Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Archives

 

 

 



Burundi - Somalie - Sécurité

"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

16 septembre 2019

Mogadiscio, le 16 septembre 2019 (Net Press) . Au moins douze soldats burundais de la Mission de l’Union africaine en Somalie sont morts samedi 14 septembre et une dizaine d’autres ont été blessés, dans une attaque de jihadistes d’al-Qaïda en Somalie, les Shebabs.

Leur convoi a été attaqué alors qu’ils regagnaient leur base sur une route stratégique qui relie la capitale et la région de la Moyenne-Shabelle. Le convoi militaire de l’Amisom revenait de Mogadiscio. Sa mission, de routine, était d’accompagner des camions de ravitaillement partis de Jowhar, une grande ville à 90 km au nord-ouest, à destination des marchés de la capitale.

Aux environs du village de Balcad, à mi-chemin des deux villes, le convoi est tombé dans une embuscade tendue par un commando du groupe al-Shabab. Selon des témoins, les combats meurtriers ont duré une vingtaine de minutes.

Cette route et cette localité de Balcad, sont connues pour être dangereuses. Le matin de l’attaque, un engin piégé avait tué deux dirigeants administratifs locaux et leur chauffeur non loin de là. Et l’année dernière, en mars 2018, cinq soldats burundais avaient déjà perdu la vie au même endroit dans une attaque similaire des commandos ultra-mobiles d’al-Shabab.

Malgré les efforts de l’Amisom, la bataille pour sécuriser cette route n’est donc pas encore gagnée. Elle représente un enjeu stratégique important pour les autorités somaliennes, puisqu’elle relie la région agricole de la grande ville de Jowhar et Mogadiscio. Les jihadistes, eux, y voient un terrain d’opportunité pour montrer qu’ils sont toujours présents et actifs dans les campagnes somaliennes.

L’on apprend d’autres sources qu’au moment de riposter, les militaires burundais ont également fait quelques victimes parmi les assaillants. Cependant, les sources d’informations n’ont pas pu déchiffrer les membres de cette organisation terroriste qui ont perdu leurs vies lors des combats.

Dans notre pays, les défenseurs des droits de l’homme évoquent au moins quatre personnes qui ont été assassinées au cours de la semaine passée dans différentes localités. Parmi les victimes, figurent trois hommes et une jeune fille assassinée à Cibitoke.

Une autre petite fille de 7 ans a été victime de viol à Bubanza. Les mêmes activistes soulèvent également des cas de tortures : les victimes sont des membres de l’opposition et leurs bourreaux sont des Imbonerakure ainsi qu’un responsable provincial du service national des renseignements. N.R.

Burundi - Politique

Des cas d’intolérance politique toujours perceptibles sur terrain

Karuzi, le 16 septembre 2019 (Net Press) . L’on apprend qu’un leader du parti Cnl accusé de commettre des actes de terrorisme à l’endroit des membres du Cndd-Fdd se trouve dans le cachot de la commune Nyabikere, dans la province de Karuzi, au Centre-Est du pays. Selon des informations dignes de foi, il a été arrêté le 5 septembre dernier au chef-lieu de la zone Rugwiza.

Les membres du Cnl de cette entité dénoncent une intolérance politique du fait que ce leader est tout simplement incarcéré pour son appartenance politique. Ils demandent que le leur soit libéré dans l’immédiat et ce, sans conditions. Ce phénomène se poursuit au moment des leaders des partis politiques avaient mobilisé leurs militants pour une certaine tolérance politique, mais dans les faits, c’est le statu quo. Ch.N.

Burundi – Education

Des effectifs scolaires difficiles à encadrer

Bujumbura, le 16 septembre 2019 (Net Press) . La rentrée scolaire pour l’exercice 2019-2020 s’annonce difficile pour le système de gestion des effectifs scolaires.

Les effets de mobilisation des communautés pour l’envoi de leurs enfants à l’école se sont manifestés cette année scolaire 2019/2020. Car, les enfants régulièrement inscrits dans les classes de l’école fondamentale et post-fondamentale atteignent un effectif de plus 3.270.000 élèves. Ces enfants seront encadrés par plus de 80.300 enseignants sans compter ceux de l’école maternelle.

Au niveau du cycle fondamental, les projections faites par le bureau de la planification scolaire vont jusqu’ à prévoir le triplement du nombre d’enfants de l’année passée. Dans ce cas, le gouvernement aurait-il prévu un budget y relatif en fonction de la courbe de progression des effectifs ?

Des enseignants devraient être recrutés en conséquence, de même que les livres scolaires, les bancs pupitres, etc. Aussi, le gouvernement burundais devrait préalablement construire des salles de classe au prorata de ces effectifs pour garantir un espace d’accueil viable dans le respect des droits de l’enfant.

Le ratio élèves-enseignant est une variable qui influence la réussite à l’école. Or, il n’est pas rare de voir un enseignant de l’école fondamentale en face d’une classe de plus de 150 élèves. Même en cas de double vacation, cet enseignant se trouverait dans l’impossibilité d’encadrer ces enfants.

Face à cette situation, le recrutement des enseignants devient un impératif majeur. Mais le problème qui se pose comme un défi incontournable reste celui de manque d’argent pour construire, équiper et payer les enseignants. Au cas où le Burundi trouverait par miracle de moyens, il reste toujours soumis aux injonctions de la banque mondiale qui doit garantir et fixer les conditions de recrutement des enseignants. J.M.

Burundi - Santé

La zone de Ngagara toujours sujette aux maladies des mains sales

Bujumbura, le 16 septembre 2019 (Net Press) . Dans nos éditions antérieures, nous parlions d’installations de la Regideso sous des constructions anarchiques aux quartier II et III de la zone Ngagara.

Ces vielles installations souvent bouchées se trouvent des fois en jonction avec les conduits de déchets des toilettes. Dans ce cas, l’eau de la Regideso, même rare, coule mêlée d’excréments humains. Cette situation a poussé les gens de cette zone à tirer sur la sonnette d’alarme, ce que l’administration locale a vite compris.

Mais l’on remarquera que cette intervention rapide de la cheftaine de cette zone n’était pas due à sa compassion avec les habitants de son entité territoriale. Cette femme montrera plus tard après l’installation des robinets publics dans le quartier III, ses visées cachées derrière cette initiative.

Elle tiendra une réunion regroupant les chefs des différents quartiers et les représentants de la population pour leur signifier que désormais, ces robinets ne seront plus publics. La brave dame voulait faire passer une idée de recruter sur chaque robinet un agent de la zone chargé de percevoir de l’argent sur chaque bidon d’eau puisée à cette installation de la Regideso.

Elle tentera de donner des explications de cette entreprise publique sans toutefois convaincre les habitants de Ngagara. Pour elle, cet argent servirait à faire réparer ces installations en cas de panne éventuelle. Mais la population de cette zone l’a renvoyée aller quêter famine ailleurs. D.N.

Burundi - Confessions Religieuses

Départs et arrivées de prêtres à la paroisse Regina Pacis de Kinindo

Bujumbura, le 16 septembre 2019 (Net Press) . Le mois d’août est très important pour la hiérarchie catholique car il constitue la période des promotions pour les prêtres et les sœurs, qui pour les études à l’étranger, qui d’autres pour changer de mission dans une autre paroisse, et qui d’autres encore pour des mutations disciplinaires certainement.

Ainsi, des changements sont intervenus au cours du mois d’août dernier et la paroisse Regina Pacis de Kinindo n’a pas été à l’abri de ces modifications. C’est hier donc que ladite paroisse a dit adieu à certains de ses prêtres et a accueilli d’autres qui seront désormais locataires de cette paroisse.

Parmi les départs, outre les autres prêtres qui étaient basés à Kinindo, l’on note également celui du vicaire de la paroisse, abbé Raoul Ngabirano, qui va à la paroisse Esprit de Sagesse de Mutanga Sud, connue sous le nom de la paroisse Ntabona, une paroisse périurbaine fondée par l’abbé Adrien Ntabona en 1996. Ce prêtre aujourd’hui à la retraite compte parmi les sommités de l’église catholique burundaise.

La paroisse Regina Pacis de Kinindo a reçu également un prêtre de marque, le prénommé Abbé Jean Martin, 32 ans de sacerdoce. C’est un homme qui a une place de choix dans l’église catholique romaine car il est chargé du tribunal diocésain de notre pays. Il est comparable au procureur dans la structure judiciaire.

Cette messe d’une telle importance a été concélébrée par 7 prêtres, avec Raoul Ngabirano comme officiant principal. Dans son homélie, il est longuement revenu sur le pardon de Dieu envers les hommes, surtout les pécheurs. Ch.N.

Burundi - Démocratie

Le secrétaire général de l’Onu s’exprime à l’occasion de la journée internationale de la démocratie

New York, le 16 septembre 2019 (Net Press) . Chaque 15 septembre de l’année, le monde célèbre la journée internationale de la démocratie. Le secrétaire général de l’Onu a pour cette occasion livré un message que la rédaction partage à son lectorat.

" C’est le peuple qui est au cœur de la démocratie. Fondée sur l’inclusion, l’égalité de traitement et la participation, celle-ci est un pilier fondamental de la paix, du développement durable et des droits de la personne.

" Ces valeurs et aspirations ne peuvent pas être considérées comme un vœu pieux ou comme de simples paroles en l’air. Elles doivent constituer une réalité tangible dans la vie de chacun et de chacune.

" Pourtant, à l’heure où nous célébrons cette Journée internationale de la démocratie, l’inquiétude est élevée et la confiance fait défaut.

" Partout, les gens sont frustrés par les inégalités croissantes et déstabilisés par les changements radicaux liés à la mondialisation et aux technologies.

" Ils constatent que le monde est toujours en proie aux conflits et aux injustices, que la question de l’urgence climatique n’est pas réglée et que l’espace civique se rétrécit.

" En cette Journée de la démocratie, j’exhorte tous les gouvernements à respecter le droit à une participation active, concrète et effective et je rends hommage à toutes celles et à tous ceux qui œuvrent inlassablement en faveur de cette noble cause."

La rédaction a contacté certains politiciens de notre pays sur le concept de la démocratie dans notre pays. Il y a une nette différence de vues sur cette notion car les proches du régime en place sont convaincus que la démocratie est une réalité au Burundi au moment où les opposants invoquent la négation de la démocratie à partir d’avril 2015. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte