Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Archives

 

 

 



Burundi - Tanzanie - Sécurité

Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

25 mai 2019

Narugusu, le 25 mai 2019 (Net Press) . Nous apprenons que deux réfugiés burundais, qui allaient chercher du poisson dans la rivière Mikere, tout près de leur camp, ont été blessés par balles des policiers en patrouille qui les auraient pris pour des criminels. Le forfait a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi 22 mai.

D’après des informations disponibles à la rédaction, les deux hommes ont été atteints par ces balles, mais la police, ayant remarqué son erreur, a appelé une ambulance de l’hôpital de la zone VIII pour les secourir. Ils bénéficieraient des soins intensifs pour le moment, une sorte de présentation de mea culpa de la police locale.

Malgré ce fait têtu, l’un des responsables de ce camp, peut-être par crainte d’éventuelles punitions, tente de déformer les faits, affirmant que les deux réfugiés ont été fusillés par des bandits armés et non par des policiers. Coïncidence ou pas, dans la même nuit, la police a présenté deux bandits armés qu’elle aurait arrêtés après des crépitements d’armes à feu.

Cependant, cette démonstration de la police tanzanienne n’a pas convaincu les réfugiés qui persistent à croire que les deux réfugiés ont été blessés par des éléments de ce corps de défense. Pour cela, ils exigent une enquête impartiale plus approfondie pour établir les responsabilités afin que les auteurs répondent de leurs actes. Ch.N

Burundi - Education

Vers le concours national des classes de 9ème

Bujumbura, le 25 mai 2019 (Net Press) . Ce samedi 25 mai 2019, la ministre en charge de l’éducation nationale, Dr. Janvière Ndirahisha, a procédé à l’internement des enseignants qui doivent choisir le concours national des classes de 9ème donnant accès au cycle post-fondamental.

Elle a profité de cette occasion pour annoncer que le concours national aura lieu du 11 au 13 juin de cette année sur tout le territoire national. L’effectif des élèves réguliers attendus pour ces épreuves est de plus de 93.000 enfants et le concours se passera dans 958 centres de passation du concours.

Le gouvernement, selon toujours la ministre, n’a pas oublié les autodidactes qui sont estimés à 11.000 élèves. Il y aura en tout et pour tout 3.752 surveillants du concours qui se dérouleront dans 2566 classes. L’on apprend enfin, toujours de la part de la ministre Ndirahisha, que le concours portera sur 6 domaines. Quant à l’effectif des responsables de ces centres, il correspond bel et bien à cet effectif.J.M

Burundi - Justice

Les domestiques de Bururi font parler d’eux-mêmes

Bururi, le 25 mai 2019 (Net Press) . Dans la province de Bururi, au Sud du pays, 4 personnes, dont deux domestiques, ont été appréhendés il y a 48 heures au chef-lieu de cette entité administrative, tous accusés de vol. Parmi les personnes arrêtées, figure le domestique du gouverneur du province et celui d’un magistrat du parquet de la République à Bururi.

Selon des sources judiciaires locales, il semble que les voleurs détenaient des clés double qu’ils utilisaient pour accéder un peu partout dans les maisons. L’on rappelle qu’il y a quelques temps, les habitants du chef-lieu de Bururi avaient manifesté des inquiétudes à propos de la recrudescence de l’insécurité dans les ménages, dans les boutiques et dans les kiosques.

Outre que les femmes étaient les plus exposées, l’on voyait également que même des matelas, des ustensiles de cuisine, du bétail, des téléphones mobiles, argent et autres biens ont toujours été volés par ce groupe. Leur dossier est en cours d’instruction à la police judiciaire de Bururi, ce qui réjouit la population de la contrée. J.M.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome s’exprime sur la rareté du carburant...

Bujumbura, le 25 mai 2019 (Net Press) . Cet observatoire s’exprime sur la carence du carburant, plus particulièrement le diesel, une piste qui peut occasionner la hausse de prix des produits pétroliers et ses conséquences sur la vie des citoyens burundais pauvres. Il dit qu’il est préoccupé par le manque de mazout dans les différentes stations du Burundi.

Pour l’Olucome, cela pourrait être un mobile erroné des pétroliers et du gouvernement de décider la hausse des prix des produits pétroliers. Selon des informations à sa disposition, la banque de la république du Burundi n’a pas de devises. Par ailleurs, la valeur de la monnaie se dégrade à grande vitesse.

La dépréciation est de 73.5% par rapport à 2015 et suite à ces informations, l’Olucome suggère au gouvernement de prendre des dispositions possibles pour approvisionner le stock de carburant sans penser à hausser le prix de ce produit.

Selon le rapport de la commission gouvernance à l’assemblée nationale à la disposition de l’Olucome, sur 6 sociétés importatrices de produits pétroliers avant 2015, 2 seulement (Interpetrol et Kobil) ont continué ce travail suite à la crise politique et à la carence de devises.

Compte tenu que la vente de devises s’est toujours faite sur base de favoritisme, l’Interpetrol a toujours eu la grande part de ces devises, ce qui a occasionné la fermeture d’autres sociétés pétrolières. En outre, déplore l’Olucome, le gouvernement a toujours privilégié la voie routière qui est très chère pour importer ces produits pétroliers au lieu de la voie maritime.

Cette dernière pourrait, à ses yeux, réduire le prix de carburant qui pèse lourd sur la vie des populations extrêmement pauvres. Fort de cette situation qu’il a décrite dans ce document, il a adressé au total 11 recommandations au gouvernement du Burundi pour que ce dernier puisse redresser la barre à temps. N.R.

Burundi - Politique

L’opposition se plaint des agissements impunis des Imbonerakure

Karusi, le 25 mai 2019 (Net Press) . Un membre du Cnl d’Agathon Rwasa dans la province de Karusi, au Centre-Est du pays, Ladislas Manayubahwe, a été battu par des Imbonerakure sur la colline Mugogo de la commune de Gihogazi de cette province. Les faits se sont passés dimanche denier, le 19 mai.

Selon ses témoignages, il rentrait chez lui vers 21 heures et il est tombé entre les mains des Imbonerakure qui faisaient une patrouille. Selon cet homme, il avait un montant de 215.000 Fbu qu’ils ont subtilisé, arguant qu’il est membre du parti de l’opposition. Il a porté plainte à la police mais ces derniers ont refusé de comparaître, se plaint-il.

Les membres de cette formation politique ne cessent d’indiquer qu’ils sont inquiets de l’intolérance politique de la part des jeunes du parti de l’Aigle à l’approche des élections de 2020 et demandent aux services concernés de mettre fin à ces pratiques. Mais ces derniers, par complicité pu par ignorance, ne lèvent jamais leurs doigts. D.N

Burundi - Afrique - Histoire

Si l’histoire de l’Union africaine vous était contée

Addis Abeba, le 25 mai 2019 (Net Press) . L’Union africaine a été créée en 2002 en Afrique du Sud, plus précisément à Durban en 2000, sous l’implication directe de l’ancien président libyen Mouammar El Kadhafi. Ainsi, elle a remplacé l’Organisation de l’Unité africaine qui avait vu le jour en date du 25 mai 1963 à Addis Abeba en Ethiopie. L’organisation de l’unité africaine (OUA) est une organisation inter-étatique sui a été créée et présidée par l’empereur Haïlé Sélassié Ier le 25 mai 1963.

Le 25 mai 1963, 32 États créèrent l’Organisation de l’unité africaine à Addis-Abeba en Éthiopie. Parmi les chefs d’État fondateurs, les avis divergeaient sur sa nature. Les partisans du fédéralisme, menés par le président du Ghana Kwame Nkrumah, s’opposaient aux tenants d’une « Afrique des États » avec à leur tête le président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Ces derniers imposèrent leur vision et l’Organisation de l’unité africaine devint un outil de coopération, et non d’intégration, entre les États. Depuis, la Journée mondiale de l’Afrique est célébrée tous les 25 mai.

Durant le même mois, la charte de l’organisation (qui fut rédigée notamment par le président malien Modibo Keïta et le président togolais Sylvanus Olympio quelque temps avant sa mort) fut signée par trente États africains indépendants. Le Togo n’est pas représenté du fait de l’assassinat de son président Sylvanus Olympio par des éléments pro-français ; le président tanzanien Julius Nyerere appelle les autres États africains à ne pas reconnaitre le nouveau régime togolais.

Suite à la Guerre du Kippour et au Sixième sommet des chefs d’État arabes (novembre 1973), le Conseil des ministres de l’OUA s’est réuni du 19 au 21 novembre 1973 en session extraordinaire d’urgence, à la demande de l’Algérie, et a décidé de créer un comité chargé de prendre contact avec la Ligue arabe pour définir une politique de coopération entre les États africains et le monde arabe ; 42 États africains ont ensuite rompu leurs relations avec Israël.
En 1984-1985, le Maroc se retire de l’Organisation de l’unité africaine, dont il était membre depuis 1963, à la suite de l’admission de la République arabe sahraouie démocratique.

Dans les années 1980, l’OUA est en crise. Le président burkinabé Thomas Sankara se montre très critique à l’égard de son fonctionnement : « L’OUA telle qu’elle existait ne peut pas continuer. [...] L’Afrique est face à elle-même avec des problèmes que l’OUA réussit toujours à contourner en remettant leur résolution à demain. Ce demain-là, c’est aujourd’hui. On ne peut plus remettre à demain toutes ces questions. C’est pourquoi nous trouvons que cette crise est tout à fait normale. Elle arrive peut-être même avec un peu de retard. » Ch.N

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte