des populations qui ont tenté de les désarmer. En guise de sommation, les policiers ont tiré en l’air mais les habitants de la place n’ont pas reculé d’un iota. Estimant que la situation s’aggravait, les policiers ont été obligés de se défendre en tirant dans la foule. Jean Rwasa, accusé de sorcellerie, est en garde à vue dans le cachot de Kirundo.

Au-delà de nos frontières, dans le camp des réfugiés burundais de Nduta en Tanzanie, un Imbonerakure a été surpris en date du 2 avril 2019 avant d’être arrêté, ce qui suppose une infiltration dans le chef des réfugiés basés dans ce camp. Il semble que les réfugiés l’ont identifié car ils l’ont appelé par son surnom de "Mwarabu" (Arabe).

Ces Burundais en exil sont d’autant plus inquiétés que quand de telles personnes suspectes sont interpellées, elles sont vite relâchées. D’après leurs témoignages, ce n’est pas la première fois qu’ils arrêtent des Imbonerakure mais quand ils alertent la police, ils sont déçus de voir que ces personnes sont libérées après deux ou trois jours.

Ils craignent que la police tanzanienne ne soit pas complice ou alors qu’elle accepte des pots de vin. Mais pour d’autres, ce sont des espions et qui seraient à l’origine des malheurs qu’ils vivent dans des camps, notamment des disparitions forcées ou alors des tueries signalées ici et là dans le camp des réfugiés de cette localité.

Au regard des conditions dans lesquelles ils vivent, ils indiquent qu’ils ne savent plus ou donner de la tête et interpellent, pour la nième fois, le Hcr et le gouvernement tanzanien, de tout faire pour assurer la sécurité tel que prévu par les différentes dispositions internationales relatives à la vie des réfugiés et ratifiées par la Tanzanie.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome contre les malversations économiques à la Regideso

Bujumbura, le 4 avril 2019 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’Olucome constate que le ministre de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, au lieu d’apporter la solution aux dénonciations de corruptions qui risquent de causer la faillite de la Regideso, il dénonce comme tout citoyen. Et de se poser la question de savoir d’où proviendra le salut pour cette entreprise commerciale publique.

En effet, en date du 29 mars dernier, le ministre Manirakiza, en réunion avec les cadres et agents de cette société commerciale, a évoqué des cas graves de corruption observés au sein de la Regideso. L’Olucome semble se plaindre du fait que depuis plus de 10 ans, il n’a cessé de dénoncer sans qu’une solution soit trouvée. Par contre, il y avait la hausse des prix de l’eau et de l’électricité pour une population extrêmement pauvre.

L’Olucome regrette que certaines autorités, des institutions publiques et privées ne paient pas leurs arriérées qui gravitent aujourd’hui autour de 70 milliards de nos francs. Parmi les institutions privées qui doivent des arriérées en termes de milliards, l’Olucome cite la société Afritextile, qui dépend de la société Interpetrol.

Celle-ci a eu illégalement le marché à la Regideso de fournir le carburant alimentant les centrales thermiques en vue de produire de l’électricité. Dans le communiqué de ce matin, l’Olucome fait d’autres révélations d’où il aboutit à des recommandations suivantes.

A l’endroit du gouvernement, il recommande de prendre des mesures nécessaires pour lutter contre la corruption et les malversations économiques à la Regideso, de prendre des mesures pour recouvrer les arriérées, de tout faire pour éviter la faillite, de démettre préventivement tous les corrupteurs et de commanditer un audit international.

L’Olucome recommande également au parlement burundais de se saisir de ce cas et de mener des actions urgentes en vue de sauver l’entreprise commerciale en voie de faillite.

Burundi - Droits de l’Homme

"La période pré-électorale n’est pas synonyme de paix et de stabilité au Burundi", dixit les activistes des droits de l’homme

Kampala, le 4 avril 2019 (Net Press) . Ces activistes, par leur déclaration de ce matin, ont passé en revue les moments que le Burundi a traversés avec la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé. De la répression des manifestants qui dénonçaient cette mesure, il y a eu des morts, des emprisonnements et des fuites dans les pays voisins, surtout des leaders des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile.

Les radios privées ont été détruites, selon ce communiqué et en date du 29 mars 2019, le Cnc vient de prolonger les sanctions contre la Voix de l’Amérique et l’interdiction formelle de la radio britannique BBC. Le gouvernement de Bujumbura s’est retiré du Statut de Rome, a fermé le bureau du haut commissariat aux droits de l’homme au Burundi au moment où il boycottait en même temps le dialogue externe présidé par le président ougandais avec la facilitation de l’ancien président tanzanien Benjamin Mkapa.

Malgré cette situation, la Tanzanie tente de refouler les réfugiés burundais basés dans ce pays, arguant que la paix et la stabilité au Burundi sont une réalité. Elle vient d’être imitée par l’Ouganda dont le ministre chargé des réfugiés vient lui aussi de demander aux réfugiés burundais de regagner leur pays.

Face à tout cela, ces activistes des droits de l’homme recommandent au Gouvernement du Burundi d’œuvrer pour la restauration de la paix dans le pays ; aux partenaires techniques et financiers d’user de leur influence pour contraindre le Gouvernement burundais à reprendre les négociations avec ses antagonistes ; à l’Union Africaine et aux Nations Unies de s’impliquer pleinement pour la reprise des négociations ; au HCR de jouer pleinement son rôle de garantir les droits et le bien-être des réfugiés ; à la Communauté Est Africaine de veiller au respect de la convention relative au statut des réfugiés ; à l’Ouganda et à la Tanzanie de renoncer à leurs programmes de rapatriement forcé des refugiés ; aux organisations tant nationales qu’internationales de continuer d’informer la communauté internationale sur la situation des droits de l’homme au Burundi et à la population de rester solidaire et de ne pas céder aux sollicitations et enseignements divisionnistes incitant à la haine et à la violence.

Burundi - Société

"Sept Burundais sur dix vivent dans la pauvreté", dixit Parcem

Bujumbura, le 4 avril 2019 (Net Press) . L’Ong locale Parcem, via son président, Faustin Ndikumana, a organisé ce matin un point de presse à son siège sis à Bujumbura. Fort des études menées par l’institut des statistiques et des études économiques du Burundi, Isteebu, Parcem a indiqué combien la situation est grave dans notre pays, où 7 personnes sur 10 vivent dans la pauvreté indescriptible avec moins d’un dollar américain par jour.

Selon toujours le conférencier, de 2006 à 2014, la pauvreté a été réduite de 67% à 64% mais à partir de 2015, les chiffres ont de nouveau gonflé. Et cette situation frappe de plein fouet 10 provinces sur les 18 qui composent notre pays. Il trouve que le remède à ce problème devrait provenir de la conjugaison des efforts de tout le monde.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte