Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité7 septembre 2019
|Un Imbonerakure tué dans la province de Cibitoke

Burundi – Tanzanie - Droits de l’Homme 6 septembre 2019
|Encore des cris contre le rapatriement forcé des réfugiés burundais !

Burundi – Sécurité 5 septembre 2019
|Deux jeunes filles arrêtées et emprisonnées au cachot du commissariat de la police de Gitega

Burundi - Sécurité4 septembre 2019
|Trois jeunes filles passées à tabac par l’administrateur ...

Burundi - Politique3 septembre 2019
|Destitué pour non collecte des contributions forcées

Burundi –Sécurité 2 septembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke surpris et préoccupés par l’ampleur de la criminalité au mois d’août

Burundi - Sécurité31 août 2019
|Le banditisme monte d’un cran dans la commune de Gihanga

Burundi – Sécurité30 août 2019
|Hakoringingo arrêté, les voisins crient au scandale

Burundi - Sécurité Routière29 août 2019
|Un étudiant à vélo fauché par un véhicule devant le siège de l’Inss

Burundi - Sécurité28 août 2019
|Un incendie déclaré et vite maîtrisé à la compagnie de gérance du coton, Cogerco

Burundi - Sécurité27 août 2019
|Un Imbonerakure vient de passer de vie à trépas suite aux coups et blessures

Burundi - Sécurité26 août 2019
|Les policiers réveillent les populations de Bwiza par des tirs nourris

Burundi - Sécurité24 août 2019
|Des personnes mordues par des chiens errants dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité23 août 2019
|Deux corps décapités retrouvés au bord de la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité22 août 2019
|Un jeune homme tente de tuer son père et sa marâtre dans la commune de Mugamba

Burundi - Sécurité 21 août 2019
|Quand l’intolérance politique atteint son plus haut degré de paroxysme !

Burundi - Sécurité20 août 2019
|L’épée de Damoclès suspendu au dessus des membres du Cnl

Burundi - Sécurité19 août 2019
|Vers la recrudescence de la criminalité des albinos ?

Burundi - Justice17 août 2019
|L’audience des militants de l’Upd-Zigamibanda remise...

Burundi – Sécurité 16 août 2019
|Quand la zone Ngagara devient le bastion des bandits nocturnes

Burundi - Confessions Religieuses15 août 2019
|L’église burundaise se joint au monde entier pour fêter l’Assomption

Burundi - Elections14 août 2019
|Tous les regards tournés vers les élections de 2020

Burundi - Sécurité13 août 2019
|Un voleur ayant fui le cachot de la zone Kanyosha arrêté

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Sécurité

L’Onu atteste la présence des Imbonerakure, de l’armée et des rebelles burundais en Rdc

22 juin 2019

New York, le 22 juin 2019 (Net Press) . Dans son récent rapport qui date du 6 juin dernier, un groupe d’experts de l’Onu sur le pays de Félix Tshisekedi ont fait savoir au conseil de sécurité qu’il y a la présence des éléments de l’armée, des rebelles burundais et des jeunes Imbonerakure affiliés au parti de l’Aigle.

Avec l’arrivée du nouveau président au pouvoir en janvier dernier, plusieurs groupes armés ont tenté de déposer les armes à condition qu’il y ait mise en place des structures adéquates, selon toujours ce rapport. Malgré cela, les groupes armés locaux et étrangers présents sur le territoire congolais sont restés la source principale d’insécurité.

Les forces de l’ordre manifestent leurs inquiétudes quant à la protection des civils s’il n’y a pas de solution politique durable à la situation qui prévaut actuellement. Les mêmes forces armées congolaises trouvent qu’il est plus qu’urgent de trouver une solution d’autant plus que les groupes armés locaux et étrangers collaborent, ce qui complique davantage la situation.

Le rapport indique ensuite que les forces du Red-Tabara ont collaboré avec les groupes armés locaux dans la plaine de la Rusizi au moment où deux incursions de l’armée burundaise, Fdn, accompagnée de jeunes Imbonerakure, la jeunesse affiliée au parti Cndd-Fdd, ont été lancées dans cette même partie du Sud-Kivu. Deux groupes armés locaux ont appuyé la Fdn et les Imbonerakure, renchérit ce rapport.

La rédaction a essayé de contacter le porte-parole de l’armée burundaise mais sans succès. Elle a également cherché à entrer en contact avec les Fardc à Uvira et à Bukavu pour avoir plus de précisions. Curieusement, les personnes contactées ont affirmé sans détours ne pas être au courant de ce rapport. J.M.

Burundi - Environnement

Une mesure plus suivie par l’administration

Gitega, le 22 juin 2019 (Net Press) . Le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement, Déo Guide Rurema, a récemment pris une mesure de déraciner les eucalyptus plantés à moins de 50 mètres d’une rivière. Cette mesure a été dictée par la naissance de la conscience prise après des études qui ont montré que les points d’eau sont en voie d’épuisement au Burundi si les autorités ne pensent pas au plus vite à leur protection.

Parmi les facteurs du tarissement des sources d’eau dans notre pays, figurent des essences végétales, grands consommateurs d’eau car leurs racines pivotantes peuvent aller puiser la matière nutritive à plus de 20 mètres de profondeur, donc dans la nappe phréatique. Parmi ces arbres, vient en tête l’eucalyptus, une espèce en voie de disparition dans les pays à vocation agricole d’Afrique et d’Asie.

Pour le ministre Rurema, la population dont contribuer à éradiquer cette essence qui suce beaucoup d’eau souterraine dont les cultures ont énormément besoin tout au long de leur croissance. Par conséquent, les administratifs à la base ont alors mobilisé les agriculteurs pour mettre en exécution cette mesure.

Dans toutes les provinces du pays, les gens sont à l’œuvre et dans des endroits où l’enthousiasme n’est pas de mise, les administrations organisent des travaux communautaires à cette fin. C’est le cas notamment du gouverneur de Gitega qui avait fait son déplacement en commune de Bugendana ce jeudi 20 juin 2019 où il a été joint par l’administrateur de cette entité, aux côtés de la population, afin de procéder ensemble au déracinement de cette essence le long des rivières qui sillonnent cette localité. D.N.

Burundi - Politique

International Crisis Group pour l’espace politique burundais avant les élections

Addis Abeba, le 22 juin 2019 (Net Press) . Dans un document de 46 pages de cette Ong internationale, le constat est que le dialogue burundais piloté par la communauté de l’Afrique de l’Est a été un échec. Pour elle, l’intérêt pour la crise burundaise a progressivement diminué et la violence a baissé d’intensité et par conséquent, est devenue moins visible.

Le médiateur a montré peu d’intérêt à cette crise au moment où le facilitateur s’est retrouvé sans soutien. Donc les pourparlers ne pouvaient pas aboutir à un compromis. Selon toujours International crisis group, Pierre Nkurunziza a réussi à résister aux différentes formes de pression externes sur le Burundi.

Au moment où le pays se prépare pour les élections de 2020, cette association trouve que le risque de violences est élevé, y compris de potentiels affrontements entre forces de sécurité et groupes d’opposition armés. Cependant, cette Ong reconnaît qu’il est possible d’éviter les violences et de rendre le scrutin suffisamment équitable.

C’est l’amélioration du climat politique par des mesures du président Nkurunziza, l’implication de la région qui doit user de son influence sur le président Nkurunziza pour qu’il prenne ces mesures. La troisième condition est que l’Union africaine relance sa délégation de haut niveau au Burundi et si nécessaire, en revoir sa composition. Enfin, le l’Eac, l’Ua et l’Onu devraient faire un effort concerté pour que le président ne puisse pas tourner vers l’institution la plus conciliante et qu’il est crucial que ces institutions évitent que la crise disparaisse de l’ordre du jour international.

Un "Cnddfddiste" pur sang que la rédaction a contacté et qui a requis l’anonymat a indiqué que les déclarations de l’international crisis group n’engagent pas le Burundi qui, comme on ne cesse de le rappeler, est un pays souverain qui doit orienter lui même la politique à suivre pour le bien des Burundais d’abord, pour ceux qui y vivent ensuite. Ch.N.

Burundi - Rwanda - Génocide

Le Burundi répond au Rwanda via le porte-parole du gouvernement

Muyinga, le 22 juin 2019 (Net Press). Lors de l’émission publique des porte-paroles des différentes institutions, Gitega a riposté contre Kigali sur une éventuelle extradition des présumés génocidaires burundais qui ont trempé dans cette tragédie qui s’est passée chez le voisin du Nord en 1994.

Le secrétaire général du gouvernement et porte-parole, Prosper Ntahorwamiye, a fait savoir qu’il est impensable que le pouvoir de Kigali ramène ce dossier 25 ans plus tard alors que le tribunal pénal international pour le Rwanda ne s’active plus sur cette affaire. Par ailleurs, a-t-il poursuivi, Gitega n’est pas au courant qu’il existe des Burundais qui ont trempé dans le génocide dans ce pays.

Pour Prosper Ntahorwamiye, est-ce que c’est actuellement que le Rwanda se rappelle qu’il y a des Burundais qui ont commis les actes de génocide dans ce pays ? Cela est une manœuvre dilatoire pour dissimuler l’intention du Rwanda de déstabiliser le Burundi d’autant plus qu’il a toujours été demandé à ce pays d’extrader ceux qui sont poursuivis pour tentative de putsch de 2015 sans aucune volonté de sa part. N.R.

Burundi - Culture

Des productions culturelles de la diaspora burundaise à l’étranger

Bruxelles, le 22 juin 2019 (Net Press) . Les Burundais éparpillés dans les pays européens se montrent plus nostalgiques à leur culture et veulent en faire une promotion. Sur les traces de nos frères et sœurs rwandais qui ne ratent plus une occasion pour valoriser leur culture à travers le monde, les Burundais vivant à l’étranger commencent à sentir le besoin de conserver les mœurs et la langue nationales.

C’est dans cette logique qu’ils organisent le 22 juin et le 6 juillet 2019 des journées burundaises respectivement en Hollande et en Belgique. Pour aujourd’hui, la diaspora burundaise a organisé en Hollande une journée culturelle et sportive bien meublée en activités diverses. Cette organisation a débuté à 14 heures par un tournoi de basketball qui prendra fin à 18 heures. Il est prévu que 4 équipes vont s’affronter à savoir Intwari en provenance de la France, l’Amicale de Liège en Belgique, l’équipe d’Anvers en Belgique et l’équipe Ubuntu de la Hollande. De 18 heures à 19 heures, il y aura une exposition de livres et des autres objets d’art.

Au cours du déroulement de ces matchs, les organisateurs ont prévu une petite restauration composée de brochettes à la burundaise, des beignets et des sandwichs pour calmer la faim et bien causer entre compatriotes. Cette journée sera clôturée en beauté par une soirée dansante où des morceaux de la musique burundaise et étrangère ont été triés pour amuser les participants dans l’objectif de conciliation des deux cultures burundaise et étrangère afin de garder toujours l’esprit braqué sur notre chère nation.

Comme si cette diaspora restait sur sa soif, elle projette une soirée culturelle en date du 6 juillet 2019 à Liège en Belgique, rue Roi Albert 115, 402 Ougrée. Elle va commencer par l’exposition de livres et d’autres objets d’art au cours de laquelle l’on prévoit une petite restauration et un débit de boissons.

A 16 heures, les organisateurs préconisent une conférence - débat sur le thème "Pour une diaspora solidaire, dynamique et responsable" où l’entrée exige une somme de 5 euros pour tout participant de plus de 18 ans. De 21 heures à l’aube, il y aura une soirée dansante pour se régaler de la musique variée burundo-européenne. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte