Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi- Sécurité 7 août 2019
|A quand la commémoration de la mort de nos héros par Gitega ?

Burundi - Sécurité6 août 2019
|Un incendie vient de ravager un bar restaurant au Sud de la capitale économique

Burundi - Sécurité5 août 2019
|Une famille d’un membre du Cnl attaquée par des Imbonerakure

Burundi - Sécurité 3 août 2019
|Des menaces de mort pèsent sur les enseignants de Kirundo qui ont dénoncé le viol

Burundi - Sécurité2 août 2019
|Un membre du parti Uprona tué dans la province de Kayanza

Burundi – Politique1er août 2019
|Echec d’une réconciliation de tous les dangers

Burundi - Sécurité Routière31 juillet 2019
|Quand un accident fait rire les gens !!!

Burundi - Sécurité30 juillet 2019
|Une mort subite de trois personnes d’une même famille suscite des inquiétudes

Burundi - Sécurité29 juillet 2019
|Un cadavre découvert dans la zone de Ngagara

Burundi - Politique27 juillet 2019
|L’intolérance politique augmente d’un cran un peu partout dans le pays

Burundi - Sécurité26 juillet 2019
|Trois hommes arrêtés dans un bistrot dans la localité de Rubira

Burundi - Sécurité25 juillet 2019
|Arrestation d’une personne en possession de plusieurs armes

Burundi - Sécurité 24 juillet 2019
|Un membre du parti Cnl retrouvé agonisant !

Burundi - Sécurité23 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke dans le collimateur du Cnl

Burundi - Sécurité Routière22 juillet 2019
|Des passagers blessés et traumatisés

Burundi - Sécurité20 juillet 2019
|Le service national des renseignements à Cibitoke accusé d’enlever une personne

Burundi - Sécurité19 juillet 2019
|Deux présumés voleurs tués dans la province de Kayanza

Burundi - Justice18 juillet 2019
|Commémoration de la journée internationale des prisonniers

Burundi - Sécurité17 juillet 2019
|Un homme tue sa femme dans la province de Mwaro

Burundi - Sécurité 16 juillet 2019
|La police donne la lumière sur l’insécurité qui règne à l’ouest du pays !

Burundi - Sécurité15 juillet 2019
|Une personne portée disparue dans la province de Muyinga

Burundi - Tanzanie - Sécurité13 juillet 2019
|Les réfugiés burundais du camp de Nduta inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité12 juillet 2019
|Deux hommes tués par des policiers dans la commune de Gihanga

Burundi - Justice11 juillet 2019
|Interbank Burundi soupçonnée de soutenir la rébellion basée en Rdc

Burundi - Sécurité10 juillet 2019
|Un étudiant de l’université de Ngozi porté disparu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

24 mai 2019

Bujumbura, le 24 mai 2019 (Net Press). C’est un constat des plus hautes autorités de la mairie de Bujumbura, à commencer par la première d’entre elles, le maire de la ville, Freddy Mbonimpa. Lors d’une réunion de sécurité avec les administratifs et les forces de sécurité, il a reconnu que l’insécurité causée par des gens armés de machettes s’étend dans plusieurs zones de la ville.

Pour lui, ces malfaiteurs étaient signalés de par le passé dans le quartier de Kibenga de la zone de Kinindo mais qu’aujourd’hui, on les voit dans les zones de Ngagara et de Gihosha. Il en a profité pour demander à ses proches collaborateurs de renforcer la surveillance du mouvement des populations afin de juguler ce phénomène.

Dans la province de Bururi, au Sud du pays, l’on apprend que 4 élèves de la 7ème année du lycée communal de Kiremba-Sud sont détenus depuis l’après-midi de ce jeudi 23 mai 2019 dans le cachot de province, accusés de gribouillage de la photo du président de la République dans leurs manuels scolaires.

Les parents ne sont pas totalement d’accord avec cette mesure prise par le service national des renseignements de cette localité car ils sont convaincus que ledit service a agi sur base de soupçons. Ils demandent que la scolarité de ces 4 garçons ne soient pas perturbée à la veille de la fin de l’année et qu’une enquête approfondie soit menée, car rien ne prouve que ces élèves ont une responsabilité quelconque dans ce gribouillage de manuels scolaires communs.

Ce phénomène de gribouillage de la photo du président de la République est un feuilleton à répétition car depuis quelques années, il apparaît, fait des victimes parmi les élèves, disparaît et réapparaît encore de province en province. C’est ainsi qu’il a été déjà observé dans les provinces comme Kirundo, Rumonge, Bujumbura mairie, etc.

Burundi - Hygiène

Les voisins de l’entreprise Buceco entre le marteau et l’enclume !

Cibitoke, le 24 mai 2019 (Net Press) . Les sources concordantes indiquent que les habitants qui vivent tout près de l’entreprise de fabrication du ciment Buceco, localisée au centre-ville de Cibitoke, sont entre le marteau et l’enclume car l’entreprises leur demande de les désintéresser pour qu’ils vident les lieux, ce qu’ils refusent.

Selon nos sources, les voisins de cette entreprise disent que l’attribution de ces parcelles a été faite par les services d’urbanisme et estiment que l’entreprise devrait s’en prendre aux services de l’Etat qui les ont attribuées. Par ailleurs, renchérissent-ils, pour construire ces maisons ultra modernes, ils ont contracté des dettes dans les différentes banques et établissement financiers.

Nombreux témoignages de ce voisinage de l’entreprise font savoir que l’entreprise Buceco, dans la fabrication du ciment, émet des substances poussiéreuses et cancérigènes, ce qui risque d’hypothéquer la bonne santé de la population environnante. Ils demandent au gouvernement burundais de prendre en main cette affaire et de relocaliser cette entreprise dans un endroit isolé, selon les normes d’implantation des entreprises pour la bonne santé de la population.

Burundi - Rwanda - Justice

Des révélations qui secouent Gitega et Kampala

Kigali, le 24 mai 2019 (Net Press) . Callixte Nsabimana alias Sankara, un ancien militaire du Fpr qui avait déserté pour s’associer à ceux qui luttent contre le pouvoir de Kigali, a été appréhendé il y a quelques semaines dans les Iles Comores. Il avait été accusé pour son rôle présumé dans des crimes liés au terrorisme et à la sécurité du pays, à travers un mouvement rebelle rwandais dit Force de Libération Nationale, Fln.

Le Fln a fait son apparition l’année dernière et son porte-parole, Callixte Sankara, avait été arrêté et rapatrié au Rwanda. L’on saura que le Fnl est une branche militaire du mouvement rwandais pour le changement démocratique, Rmcd, dirigé par Paul Rusesabagina. Il a décidé de déclarer la guerre au Rwanda et d’opérer à partir de la forêt de Nyungwe. Cet homme arrêté et rapatrié, c’est aujourd’hui à l’heure du tribunal où il a comparu hier.

Selon des témoins, d’entrée de jeu, il a demandé pardon au président Kagame alors qu’il était à la barre du tribunal de Gasabo, en compagnie de son avocat Moïse Nkundabarashi, a plaidé coupable, avant de révéler la complicité des services militaires burundais et ougandais. Le Burundi, via les services de l’Etat-major qu’il a contacté, a facilité l’entrée des combattants dans la forêt de Nyungwe en passant par la Kibira frontalière.

Quant à l’Ouganda, ce pays a promis des armes et des munitions pour attaque le Rwanda. Il a fait part des différentes attaques déjà menées dans plusieurs coins du parc de Nyungwe. Gitega, tout comme Kampala, n’ont pas encore réagi sur les déclarations de ce chef rebelle capturé il y a quelques temps

Selon toujours des témoins, la sécurité du tribunal avait été renforcée, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments. L’on signale également une présence massive des journalistes rwandais et étrangers qui ont fait le déplacement de Kigali. L’on apprend que 16 infractions ont été retenues à sa charge.

Son avocat a demandé que son client puisse jouir d’une liberté provisoire car il a toujours collaboré avec la justice rwandaise. Mais cette dernière a riposté que malgré qu’il ait plaidé coupable, au regard de la pesanteur des infractions, il ne peut pas bénéficier de cet avantage. La rédaction a contacté le porte-parole de l’armée burundaise pour s’enquérir de la situation, mais en vain.

Les premières réactions indiquent que Callixte Sankara aurait été utilisé par le régime de Kigali pour bien localiser ses détracteurs. Certains autres trouvent qu’il est de bonne guerre en matière politique car tous les coups sont permis. Les autres encore attendent pour voir l’évolution des choses car il est encore trop tôt de tirer des conclusions sur une affaire aussi sensible et qui engage 4 pays en même temps, le Rwanda, le Burundi, le Congo et la République démocratique du Congo.

Burundi - Education

Détenu pour n’avoir pas dispensé un cours dont il n’a aucune notion

Makamba, le 24 mai 2019 (Net Press) . Il s’appelle Gilbert Nahimana, il est enseignant au lycée communal de Karobane, dans la commune de Nyanza-lac, de la province de Makamba au Sud du pays. Il est détenu depuis le 21 mai dans le cachot du parquet de Makamba, sur ordre du gouverneur Gad Niyukuri, accusé d’avoir refusé de dispenser un cours qui lui a été attribué.

Selon nos informations, une réunion pédagogique a eu lieu en date du 20 mai et le constat a été que la matière de physique n’a pas été dispensée depuis le début de l’année scolaire. Selon toujours des témoignages, cet enseignant avait cependant signalé qu’il ne peut pas enseigner un cours qu’il n’a jamais vu pendant son cursus académique. C’est à ce moment que le directeur de l’école a fait part de ce constat au gouverneur de province.

Ce dernier n’y est pas allé par quatre chemins. Il a ordonné l’arrestation de Gilbert Nahimana et il a été conduit au cachot du parquet de Makamba. Ses collègues, tout comme les syndicats dans cette province, s’insurgent contre une interpellation arbitraire et demandent que chaque enseignant dispense des cours dont il a la compétence.

Selon des parents contactés, l’arrestation de cet enseignant est une forme de distraction alors que le problème posé est plus sérieux, c’est-à-dire une matière qui n’a jamais été dispensée depuis le début de l’année. Ils demandent qu’il y ait une solution durable à cette question et non des décisions improductives comme l’emprisonnement des enseignants.

Burundi – Economie

Depuis deux semaines le Burundi observe un manque criant des devises

Bujumbura, le 24 mai 2019 (Net Press) . Depuis deux semaines, le Burundi croupit dans une rareté de devises sans précédent, ce qui provoque la hausse du taux de change. Nombreux changeurs de billet affirment que les banques commerciales et le marché noir manquent de ce billet vert. A titre d’exemple, le dollar américain qui s’échangeait à 2780 fbu il y a deux semaines a vu son prix grimper jusqu’à atteindre 3010 fbu dans l’après midi de ce mercredi 22 mai 2019.

L’Euro quant à lui s’achète à 3330 fbu quand on parvient à l’avoir. Il y a deux semaines, on pouvait s’en procurer à 2950 fbu. Jusqu’au moment où nous mettons sous presse, aucune information officielle ne filtre sur cette carence des devises.

Et dans la même foulée, un arsenal de policiers ont procédé ce mercredi à la traque des échangeurs de billets à la place de l’ancien marché central de Bujumbura, indexant ces derniers de cacher les coupures de devises pour une spéculation ultérieure. Ces échangeurs de billets contactés par la rédaction, dans leur humour intarissable, affirment que la rareté des devises est due à la crise politico-économique que traverse le pays depuis 2015 et que ce ne sont pas les échangeurs qui en payent un lourd tribut. Et selon les mêmes témoignages, la carence du mazout était un signe précurseur de la rareté des billets verts

Burundi - Angleterre - Elections

Un Anglais d’origine burundaise se fait élire aux élections européennes

Londres, le 24 mai 2019 (Net Press) . Les européens ont élu ce jeudi 23 mai les eurodéputés et la Grande Bretagne, par le fait qu’elle n’a pas encore quitté l’Union européenne, a été obligée de participer à ces élections. Ainsi, selon la voix de l’Amérique, parmi les candidats anglais, se trouve Pacelli Ndikumana, un Anglais d’origine burundaise.

Il s’est fait élire au sein du parti de l’Union européenne, UK European Union Party, qui a vu le jour cette même année dans ce royaume. Pacelli Ndikumana, un avocat audacieux, est très connu dans la capitale burundaise pour avoir défendu avec célérité et doigté les dossiers de ses clients, une tâche qu’il a toujours fait avec brio.

Burundi - Usa - Politique

"États-Unis : guerre ouverte entre Donald Trump et Nancy Pelosi", dixit Rfi

Washington, le 24 mai 2019 (Net Press) . La guerre est ouverte entre la puissante chef de la majorité démocrate de la chambre et le président américain. Après avoir annulé mercredi 22 mai sa rencontre avec les dirigeants de l’opposition suite à une remarque de Nancy Pelosi, Donald Trump s’en est vivement pris ce jeudi à son adversaire du Congrès au cours d’une conférence de presse impromptue et plutôt décousue. Quelques heures plus tôt, la cheffe des démocrates de la chambre avait exprimé ses inquiétudes sur la santé du président.

Nancy Pelosi n’a pas son pareil pour provoquer le président. Elle manie avec calme un langage qui a le don de l’ulcérer. Au lendemain d’une passe d’armes à la Maison Blanche, elle a dit être inquiète sur la santé de Donald Trump et a ajouté : « Je prie pour le président des États-Unis. J’espère que sa famille, son administration ou ses conseillers vont intervenir pour le bien du pays. »

Le président ne pouvait pas rester sans réagir. Il a d’abord douté des compétences de Nancy Pelosi, à propos du traité commercial avec le Mexique et le Canada. « C’est un désastre. Elle ne comprend pas le texte », a-t-il dit.

Avant de revenir sur la rencontre de la veille avec les dirigeants démocrates : « Je suis rentré dans la pièce. Il y avait Chuck le pleurnichard et Nancy la folle. Je vais vous dire, je l’observe depuis longtemps, elle n’est pas la même personne, elle est perdue ».

C’est la première fois que le président affuble Nancy Pelosi d’un tel surnom. Donald Trump qui a par ailleurs tenu à faire témoigner ses conseillers sur son propre calme lors de la rencontre avec les démocrates. « Vous étiez très calme et très direct », témoigne une femme. « Très calme, vous avez présenté les choses… », renchérit un homme. « Très calme, direct et clair », poursuit une autre conseillère. Le président a enfin qualifié les démocrates de bons à rien, et a déclaré qu’il était lui-même un génie extrêmement stable.

Burundi - Grande Bretagne - Politique

"Royaume-Uni : Theresa May annonce sa démission", selon la radio mondiale

Londres, le 24 mai 2019 (Net Press) . La Première ministre britannique a annoncé ce vendredi qu’elle quitterait le 10, Downing Street le 7 juin prochain. Ce départ interviendra au lendemain de la visite d’Etat de Donald Trump au Royaume-Uni et alors que le pays est toujours dans l’impasse concernant la tenue du Brexit.

Theresa May a annoncé ce vendredi sa démission, suite à son échec à faire adopter son plan de retrait de l’Union européenne. La voix étranglée par l’émotion, la Première ministre a précisé qu’elle démissionnerait de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur - et donc de cheffe du gouvernement - le 7 juin, dans une allocution prononcée devant le 10, Downing Street.

Elle a exprimé, au bord des larmes, « un profond regret de ne pas avoir été capable de mettre en oeuvre le Brexit ». Sa voix s’est cassée au moment de terminer sa brève déclaration en proclamant son « amour » pour son pays, la dirigeante masquant l’émotion qui la submergeait en faisant volte-face pour se diriger vers ses bureaux.

Le mandat de Theresa May, aux airs de chemin de croix tant elle a rencontré d’adversité, de critiques voire de complots au sein de son propre parti, restera comme l’un des plus courts de l’histoire des Premiers ministres britanniques depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte