Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Médias - Justice9 mai 2019
|Le journaliste de la Rtnb relâché

Burundi - Sécurité8 mai 2019
|Le Chef de l’Etat recommande une série de mesures pour la sécurité

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Archives

 

 

 



Burundi - Administration

Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

11 mai 2019

Gitega, le 11 mai 2019 (Net Press) . Le conseil des ministres s’est tenu en date du 10 mai 2019 dans la capitale politique à Gitega. Parmi les points étudiés, il y avait analyse du projet portant organisation, composition et fonctionnement des comités de recrutement du personnel local dans les organisations non gouvernementales étrangères œuvrant au Burundi.

Des employés des Ong s’inquiètent du fait que le gouvernement burundais veut s’immiscer dans le recrutement du personnel des Ongs. Nombreux témoignages qui ont requis l’anonymat disent que des doutes planent derrière ce projet de décret, arguant que le gouvernement burundais affiche une réelle volonté d’en découdre avec l’indépendance de ces organisations pour imposer des personnes à recruter par ces Ongs.

Les mêmes sources font savoir que les autorités burundaises ont toujours cherché par le passé à placer leurs hommes dans les organisations non gouvernementales étrangères et qu’elles ont toujours été bloquées par un processus de recrutement dans ces Ongs, mettant en avant les compétences, ce qui risque d’entacher les relations entre Gitega et ces Ongs.

Burundi - Politique

Le parti de l’Aigle appelle les membres de la ligue des femmes à répondre aux élections de 2020 et de se faire élire

Bujumbura, le 11 mai 2019 (Net Press) . Au terme d’une semaine de démonstration de force de la ligue des femmes du parti de l’Aigle, Nancy Ninette Mutoni, chargée de la communication au sein du Cndd-Fdd, appelle les membres de la ligue des femmes (Abakenyerera Rugamba ) de répondre massivement aux élections de 2020 et de se faire élire dans les hautes instances du pays. Elle demande aux "Cnddfddistes" de donner une place à la famille et à leurs enfants dans l’idéologie du parti Cndd-Fdd .

Le président du parti Cndd-Fdd en mairie de Bujumbura, dans son discours de circonstances, déplore que les membres du parti de l’Aigle, en l’occurrence les Imbonerakure et les Bakenyerarugamba, sont toujours passés à tabac par les membres des partis de l’opposition et invite l’administration et la police de suivre de près cette situation qui prend une allure inquiétante.

Il invite les "Cnddfddistes" de préparer le leadership dans cette formation politique pouvant remplacer valablement les instances du parti et ajoute que c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que le parti comme le Cndd-Fdd, sorti fraichement du maquis, négocie avec la belligérance pour remporter plusieurs fois les élections.

Le gardien de cette formation politique en mairie de Bujumbura fait savoir qu’a l’approche des élections, il s’observe des déchirures au sein du parti pour des ambitions diverses et invite les "Cnddfddistes" de s’unir comme un seul homme pour vaincre les élections de 2020

Burundi - Nécrologie

Départ pour l’Eternité d’un juste !

Bujumbura, le 11 mai 2019 (Net Press) . Il s’appelait Louis Bazubwabo, il vient de quitter la terre de ses ancêtres, ce 8 mai 2019, à la veille de l’âge respectable de 75 ans. Il a vu le jour à Mugongomanga, dans la province de Bujumbura, en date du 11 novembre 1946. Plus tard, il a vécu dans la plaine de l’Imbo.et au cours de sa vie, il a habité le quartier Mutanga Nord, sur l’avenue Imbo, une coïncidence qui lui plaisait beaucoup. Un autre détail qu’il aimait tant est qu’il se prénommait Louis, ce qui évoque le prince Louis Rwagasore et habitait dans sa maison au n° 13, un numéro qui signifie beaucoup de choses dans la vie du père de l’indépendance.

Une messe en sa mémoire

Elle a été concélébrée ce matin par trois prêtres, Antoine, Adelin et Vital au sanctuaire Mont Sion de Gikungu, avec Antoine Bihigi comme officiant principal. Les trois prélats ont un dénominateur commun, à savoir qu’ils sont tous du troisième âge, d’où ils utilisent des lunettes pour lire les Saintes Ecritures.

Le prêtre a tenté de décrire Louis Bazubwabo, mais il n’a pas pu, tout comme les autres qui ont pris la parole, même au cimetière, compte tenu de la droiture, de l’intégrité, de l’amour du travail bien fait et de son amour sans bornes du prochain, en témoigne ceux qui avaient fait le déplacement à Mont Sion où l’église, de nature très vaste, était noire de monde.

Un parcours d’un combattant

Il a fait ses études primaires à Ijenda puis fréquenta le petit séminaire de Kanyosha, ceux qui l’ont côtoyé dans sa jeunesse l’ont vu porter une soutane au grand séminaire pendant deux ans, suivant les études de philosophie. Il quitta le grand séminaire et s’en alla à l’université du Burundi, dans le domaine des langues. Il poursuivra ses études à l’université libre de Belgique. Etant fonctionnaire de l’Etat, il a sacrifié ses soirées pour suivre également les cours de comptabilité à l’institut supérieur de commerce.

Dans sa vie professionnelle, il a tout été pendant les 35 ans qu’il a travaillé pour l’éducation de notre pays. De l’enseignant à l’Athénée de Gitega, il fut son directeur, puis directeur général au ministère de l’éducation nationale puis inspecteur dans ce même ministère. Intrépide et admiré de tous, il fit un petit ricochet à la primature et est vite retourné dans son secteur de prédilection. Il a été le tout premier directeur de la régie de production pédagogique RPP et d’autres départements du secteur de l’éducation.

Après toute cette période, il a quitté le ministère pour entrer à l’Unesco où il s’occupait de l’éducation des adultes. Il y a travaillé pendant une vingtaine d’années avant de prendre sa deuxième retraite, en 2018. Infatigable, il a représenté le Burundi dans 24 pays et il a écrit pas mal de manuels scolaires qui étaient utilisés au Zaïre (Rd Congo) et au Burundi, raison pour laquelle il parlait couramment plusieurs des dialectes de ce pays.

Pour Louis Bazubwabo, tous les hommes étaient égaux devant la loi et partant, au ministère et on le constatait à travers son franc-parler. Il encourageait ceux qui voulaient travailler, donc des progressistes et n’hésitait même pas à les promouvoir, sans considération d’origine ethnique ou régionale, comme l’a si clairement évoqué ce témoignage très éloquent de Juma Edouard, cadre et actuellement porte-parole du ministère.

Amis des adultes, ennemis des adolescents

Pour feu Louis Bazubwabo, le terme "grève" dans les écoles n’existait pas. Souvent, quand une telle manifestation se présentait dans une école secondaire à Bujumbura tout comme à l’intérieur du pays, il était dépêché par son ministère pour résoudre le problème. Les élèves en grève, quand ils apprenaient que c’est M. Bazubwabo qui est délégué, ils l’abandonnaient avant même qu’il n’arrive sur place.

Outre le terme de grève qui n’existait pas dans son lexique pourtant très riche, il ne voulait pas entendre non plus le mot "impunité". Les grévistes, après les enquêtes pratiquement policières menées par lui-même, étaient sérieusement punis même s’il n’exerçait pas le pénal dont il n’avait pas par ailleurs le droit. Les adolescents le détestaient donc car il ne leur permettait pas de faire du n’importe quoi, ce qu’ils voulaient.

Néanmoins, ceux qui parvenaient à terminer leurs études et à entrer dans la vie active, ont toujours présenté Louis Bazubwabo comme un éducateur modèle, qui les a orientés malgré tout car il a inculqué en eux une discipline, un amour du travail scolaire, l’humanité, d’où ils sont allés de l’avant dans leurs vies au quotidien.

Par ailleurs, même ceux qui avaient été frappés par les sanctions de ce cadre de l’Etat à la rigueur inégalée, n’ont jamais évoqué une éventuelle injustice à leur égard. Ils ont toujours admiré son comportement de parent exemplaire qui veut que les enfants aillent toujours de l’avant, qu’ils adoptent la rigueur, la ponctualité, l’intégrité et l’honnêteté dans la vie, des principes pour réussir, à ses yeux.

Faudrait-il ajouter que cette rigueur qu’il affichait n’était pas appliquée uniquement dans les différentes écoles. Il l’appliquait sur lui-même, sur sa femme et ses enfants et le résultat est qu’aujourd’hui, en laissant la place à ses descendants, il peut se targuer, là où il est, d’avoir réussi l’éducation de ses enfants.

Un homme proche de sa famille

Cet homme extraordinaire et au cœur d’or était très proche de sa famille. En cas de difficultés, il était prêt à tout faire pour qu’il y ait une solution à la question. Il était le premier à réunir les membres de cette famille pour trouver une solution définitive à la question posée. Quand les besoins se faisaient sentir, il n’hésitait pas à toucher sur son porte-monnaie pour assistance à personne en danger. Tous ceux qui le connaissent affirment sans tergiversation qu’ils viennent de perdre un homme très discipliné, de grande valeur intrinsèque, un Mushingantahe.

Quant il n’y avait pas de problèmes dans la famille, il prenait son temps pour partager avec ses amis et ses connaissances, un fait accompagné par une bonne causerie, surtout qu’il mettait à l’aise tous ceux qui étaient avec lui. Pour rendre visite à ses amis, il prenait une voiture personnelle et comme mentionné lors des témoignages, un véhicule de service ne lui appartenait pas. Le chauffeur le rentrait et l’engin retournait au service, un exemple de gestion qui devait inspirer ceux qui l’ont connu.

Ce n’est qu’un au revoir

Faut-il nous quitter sans espoir de retour, de nous revoir ? Les scouts se sont posés la question sur ta tombe. Mais non, non, non, cher parent, cher grand parent, cher frère, cher Louis, ce n’est qu’un au revoir, ont répondu les mêmes scouts. Nous nous reverrons un jour, nous te trouverons au ciel où tu nous représentes déjà, à la droite du Père.

La mort t’a emporté ? Nous la défions, tu es resté plus que jamais gravé dans nos mémoires. Ton épouse et tes 4 enfants, tes petits enfants, tes amis, tes connaissances ne t’oublieront jamais. Ils te rejoindront certainement dans une période que l’on voudrait qu’elle soit la plus lointaine possible. Que la terre de tes ancêtres te soit légère !

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte