Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Burundi - Sécurité - Opinion10 septembre 2019
|Quand les mesures prises par les administratifs de base échappent à l’autorité centrale

Burundi - Tanzanie - Sécurité9 septembre 2019
|Crainte d’une éventuelle attaque armée dans le camp des réfugiés de Nduta

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

26 septembre 2019

Bujumbura, le 26 septembre 2019 (Net Press) . Elle s’appelle Yvette Iradukunda, 26 ans, elle est originaire de la commune de Mugongomanga, dans Bujumbura dit rural. C’est une serveuse dans l’un des bistrots de cette localité. Elle est aujourd’hui hospitalisée à Ijenda suite aux coups violents qu’elle a reçus de la part de l’administrateur de cette commune, Diomède Ndabahinyuye. Elle a été battue dans la nuit de dimanche à lundi 23 septembre par cette autorité pour des raisons non encore évoquées.

Selon des informations sur place, il semble que ce responsable s’est rendu au cabaret tenu par cette demoiselle au-delà de 21 heures alors que c’est le temps de fermer ses portes. L’administrateur est venu et a exigé qu’elle ouvre au moment où elle était déjà au lit, ce qu’elle a fait à contrecœur. Aussitôt les portes ouvertes, l’homme s’est mis à tabasser la jeune demoiselle.

Il semble que ce n’est pas la première fois qu’elle soit violentée par cet administratif. Il y a quelques temps, il avait voulu la faire entrer de force dans sa voiture, en pleine nuit, pour qu’ils aillent patrouiller ensemble, ce que la jeune femme a refusé net, préférant retourner dans sa chambre. Il semble également que cette personne était devenue la bête noire dans cette contrée car il buvait sans payer ses factures.

Le responsable de la buvette ne comprend pas comment cet administrateur peu se permettre de frapper une personne, en pleine nuit, qu’il trouve à son domicile. Si c’était une infraction commise, l’administratif a le droit d’imposer une amende et c’est le propriétaire qui la paye et non la fille. Lui et les parents de la fille entendent saisir la justice contre cette personne qui ose battre une fille de même âge que la sienne.

L’administrateur de la commune Mugongomanga, Diomède Ndabahinyuye, rejette toutes ces accusations et indique qu’elle ne comprend pas ce que cherche cette demoiselle. Les infirmiers qui traitent cette fille admettent qu’elle est sous le choc des coups violents reçus dans cette nuit-là. De son côté, la commission nationale indépendante des droits de l’homme est déjà sur place pour ses enquêtes. Ch.N.

Burundi - Diplomatie

Une lumière sur le refus d’adhésion du Burundi à la Sadec

Rumonge, le 26 septembre 2019 (Net Press) . Lors d’une émission publique tenue ce 24 septembre en province de Rumonge, la porte-parole du ministère des affaires étrangères a donné la lumière sur le refus d’adhésion du Burundi à la communauté de développement d’Afrique australe, une organisation qui vise à promouvoir le développement économique de l’Afrique australe et orientale.

Selon cette attachée de presse de la diplomatie burundaise, le pays n’a pas été refusé par la Sadec comme tel. Une délégation a été envoyée par cette communauté pour se rendre sur terrain afin de s’enquérir sur l’état des lieux sur l’entrée de ce nouveau visage au sein de cette communauté.

Selon nos sources, le ministère des affaires étrangères a cherché à convaincre ces envoyés de la Sadec que la paix et la sécurité règnent sur toute l’étendue du Burundi, que ce pays appuie dans des missions de maintien de la paix en Somalie et en République centrafricaine. Malgré cela, ces émissaires spéciaux de la Sadec ont douté de la solvabilité du Burundi par rapport aux cotisations

Gitega a toujours cherché à convaincre que le Burundi regorge des ressources minières qui contribueront à s’acquitter de ces cotisation au sein de cette communauté. Une autre délégation va atterrir incessamment sur Bujumbura pour s’enquérir de l’état d’avancement à l’adhésion du Burundi au sein de la Sadec. J.M.

Burundi - Justice

Rumonge : A qui profite le bras de fer parquet - Opj ?

Rumonge, le 26 septembre 2019 (Net Press) . Dans l’une de ses dépêches de ce 23 septembre, la rédaction avait fait part d’une surpopulation carcérale du cachot de la province de Rumonge (Sud-ouest du pays). Les causes de cette anomalie étaient entre autres l’immixtion des juges dans le traitement des dossiers par des officiers de police judiciaires.

Ce malentendu entre les deux parties a poussé le procureur de la République dans cette province, en date du 19 septembre 2019, d’interner Astère Nsengiyumva et Gordien Ntibaruhisha, deux policiers de la police judiciaire qui sont accusés de déni de justice. Mais ces derniers accusent à leur tour le procureur de s’immiscer dans le traitement des dossiers des détenus. Ce dernier se serait même arrogé le droit de retirer un dossier des mains d’un officier de police judicaire avant qu’il ne termine son instruction.

Les deux parties ne veulent rien révéler à la presse même si des informations filtrent comme quoi l’administration prévoit une réunion entre les responsables policiers et le parquet pour calmer le jeu et que la confiance soit retrouvée entre les deux institutions. Il semble également que les deux policiers sous les verrous vont bientôt retrouver leur liberté et regagner sans délais leurs services. D.N.

Burundi - Politique - Economie

Un patron de Bureau de change « Peace exchange « arrêté par la police !

Bujumbura, le 26 septembre 2019 (Net Press) . Il s’appelle Jackson Simbananiye connu sous le sobriquet de " Kirahwata " un patron du bureau de change " Peace Exchange " situé au centre-ville de Bujumbura dans les circonscription de l’immeuble abritant la société d’assurance du Burundi (Socabu),. Il a été arrêté hier à son bureau, accusé d’échange de monnaie en dehors des normes de la banque centrale du Burundi.

Selon le porte-parole au ministère de la sécurité publique et de la prévention des catastrophes, Pierre Nkurikiye, cet hommes est accusé d’échanger de monnaie en dehors des normes de la banque centrale. Il a été surpris en flagrant délit en train d’échanger un dollar américain contre trois mille cent francs burundais (3,100 Fbu), au lieu de mille huit cent quarante-six franc burundais (1846 Fbu). Il a ajouté que dans la même foulée, la police a saisi dans la trésorerie de ce bureau de change cinq quatre mille cinq cent soixante-onze dollars américains, (54,571 dollars américains), cinq mille soixante euros, (5.060), deux cent quatre-vingt mille shillings tanzaniens, (280.000 shillings), mille quatre-vingt pounds, (1.080), cent un million, huit cent quatre-vingt six cinq cent francs burundais, (101.886.500 Fbu) et tout ce montant a été remis à la banque de la République du Burundi.

Et pour s’enquérir de cette situation, la rédaction a tendu un micro-baladeur aux changeurs de monnaie. Ils estiment que cette arrestation suivie de la confiscation d’une bagatelle d’argent de ce bureau de change par la banque centrale du Burundi à créé une peur-panique au sein des changeurs de monnaie qui ont échangé timidement et en toute clandestinité les monnaies. N.R.

Burundi - Société

Une personne interpellée par la police pour zoophilie...

Rumonge, le 26 septembre 2019 (Net Press) . Il s’appelle Bukuru, un jeune homme âgé de 21 ans et ressortissant de la commune Bugarama, en province de Rumonge, au Sud-ouest du pays. Il a été arrêté par la police ce lundi 23 septembre par la police qui l’accuse d’entretenir des relations de zoophilie avec une chèvre.

Selon des sources proches d’un praticien de droit, cette pratique qui s’appelle la zoophilie est une paraphilie dans laquelle un animal est l’objet du désir et constitue une pratique contre nature, ce qui est une atteinte aux bonnes mœurs et punissable devant le code répressif burundais D.N.

Burundi - France - Nécrologie

La France rend hommage à son ancien président Jacques Chirac décédé

Paris, le 26 septembre 2019 (Net Press) . L’ancien président français, Jacques Chirac, est décédé ce matin et toute la France lui rend hommage en ce moment même. Outre que l’assemblée nationale et le sénat ont observé une minute de silence à l’annonce de cette nouvelle, tous les milieux français réagissent à cette mort de leur ancien leader.

Jacques Chirac apparait comme un président un homme qui a le plus marqué la Vème République dans son pays. De conseiller municipal, il a été maire de Paris, député, ministre, chef du gouvernement et enfin président de la République. Il vient de s’éteindre à l’âge de 86 ans.

Il apparaît comme un président qui savait s’imposer par sa taille 1,90 m, plus petit que le général de Gaule, 1,96 m et plus grand que Georges Pompidou, 1,82 m, tous deux prédécesseurs à Jacques Chirac. Les autres sont plus petits à savoir Giscard d’Estaing, 1,89 m, François Mitterrand, 1,72 m, Nicolas Sarkozy, 1,68 m, François Hollande, 1,74 m et Emmanuel Macron, 1,77m.

Il apparaît également comme un grand homme politique français car à 28 ans déjà, il rejoint l’équipe de Georges Pompidou, nouveau premier ministre de Charles de Gaulle. Sa propension à agir sans s’embarrasser du formalisme administratif lui vaut rapidement le surnom de « bulldozer ». Il a trouvé sa voie, sa carrière politique est lancée. En 1967, il remporte sa première victoire électorale en devenant député de Corrèze, la terre de ses ancêtres. Depuis ce bastion provincial, il se lance, sabre au clair, à la conquête des plus hautes fonctions.

Son ascension est fulgurante. Secrétaire d’Etat puis ministre sous la présidence de Pompidou, il devient en 1974 Premier ministre de Valéry Giscard-d’Estaing. Mais le « bulldozer » n’entend pas rester dans l’ombre de ce président qu’il a aidé à être élu. Il quitte Matignon deux ans plus tard et crée le RPR, le Rassemblement pour la République. Maire de Paris depuis 1977, Jacques Chirac ne vise désormais plus qu’une chose : l’investiture suprême, la présidence de la République. Il tente sa chance une première fois en 1981, puis une deuxième en 1988 face à François Mitterrand dont il est le Premier ministre. Sans succès. « Les Français n’aiment pas mon mari », constate, amère, son épouse Bernadette.

La troisième tentative est la bonne. Fin 1994, la presse le donne pourtant loin derrière le chef du gouvernement Edouard Balladur, également issu du RPR. Jacques Chirac ne pardonnera jamais cette traîtrise à celui qui aura été un ami de trente ans. Mais pour l’heure, il se lance corps et âme dans cette campagne qu’on lui annonce perdue d’avance, surfant sur le thème de la « fracture sociale ». Ses longues années d’exercice politique l’ont en effet rendu pragmatique. Le « bulldozer » s’est mué en caméléon qui adapte ses convictions aux préoccupations de la société.

Un président immobile

La stratégie est gagnante : le 7 mai 1995, Jacques Chirac devient président de la République française. Mais à peine élu, il annonce un tour de vis budgétaire. Pour lutter contre les déficits et la dette de l’Etat, le gouvernement accélère les privatisations et s’attaque à la réforme des retraites et de la sécurité sociale. Des centaines de milliers de personnes descendent dans les rues. La cote de popularité de Jacques Chirac s’effondre dans les sondages avec celle de son Premier ministre, Alain Juppé. Le président joue alors son va-tout : il annonce la dissolution de l’Assemblée nationale le 21 avril 1997 dans l’espoir que les urnes lui redonnent l’avantage. Raté. La victoire du PS aux législatives le contraint à choisir Lionel Jospin comme Premier ministre. Ce dernier parvient à lui faire proposer la modification de la Constitution pour transformer le septennat en quinquennat. Le projet est soumis au référendum en septembre 2000 ; il obtient 73 % des suffrages.

En 2002, à 69 ans, Jacques Chirac est réélu face au chef du Front national Jean-Marie Le Pen. Ce second mandat, marqué notamment par l’embrasement des banlieues et le mouvement étudiant contre le CPE, est celui de l’immobilisme. Chirac le « bulldozer », Chirac le « flingueur », hérite d’un nouveau surnom : le « roi fainéant ». Dans son ouvrage Jacques Chirac, une histoire française, Simon Laplace voit dans cette inertie « l’obsession protectrice » d’un président désireux de préserver l’unité nationale. D’autres l’interprètent comme le résultat d’une politique davantage guidée par les enquêtes d’opinion que par une volonté de réformes.

Lorsque Jacques Chirac quitte l’Elysée en mai 2007, son bilan est terne. L’histoire retiendra cependant au moins deux choses de ses douze années passées à la tête de l’Etat. La première le 16 juillet 1995. Lors de la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv de 1942, il prononce un discours au cours duquel il reconnaît la responsabilité de l’Etat français dans les crimes commis contre les juifs de France sous l’Occupation. Nul autre ne l’avait fait avant lui. Ce discours est sa plus grande fierté, avouera-t-il quelques années plus tard. La deuxième en 2003, lorsqu’il refuse d’engager la France dans la guerre en Irak. Cette décision lui vaut un regain de popularité nationale et internationale.

La personnalité politique préférée des Français

Désormais retraité, Jacques Chirac devient la personnalité politique préférée des Français. Ses erreurs passées paraissent loin et la nostalgie bat son plein. Dans un pays ébranlé par les secousses de la crise économique, il semble incarner une époque révolue, celle de l’insouciance et du plein emploi. Car depuis toujours, il cultive une image de franchouillard au parler cru, amateur de femmes et de bonne chère. Pantalon jusqu’au torse et sourire engageant, il aime plus que tout aller au contact de la population, plongeant dans les bains de foule et multipliant les poignées de mains et les embrassades avec un plaisir évident. On découvre aussi derrière ce personnage gargantuesque un homme cultivé, amoureux de l’Asie et du sumo, passionné des arts premiers et des peuples oubliés. Une passion concrétisée par la création du musée du Quai Branly, rebaptisé depuis musée du Quai Branly-Jacques Chirac.

Mais très vite, privé de son immunité présidentielle, l’ancien chef de l’Etat est rattrapé par la justice qui enquête sur le financement occulte du RPR et les emplois fictifs à la mairie de Paris. Il est condamné dans cette affaire le 15 décembre 2011 à deux ans de prison avec sursis pour abus de confiance et détournement de fonds publics. Jacques Chirac décide de ne pas faire appel. Il explique ne plus avoir les forces nécessaires « pour mener le combat contre la vérité ».

Depuis, un accident vasculaire cérébral en 2005, sa santé n’a en effet cessé de se dégrader. Ses apparitions publiques sont devenues plus rares, ses traditionnelles visites au Salon de l’agriculture moins longues. Hospitalisé à plusieurs reprises, l’ancien président a été aussi fortement éprouvé par le décès de sa fille Laurence en avril 2016. Sa dernière participation à une cérémonie officielle remonte à novembre 2014. Diminué, la main sur l’épaule de son garde du corps, il était arrivé sous les applaudissements du public.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte