Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi- Sécurité 7 août 2019
|A quand la commémoration de la mort de nos héros par Gitega ?

Burundi - Sécurité6 août 2019
|Un incendie vient de ravager un bar restaurant au Sud de la capitale économique

Burundi - Sécurité5 août 2019
|Une famille d’un membre du Cnl attaquée par des Imbonerakure

Burundi - Sécurité 3 août 2019
|Des menaces de mort pèsent sur les enseignants de Kirundo qui ont dénoncé le viol

Burundi - Sécurité2 août 2019
|Un membre du parti Uprona tué dans la province de Kayanza

Burundi – Politique1er août 2019
|Echec d’une réconciliation de tous les dangers

Burundi - Sécurité Routière31 juillet 2019
|Quand un accident fait rire les gens !!!

Burundi - Sécurité30 juillet 2019
|Une mort subite de trois personnes d’une même famille suscite des inquiétudes

Burundi - Sécurité29 juillet 2019
|Un cadavre découvert dans la zone de Ngagara

Burundi - Politique27 juillet 2019
|L’intolérance politique augmente d’un cran un peu partout dans le pays

Burundi - Sécurité26 juillet 2019
|Trois hommes arrêtés dans un bistrot dans la localité de Rubira

Burundi - Sécurité25 juillet 2019
|Arrestation d’une personne en possession de plusieurs armes

Burundi - Sécurité 24 juillet 2019
|Un membre du parti Cnl retrouvé agonisant !

Burundi - Sécurité23 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke dans le collimateur du Cnl

Burundi - Sécurité Routière22 juillet 2019
|Des passagers blessés et traumatisés

Burundi - Sécurité20 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke accusé d’enlever une personne

Burundi - Sécurité19 juillet 2019
|Deux présumés voleurs tués dans la province de Kayanza

Burundi - Justice18 juillet 2019
|Commémoration de la journée internationale des prisonniers

Burundi - Sécurité17 juillet 2019
|Un homme tue sa femme dans la province de Mwaro

Burundi - Sécurité 16 juillet 2019
|La police donne la lumière sur l’insécurité qui règne à l’ouest du pays !

Burundi - Sécurité15 juillet 2019
|Une personne portée disparue dans la province de Muyinga

Burundi - Tanzanie - Sécurité13 juillet 2019
|Les réfugiés burundais du camp de Nduta inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité12 juillet 2019
|Deux hommes tués par des policiers dans la commune de Gihanga

Burundi - Justice11 juillet 2019
|Interbank Burundi soupçonnée de soutenir la rébellion basée en Rdc

Burundi - Sécurité10 juillet 2019
|Un étudiant de l’université de Ngozi porté disparu

Archives

 

 

 



Burundi - Médias - Justice

Le journaliste de la Rtnb relâché

9 mai 2019

Bujumbura, le 9 mai 2019 (Net Press) . L’on apprend que le journaliste de la Rtnb, Claude Nshimirimana, qui avait été appréhendé ce dimanche 5 mai dans la localité de Muyira en plein sport, a été relâché ce 8 mai 2019. Il avait été accusé en ce moment d’organiser une réunion illégale.

Après un interrogatoire, la police a constaté que les charges n’étaient pas suffisantes pour l’arrêter. Des sources sur place indiquent qu’il a été gardé pendant longtemps car il avait insulté un policier, une infraction qui n’avait pas été évoquée un peu avant. L’on a procédé à une réconciliation entre le policer et le journaliste avant que ce dernier ne retrouve sa liberté.

Burundi - Politique

Démonstration de force de samedi 11mai 2019

Bujumbura, le 9 mai 2019 (Net Press). A Bujumbura, la capitale économique, la ligue des femmes du parti Cndd – Fdd organise ce 11 mai 2019, une marche-manifestation. Son but ultime est que les femmes veulent « démontrer leurs muscles à travers leur effectif à moins d’un an du scrutin démocratique de 2020 ».

Effectivement, cette démonstration de force vise à prouver son effectif électoral pour que le partage de postes au lendemain de la victoire de 2020 tienne absolument compte de cette donne de femmes.

C’est pour cette raison qu’une mobilisation bat son plein dans la capitale économique du pays. A travers tous les quartiers de la ville de Bujumbura, les femmes du parti Cndd - Fdd passent de maison à maison pour sensibiliser leurs camarades à participer à ce rendez-vous. Des insignes distinctifs de ce parti sont en train d’être distribués tels que des pagnes, des t-shirts et des fanions.

Ce vaste rassemblement des femmes et des filles appartenant au parti au pouvoir est interprété différemment par les citoyens burundais. Selon une opinion, ces femmes du Cndd – Fdd accourent nombreuses ce samedi pour démontrer leur détermination à soutenir une candidature féminine lors des élections de 2020 si jamais elle vendait à se manifester.

Pour une autre opinion, le rassemblement des femmes du Cndd - Fdd de ce samedi 11 mai 2019 cache mal une certaine réclamation peu voilée de postes de responsabilité pour une meilleure visibilité après les élections de 2020. Car en effet, on leur a retiré le poste de 2ème vice-président de la République, celui de la présidente de l’Assemblée nationale ainsi que nombreuses représentations au poste de gouverneurs de provinces aujourd’hui occupés par des hommes.

Et comme il est d’usage sous d’autres cieux, le droit ne s’acquiert pas sur un plateau d’or mais plutôt il s’arrache. C’est ainsi que cette manifestation serait donc une façon camouflée de revendication des droits des femmes, une fois que la dernière hypothèse aurait été plausible.

Burundi - Politique

Makamba : humiliation des administrateurs devant leurs subalternes

Makamba, le 9 mai 2019 (Net Press) . Le gouverneur de Makamba, Gad Niyukuri, est on ne peut plus clair, l’administrateur de sa province qui dépassera cette semaine sans avoir effacé les devises écrites sur les monuments historiques seront suspendus de leurs fonctions sans autre forme de procès.

Les devises anciennes "Unité - Travail- Progrès" seront remplacées par "Dieu - Roi - Burundi". Il semble que le gouverneur de Makamba, en haussant le ton, s’adressait aux administrateurs des communes Makamba, Kibago et Vugizo. Ils ont senti cette mise en garde comme une humiliation devant leurs subalternes, surtout qu’il les a sommés de se lever lors de cette rencontre.

Selon des informations en provenance de cette province, cela est une recommandation du président de la République. Le gouverneur de Makamba a enfin donné l’ordre aux administratifs de base de laisser les partis politiques dont les membres participent aux travaux de développement d’exercer leurs activités.

Burundi - Education

Un phénomène qui inquiète les parents d’élèves

Bujumbura, le 9 mai 2019 (Net Press) . Le milieu scolaire n’est plus un lieu pour développer les facultés mentales et promouvoir les talents cachés chez l’enfant en cours de scolarité. Les parents envoient leurs enfants pour l’unique objectif de les initier aux différentes sciences enseignées à l’école.

Malheureusement, au cours du long chemin de retour de l’école, l’élève rencontre de difficultés incalculables. S’il s’agit d’une jeune fille en puberté, des problèmes de convoitise commencent. Des fois, les populations environnantes se l’approprient, des fois, des enseignants s’en mêlent pour engrosser les élèves-filles pourtant leur confiées.

Ce phénomène est devenu inquiétant et handicape l’éducation au Burundi. Des statistiques alarmantes sont ainsi avancées par les responsables scolaires. En 2016 par exemple, les filles qui ont abandonné l’école à cause des grossesses en cours de scolarité étaient évaluées au nombre de 3742. Aujourd’hui, elles dépassent cet effectif pour caracoler 5000 cas de jeunes filles qui abandonnent l’école suite aux grossesses non désirées.

Ce qui inquiète le plus est que parmi ces abandons, on dénombre 2286 cas des élèves-filles du cycle fondamental, c’est – a- dire de la 1ère à la 9 ème année. Ce qui pousse quiconque à dire que les plus jeunes sont faciles à manipuler et à tromper.

Aujourd’hui, les provinces qui occupent le devant de la scène dans cette criminalité sont Gitega qui vient en tête suivie par Kayanza , talonnée par Rumonge et Bururi.

Face à cette réalité qui crève les yeux, la ministre en charge de l’éducation n’a pas hésité une seule seconde à prendre des mesures discriminatoires visant à priver de la scolarité aux élèves – filles ayant été engrossées. Celles-ci étaient interdites de reprendre le chemin de l’école après leur accouchement.

Mais cette mesure impopulaire et discriminatoire à l’endroit des élèves – filles a été levée après l’intervention contestataire des associations de la société civile et des parents. Dans ces conditions, même si la l’élève – fille est autorisée à reprendre sa scolarité après son accouchement, ce n’est pas pour l’encourager mais plutôt une grâce lui donnée pour s’amender afin de ne plus récidiver.

Burundi – France – Travail

La fonction publique française contre un projet de réforme

Paris, le 9 mai 2019 (Net Press) . Les fonctionnaires français ont décidé de descendre dans les rues ce jeudi 9 mai 2019 pour manifester leur ras-le-bol contre un projet de réformes initiées par le gouvernement français. Ce projet de loi vise à recourir davantage aux contractuels qu’aux fonctionnaires dans les services publics pour plus d’efficacité.

Face à cet engagement du gouvernement, les syndicats les plus représentatifs en France sont opposés à cette réforme. Neufs syndicats, donc la totalité des organisations représentant la fonction publique, ont lancé un appel à la manifestation pour combattre ce projet. Le secrétaire général de la fédération syndicale unitaire « FSU », Bernadette Groison, explique que ce projet vise à moins de fonction publique, plus de précarité, qui cherche même à privatiser un certain nombre de services de la fonction publique.

Même ton du côté du syndicat Solidaires – Fonction publique. Sa représentante Gaëlle Martinez dit qu’il y a le recours au contrat accru dans ce projet. Pour ce syndicat, c’est une attaque inadmissible contre le statut de la fonction publique qui ne permettra pas aux fonctionnaires d’avoir accès aux services publics. Elle est convaincue que ce projet vient pour accompagner les restructurations et les suppressions de services publics prévues par le gouvernement.

Face à ces revendications syndicales, le gouvernement représenté par Olivier Dussopt, Secrétaire d’Etat en charge de la Fonction publique, oppose une fin de non-recevoir car, dit-il, il n’y aura ni retrait ni renégociation de la réforme. Selon toujours le gouvernement, la phase de négociation est terminée et tous les amendements proposés par les représentants syndicaux ont été tenus en compte.

Pour ces syndicats, il est plus qu’urgent de renégocier ce projet de réforme puisque leurs instances consultatives ont voté contre ce projet. A cet instant, le bras de fer continue entre les syndicats et le gouvernement français, ce qui justifie l’organisation des manifestations à travers toute la France ce 9 mai 2019.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte