Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Médias - Justice9 mai 2019
|Le journaliste de la Rtnb relâché

Burundi - Sécurité8 mai 2019
|Le Chef de l’Etat recommande une série de mesures pour la sécurité

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

29 mai 2019

Bujumbura, le 29 mai 2019 (Net Press) . Dans la nuit de ce mercredi 29 mai, vers 2 heures du matin, les habitants des quartiers du Nord de la capitale économique Bujumbura ont été réveillés par des crépitements d’armes.

Cette attaque visait dans un premier temps un ménage d’un certain Nestor Ntakirutimana, situé au quartier Kanga, de la zone Kinama, commune Ntahangwa, au Nord-Ouest de Bujumbura. L’on déplore 4 personnes tuées parmi lesquelles figurent un boutiquier, deux membres des comités mixtes de sécurité et un assaillant.

Aussi, une personne a été grièvement blessée pendant ce forfait et une somme de 115.000 Fbu volée. Les criminels étaient au nombre de 6, munis de 2 fusils de type Kalachnikov. La police affirme qu’elle est à leur trousse jusqu’à la destruction de ce réseau de bandits armés.

Ces coups de feu donnaient cependant l’impression d’un échange de tirs croisés souvent à l’arme automatique, ce qui est attesté par la mort sur le champ d’un assaillant. Comme le pouvoir de Gitega a l’habitude de le dire, le porte-parole adjoint de la police, Moïse Nkurunziza, les a qualifiés de bandits armés qui voulaient dévaliser les boutiques et piller les ménages.

Notons que le régime militaire du major Pierre Buyoya avait lui aussi l’habitude de qualifier de bandits armés le Cndd-Fdd, quand ce mouvement était encore au maquis. Cette qualification cachait les faits sur terrain à la diplomatie et aux chancelleries étrangères pour échapper à la pression extérieure de négocier avec ces mouvements armés.

Comme on ne peut pas cacher éternellement la fumée quand une maison brûle, le major Buyoya a été contraint de négocier avec le Cndd-Fdd. Et curieusement, le même parti de l’Aigle a hérité du major Buyoya la même rhétorique pour masquer la réalité. Ce qui justifie l’éternel recommencement de l’histoire des mouvements armés dont une revendication s’est révélée dans le temps plus que légitime.

La seule différence est que quand bien même il y a recommencement de l’histoire, il y a changement d’acteurs, de bénéficiaires et de victimes, comme aiment le dire les observateurs rôdés dans la science de l’Histoire.

Pour revenir sur la dépêche, ce qui est malheureux dans ce pays, c’est que la population devient chaque fois victime quand il y a une attaque des mouvements armés ou de bandits armés. Ce peuple vit dans la torpeur et souffre des conséquences de cette insécurité car il ne parvient pas à vaquer quotidiennement à ses activités, d’où la pauvreté extrême qui s’en suit. N.R.

Burundi - Sécurité

La zone de Bwiza toujours cible d’une fouille-perquisition

Bujumbura, le 29 mai 2019 (Net Press) . Hier, c’était le quartier de Jabe, de la même zone de Bwiza, qui faisait l’objet d’une fouille-perquisition de la police, elle même accompagnée de militaires. Selon des informations recueillies par la rédaction, aucune arme n’a été saisie mais des irréguliers, au nombre de 83, ont été arrêtés.

Certaines personnes ont été arrêtées pour manque de cartes nationales d’identité, de cahiers de ménages, d’autres encore parce qu’elles ne sont pas inscrites dans les cahiers de ménages. Il y a également des étrangers qui ont été appréhendés pour manque de visas de séjour dans notre pays. Le gros d’entre eux ont été libérés pendant la journée.

Ce matin, c’était le tour du quartier Bwiza de la même zone. Comme à Jabe, des militaires lourdement armés et des policiers ont procédé à une fouille-perquisition. Toutes les avenues servant d’entrée et de sortie étaient gardées par des militaires au moment où les policiers fouillaient maison par maison.

Comme pour hier, aucune personne, à part les élèves et les fonctionnaires qui exhibaient leur carte d’identité, n’était autorisée de quitter le quartier. Le bilan de la fouille-perquisition devrait être connu dans les heures qui viennent. J.M

Burundi - Intégration Régionale

La requête du Burundi rejetée pour la deuxième fois

Windhoek, le 29 mai 2019 (Net Press) . Le président namibien, Hage Geingob, en même temps président de la Sadc (communauté de développement de l’Afrique australe), vient de rejeter encore une fois, ce 27 mai 2019, la requête du Burundi de faire partie de cette organisation régionale.

Selon des informations sur place, la Sadc a envoyé une mission dévaluation dans notre pays pour voir s’il remplissait les conditions requises pour l’intégration dans l’organisation. Selon le président namibien, cette mission a recommandé de surseoir à l’adhésion car il n’est pas encore temps que le Burundi soit membre, a révélé le président Geingob à son homologue tanzanien, John Pombe Magufuli.

Les mobiles de ce refus sont que d’abord, le processus démocratique n’a pas été résolu dans ce pays. En outre, il y a préoccupation du fait des accusations mutuelles entre le Rwanda et le Burundi. Cette position vient comme une réponse à une rencontre entre le ministre burundais des relations extérieures et le président namibien où le premier avait exprimé le souhait de voir son pays adhérer à la Sadc, tout en demandant au président de plaider pour la cause du Burundi.

L’on saura que c’est la deuxième fois que la Sadc a rejetée la demande de Gitega car cela s’était passé exactement de cette manière au mois de févier 2017. L’on saura également qu’une autre organisation régionale, le Comesa, avait refusé à la dernière minute de tenir un sommet des chefs d’Etat à Bujumbura alors que ce dernier avait pratiquement terminé les préparatifs.

Même au sein de l’Eac, l’on apprend que le Burundi ne fait pas l’unanimité car, si des pays comme la Tanzanie le soutiennent, il y a le Rwanda qui passe pour son ennemi juré, ce qui a toujours bloqué d’ailleurs toutes les initiatives de cette communauté sur la crise politico-sécuritaire de Gitega. Ch.N.

Burundi - Justice

Quand la cour anti – corruption s’en prend au chef d’une colline

Bujumbura, le 29 mai 2019 (Net Press) . Le chef de colline Gatunguru, M. Simon Kaje, a été interpellé jeudi le 23 mai 2019 par les services de la cour anti – corruption à Bujumbura. La police s’était munie d’un mandat d’arrêt dûment signé par le procureur de cette cour.

Le mobile de cette mise aux arrêts n’est pas jusqu’à présent révélé. Mais des sources dignes de foi proches de l’administration de la colline Gatunguru indiquent que Siimon Kaje serait accusé de dilapidation des deniers publics.

En effet, depuis que le marché de cette localité a été construit et fonctionnel, la commune Mutimbuzi n’a rien encore perçu dans ses caisses en provenance de cette colline. Toutes les taxes ont été collectées par des Imbonerakure pour être acheminées au chef de colline. Depuis 2015, l’on estime à 60.000.000 de francs burundais l’argent déjà subtilisé par Simon Kaje, soulignent les mêmes sources qui se sont confiées à l’agence Net Press.

Après avoir subi un interrogatoire musclé pendant 4 jours meublés, la brigade anti – corruption l’a relâché. Depuis ce lundi, il est libre de ses mouvements et remplit sans complexe ses fonctions administratives. Le dossier ouvert suit son cours normal même en liberté.

Lesdites sources indiquent que n’eut été l’intervention des poids lourds du parti au pouvoir, le Cndd – Fdd, il serait encore dans les geôles. Ces personnes qui ont plaidé pour la libération du chef de colline de Gatunguru, auraient indiqué à la cour qu’au cas où les enquêtes établiraient sa responsabilité dans la malversation des biens de l’Etat, qu’il doit individuellement répondre de ses accusations. D.N

Burundi - Ue - Politique

L’Union européenne au chevet du Burundi ...

Ngozi, le 29 mai 2019 (Net Press) . C’était à l’Hôtel des Plateaux, au centre-ville de la province de Ngozi, au Nord du pays, ce mardi 28 mai 2019, que l’Union européenne, à travers l’ambassadeur de l’Union européenne au Burundi, Wolfram Vetter, a apporté un appui dans un projet « Tubeho –Neza " ce qui veut dire mieux vivre" que l’Union européenne appui ce programme à hauteur de 38 million d’Euros, soit 80 milliards de nos francs pour une période de 3 ans.

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Burundi, Wolfram Vetter, dans son discours de circonstance, a affirmé que cet appui sera centré sur le développement du monde rural et la nutrition repartie sur 14 provinces et 41 communes du pays, 2..450.000 bénéficiaires soit 30% de la population habitant dans les zones d’intervention les plus vulnérables et vise la promotion de la sécurité alimentaire par l’octroi d’intrants agricoles comme les semences ou des outils, ainsi que la transformation des produits agricoles qui générera des revenus pour que les ménages ruraux dépassent la simple agriculture de subsistance pour évoluer vers la production des aliments.

Wolfram Vetter a fait savoir que ce programme permettra d’améliorer l’alimentation des ménages par des foyers d’apprentissage nutritionnels et favoriser au quotidien l’accès à l’eau potable et les conditions d’hygiène et permettra aussi la prévention de la sous-nutrition chez les femmes et les enfants de moins de cinq ans.

Wolfram Vetter a fait savoir également que la délégation de l’Union européenne partage les soucis des autorités que des fonds européens soient utilisés aux priorité fixées par le pays et a affirmé qu’une coordination efficace de tous les secteurs impliqués est indispensable pour répondre aux besoins des populations à travers le grand axe défini par la plan national de développement 2018-2027.

Selon lui, la cellule de facilitation inter-consortium du projet Tubeho-Neza ainsi qu’une assistance technique spécifique gérée par l’Union européenne travaillerons de concert avec le ministère de l’environnement ; de l’agriculture et de l’élevage, les services de l’ordonnateur national et la délégation de l’Union européenne au Burundi

Wolfram Vetter a affirme enfin que ce programme s’inscrit dans le cadre d’une mesure plus globale d’appui à la résilience de la population burundaise qui représente 95 millions d’Euros et pourrait être augmenté à l’avenir. Cette mesure prévoit la mise en œuvre des programmes consacrés à la santé et à l’énergie. N.R

Burundi - Elevage

Une maladie du petit bétail inquiète les autorités de Ngozi

Ngozi, le 29 mai 2019 (Net Press) . Une maladie inconnue décime les chèvres et moutons dans la province de Ngozi, au Nord du pays. L’on parle de plus de 400 bêtes tuées, dont une centaine dans une semaine. Cette maladie est très contagieuse, ce qui a poussé le gouverneur de la place d’interdir la circulation et la commercialisation des chèvres et des moutons.

Mêmes les produits dérivés comme la viande ou le lait sont également interdits de commercialisation. Selon des informations en provenance de Ngozi, cette maladie est apparue pour la première fois dans la commune de Tangara depuis le mois de mai en cours. Elle s’était vite propagée dans les autres communes d’où l’administration a dû sensibiliser les éleveurs sur les risques que peut causer cette maladie. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte