Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 juillet 2019
|Les entraînements paramilitaires de Burambi inquiètent les habitants

Burundi - Sécurité8 juillet 2019
|Bujumbura enregistre deux explosions tout près de l’Etat major de l’armée

Burundi - Sécurité6 juillet 2019
|Un commissaire communal de police tire sur un conducteur de taxi vélo

Burundi - Sécurité5 juillet 2019
|Des Congolais en possession de devises attaqués par des hommes armés

Burundi - Sécurité4 juillet 2019
|La police met la main sur deux personnes qui se transforment en forces de l’ordre

Burundi – Sécurité 3 juillet 2019
|Une somme de deux mille francs burundais à l’origine d’une perte d’une vie humaine

Burundi - Sécurité 2 juillet 2019
|Une jeune femme tuée en zone Kanyosha en mairie de Bujumbura

Burundi - Sécurité1er juillet 2019
|Un enseignant arrêté après avoir tenté de tuer son élève

Burundi - Sécurité29 juin 2019
|Découverte d’une dépouille ligotée au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité Routière28 juin 2019
|Un conducteur de taxi-vélo fauché par un accident de roulage

Burundi - Sécurité27 juin 2019
|Les chrétiens de Kayanza présentent une offrande pour le moins surprenante

Burundi - Sécurité26 juin 2019
|Les membres du Cnl toujours dans l’oeil du cyclone

Burundi - Sécurité25 juin 2019
|Deux enfants tués suite à des pluies torrentielles au Sud du pays

Burundi - Sécurité24 juin 2019
|Des policiers qualifiés de source d’insécurité par les motards au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité22 juin 2019
|L’Onu atteste la présence des Imbonerakure, de l’armée et des rebelles burundais en Rdc

Burundi - Somalie - Sécurité21 juin 2019
|Affrontements des militaires burundais en Somalie, info ou intox ?

Burundi - Sécurité Routière20 juin 2019
|Le curé de la paroisse Mbogora décédé dans un accident de roulage

Burundi - Rdc - Sécurité19 juin 2019
|Suspension des circulations entre le Burundi et la Rdc via la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité18 juin 2019
|Tensions entre les jeunes du Cnl et ceux du Cndd-Fdd au Nord Ouest

Burundi - Sécurité17 juin 2019
|Le siège du Cnl dans Bujumbura rural brûlé

Burundi - Sécurité15 juin 2019
|Les populations de Burundi inquiètes de la recrudescence des crimes au chef-lieu

Burundi - Sécurité14 juin 2019
|Les albinos menacés par des croyances obscurantistes

Burundi - Sécurité13 juin 2019
|Un enseignant tué dans la province de Bururi

Burundi - Sécurité 12 juin 2019
|Une maman brûle sa fillette après avoir volé 2 Kg de haricot

Burundi - Sécurité11 juin 2019
|Arrestation d’un jeune homme dans la province de Muyinga

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une maman brûle sa fillette après avoir volé 2 Kg de haricot

12 juin 2019

Rumonge, le 12 juin 2019 (Net Press). Selon nos sources, le scénario s’est passé à la sous- colline de Mayengo, de la colline Gihwanya, en commune et province de Rumonge, au Sud-Ouest du pays. Selon ces informations, une maman a brûlé sans état d’âme sa fillette de douze ans, appréhendée en flagrant délit en train de voler deux kilogrammes de haricot.

Selon les témoins, cette dame a exposé a appliqué une braise de bois chauffée sur la joue gauche et une partie du cou de la victime. Sil l’on peut reprocher à la petite fillette d’avoir volé, elle le faisait pour des raisons humanitaires car elle voulait être au chevet d’une famille voisine qui vit en extrême pauvreté.

Le chef de la colline Gihwanya, Jean Shabani Bazompora, fait savoir que la famille vivait en désaccord et qu’il a était appelé à maintes reprises de trancher les différends entre le couple. Il a profité de cette occasion pour lancer un appel vibrant à ses administrés de ne pas infliger des châtiments corporels à leurs enfants car un pareil comportement est puni par la loi.

Des habitants de cette circonscription administrative se posent la question de savoir pourquoi l’auteure de ce forfait n’a pas été appréhendée et se la coule douce à son domicile. Quant à la fillette, elle est en train de recevoir des soins à une structure sanitaire proche. N.R.

Burundi – Politique -Opinion

Supplice permanent au sein du parti Cnl

Bujumbura, le 12 juin 2019 (Net Press) . Après que l’ancienne aile du Palipehutu de Jacques Bigirimana s’est appropriée le nom de Fnl, Agathon Rwasa a déposé le dossier au ministère de l’intérieur pour agrément de sa nouvelle formation politique. Le Conseil national pour la liberté(Cnl) est le nouveau parti de Rwasa reconnu par la loi au Burundi.

De nombreux observateurs politiques de notre pays, actuellement, cette formation politique inquiète beaucoup le parti au pouvoir, le Cndd – Fdd. A travers tout le pays, sur toutes les collines, la population gonfle les rangs du Cnl. Ce phénomène irrite les jeunes Imbonerakure et les dirigeants du Cndd –Fdd qui vouent aux gémonies les adeptes de Rwasa.

Dans nos dépêches quotidiennes, la rédaction rapporte toujours des cas de torture, d’emprisonnement et des fois, des tueries des membres du parti Cnl. Pourtant, l’on ne cesse pas de nous rabâcher des informations dans toutes les provinces qui font état d’adhésion massive de la population et de façon permanente à cette formation politique.

Ce qui inquiète l’opinion nationale et internationale est que l’effectif numérique dont les dirigeants se vantent qui risque d’être un leurre car, cette supériorité numérique devrait normalement peser sur la psychologie des Imbonerakure. Mais s’ils se refugient dans un mutisme outrageant qui consacre la résignation, il ne serait pas surprenant d’assister à un lynchage de 50 membres d’Agathon Rwasa par 2 ou 3 membres d’un parti qui lui est opposé.

Mais la même opinion révèle à la rédaction de Net Press que si d’aventure les membres du Cnl tenteraient d’affronter face à face leurs adversaires politiques, une altercation qui basculerait à s’en venir aux mains, le Cnl ne s’en sortirait pas indemne.

Car, de telles provocations au quotidien cachent mal l’intention tout aussi cachée du parti au pouvoir et de son administration d’en profiter pour rayer le parti d’Agathon Rwasa de la liste des partis politiques agréés au Burundi, continue la même opinion. De cette façon, le Cndd – Fdd se serait tiré une épine dans le pied qui s’y enfonce à tout instant à quelques millimètres près. Ce qui lui consacrerait automatiquement une victoire sans péril.

Cette intention serait connue du Cnl, raison pour laquelle son président a conseillé à ses membres et sympathisants de ne plus user de la force même s’ils seraient passés à tabac quelque soit l’effectif de leurs bourreaux. D.N.

Burundi - Tanzanie - Santé

Pas de répit pour les réfugiés burundais vivant en Tanzanie

Nduta, le 12 juin 2019 (Net Press) . Les réfugiés burundais vivant dans le camp des réfugiés de Nduta en Tanzanie voient leurs problèmes s’accumuler au jour le jour. Il y a quelque temps la rédaction évoquait des cas des attaques des éléments en provenance du Burundi et qui font régulièrement des morts et des blessés, sans oublier les viols contre les femmes et les filles.

Nous apprenons que pour le moment, il y a un autre type d’attaque. En effet, plus de 500 cas de diarrhée ont été recensés dans ce camp depuis le mois de mai dernier. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes étaient les plus frappés par cette maladie qui ressemblait beaucoup au choléra.

L’hôpital Médecins Sans Frontières de ce camp a décidé de prendre le taureau par les cornes et a sérieusement combattu ce fléau. Les informations qui tombent de cet hôpital indiquent que dès le mois de juin, cette structure sanitaire n’a reçu aucun patient présentant des signes de choléra.

Il semble que des Ongs qui œuvrent dans ce camp n’ont rien ménagé pour améliorer l’hygiène dans ce camp car Msf indique que c’est justement grâce aux mauvaises conditions d’hygiène que la maladie s’était déclarée. C’est notamment le manque de latrines, souvent détruites par les eaux de pluie, ce qui fait que les déchets débordent et attirent les mouches. J.M. 

Burundi – Environnement

A 8 mois de l’échéance de l’abandon des emballages en plastique, quel bilan ?

Bujumbura, le 12 juin 2019(Net Press) . Au début du mois d’août de l’année 2018, le président de la République du Burundi a signé un décret portant interdiction de l’importation, de la fabrication, de la commercialisation et de l’utilisation des sachets et autres emballages en plastique sur le territoire burundais.

Mais dès l’annonce de cette mesure, les commerçants des emballages en plastique ont augmenté le prix de leurs consommables au nez et à la barbe des administratifs à la base qui doivent pourtant réguler les prix pour l’intérêt de la population. Cela se conçoit par l’opinion comme une manifestation de refus d’obtempérer de la part des importateurs de ces sachets.

Après 10 mois, l’usage des sachets en plastique est toujours d’actualité dans notre pays. Pour que les Burundais changent de mentalité, il en faudra des séances de sensibilisation orientées uniquement au comportement de la population face aux conséquences de l’usage des produits non dégradables jetés dans la nature. La troupe "Ninde", quoique efficace, ne peut pas à elle seule suffire à rééduquer les Burundais sans le concours du gouvernement et de tous les intervenants en matière du commerce et de la gestion de l’environnement.

Aussi, les initiatives des hommes d’affaires qui investissent dans la fabrication des emballages en produits biodégradables restent à présent peu nombreuses. L’Etat burundais devrait stimuler les investissements en la matière pour produire à grande échelle les substituts de ces sachets.

Malheureusement, 8 mois avant l’expiration de l’échéance fixée, l’on constate que les usines de fabrication de ces produits de substitution ne sont pas à l’œuvre. L’imprimerie Procobu qui avait annoncé qu’elle a commandé une machine de fabrication de ces produits à grande échelle n’est plus capable de satisfaire les demandes des consommateurs.

A cette allure, il ne serait pas étonnant qu’au début de 2020, les Burundais continuent d’utiliser les produits en plastique pour emballer leurs achats. D’où le ministère en charge de l’environnement devrait scruter des mesures d’accompagnement de ce décret pour une bonne mise en application. Ch.N

Burundi - Ouganda - Santé

L’Organisation mondiale de la santé confirme le premier cas d’Ebola en Ouganda

Kampala, le 12 juin 2019 (Net Press) . Selon des informations relayées par l’organisation mondiale de la santé et le ministère ougandais de la santé, le premier cas d’Ebola a été confirmé en Ouganda. Il s’agit d’un enfant congolais de cinq ans qui est venu de la République démocratique du Congo avec sa famille le 9 juin 2019.

Selon le compte tweeter de l’Oms, cet enfant de 5 ans accompagné par sa famille a franchi la frontière congolo-ougandaise située dans la localité de Bwera pour aller se faire soigner en Ouganda.

De son côté, le ministre ougandais de la santé, Ruth Aceng, joint par l’agence France Presse, a déclaré que l’enfant avec sa famille sont partis de Kasese pour assister à des funérailles en République Démocratique du Congo et qu’il est tombé malade à son retour en Ouganda. Il a ajouté que ce ministère a envoyé manu militari des spécialistes dans cette circonscription pour trouver d’autres cas et aussi vacciner ceux qui auraient pris contact avec l’enfant.

Ce premier cas intervient au moment son voisin de l’est de République démocratique est secoué par le virus d’Ebola depuis dix mois, où 2000 cas ont été enregistrés, les deux tiers des malades ont trouvé la mort.

Selon l’organisation mondiale de la santé, l’Ouganda a vacciné près de 4.700 membres du personnel de santé avec un vaccin expérimental. L’Ouganda a déjà connu des épidémies d’Ebola. La plus récente remonte à 2012. Deux cents personnes avaient trouvé la mort en 2000 au cours d’une épidémie dans le nord du pays.

Malgré les efforts du ministère burundais de la santé pour faire bloquer l’avancée de cette épidémie vers notre pays, le gouvernement burundais devrait doubler plus de vigilance pour contrôler tout mouvement des va-et-vient qu’effectuent les deux peuples sur les frontières de deux voisins et vacciner la population burundaise qui avoisine l’est de la République démocratique du Congo. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte