Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité7 septembre 2019
|Un Imbonerakure tué dans la province de Cibitoke

Burundi – Tanzanie - Droits de l’Homme 6 septembre 2019
|Encore des cris contre le rapatriement forcé des réfugiés burundais !

Burundi – Sécurité 5 septembre 2019
|Deux jeunes filles arrêtées et emprisonnées au cachot du commissariat de la police de Gitega

Burundi - Sécurité4 septembre 2019
|Trois jeunes filles passées à tabac par l’administrateur ...

Burundi - Politique3 septembre 2019
|Destitué pour non collecte des contributions forcées

Burundi –Sécurité 2 septembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke surpris et préoccupés par l’ampleur de la criminalité au mois d’août

Burundi - Sécurité31 août 2019
|Le banditisme monte d’un cran dans la commune de Gihanga

Burundi – Sécurité30 août 2019
|Hakoringingo arrêté, les voisins crient au scandale

Burundi - Sécurité Routière29 août 2019
|Un étudiant à vélo fauché par un véhicule devant le siège de l’Inss

Burundi - Sécurité28 août 2019
|Un incendie déclaré et vite maîtrisé à la compagnie de gérance du coton, Cogerco

Burundi - Sécurité27 août 2019
|Un Imbonerakure vient de passer de vie à trépas suite aux coups et blessures

Burundi - Sécurité26 août 2019
|Les policiers réveillent les populations de Bwiza par des tirs nourris

Burundi - Sécurité24 août 2019
|Des personnes mordues par des chiens errants dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité23 août 2019
|Deux corps décapités retrouvés au bord de la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité22 août 2019
|Un jeune homme tente de tuer son père et sa marâtre dans la commune de Mugamba

Burundi - Sécurité 21 août 2019
|Quand l’intolérance politique atteint son plus haut degré de paroxysme !

Burundi - Sécurité20 août 2019
|L’épée de Damoclès suspendu au dessus des membres du Cnl

Burundi - Sécurité19 août 2019
|Vers la recrudescence de la criminalité des albinos ?

Burundi - Justice17 août 2019
|L’audience des militants de l’Upd-Zigamibanda remise...

Burundi – Sécurité 16 août 2019
|Quand la zone Ngagara devient le bastion des bandits nocturnes

Burundi - Confessions Religieuses15 août 2019
|L’église burundaise se joint au monde entier pour fêter l’Assomption

Burundi - Elections14 août 2019
|Tous les regards tournés vers les élections de 2020

Burundi - Sécurité13 août 2019
|Un voleur ayant fui le cachot de la zone Kanyosha arrêté

Burundi - Sécurité12 août 2019
|Des femmes obligées de réaliser des rondes nocturnes aux côtés de Imbonerakure

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’épée de Damoclès suspendu au dessus des membres du Cnl

20 août 2019

Kirundo, le 20 août 2019(Net Press) . Le congrès national pour la liberté, Cnl, est un parti politique dont les membres sont soumis au harcèlement perpétuel au quotidien. Les mobiles de cette chasse à l’homme sont à chercher du côté de l’intolérance politique qui caractérise la ligue des jeunes du parti au pouvoir, le Cndd – Fdd.

Même à mots couverts, le n°1 du parti Cndd –Fdd en mairie de Bujumbura semble l’affirmer en décorant le chef des Imbonerakure de sa circonscription administrative pour avoir discipliné ses membres qui se comportent différemment à ceux de l’intérieur du pays face à leurs opposants politiques. En effet, depuis son agrément, le Cnl occupe le terrain jusque dans les coins les plus reculés du pays. Il est aujourd’hui présenté comme le challenger du Cndd-Fdd en 2020.

Pour étouffer dans l’œuf la vision de cette formation politique, l’administration locale lance à leurs trousses, les Imbonerakure, pour les malmener afin que la population qui avait envie d’y adhérer soit prise de peur. Mais malgré toutes ces tracasseries, les gens affluent en grande masse vers ce parti.

C’est cette intolérance qui explique la mort de deux militants de ce parti en province de Kirundo, située au Nord du Burundi. Ce lundi, 19 août 2019, sur les berges du lac artificiel de Kabamba, vers 11h, fut découvert un corps sans vie d’un certain Révérien Kamarampaka, âgé de 50 ans. Il était militant du Cnl et habitait sur la colline Rushubije en commune de Ntega.

Les gens qui n’ont pas voulu décliner leur identité pour des raisons de leur propre sécurité ont révélé à la rédaction de Net Press que les bourreaux de ce "Cnloi" sont à chercher du côté des Imbonerakure car, ils lui avaient proféré des menaces de mort s’il ne quittait pas d’urgence les rangs du Cnl pour les rejoindre au Cndd- Fdd.

Dans cette même province, la deuxième victime dans cette province à l’intervalle de quelques heures, est Prosper Gahungu lui aussi retrouvé mort. Il est membre du parti Uprona, mais l’on ne précise par la tendance à laquelle il appartenait. Signalons qu’il y a 4 tendances dans cette formation politique dite de Rwagasore, celle de Charles Mukasi, de Charles Nditije, d’Evariste Ngayimpenda et d’Abel Gashatsi, proche du gouvernement.

Cette intolérance politique est aussi illustrée par l’interpellation suivie d’une arrestation ce lundi 19 août 2019 de 8 militants du Cnl en commune Nyabihanga de la province de Mwaro sans parler des assassinats ciblés des membres de ce parti à travers tout le pays. Dans toutes les provinces, les Imbonerakure rivalisent d’ardeur dans ce qu’ils appellent « des actes de patriotisme » qui visent à faire taire les opposants.

Dans l’une de leurs chansons intitulée Urinumira « ne dis rien, c’est un secret », ils indiquent que sur toutes les collines du pays, il y a des gens de l’opposition n’ont pas obéi à leurs conseils d’adhérer au Cndd-Fdd. Par voie de conséquence, ils vont s’occuper d’eux et un traitement exemplaire à leur égard serait en cours.

De leur côté, les défenseurs des droits de l’homme évoquent des allégations, des atteintes et des violations des droits de l’homme la semaine dernière. Au moins 10 personnes tuées ont été enregistrées au moment où 5 autres ont été victimes de violences basées sur le genre, sans oublier 5 cas de personnes arrêtées de façon arbitraire. Parmi les victimes identifiées, l’on note un nourrisson et deux mineurs tués.

Les personnes soupçonnées dans ces violations de droits humains sont notamment les jeunes Imbonerakure du parti de l’Aigle, des agents du service national des renseignements, des militaires, des policiers et des administratifs. A ce sujet, les services contactés par la rédaction affirment plutôt l’inverse Pour eux, ce sont plutôt les Imbonerakure qui sont victimes des attaques des partis de l’opposition et qui, malgré ces provocations, affichent une grande retenue, une preuve de sagesse. N.R.

Burundi - Justice

Sanctions très lourdes contre les militants de l’Upd-Zigamibanga à Bururi

Bururi, le 20 août 2019 (Net Press) . Le tribunal près la cour d’appel de Bururi a siégé hier dans le dossier Rp 0022 dans un procès de flagrance contre les présumés membres du parti Upd-Zigamibanga, 12 au total, qui avaient été arrêtés au bar restaurant Oasis situé dans la localité de Buta, en commune et province de Bururi, au Sud du pays.

Ainsi, Zerbaber Kantungeko, un avocat de Bujumbura, Tharcisse Nduwimana, un magistrat du parquet de la république dans cette province et François Habonimana, enseignant, ont été condamnés à 30 ans de servitude pénale principale. Neuf autres, Jean-Claude Ndayisenga, magistrat au même parquet, Léonidas Ndikuriyo, Dieudonné Mizero, Laurent Nduwimana, François Ciza, Eraste Niyokwizigira, Richard Buhungu, Emile Nkurnzimana et Adelin Nzambimana, ont été condamnés à 20 ans de prison.

Rappelons qu’ils ont été arrêtés le 11 août dernier et qu’ils ont poursuivis pour tenue d’une réunion visant à déstabiliser le régime en place et les institutions du pays, atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat en somme. Pourtant, la défense est convaincue que cette qualification est fausse.

Elle prend pour preuve que dans cette entité administrative, le gouverneur de province, Frédéric Niyonzima, avait rencontré le président de la cour d’appel, le procureur général et le chargé de la documentation peu avant que l’audience en flagrance ne commence. Il semblerait qu’un message très urgent serait venu du ministère de la justice, demandant de suspendre le début de l’audience jusqu’à l’arrivée d’une délégation expresse de ce dernier. D.N.

Burundi - Politique - Intégration Régionale

Magufuli à Nkurunziza : "Cher ami, désolé, la Sadc n’est pas encore prête à t’accueillir"

Dar es Salam, le 20 août 2019 (Net Press) . Pour la troisième fois, la Sadc (Southern Africa Development Community), une organisation des pays de l’Afrique australe, a refusé que le Burundi intègre cette partie de l’Afrique. Cette annonce a été faite par le président tanzanien, John Pombe Magufuli, au terme d’un sommet de la Sadc qui s’est tenu en Tanzanie, pays à qui revient la présidence de cette organisation pour cette année en cours.

Le président tanzanien a déclaré que la question d’intégration du Burundi à la Sadc a été encore une fois étudiée et que le Burundi doit encore une fois remplir certaines conditions pour cela. Il n’a pas été très précis mais, considérant les déclarations du président de la Namibie, ancien président en exercice de la Sadc, le Burundi était refusé pour des raisons de violations des droits de l’homme et d’insécurité.

Au cours de ce sommet, il a promis qu’il va dépêcher des émissaires dans ce pays pour mener des enquêtes et éventuellement étudier si l’intégration du Burundi dans cette communauté de développement est envisageable ou pas.

Le président Magufuli est aujourd’hui donc confronté à une situation de dilemme. Il affirme haut et fort que la paix et la sécurité sont totales dans notre pays, invitant les réfugiés burundais à rentrer massivement, mais dans un autre angle, il ne parvient pas à faire intégrer le Burundi dans la communauté des pays de l’Afrique australe, Sadc, pour les mêmes raisons de manque de paix et de sécurité. Ch.N.

Burundi - Société

Vers une réforme agraire dans la province de Makamba !

Makamba, le 20 août 2019 (Net Press) . Gad Niyukuri, le gouverneur de la province de Makamba au Sud du pays, a pris une mesure qui stipule que dorénavant, un terrain non cultivé sera directement attribué à un autre cultivateur qui est dans le besoin. Une large majorité de cette contrée administrative trouve que le gouverneur de cette province veut faire une réforme agraire qui nécessite une loi organique.

Selon des informations à notre disposition, la population de Makamba trouve que cet administratif est devenu un roitelet qui est devenu indépendant du pays de Ntare Rugamba, où des décisions qui, sous d’autres cieux, émanent du plus haut sommet de l’Etat, sont prises par lui-même sans la consultation préalable de Gitega.

Certains cultivateurs de cette province estiment que la décision prise par l’autorité vient hypothéquer la cohabitation et la cohésion pacifiques des citoyens de Makamba, ce qui risque d’attiser des conflits interminables et un viole le code foncier qui accorde un droit exclusif au propriétaire et exclut la possibilité au gouverneur de gérer les terres d’autrui. Des cultivateurs demandent au gouverneur d’annuler la mesure qui est applicable seulement dans cette province et ce, en violation du code foncier. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte