Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité7 septembre 2019
|Un Imbonerakure tué dans la province de Cibitoke

Burundi – Tanzanie - Droits de l’Homme 6 septembre 2019
|Encore des cris contre le rapatriement forcé des réfugiés burundais !

Burundi – Sécurité 5 septembre 2019
|Deux jeunes filles arrêtées et emprisonnées au cachot du commissariat de la police de Gitega

Burundi - Sécurité4 septembre 2019
|Trois jeunes filles passées à tabac par l’administrateur ...

Burundi - Politique3 septembre 2019
|Destitué pour non collecte des contributions forcées

Burundi –Sécurité 2 septembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke surpris et préoccupés par l’ampleur de la criminalité au mois d’août

Burundi - Sécurité31 août 2019
|Le banditisme monte d’un cran dans la commune de Gihanga

Burundi – Sécurité30 août 2019
|Hakoringingo arrêté, les voisins crient au scandale

Burundi - Sécurité Routière29 août 2019
|Un étudiant à vélo fauché par un véhicule devant le siège de l’Inss

Burundi - Sécurité28 août 2019
|Un incendie déclaré et vite maîtrisé à la compagnie de gérance du coton, Cogerco

Burundi - Sécurité27 août 2019
|Un Imbonerakure vient de passer de vie à trépas suite aux coups et blessures

Burundi - Sécurité26 août 2019
|Les policiers réveillent les populations de Bwiza par des tirs nourris

Burundi - Sécurité24 août 2019
|Des personnes mordues par des chiens errants dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité23 août 2019
|Deux corps décapités retrouvés au bord de la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité22 août 2019
|Un jeune homme tente de tuer son père et sa marâtre dans la commune de Mugamba

Burundi - Sécurité 21 août 2019
|Quand l’intolérance politique atteint son plus haut degré de paroxysme !

Burundi - Sécurité20 août 2019
|L’épée de Damoclès suspendu au dessus des membres du Cnl

Burundi - Sécurité19 août 2019
|Vers la recrudescence de la criminalité des albinos ?

Burundi - Justice17 août 2019
|L’audience des militants de l’Upd-Zigamibanda remise...

Burundi – Sécurité 16 août 2019
|Quand la zone Ngagara devient le bastion des bandits nocturnes

Burundi - Confessions Religieuses15 août 2019
|L’église burundaise se joint au monde entier pour fêter l’Assomption

Burundi - Elections14 août 2019
|Tous les regards tournés vers les élections de 2020

Burundi - Sécurité13 août 2019
|Un voleur ayant fui le cachot de la zone Kanyosha arrêté

Archives

 

 

 



Burundi- Sécurité

A quand la commémoration de la mort de nos héros par Gitega ?

7 août 2019

Gitega, le 7 août 2019 (Net Press) . C’est la question qui se trouve sur toutes les lèvres car au moment où la France a rendu, en date du 14 mai 2019, un hommage national aux deux membres des forces spéciales tués en libérant des otages au Burkina Faso, lors d’une cérémonie solennelle aux Invalides présidée par Emmanuel Macron, - allusion faite aux commandos marine Cédric de Pierrepont, 33 ans et Alain Bertoncello, 28 ans -, les familles de 6 soldats burundais tués en Somalie le 27 juillet 2019 par des éléments du groupe El Shabab n’ont pas vu les corps des leurs. Elles se demandent pourquoi Gitega n’honore pas ses héros tués en Somalie en train de défendre la couleur nationale.

Les familles proches de ces soldats tués en Somalie disent qu’elle sont toujours dans le deuil sans fin, car le ministère de la défense et des anciens combattants n’a pas encore communiqué sur l’organisation des funérailles alors que les corps ont été embarqués de Mogadiscio à Bujumbura jeudi dernier. Le porte-parole de l’armée burundaise, le colonel Floribert Biyereke, s’est refusé de tout commentaire, mais a reconnu qu’une attaque a été menée contre les militaires burundais à Bal’Ad. De son côté, le porte parole du contingent burundais en Somalie quant à lui a expliqué qu’il ne peut pas s’exprimer du fait qu’il était en congé-maladie à Bujumbura.

Dans un communiqué, le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a adressé un message de condoléances au gouvernement et au peuple burundais. Une opinion déclare que les soldats burundais tués en mission de maintien de la paix en Somalie, sont enterrés sans tambour ni trompette et en l’absence des plus haut gradés de la République alors que sous d’autres cieux, c’est un honneur national en présence des plus hautes autorités, comme en notamment en France.

Pour leur part, les activistes des droits de l’homme indiquent avoir répertorié quatorze cas d’assassinats, trois d’enlèvements, quarante-huit cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, ainsi que treize cas d’atteintes à l’intégrité physique dont onze cas de torture pour le mois de juillet dernier. Les violations des droits des prisonniers dans les prisons de Mpimba, de Gitega, de Rumonge et de Muramvya demeure préoccupante, concluent-ils. Ch.N

Burundi- Politique

Le président du Cnl en province de Karusi condamné à 5 ans de prison ferme !

Karusi, le 7 août 2019 (Net Press) . Le président du parti Cnl (conseil national pour la liberté) en province de Karusi, Nathan Barampama, accusé dans le procès du 26 juillet dernier par le ministère public d’actes terroristes véhiculés à travers des messages sur WhatsApp, a été condamné par le tribunal de grande instance de Karusi à 5 ans de prison ferme, tandis que Philbert Ndihokubwayo, alias Kabila, cadre de l’Obr (office burundaise des recettes), a écopé de 10 ans de prison.

Des sources dignes de foi, ces messages qui ont entraîné leur le calvaire ont été adressés au gouverneur, aux administrateurs, au secrétaire provincial et invitaient ces hauts gradés de la province de cesser les actes d’intimidation, de persécution et d’intolérance politique infligés aux membres du parti Cnl

La partie défenderesse s’inscrit en faux contre ces accusations qu’ils jugent non fondées et affirme que le numéro de téléphone utilisé pour envoyer ces messages était de l’Afrique du Sud et qu’il reste toujours opérationnel. Selon Emmanuel Nahishakiye, un des avocats de la défense, ils vont interjeter appel à la cour d’appel de Gitega. D.N.

Burundi – Société

Le Fle : une aubaine pour les enseignants

Bujumbura, le 7 août 2019(Net Press). Le secteur de l’éducation compte plus de fonctionnaires que les autres domaines réunis. Pourtant, les enseignants sont mal considérés sur le plan social.

En effet, le gouvernement du Burundi reste timide à prendre des mesures pour valoriser le métier de l’enseignement au Burundi. Au regard des effectifs des enseignants qui, aujourd’hui, caracolent à plus de 86.000, environ 88% de l’ensemble de tous les fonctionnaires de la République du Burundi, alors que la magistrature ne compte qu’autour de 1.000 employés, cadres et agents tous réunis.

Au lieu de leur servir comme un quelconque avantage, cet effectif freine le gouvernement dans ses entreprises d’améliorer les conditions de vie des enseignants. Car, le budget serait extrêmement énorme, dit-on officiellement. Face à cette triste réalité, les enseignants ont initié certains projets. L’on pourrait citer la mise en place des institutions financières pour accorder des crédits aux enseignants afin que ces derniers puissent entreprendre certaines initiatives pour être considérés au niveau social.

C’est le cas notamment du Fonds de solidarité des travailleurs de l’enseignement (Fste) qui compte pour le moment parmi les banques les plus nanties du pays. Pourtant, au lieu d’améliorer les conditions sociales de ses membres, cette entreprise reste profitable à ses employés et aux membres de son conseil d’administration choisis sans aucun critère objectif, si ce n’était que chercher quelques enseignants non avisés pour leur signer le chèque en blanc par ignorance. Cette gestion diverge avec ses principes fondateurs et n’avantage pas les enseignants depuis sa création.

Pour preuve, le crédit octroyé aux enseignants est fixé au même taux des autres banques alors que cet argent est la contribution mensuelle des enseignants qui est aujourd’hui évaluée à plusieurs milliards de nos francs. Pire encore, le crédit ne devrait pas dépasser 24 mensualités, ce qui justifie sa faible consistance. D’où ce crédit ne permet pas aux enseignants qui en bénéficient de monter de projets plausibles qui leur permettraient d’améliorer leurs conditions de vie.

Non contents de cette pratique, les syndicats des enseignants ont encore une fois creusé dans leurs méninges pour mettre en place une institution plus crédible. Alors, ils ont mis sur pied, en accord avec l’Etat burundais, le fonds de logement des enseignants.

Ses avoirs proviennent des placements du gouvernement et les crédits donnés aux enseignants sont remboursables au taux de 10% quand il s’agit d’un crédit à court terme, dont les échéances s’étendent sur 7 ans. Mais lorsque le crédit est de long terme, donc sur 15 ans, le taux est fixé à 8%. Mais ce dernier est donné par le truchement du fonds de l’habitat urbain grâce aux accords déjà noués, moyennant certains intérêts.

Grâce au Fle, des milliers d’enseignants se sont construit des maisons à l’intérieur du pays et dans la capitale économique du Burundi. Comme les besoins de tout homme sont circonstanciels, le Fle veut intervenir dans l’amélioration des conditions sanitaires des enseignants. Il entend faciliter ses membres à bénéficier des soins de santé tant au niveau local qu’à l’étranger.

C’est ainsi qu’il compte majorer de 6.000 à 10.000 franc bu la participation mensuelle des enseignants. Par conséquent, il projette organiser une assemblée générale pour mieux expliquer ses nouveaux projets. Au cas où les membres manifesteraient un quelconque engouement, le Fle pourrait alors voler au secours de la santé de ses contribuables, ce qui l’encouragerait à mieux prendre d’autres initiatives en vue de valoriser l’enseignant dans son milieu social. Ch.N.

Burundi - Santé

La mairie de Bujumbura : 126 cas de personnes déjà atteintes par l’épidémie de cholera

Bujumbura, le 7 août 2019 (Net Press) . Dans un communiqué rendu public le 5 août 2019, la mairie de Bujumbura fait état de 126 cas de personnes déjà atteintes par l’épidémie de choléra dans la capitale économique. Les hôpitaux comptent chaque jour 4 à 5 nouveaux cas de choléra, selon toujours le même communiqué.

Selon toujours la même source, les circonscriptions de la capitale économique les plus visées sont les zones Kanyosha (au sud), de Buyenzi, Buterere et Cibitoke (au nord de la ville de Bujumbura). Les habitants de la zone de Ngagara vivent aussi dans la crainte de cette épidémie à cause des coupures régulières d’eau potable depuis bientôt trois semaines et depuis plusieurs mois dans les zones déjà affectées par cette épidémie.

Et pour juguler cette épidémie, la mairie de Bujumbura fait savoir que des mesures ont été prises. Des véhicules équipés de haut-parleurs sillonnent les quartiers de la ville et transmettent des messages de sensibilisation au respect des mesures d’hygiène. D’autres mesures, notamment visant à interdire le commerce des aliments sur des voies publiques, ont été arrêtées. Sur les parkings, la vente de l’eau potable emballée dans des sachets a été prise.

Des restaurants mobiles qui se sont improvisés ont été fermés. La marie de Bujumbura a aussi interdit l’utilisation de l’eau des rivières et des caniveaux. Le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, regrette que des mesures de fermeture des restaurants à l’hygiène douteuse n’aient pas été appliquées totalement. Il demande aux autorités administratives en mairie de Bujumbura de ne pas rouvrir les restaurants fermés en attendant que le ministère de la santé établisse un rapport sur le respect des règles d’hygiène. J.M.

Burundi - Santé

"Les raisons de l’épidémie de paludisme au Burundi", dixit Rfi

Paris, le 7 août 2019 (Net Press) . Le Burundi fait face à une flambée de paludisme. Selon les chiffres d’Ocha, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu, publiés cette semaine, 5,7 millions de Burundais sont aujourd’hui atteints par cette maladie. Cela représente deux fois plus de cas que l’année dernière à la même période. Ce n’est pas la première fois que le Burundi est confronté à cette situation. En 2017 déjà, le gouvernement avait dû déclarer une épidémie. Plusieurs causes expliquent cette recrudescence de la maladie.

D’abord, il y a les facteurs environnementaux. Selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé, le réchauffement climatique est en partie responsable de cette recrudescence du paludisme. Plus du 80% du territoire du Burundi est montagneux. Jusque-là, les moustiques ne s’aventuraient pas en hauteur mais le réchauffement de la planète et leur évolution leur permettent aujourd’hui de survivre à une certaine altitude.

D’autre part, le gouvernement burundais a amorcé dans les années 2000 une politique de « modernisation de l’agriculture », misant beaucoup sur la riziculture. Cette céréale pousse dans les marais qui sont de véritables nids à moustiques.

Puis il y a les facteurs économiques. L’OMS pointe le manque de ressources humaines, logistiques et financières du Burundi pour faire face à l’épidémie. Il faudrait distribuer des moustiquaires, lancer des campagnes de pulvérisation pour tuer les insectes ou encore offrir gratuitement les médicaments nécessaires.

« La malaria, c’est la maladie du pauvre, explique, Albert Mbonerane, président de l’Action de lutte contre la malaria au Burundi. Si l’on se fait soigner, elle guérit rapidement, mais sinon, elle tue aussi vite » conclut-il. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte