Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Burundi - Sécurité6 mai 2019
|Un motard échappe de justesse à la mort dans Bubanza

Burundi - Sécurité4 mai 2019
|De l’intifada à l’église adventiste

Burundi - Tanzanie - Sécurité3 mai 2019
|Insécurité intérieure, mais également au-delà des frontières

Burundi - Sécurité 2 mai 2019
|Le commissaire communal de la police de Nyabihanga tué

Burundi - Sécurité1er mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord Ouest du pays

Burundi - Sécurité - Médias30 avril 2019
|Un journaliste brièvement arrêté par la police

Burundi - Sécurité 29 avril 2019
|Une personne tuée et pendue sur un arbre en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité27 avril 2019
|Le ravin du Sud de la capitale secoue les populations de la place

Burundi - Sécurité26 avril 2019
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité25 avril 2019
|La commune de Gihanga instaure un couvre-feu

Burundi - Sécurité24 avril 2019
|Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

Burundi – Sécurité23 avril 2019
|Nuit cauchemardesque à Gihanga

Burundi - Mauritanie - Sécurité Routière22 avril 2019
|L’ancien président Buyoya légèrement blessé dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité20 avril 2019
|Un pasteur de l’église de Pentecôte de Bujumbura échappe à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité19 avril 2019
|Assassinat d’un homme dans la commune de Mpanda

Burundi - Sécurité18 avril 2019
|Une personne tuée à Kanyosha

Burundi - Sécurité17 avril 2019
|Deux hommes arrêtés pour détention illégale d’armes au Sud du pays

Burundi - Sécurité16 avril 2019
|Deux personnes tuées en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 15 avril 2019
|Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

Burundi - Sécurité13 avril 2019
|Un corps sans vie retrouvé au Sud du pays

Burundi - Sécurité12 avril 2019
|Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

Burundi - Sécurité11 avril 2019
|Irruption des hommes armés dans les alentours de la forêt Kibira

Burundi - Sécurité10 avril 2019
|Des fusils et plusieurs munitions découverts au domicile d’un ex-agent du Snr

Burundi - Sécurité9 avril 2019
|Le banditisme augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

15 avril 2019

Bujumbura, le 15 avril 2019 (Net Press) . Un corps sans vie et non encore identifié a été découvert dans la matinée de ce lundi au siège de la banque commerciale du Burundi (Bancobu) par les passants. Selon des sources à la disposition de la rédaction, ce corps a été transporté dans l’une des morgues des hôpitaux de Bujumbura. Certaines informations commencent à présenter la personne tuée comme un chef des Imbonerakure dans la capitale économique.

La nuit de ce samedi 13 avril dernier n’a pas été tendre pour une famille qui habite sur la colline Kirimbi, commune Gasorwe, en province de Muyinga, au nord du pays. En effet, deux membres de cette famille, une femme et son enfant, ont été retrouvés décapités. Des sources sur place font savoir que les victimes ont été tués à coup de machette.

Parmi les personnes soupçonnées, le père de famille même s’il a été légèrement blessé. Les autorités locales de cette entité administrative font savoir que cet homme pourrait être parmi les auteurs du crime que la police envisage auditionner sur cette affaire le moment venu.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme indiquent qu’au moins sept personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière dans plusieurs localités. Parmi les victimes, figurent quatre hommes non identifiés. Certains de ces hommes ont cependant été enterrés sur ordre de l’administration locale sans identification préalable.

Un membre du parti d’opposition Cnl a aussi été secouru de justesse alors qu’il agonisait. Il a été découvert près de trois semaines après son enlèvement à Gitega par des agents du service des renseignements. Les mêmes défenseurs des droits de l’homme évoquent aussi le passage à tabac de membres de l’opposition.

Burundi - Justice

L’ancienne présidente de la Cfcib sous les verrous

Bujumbura, le 15 avril 2019 (Net Press) . L’ancienne présidente de la chambre fédérale de commerce et de l’industrie du Burundi, Consolante Ndayishimiye, a été interpellée dans un premier temps par le service national des renseignements. Selon ses proches, son lieu de détention était inconnu, mais après le contact de la police, cette dernière a confirmé son arrestation pour des raison d’enquête, sans toutefois donner de détails.

Les informations qui nous parviennent indiquent qu’elle aurait été déjà transféré à la prison centrale de Mpimba et qu’une affaire de détournements d’argent serait derrière son incarcération. Les mêmes informations trouvent également qu’il y aurait complicité dans ce dossier, d’où des enquêtes se poursuivent pour de plus amples éclaircissements.

Burundi - Politique

Quand on s’arroge le droit de tabasser "démocratiquement" un adversaire !

Muramvya, le 15 avril 2019 (Net Press) . Des sources de la commune Kiganda, province de Muramvya, au Centre du pays, indiquent que le président du parti aux affaires Cndd-Fdd dans cette commune, Omer Ndikubwayo, a ordonné dans la nuit de ce samedi 13 avril le passage à tabac de quatre membres du parti congrès national pour la liberté (Cnl).

Il s’agit de Prosper Nduwimana, de Salvator Manirakiza, de Joachim et de Pasteur Nduwimana, habitant sur les collines Kivyeyi et Nyagisozi de ladite commune. Ces derniers ont été par après arrêtés et ils sont pour le moment incarcérés au cachot de la commune Kiganda. Des témoins sur place ont dénoncé des intimidations mêlées d’interpellations aux membres des partis de l’opposition pour faciliter l’adhésion par force au parti de l’Aigle. Ils indiquent qu’un tel comportement est de nature à étouffer la démocratie qui prône le pluralisme idéologique.

Burundi –Politique

Un recrutement pour le moins étrange !

Makamba, le 15 avril 2019 (Net Press) . C’était dans la matinée de ce vendredi 12 avril quand tous les administratifs de la zone Gitaba, commune et province Makamba, au sud du pays, se sont rendu de porte en porte chez leurs administrés, les invitants à venir accueillir un invité de marque venu de la capitale économique, en la personne du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement, Déo Guide Rurema.

Arrivés au chef-lieu de cette zone, les choses ont tourné vers une autre facette car non seulement le ministre annoncé n’y était pas, mais aussi des responsables du parti au pouvoir dans cette province de Makamba procédaient tout bonnement aux recrutements forcés en faveur du parti Cndd-Fdd, une comportement mal accueilli par la population

Ces administrés font savoir que les membres des partis de l’opposition ont connu tous les calvaires du monde car ils ont été humiliés sur place et taxés d’être à l’origine de tous les malheurs du monde que le Burundi traverse depuis 2015 avant de les sommer d’adhérer par force au parti Cndd-Fdd .

Ces responsables du parti aux affaires en province ont invité les "Cnddfddistes" qui ont des enfants qui ont évolué dans les rangs de l’opposition de les maudire. L’opposition de cette contrée administrative demande aux responsables du parti au pouvoir de respecter les droits civiques et politiques de chacun lors du recrutement des nouveaux membres.

L’ on saura que la zone de Gitaba est toujours pointé du doigt comme bastion de l’opposition où 5 membres des comités collinaires sur 10 ainsi que le chef de zone ont été limogés, accusés d’avoir influencé le vote du "Non" au référendum de mai 2018. L’on signalera cependant que de telles accusations avaient été également observées dans d’autres régions.

Burundi - Diaspora

La diaspora burundaise organise un mouvement d’actions patriotiques

Londres, le 15 avril 2019 (Net Press) . Ce mouvement d’actions patriotiques vient de mettre en place son comité de gestion qui est composé d’hommes et de femmes qui vivent essentiellement en Amérique du Nord et en Europe. Cependant, il y a un qui est basé en Australie et d’autres qui vivent en Afrique.

Les dénominateurs communs de toutes ces personnes est que, d’une part, elles ne sont pas connues dans la vie politique de ce pays et que, d’autre part, l’âge moyen est de 50 ans, un demi-siècle.

Mais d’aucuns pensent aussi qu’il s’agirait d’une autre plateforme qui vient supplanter le Cnared qui a échoué lamentablement dans sa mission de faire respecter l’accord d’Arusha et la constitution de 2005 qui en est issue. Mais pour le moment, il est difficile de faire un quelconque, il est trop tôt.

Burundi - France - Politique

L’étau se resserre aux quatre responsables Burundais accusés d’attente à la démocratie !

Paris, le 15 avril 2019 (Net Press) . Selon un arrêté paru ce dimanche 14 avril au Journal officiel Ouest France, l’Elysée a décrété le gel des avoirs de quatre responsables du Burundi, accusés d’atteintes à la démocratie ou d’actes de violences en 2015, à l’annonce d’une troisième candidature du président Pierre Nkurunziza.

Selon ce journal, les personnalités qui ont été frappées par cette mesure sont notamment le directeur général adjoint de la police de cette époque, Godefroid Bizimana qui est accusé « d’avoir porté atteinte de la démocratie » et de « recours disproportionné à la force et actes de répression violente » des manifestations d’opposants ayant suivi l’annonce de la candidature du président Pierre Nkurunziza..

Ce même journal cite Gervais Ndirakobuca, pour avoir ordonné « un recours disproportionné à la force » face aux manifestants ; un ancien « chargé de missions de la présidence », Léonard Ngendakumana, « responsable d’actes de violences - attaques à la grenade » contre les manifestants ; et un agent des services de renseignements, Mathias-Joseph Niyonzima, qui a « incité à la violence » et « entrainements paramilitaires en faveur des membres de la ligue des jeunes du parti Cndd-Fdd Imbonerakure », responsable de « graves atteintes aux droits de l’homme au Burundi ».Selon le numéro de ce journal paru ce dimanche, les fonds et ressources économiques qui appartiennent à, sont possédés, détenus ou contrôlés par les personnes mentionnées sont gelés » précise l’arrêté en date du 11 avril, qui entre en vigueur ce dimanche pour une durée de six mois.

Burundi - Confessions Religieuses

L’Eglise catholique entame la semaine sainte

Bujumbura, le 15 avril 2019 (Net Press) . L’Eglise catholique burundaise, tout comme dans le monde, a fêté hier le dimanche des rameaux. Le dimanche des Rameaux est dans le calendrier liturgique chrétien le dimanche qui précède le dimanche de Pâques et qui marque l’entrée dans la Semaine sainte.

Il commémore deux événements : d’une part, l’entrée solennelle de Jésus à Jérusalem, où il fut acclamé par une foule agitant des palmes et déposant des manteaux sur son passage, épisode relaté dans les quatre Évangiles canoniques ; d’autre part, la Passion du Christ et sa mort sur la croix, d’où le nom actuel de « célébration des Rameaux et de la Passion ».

Depuis le concile Vatican II, son nom liturgique était le « dimanche des Rameaux » . Auparavant, ainsi que dans la forme tridentine du rite romain, il s’appelait « deuxième dimanche de la Passion ou dimanche des Rameaux » Il est aussi connu sous le nom de « dimanche des Palmes » dans le Sud de la France.

Le dimanche des Rameaux célèbre l’entrée triomphale de Jésus-Christ à Jérusalem. Dans la tradition juive, les rameaux de palmier et le mot « Hosanna » évoquent la fête des récoltes, Souccot, mentionnée dans le Lévitique

Dès le IXe siècle, l’Église accomplit dans son rituel du jour la bénédiction des rameaux et la procession des fidèles, issue de la liturgie de Jérusalem. Les rameaux verdoyants, signes de vitalité, sont déposés sur les tombes au cimetière ou accrochés aux crucifix dans les maisons. L’hymne Gloria, laus et honor est chanté pendant la procession des rameaux. La tradition chrétienne aujourd’hui veut que l’on emporte, après la messe, les rameaux bénis, pour en orner les croix dans les maisons. Dans les Églises réformées, le dimanche des Rameaux est lié à la confirmation des catéchumènes.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte