Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Deux jeunes filles arrêtées et emprisonnées au cachot du commissariat de la police de Gitega

5 septembre 2019

Gitega, le 5 septembre 2019 (Net Press) . Donavine Ininahazwe, 25 ans et Anitha Nihorimbere, 23 ans, ont été arrêtées et emprisonnées au commissariat de la police de Gitega ce mardi le 3 septembre 2019 au centre-ville de Gitega par quelques éléments de la police et les agents du service secret. Des sources proches de leurs familles biologiques privilégient la piste selon laquelle que ces jeunes filles auraient été arrêtées et accusées de faire le commerce de la crypto-monnaie.

L’on saura que ce commerce a été interdit par la banque centrale lors d’un communiqué de presse rendu public par le gouverneur de la banque de la République du Burundi, Jean Ciza. Mais selon des observateurs, le pari du gouverneur de la banque centrale n’est pas gagné d’avance car ces transactions sont fortement prisées par les populations qui sont d’ailleurs encouragées par la sous-région, pourquoi pas la communauté internationale.

D’aucuns affirment même sa rire que les autorités monétaires du Burundi ne voient pas d’intérêt immédiat à tirer de ces transactions car sinon, tous les hommes influents du parti de l’Aigle au pouvoir y auraient injecté leurs fonds pour gagner de l’argent facile. Enfin, les réseaux sociaux encouragent l’utilisation de cette monnaie virtuelle malgré l’interdiction de la banque centrale. Ch.N.

Burundi - Onu - Droits de l’Homme

Vers un rendez–vous qui s’annonce mal !

Genève, le 5 septembre 2019 (Net Press) . Au moment où la commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi va présenter son rapport au conseil des droits de l’homme lors d’un dialogue interactif qui se tiendra le 17 septembre prochain à Genève, la dite commission, dans un rapport rendu public ce 4 septembre 2019, informe sur les violations graves des droits de l’homme commises pendant la période préélectorale.

Dans ce rapport, la commission Doudou Diène a conclu à l’existence d’un climat de peur et d’intimidation de toutes les personnes qui ne démontrent pas leur soutien envers le parti au pouvoir, le Cndd-Fdd. Alors que des membres de sa ligue des jeunes, les « Imbonerakure », des agents du service national des renseignements et de la police ainsi que des autorités locales continuent à commettre de graves violations des droits de l’homme contre des citoyens burundais.

Pour cette commission, la crise de 2015, loin d’être résolue, a évolué au point de toucher l’ensemble du pays. Le rapport décrit comment des Imbonerakure ont commis des meurtres, des disparitions, des arrestations et détentions arbitraires, des actes de torture et des mauvais traitements, ainsi que des viols contre des membres de l’opposition politique, réels ou présumés.

La commission constate que ce niveau de violence alarmant est alimenté par l’impunité généralisée qui prévaut au Burundi. Le président de cette commission, M. Doudou Diène, a Affirmé qu’actuellement au Burundi, il est extrêmement dangereux de s’exprimer de manière critique », « L’étouffement de telles voix est ce qui permet au pays de présenter une illusion de calme »,

Lucy Asuagbor, membre de la commission d’enquête, trouve qu’il « s’agit d’un ’calme’ qui repose sur la terreur », relève Françoise Hampson, également membre de la commission, « comme le démontre la persistance des crimes contre l’humanité et des violations graves des droits de l’homme que nous avons documentés ».

Dans son rapport, ladite commission décrit comment des autorités locales et des Imbonerakure intimident la population locale afin de la forcer à adhérer, soutenir ou contribuer au parti au pouvoir. Des femmes et des filles ont été victimes de viol collectif par des Imbonerakure lors d’attaques sur leurs foyers ou pendant qu’elles essayaient de fuir le pays.

Des hommes - mais également des femmes - ont subi des tortures à caractère sexuel pendant leur détention par le service national des renseignements. Etant donné les restrictions sévères imposées aux médias indépendants et à la société civile, le dysfonctionnement du système judiciaire et la fermeture récente du bureau pays du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, ces violations se produisent quasiment à huis-clos.

Le rapport tient compte de la période électorale à venir, politiquement sensible, la commission d’enquête a également décidé d’adopter une démarche prospective. En appliquant le « Cadre d’analyse des atrocités criminelles », élaboré en 2014 par le Bureau du conseiller spécial pour la prévention du génocide et la responsabilité de protéger, la commission a constaté que les huit facteurs de risque communs pour les atrocités criminelles sont présents au Burundi. « Ces signes avant-coureurs sont suffisamment éloquents », a déclaré le président de la commission. « Notre analyse doit être soigneusement prise en compte pour que les engagements réitérés en matière de prévention aient une quelconque signification ».

Les commissaires demandent au gouvernement du Burundi de mettre fin aux violations des droits de l’homme commises par des agents de l’État et des Imbonerakure. Les membres de la commission ont mis un accent particulier sur l’urgence de mettre en œuvre des mesures en vue de prévenir la détérioration de la situation des droits de l’homme dans le contexte des élections de 2020. La commission souligne que la situation au Burundi doit être suivie avec la plus grande vigilance par la communauté internationale.

De son côté, le conseiller principal en communication à la présidence de la République, Willy Nyamitwe, sur son compte tweeter, demande aux journalistes qui sollicitent sa réaction au rapport qu’il qualifie " politiquement motivé " de Doudou Diène, que le Burundi n’est plus intéressé de répondre aux mensonges et à la manipulation d’opinion de la part de certains Occidentaux qui ne visent que la déstabilisation du Burundi

L’on saura que la commission d’enquête sur le Burundi a été créée le 30 septembre 2016, par la résolution 33/24 du conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Elle a pour mandat de mener une enquête approfondie sur les violations et atteintes aux droits de l’homme commises au Burundi depuis avril 2015, d’en identifier les auteurs présumés et de formuler des recommandations. La commission compte trois membres : Doudou Diène (Sénégal), Lucy Asuagbor (Cameroun) et Françoise Hampson (Royaume-Uni) et n’a pas le droit de mettre les pieds au Burundi.

Sur le plan local, pour le mois d’août, les activistes des droits de l’homme indiquent qu’il y a eu 21 cas d’assassinats, un cas d’enlèvement ainsi que 57 cas d’arrestations arbitraires et détentions illégales. Ils évoquent également 29 cas d’atteintes à l’intégrité physique dont 13 cas de tortures qui ont été répertoriés. N.R.

Burundi - Tanzanie - Réfugié

Une Ong demande à la Tanzanie de revoir sa décision de renvoyer les Burundais

Kampala, le 5 septembre 2019 (Net Press) . Le mécanisme pour l’initiative de la recherche de la paix et le développement, Mi-Rpd, lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres Se basant sur le fait que le mois de septembre 2019 a été choisi comme un mois de l’amnistie en faveur de la récupération des armes légères et de petits calibres détenues illégalement, elle a profité de l’occasion pour demander à la Tanzanie de revoir sa décision concernant le renvoi forcé des réfugiés burundais vivant sur son sol.

Pour cette Ong, il ne devrait plus y avoir des victimes délibérées des armes légères, d’où le rapatriement des Burundais devrait s’assurer qu’il n’y a pas de victimes d’armes légères et de petits calibres. Pour cette Ong, les gouvernements burundais et tanzaniens, en plus de l’Oua, de l’Union africaine et du Hcr devraient veiller à ce que le retour des réfugiés soit volontaire.

Cette Ong se félicite du mémorandum d’entente entre l’Ouganda et le Rwanda, qu’elle considère comme un bon exemple. L’on rappellera que le mémorandum a été signé le 21 août dernier en Angola. Elle voudrait que les initiateurs de l’accord de Luanda puissent faire en sorte qu’il y ait un autre entre le Burundi et le Rwanda. D.N.

Burundi - Sécurité

Le parti Cndd-Fdd réagit aux bastonnades infligées aux trois jeunes filles de Kirundo

Bujumbura, le 5 septembre 2019 (Net Press) . Sur son compte tweeter, la porte-parole du parti de l’Aigle, Nancy Ninette Mutoni, s’inscrit en faux contre des accusations portées à l’endroit de l’administrateur de la commune Bwambarangwe, pointée du doigt d’avoir passé à tabac trois jeunes filles.

Nancy Ninette Mutoni fait savoir que l’administrateur a fait recours à une petite punition. Après, la fille est tombée en crise suite des maux d’estomac et les médias ont par la suite publié qu’elle a été torturée, soit –disant qu’elle membre du parti conseil national pour la liberté, Cnl. Nancy Ninette Mutoni indique que c’est une fausse information et que ces révélations qui circulent sur les réseaux sociaux sont mensongères. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte