Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

3 octobre 2019

Rumonge, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Un policier qui faisait partie de la garde du gouverneur de la province de Rumonge, Sud-ouest du pays, a été arrêté et se trouve sous les verrous depuis hier. Selon des informations en provenance de cette localité, plusieurs tirs à l’arme automatique ont été entendus à l’endroit dit ku Rukinga.

Or, c’est précisément là où se trouve la résidence du gouverneur de cette province. L’on apprend donc que ce policier a été arrêté pour des enquêtes qui sont déjà en cours. Cette information est confirmée par l’administration de cette entité provinciale. D.N.

Burundi - Justice - Société

Deux artistes burundais poursuivis pour violations graves des mœurs de notre pays

Bujumbura, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Deux artistes burundais, Oleg Baraka, vivant dans le quartier de Carama, dans la zone de Kinama, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura et Pacelli Iradukunda, ont été montrés aujourd’hui à la presse nationale, poursuivis pour violations graves des bonnes mœurs de notre pays, selon le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye.

Pour le premier, il est accusé d’avoir produit une chanson intitulée "Tora iyo noti" (prends ce billet d’argent, Ndlr) où une fiche montre une fille qui est presque nue. Une deuxième chanson du même artiste intitulée "Délégué Général" montre également des élèves-filles nues dans leurs écoles comme si celles-ci étaient des endroits de débauche.

Quant au deuxième artiste, Pacelli Iradukunda, il s’arroge le droit de filmer par force les autres artistes et présentent leurs images sous une forme négative contraire aux bonnes mœurs. Ils sont donc poursuivis et doivent répondre de leurs actes devant la justice burundaise dont le code de procédure pénal prévoit de telles infractions. J.M. 

Burundi -Tanzanie – Réfugiés

Vers le rapatriement forcé des réfugiés burundais qui débute aujourd’hui

Bujumbura, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, par le biais de son directeur général chargé du rapatriement, Nestor Bimenyimana, a annoncé ce mardi 1er octobre qu’un premier groupe de réfugiés en provenance de la Tanzanie rentrerait ce jeudi 3 octobre, ce qui laisse entendre que les rapatriements en masse prévus par les deux gouvernements entrent en vigueur aujourd’hui même.

Nestor Bimenyimana, à travers une déclaration rendu publique à cette occasion, a fait savoir que l’on prévoit qu’environ 1.000 réfugiés vont rentrer ce jeudi, avant d’ajouter que le processus est « volontaire ».

Cependant, dans l’une de nos dépêches de ce mercredi 2 octobre, la rédaction avait fait savoir que des sources sur place dans les camps de réfugiés burundais en Tanzanie avaient révélé l’existence des communiqués sur des tableaux d’affichage dès ce 30 septembre, demandant aux réfugiés en Tanzanie de se faire inscrire pour rentrer au Burundi. Tous les marchés à l’intérieur des camps de réfugiés avaient été fermés la semaine dernière. « Pourquoi continuer à prétendre que ce refoulement est volontaire ? » se demandent des réfugiés burundais vivant sur le sol tanzanien.

Dans un mémorandum d’entente, Dar Es Salaam et Gitega se sont convenus en août dernier que le rapatriement des 200 000 réfugiés burundais de Tanzanie allait commencer le 1er octobre, faisant craindre des retours forcés chez certains réfugiés et organisations qui défendent les droits des réfugiés.

L’on saura que les Nations Unies et des groupes de défense des droits humains s’étaient insurgé contre ce rapatriement qu’ils qualifiaient de forcé et avaient demandé à ces deux pays de ne pas forcer les réfugiés à rentrer chez eux dans un environnement dangereux où ils risquent d’être victimes de persécutions politiques.

"A ce stade, la situation n’est pas propice aux retours en masse", a déclaré mardi Babar Baloch, un porte-parole de l’agence des Nations unies pour les réfugiés (Hcr) à Genève. Malgré tous les efforts de la communauté internationale, les deux gouvernements parviennent à trouver un moyen pour chasser les Burundais de la Tanzanie. De son côté, le Hcr a déclaré noir sur blanc qu’il n’est pas impliqué dans ce processus de rapatriement forcé des réfugiés burundais. N.R.

Burundi - Confessions Religieuses

Quand des événements religieux coïncident

Ouagadougou, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Au moment où le torchon brûlait entre les autorités du parti Cndd-Fdd au pouvoir et l’Eglise catholique, suite à un message des évêques qui allait être lu le 22 septembre, l’on se rend compte, au regard de l’Osservatore Romano, n° 36, mardi 3 septembre 2019, pp 5, organe du Vatican, qu’une situation similaire se produisait au Burkina Faso et sans heurts.

Dans ce journal catholique, nous lisons, dans un titre, "En Afrique, un journalisme de paix", que promouvoir un "journalisme de paix", telle est la mission que le préfet du Dicastère pour la communication, Paolo Ruffini, a indiqué aux opérateurs des médias dans un message envoyé à l’occasion du cours de formation organisé par l’Union catholique africaine de la presse (UCAP-Burkina), en collaboration avec l’Association ivoirienne des journalistes et communicateurs catholiques.

"La rencontre, qui s’est tenue du 8 au 16 août à Abidjan, en Côte d’Ivoire, sur le thème ’Les processus électoraux en Afrique : rôle et responsabilité des médias dans la préservation de la paix sociale’, était présidée par Mgr. Raymond Ahoua, évêque de Grand-Bassam et responsable de la Commission épiscopale pour les communications sociales du pays africain.

"En se référant au message du Pape François pour la 52ème Journée mondiale des communications sociales, Paolo Ruffini a relancé l’objectif d’un ’journalisme de paix’ loin des ’slogans à ’effet’ et des ’déclarations emphatiques’ qui s’engage ’dans la recherche des véritables causes des conflits, pour en favoriser la compréhension à partir des racines et le dépassement à travers la mise en œuvre de processus vertueux". Ch.N.

Burundi - Vatican – Politique

La Représentante légale de la Maison Shalom reçue par le pape François

Vatican, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Marguerite Barankitse, affectueusement appelée Maggy, patronne de la Maison Shalom, une organisation philanthropique en exil au Rwanda et qui est au chevet des réfugiés burundais vivant sur le sol rwandais, ainsi que trois autres personnalités qui ont reçu le prix " Aurora Prize " ont été reçues ce mercredi le 2 octobre 2019 par le pape François au Vatican, en Italie .

L’on saura que cette dame qualifiée sous toutes les latitudes de femme philanthropique, qui a été au chevet de plusieurs catégories de personnes vulnérables depuis 25 ans, a pris le chemin d’exil depuis l’annonce d’un mandat jugé de trop du président burundais Pierre Nkurunziza, qui avait été reçu par l’éminent pape Benoit XVI, est poursuivie par la justice burundaise pour avoir commandité le coup d’Etat avorté du 13 mai 2015.

Cet perception de Gitega ne rencontre pas l’assentiment de la communauté internationale car Maggy est toujours présentée comme une femme modèle en matière de l’humanitaire, allusion faite aux enfants victimes orphelins de la crise de 1993 qu’elle a élevés. D’aucuns disent que mêmes les membres du Cndd-Fdd recevaient son aide quant ils étaient encore au maquis et au risque de sa vie également. Pour cette opinion, elle devrait être traitée autrement par le parti de l’Aigle. N.R.

Burundi - Rwanda - Sécurité - Justice

Un procès de Nyamirambo qui remet en cause le Burundi et l’Ouganda

Kigali, le 3 octobre 2019 (Net Press) . Le tribunal militaire de Nyamirambo, dans la ville de Kigali au Rwanda, a traduit en justice ce mercredi 2 octobre vingt-cinq rebelles capturés en République Démocratique du Congo fidèles au chef rebelle tombé en disgrâce par Kigali, le général Kayumba Nyamwasa. Parmi les captifs, figurent quatre Burundais et trois Ougandais.

Selon des sources sous couvert d’anonymat, ces quatre rebelles burundais fidèles au général Kayumba Nyamwasa ont été capturés par les forces armées de la République démocratique du Congo et extradés vers Kigali sont Jean Minani, 37 ans, né dans la commune de Kayanza, qui a travaillé comme maçon avant de rejoindre la rébellion rwandaise de Kayumba Nyamwasa.

L’autre est Jean Marie Nsabimana, 28 ans, de la province de Cibitoke et Janvier Nsengiyumva, 42 ans, de la commune de Mbuye dans la province de Muramvya, au Burundi. Le quatrième est Jean de Dieu Ndirariha, 23 ans, qui vendait des beignets avant de rejoindre le RNC de Kayumba Nyamwasa. Parmi ceux qui ont été capturés et extradés figurent aussi des ressortissants ougandais et des Malawites.

Ces vingt-cinq captifs, au cours de ce procès dans la capitale rwandaise, affirment qu’ils ont transité par le Burundi avant de rejoindre le rébellion du général Kayumba Nyamwasa en Rdc. Au cours des derniers mois, les forces armées congolaises ont intensifié leurs opérations contre les groupes armés dans l’est de la Rdc et ont récemment tué le général Sylvestre Mudacumura, commandant de la brigade génocidaire des Fdlr.

De son côté, le porte-parole du groupe rebelle fidèle à Kayumba Nyamwasa, Jean Paul Turayishimiye, a rejeté en bloc que ces captifs dirigés par le général Habib, cet ancien de l’armée patriotique rwandaise, ne faisait pas partie des combattants du Rnc avant d’ajouter que ces captifs étaient des refugiés capturés et extradés sur Kigali

De son côté, le régime de Nkurunziza accuse le Rwanda d’orchestrer une déstabilisation contre le Burundi et lui impute le coup d’état manqué du 13 mai 2015. D.N.

Burundi - Allemagne - Anniversaire

Il y a 29 ans, l’Allemagne était réunifiée

Berlin, le 3 octobre 2019 (Net Press) . L’histoire de l’Allemagne semble avoir été mouvementée au cours du siècle passé, pour le simple fait qu’elle a provoqué deux guerres mondiales qu’elle par après perdues. La première s’est étendue de 1914 à 1918 et la deuxième de 1939 à 1945.

En matière de guerre, en cas de perte, il faut s’attendre à des sanctions de la part des adversaires et souvent, elles sont sans état d’âme, au regard des procès des alliés à l’encontre de la pauvre Allemagne. En effet, il a été décidé que ce pays soit divisé en deux Etats affaiblis, la République fédérale d’Allemagne ou RFA, proche de l’Occident et la République démocratique allemande, RDA, proche des soviétiques.

Les deux Allemagnes ont connu des régimes différents pendant plus de 40 ans, mais en 1985, suite au régime de Mikhaïl Gorbatchev en Urss, qui introduisit la perestroïka, nom donné aux réformes économiques et sociales menées par ce président (1985 - 1991), cette mutation se répercuta aussi sur les deux Allemagnes qui voulaient à tout prix redevenir un seul pays, plus puissant que les deux nations divisées.

En date du 3 octobre 1990, ce désir tant attendu des Allemands fut une réalité, suivie d’une dislocation de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, URSS. Cette date arrive ensuite au moment où dans le pays d’Angela Meckel, il y a une fête de la bière de Munich qui s’étend du 21 septembre au 6 octobre.

L’on constatera qu’avec cette réunification, l’Allemagne est la toute première puissance européenne avant l’Angleterre dont les dirigeants se battent pour se retirer de l’Union au plus tard le 31 octobre de cette année. C’est également le pays le plus beau de l’Europe car, suite aux destructions causées par la deuxième guerre mondiale, les Allemands ont reconstruit leur pays qui est un Etat neuf aujourd’hui. J.M. 

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.