Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité7 septembre 2019
|Un Imbonerakure tué dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

19 septembre 2019

Bujumbura, le 19 septembre 2019 (Net Press) . Dans trois mois, le 10 décembre 2019, quatre ans se seront écoulés après l’assassinat de Marie-Claudette Kwizera, trésorière de la ligue des droits de l’homme Iteka.

La commission d’enquête de l’Onu vient de publier des détails sur ce meurtre crapuleux de cette dame prise pour cible en raison de son travail de défense des droits humains. Le rapport de cette enquête mentionne que cette activiste des droits humains a été enlevée et emmenée à bord d’un véhicule du service national des renseignements vers un bureau local de ce service avant d’être transférée à un lieu inconnu et exécutée froidement.

A en croire cette commission, il n’est guère surprenant que les autorités burundaises aient omis une enquête indépendante et approfondie sur sa mort. Pour elle, le meurtre de Marie-Claudette Kwizera reste un avertissement pour ceux qui oseraient dénoncer les abus dans le pays. Pour preuves, la commission a confirmé avant-hier qu’en 2018 et en 2019, les restrictions pesant sur les libertés civiles se sont aggravées alors que des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme ont continué d’être arrêtés et détenus de manière arbitraire, mais également intimidés, harcelés ou soumis à des mauvais traitements, afin de les empêcher de mener à bien leurs activités légitimes. La disparition du journaliste Jean Bigirimana en est une parfaite illustration même bien avant la publication de ce rapport.

La commission constate qu’actuellement, toute personne soupçonnée de ne pas soutenir le parti au pouvoir court un risque de subir le même sort que Marie-Claudette Kwizera. Le rapport mentionne que les familles vivent dans la peur que leurs proches soient enlevés une nuit par des agents du Snr ou par des Imbonerakure et qu’ils ne reviennent jamais.

Mais les familles comme celle de Mairie-Claudette Kwizera ont droit à ce qu’une enquête exhaustive, indépendante et rapide soit ouverte par les autorités pour découvrir ce qui est arrivé à leurs proches, conclut la commission d’enquête de l’Onu.

Signalons que Marie-Claudette Kwizera était un activiste des droits de l’homme très engagée du fait qu’elle avait rejoint la ligue de défense des droits de l’homme Iteka, alors qu’elle était encore très jeune. Des informations sur elle indiquent qu’elle fréquentait encore l’école secondaire quand elle s’est fait inscrire dans cette ligue, la première que le Burundi avait vu pour avoir vu le jour en 1993. N.R.

Burundi -Tanzanie - Sécurité

Des signes des troubles psychologiques chez certains réfugiés burundais ...

Nduta, le 19 septembre 2019 (Net Press) . Des services médicaux au camp de réfugiés de Nduta affirment que certains réfugiés souffrent des troubles psychologiques causés par la peur de rentrer par force dans leur pays, ou alors des séquelles de tortures ou encore des conditions de vie déplorable.

Le département de la santé mentale de "Médecins sans frontières suisse" déplore la détérioration de la santé mentale des réfugiés burundais et surtout à l’approche de leur rapatriement forcés sur le Burundi. Il rapporte qu’au mois d’août dernier, les consultations ont augmenté de 22% par rapport aux deux mois précédents. La majorité des patients disent qu’ils ne trouvent plus de sommeil à cause des séquelles de torture leur infligées avant l’exil. De mauvaises conditions de vie au camp ont aussi des conséquences sur la santé mentale des réfugiés.

Le même département ajoute que la détérioration des conditions de vie, des mères qui voient leurs enfants mourir de faim, violés ou disparus au camp ont un impact négatif sur leur psychologie

D’autres réfugiés évoquent le lendemain qui déchante, où le gouvernement tanzanien, de concert avec le gouvernement burundais qui fait pression sur ces réfugiés pour qu’ils rentrent par force sur le Burund. Selon eux, ce rapatriement forcé constitue un impact négatif sur leur santé mentale

Des réfugiés demandent au service de santé d’ouvrir plusieurs centres d’accueil et d’aide pour accueillir des cas de troubles psychologiques qui risquent d’accroître au moment où la date butoir du rapatriement forcé approche. J.M.

Burundi – Agriculture

Grogne de la population de Rugombo

Bubanza, le 19 septembre 2019 (Net Press) . Depuis que le gouvernement du Burundi a récupéré la propriété appartenant à la société Lugofarm, les gens de la localité qui louaient ces terres pour y planter différentes cultures sont sans espoir du lendemain.

Ils étaient habitués à exploiter les propriétés de Lugofarm moyennant, en contrepartie, de l’argent. Depuis que cette propriété est devenue une terre domaniale, il a été désigné une commission en charge de la gestion de ce terrain. Cette équipe relève de l’administration sectorielle du bureau provincial de Bubanza de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage.

La surprise trop désagréable de la part de la population qui exploite ces terres est venue du côté de cette administration décentralisée du ministère en charge de l’agriculture quand elle a pris l’initiative d’aménager cette zone sans daigner attendre que les agriculteurs procèdent à la récolte de leurs cultures.

La population de Rugombo crie au scandale car nul ne peut, sous un quelconque prétexte que se soit, arracher les cultures en pleine floraison. Ceci est inacceptable par qui qu’il soit dans un pays ancré dans une culture de respect des champs.

Face à cette situation, les agriculteurs disent qu’ils avaient contracté des dettes pour y investir et qu’ils se trouvent dans l’impossibilité de payer ces dettes. Comme ils s’attendaient à ce que le gouvernement attende la récolte de ces cultures, ils lui demandent de payer les dettes qu’ils avaient contractées auprès des banques avant que les intérêts ne soient excessivement élevés puisqu’ils sont actuellement démunis.

Aussi, ces agriculteurs implorent le gouvernement burundais à leur venir en aide au risque de mourir de faim cette année. Au cas contraire, ils comptent tous migrer vers la République démocratique du Congo là où ils estiment que le respect à la vie de l’être humain est encore d’actualité. D.N.

Burundi - Politique

Paradoxe autour de l’arrivée du flambeau de la paix à Bujumbura !

Bujumbura, le 19 septembre 2019 (Net Press) . En uniformes, tous les élèves de la ville de Bujumbura ont été mobilisés pour venir accueillir le flambeau de la paix qui va atterrir sur Bujumbura. Les élèves contactés par la rédaction trouvent paradoxale cette initiative des écoles consécutive à l’arrivée du flambeau de la paix.

Ces élèves trouvent anormal que l’administration de la ville de Bujumbura puisse mobiliser tous les élèves de la capitale économique dont la mission première est d’étudier. Selon eux, les établissements scolaires restent une circonscription strictement apolitique et ajoutent cet évènement d’ampleur national devrait mobiliser les proches du pouvoir habitant la ville de Bujumbura et non les élèves qui se voient souvent contraints d’abandonner leurs études pour participer dans des activités politiques.

Des élèves qui ont requis l’anonymat indiquent qu’ils ont attendu ce flambeau de la paix sous un soleil de plomb, sans connaitre la signification de ce passage du flambeau de la paix. Sans encadrement, certains ont profité de cette situation pour faire des escapades dans des endroits de moralité douteuse pour consommer des boissons prohibées et prendre des drogues. Ch.N.

Burundi - Santé

L’hôpital prince régent Charles enregistre 41 cas de choléra depuis le début de l’année .

Bujumbura, le 19 septembre 2019 (Net Press). L’administration de l’hôpital prince régent Charles enregistre 41 cas de cholera qui sont alités dans cet établissement sanitaire situé dans la zone de Buyenzi, commune Mukaza, dans la capitale économique Bujumbura. Ces effectifs ont été enregistrés depuis le début de cette année.

Nos sources déplorent que le nombre de malades de choléra dépasse la capacité d’accueil du centre. Elles ajoutent que ce dernier a été conçu pour loger 35 patients au maximum. Et cette épidémie de cholera frappe douloureusement les zones de Bwiza et de Buyenzi, en commune de Mukaza (centre de la ville de Bujumbura) et de Kanyosha en commune de Muha, au sud de la capitale économique. Elles font savoir également que les pénuries d’eau potable dans ces localités seraient les principales causes de cette épidémie. Cet hôpital déplore uniquement 2 cas de décès. J.M.

Burundi – Belgique - Culture

Entre l’attachement de la culture de son pays d’origine et de celle du pays d’accueil

Bruxelles, le 19 septembre 2019 (Net Press) . Les jeunes burundais et rwandais vivants en Europe ont senti le grand besoin du respect et d’attachement à leur culture d’origine et l’envie d’appartenir à leur pays d’accueil, un dilemme difficile à départager.

Ainsi, à plus de 6000 Km qui les séparent de leurs frères, sœurs, cousins ou oncles restés au pays natal, ils ont eu la nostalgie de leurs cultures et ont créé une association sans but lucratif dénommée Akaranga.

A travers cette Asbl, ces jeunes ont préparé durant toute une année, une soirée culturelle qu’ils vont animer ensemble le 5 octobre 2019. Ils profitent de cette occasion pour inviter les Européens, les Africains et les ressortissants de leurs pays d’origine à répondre massivement à cette journée mémorable pour se souvenir du comportement, même anodin, des peuples africains et surtout burundo-rwandais.

Au menu du jour des danses traditionnelles, des discours et des contes où transparaitra le dilemme entre l’attachement au pays d’accueil qui leur offre des opportunités énormes de liberté culturelles et l’attachement inconditionnel à leur identité culturelle quoiqu’étant en Europe.

Le tiraillement se fonde sur le manque de choix de son attachement entre la culture de son pays d’origine et l’offre sociale du pays d’accueil.

Cette journée sera donc une occasion pour les spectateurs de se mettre dans la peau des acteurs pour sentir ce dilemme et la nostalgie des coutumes et mœurs qui leur font défaut en Europe.

Le spectacle est prévu le 5 octobre au Centre Placet, Place de l’Hocaille 1,1348, Louvain-la Neuve. Pour les enfants de moins de 5 ans, leur entrée sera libre tandis que les moins de 12 ans vont payer 7 euro à l’entrée et les plus de 12 ans s’acquitteront de 15 euro pour accéder au spectacle. L’ouverture des portes est projetée à 18h30 tandis que le début des festivités est fixé à 19h30. Il est aussi prévu la cuisine afro-européenne de Tilapia traiteur pour se souvenir du repas à la burundaise ou à la rwandaise mais aussi et surtout de la saveur du poisson du lac Tanganyika à ne pas rater.

Un humoriste vivant à Bruxelles a averti les organisateurs qu’ils risquent de s’attirer des foudres de la ministre burundaise de la culture, Pélate Niyonkuru, qui devra absolument réagir contre le comportement des Rwandais qui s’emparent de la culture burundaise. Elle se fâchera d’autant plus que le spectacle va se tenir dans un pays hostile à Gitega, un pays de colons, donc des ennemis de la paix. Ch.N.

Burundi - Rdc - Rwanda - Sécurité

Le chef de la rébellion rwandaise Fdrl tué par l’armée

Rutshuru, le 19 septembre 2019 (Net Press) . Le commandant des rebelles des forces démocratiques de libération du Rwanda (Fdrl), Sylvestre Mudacumura, activement recherché par la justice internationale, a été abattu dans la nuit du 17 au 18 septembre par l’armée congolaise dans l’est de la République démocratique du Congo, selon la Radio du Monde.

Le porte-parole de l’armée congolaise le général Léon-Richard Kasonga, dans un communiqué rendu public ce jeudi 19 septembre, affirme qu’il a été neutralisé de manière définitive par l’armée "tshisekedienne". Il a été abattu dans la nuit de mardi à mercredi dans le groupement Bwito, dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte