Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 juillet 2019
|Des Congolais en possession de devises attaqués par des hommes armés

Burundi - Sécurité4 juillet 2019
|La police met la main sur deux personnes qui se transforment en forces de l’ordre

Burundi – Sécurité 3 juillet 2019
|Une somme de deux mille francs burundais à l’origine d’une perte d’une vie humaine

Burundi - Sécurité 2 juillet 2019
|Une jeune femme tuée en zone Kanyosha en mairie de Bujumbura

Burundi - Sécurité1er juillet 2019
|Un enseignant arrêté après avoir tenté de tuer son élève

Burundi - Sécurité29 juin 2019
|Découverte d’une dépouille ligotée au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité Routière28 juin 2019
|Un conducteur de taxi-vélo fauché par un accident de roulage

Burundi - Sécurité27 juin 2019
|Les chrétiens de Kayanza présentent une offrande pour le moins surprenante

Burundi - Sécurité26 juin 2019
|Les membres du Cnl toujours dans l’oeil du cyclone

Burundi - Sécurité25 juin 2019
|Deux enfants tués suite à des pluies torrentielles au Sud du pays

Burundi - Sécurité24 juin 2019
|Des policiers qualifiés de source d’insécurité par les motards au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité22 juin 2019
|L’Onu atteste la présence des Imbonerakure, de l’armée et des rebelles burundais en Rdc

Burundi - Somalie - Sécurité21 juin 2019
|Affrontements des militaires burundais en Somalie, info ou intox ?

Burundi - Sécurité Routière20 juin 2019
|Le curé de la paroisse Mbogora décédé dans un accident de roulage

Burundi - Rdc - Sécurité19 juin 2019
|Suspension des circulations entre le Burundi et la Rdc via la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité18 juin 2019
|Tensions entre les jeunes du Cnl et ceux du Cndd-Fdd au Nord Ouest

Burundi - Sécurité17 juin 2019
|Le siège du Cnl dans Bujumbura rural brûlé

Burundi - Sécurité15 juin 2019
|Les populations de Burundi inquiètes de la recrudescence des crimes au chef-lieu

Burundi - Sécurité14 juin 2019
|Les albinos menacés par des croyances obscurantistes

Burundi - Sécurité13 juin 2019
|Un enseignant tué dans la province de Bururi

Burundi - Sécurité 12 juin 2019
|Une maman brûle sa fillette après avoir volé 2 Kg de haricot

Burundi - Sécurité11 juin 2019
|Arrestation d’un jeune homme dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité 10 juin 2019
|Deux personnes tuées au cours de ce weekend !

Burundi - Sécurité8 juin 2019
|Une femme arrêtée pour avortement volontaire

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

24 avril 2019

Gitega, le 24 avril 2019 (Net Press) . Des sources d’informations en provenance de Gitega indiquent qu’un corps sans vie a été découvert ce mardi 23 avril vers 10 heures dans une brousse sur la colline de Rutegama, dans la commune et province de Gitega, actuelle capitale politique du pays, au Centre.

Selon les mêmes informations, la victime n’a pas été identifiée et les mobiles du crimes sont toujours inconnus de l’administration. Le corps sans vie a été conduit à la morgue de l’hôpital régional de Gitega. Cependant, d’autres informations indépendantes avancent qu’il aurait été mortellement battu par ses voisins pour des raisons de sorcellerie.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme font savoir qu’au moins 12 personnes ont été tuées au cours de la semaine écoulée, au moment où 8 autres ont été torturées. Ils évoquent également 11 cas de personnes arrêtées arbitrairement et 2 victimes de violences basées sur le genre. Parmi les victimes identifiées, figurent 3 femmes et 1 mineur tués ainsi qu’une femme torturée.

Des jeunes affilés au parti au pouvoir, des policiers, des agents du service secret et des administratifs sont pointés du doigt comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. L’on évoque enfin des tueries, de tortures et d’arrestations arbitraires dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime de Gitega, en particulier les membres du parti Cnl.

Burundi - Politique

Spécial Fraternité Ishaka : les Baganwa contre Guillaume Ruzoviyo

Bujumbura, le 24 avril 2019 (Net Press) . En date du 24 mars 2019, le président de l’association Fraternité Ishaka, Alphonse Niyongere, a convoqué une assemblée générale des membres et sympathisants qui aura lieu le 27 avril 2019 au Snack Bar New Tujajure sis sur le Boulevard Mwezi Gisabo (sur la route Rumonge).

Les points à l’ordre du jour sont la présentation du bilan du comité exécutif sortant, l’amendement des statuts de l’association ainsi que le renouvellement des organes de l’association. C’est suite à cette invitation que des dissensions entre les membres ont fait leur apparition. Et Dieu seul sait qu’elles sont si profondes.

Historique de l’association

L’association Fraternité Ishaka a été créée en 1990 par un groupe d’étudiants Batare de l’université du Burundi, descendants de la branche la plus puissante et plus représentative des Baganwa. Les objectifs étaient entre autres la solidarité entre les membres ainsi que la promotion des valeurs culturelles et sociales de leur patrie.

Plus tard, l’association devrait s’occuper de la revendication de l’identité des Baganwa aux côtés d’autres composantes sociales du Burundi et de l’inclusion effective des Baganwa dans la constitution du pays. Au cours de ce processus de solidarité et de la recherche de leur identité, ces étudiants Batare adoptèrent d’intégrer d’autres clans qui composent la communauté des Baganwa, dont des Bezi.

Avec l’évolution de l’association, les étudiants ont fait adhérer les fonctionnaires à la cause de ce mouvement, une ouverture en somme aux personnes vivant en dehors des campus universitaires. C’est à ce moment que Mathias Hitimana, alias Difficile, Fondateur du Parti Royaliste Parlementaire (PRP), a tenté de récupérer le mouvement mais en vain.

Pierre Buyoya et le mouvement des Baganwa

Ces étudiants ont d’abord conscientisé des adultes Baganwa comme les anciens premiers ministres André Muhirwa et Léopold Biha, Charles Mbanzamihigo et Henry Kana avant d’écrire au président Buyoya et par la suite à la médiation, leur demandant d’intégrer les Baganwa dans la constitution et dans le processus de paix d’Arusha.

Le président Buyoya dépêcha le colonel Martin Nkurikiye, un Mutare originaire de Ngozi, alors patron du service de renseignement burundais, la police présidentielle, pour étouffer le mouvement. Contrairement au premier, un autre colonel, Nivyayo, un Mutare de Rutovu, chargé de la garde présidentielle sous Buyoya, n’a jamais voulu se mêler de la question des Baganwa.

Le colonel Martin Nkurikiye, pour ne pas s’attirer des ennuis des membres de son clan, changea de tactique. Il usa de ses moyens, de manière intelligente et pacifique pour calmer ce mouvement, arguant que la question des Baganwa devrait être étudiée après Arusha car l’urgence nationale du moment était la question des Bahutu qui tiraient de partout.

Face à cette donne, certains de ces étudiants Batare, frustrés et entendus que le leur risque de les trahir, optèrent pour la création d’un parti politique dénommé Parti monarchiste parlementaire qu’ils offrirent gracieusement à leur frère Mwezi, Guillaume Ruzoviyo, pour la continuité de la revendication de la cause Baganwa après Arusha qui venait d’accepter la création des partis monarchistes.

Vers l’agrément de l’association

Parallèlement à cette action, ces étudiants Batare ont associé leurs aînés pour faire agréer leur association longtemps non reconnue. Ce fut la naissance de l’association Fraternité Ishaka qui fut agréée par le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique, par ordonnance ministérielle n° 530/390 du 1er juin 2001.

Voilà donc que les Batare sont à l’origine de la création de ce deux organes. Mais curieusement, dès leur agrément, les Bezi, avec à leur tête Guillaume Ruzoviyo, se précipitèrent pour prendre la direction de cette association avec comme argument qu’il fallait un nom récent et connu, d’où la proposition de Fidèle Biha, un Mwezi.

Gestion de l’Association

Les Batare, décidés à ne pas trop déranger, acceptent l’offre. Mais le président, commerçant, ne fit rien pour l’association et au moment de le changer, le même Guillaume Ruzoviyo intervient de nouveau et demande qu’un Mwezi soit remplacé par un autre. C’est dans ce contexte que Fidèle Biha fut remplacé par Alphonse Niyongere à la tête du comité exécutif de l’association dans des conditions peu démocratiques en avril 2011.

Depuis cette date, il vient de passer trois mandats de 3 ans, renouvelables pourtant une fois, sans rien faire ni convoquer une assemblée générale de l’association, se plaignent les membres de cette association.

Dans sa peau de président du conseil national pour l’unité nationale et la réconciliation, Guillaume Ruzoviyo veut en profiter pour récupérer le mouvement au bénéfice du pouvoir, s’inquiètent les membres de cette association. En d’autres termes, ils craignent qu’il ne passe à la "Nyakurisation" de l’association pour se prévaloir leader des Baganwa alors qu’il est en mal de légitimité au sein des Baganwa majoritairement républicains.

Présence d’une main totalement inattendue dans l’association

Guillaume Ruzoviyo exerça une pression sur Alphonse Niyongere pour qu’il convoque une assemblée générale de l’association. Nous sommes en 2018. Ce dernier céda, mais posa la condition de le faire après le référendum de mai 2018 qui aboutit à la promulgation de la nouvelle constitution le 7 juin 2018.

Après le référendum, Guillaume Ruzoviyo poursuivra ses pressions et cette fois-ci, se faisant accompagner dans cette mission par son ami Jean de Dieu Mutabazi, président d’une commission similaire, pour faire pression sur Alphonse Niyongere. Cela a créé un scepticisme au sein de l’association car ils ne perçoivent pas l’intrusion de Mutabazi, un Hutu, quant à son l’intérêt par rapport à une association des Baganwa. Pour eux, c’est un signe éloquent que ce sont des éléments du pouvoir qui veulent se mêler de la gestion de cette association.

Vers la relance des activités de l’association

Finalement, Alphonse Niyongere a fini par céder et mettre en place un comité de relance des activités de l’association qui déterminera la convocation de l’assemblée générale. La nouvelle équipe exigera la présence des membres de deux comités sortants (comité exécutif et comité de suivi) pour qu’il y ait remise et reprise en bonne et due forme.

Mais la question est de savoir si cette assemblée générale prévue pour ce 27 avril sera régulière si l’on considère déjà que sur un comité sortant de 12 personnes (9 du comité exécutif et 3 du comité de suivi), trois seulement se présentent dans cette réunion des préparatifs. Si l’on pose la question de savoir pourquoi ils ne viennent pas, le président sortant répond que certains sont en voyage et que d’autres ne sont plus au pays. Il y a donc risque que le quorum requis des membres effectifs devant délibérer ne soit pas atteint ce 27 avril 2019.

De plus, la grande mésentente est que Guillaume Ruzoviyo veut faire imposer par force le président du comité exécutif, le vice-président du comité exécutif et le président du conseil de surveillance (selon la nouvelle loi sur les Asbl de 2017) exclusivement des Bezi. En outre, ils ne comprennent pas le bien-fondé de la médiatisation de l’assemblée générale - un autre élément que le jeu de Ruzoviyo serait téléguidé d’ailleurs - qui la jugent tout simplement inopportune.

Le fait que Guillaume Ruzoviyo, en complicité avec son ami Alphonse Niyongere, aient pensé et déjà conclu qu’ils pouvaient passer en force pour imposer cette direction des organes ci-haut cités uniquement aux Bezi, est un crime de lèse-majesté, une faute lourde, une ingratitude et une insulte grave aux Batare qui trouvent que Guillaume Ruzoviyo mérite d’être puni moralement et socialement au sein de l’association Fraternité Ishaka qui est un collectif d’associations des clans des Baganwa.

Une constatation amère

Les Batare, à travers ces magouilles, ont compris pourquoi les Bezi insistaient que le mandat du comité exécutif (initialement de trois ans renouvelable une fois) soit étendu à 5 ans et cette fois-ci sans limitation de nombres de mandats. Ils se sont soulevés contre cette proposition sous forme de diktat en indiquant que le comité exécutif doit être le miroir de la diversité de l’ensemble des Baganwa.

Suite donc à ces manœuvres de manipulations et de spéculations de Guillaume Ruzoviyo qui heurtent la dignité des Baganwa, ces derniers en général et les Batare en particulier, qui forment la majorité, ont décidé de boycotter l’assemblée générale de ce 27 avril porteuse de germes de politisation, de destruction et servant de fond de commerce pour ceux qui veulent quémander des miettes au pouvoir.

Ils jurent que plus jamais Guillaume Ruzoviyo ne sera plus associé aux initiatives et activités des Baganwa (baramuciye mu muryango - éjecté de la famille). Ils sont persuadés que tant que ce fonctionnaire de l’Etat voudra toujours se mêler des questions des Baganwa, ils auront toujours la zizanie, la mesquinerie, la honte au lieu de la paix. Ils se refusent de tomber dans un suicide collectif. L’association sera reprise par ses membres fondateurs et effectifs après les élections de 2020.

Ces Baganwa estimaient d’ores et déjà que Guillaume Ruzoviyo devrait s’occuper de la découverte de la vérité sur l’assassinat du roi Ntare V et du recouvrement de l’identité des Baganwa au lieu de comploter contre ses frères !

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte