Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

5 octobre 2019

Muyinga, le 5 octobre 2019 (Net Press) . Karl Munoga, un membre du comité communal du parti Uprona en commune et province de Muyinga, a échappé de justice à son assassinat le 2 octobre dernier tout près de son domicile situé au centre de Rugari, le même endroit où a été la cible d’attaque en août dernier contre les militants de l’opposition (Congres national pour la liberté ), qui a occasionné un mort.

Selon des sources sur place, Karl Munoga rentrait paisiblement à son domicile lorsque des éléments non encore identifiés lui ont infligé un coup de fer à béton sur la tête, le laissant agonissant. Les auteurs ont pris le large vers une destination inconnue. Il a été secouru par des habitants proches du lieu, alertés par les cris de la victime. Il est actuellement traité dans une structure de santé. D.N.

Burundi – Economie

Vers la mise en place d’une banque d’investissement des jeunes

Gitega, le 5 octobre 2019 (Net Press) . La capitale politique du Burundi, Gitega, a accueilli ce jeudi dernier, 3 octobre 2019, le lancement de l’assemblée constituante des actionnaires de la banque d’investissement des jeunes, des cérémonies qui ont été rehaussées par le deuxième vice-président de la République, Joseph Butore.

Il y avait également des membres du gouvernement, dont le ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo et la ministre en charge de la jeunesse, Evelyne Butoyi. Ils se sont convergés sur le fait que la mise en place de cette institutions bancaire va contribuer a la réduction de la pauvreté et du chômage

Prenant la parole, le 2ème Vice-président de la République, Joseph Butore, a indiqué que cette banque va faciliter le financement de certains projets de développement des jeunes. Cette institution bancaire va permettre aussi une extériorisation et une mise en valeur de nombreux talents de la jeunesse burundaise, a-t-il ajouté.

Joseph Butore a fait savoir que la vision du gouvernement burundais est que cette banque puisse, non seulement contribuer à réduire le chômage, mais aussi à jouer un rôle de rassembleur de tous les jeunes burundais dans leurs diversités. Le but étant que cette banque puisse accorder les mêmes chances à tous, surtout que toutes les communes en sont actionnaires dès le 1er jour, a conclu le deuxième vice-président de la République.

Les actionnaires composés par toutes les communes représentées par leurs administrateurs ont signé l’acte constitutif de cette banque, approuvant ainsi leurs actions. Chaque commune va débloquer 70 millions de francs burundais, une somme qui provient des 570 millions que le gouvernement a accordé aux communes. Ch.N.

Burundi - Commerce

Quand un membre du gouvernement prononce un discours qui condamne son ministère

Bujumbura, le 5 octobre 2019 (Net Press) . Animant hier une conférence de presse, le ministre ayant le commerce dans ses activités, Jean Marie Niyokindi, a mis en garde la Brarudi, une société de production et de distribution de la bière et des limonades, arguant que les consommateurs des produits de cette entreprise commerciale mettent en cause la qualité de ses boissons.

Il a exigé qu’il y ait une production permanente aussi bien en qualité qu’en quantité. Le ministre a demandé également au bureau burundais de la normalisation et contrôle de la qualité, BBN, de vérifier la qualité de la bière produite pour qu’il n’y ait pas de dangers tant chimiques que biologiques.

A l’endroit des commerçants des produits Brarudi, le ministre a constaté que les produits Brarudi deviennent rares sur le marché, ce qui entraîne la flambée des prix, du fait que les commerçants pratiquent les montants qu’ils veulent. Le ministre Niyokindi a fait savoir que son ministère procède à l’identification des vendeurs spéculateurs pour qu’ils soient punis conformément à la loi.

Aussitôt après l’intervention du ministre, la Brarudi a réaffirmé que la qualité de ses boissons et la satisfaction de ses consommateurs demeurent sa plus grande priorité. Selon l’entreprise, toutes les boissons produites et commercialisées par Brarudi répondent à toutes les normes de qualité nationales et internationales. A cet effet, le groupe Heineken et le groupe Coca-Cola assurent régulièrement des analyses de leurs boissons et procèdent à des audits périodiques de ses équipements.

Une certaine opinion ne comprend pas une telle alarme du ministre du commerce. En effet, son ministère fait partie du conseil d’administration de la Brarudi, le BBN est sous le contrôle du même ministère et il est supposé que la Brarudi ne peut rien faire sans l’aval du gouvernement. Faut-il donc croire que tous ces services sont défaillants au point que le ministre se plaigne à travers les médias ?

Les consommateurs, estime toujours cette opinion, n’avaient pas besoin de voir que le ministre annonce leurs doléances dans les médias, leur intérêt était que la qualité des produits s’améliore, ce qui était une affaire de la Brarudi et du ministère. Par contre, la même opinion remercie vivement le gouvernement qui traque les commerçants spéculateurs.

Cette situation rappelle une autre, où un ministre a porté plainte contre son directeur général au lieu de le dégommer en bonne et due forme. Pour ceux qui lisent Molière, ils sont au courant d’un célèbre acteur du nom de Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, un cas similaire. J.M. 

Burundi – Education

Une véritable spoliation des enseignants de l’école fondamentale

Bujumbura, le 5 octobre 2019 (Net Press) . Après la formation des enseignants de l’école fondamentale qui prestent dans les classes de 1ère, 2ème, 3ème et 4ème sous l’appui de la banque mondiale, les bénéficiaires se lamentent des exigences de l’administration qui les contraint à verser une somme d’argent fixée selon les caprices des directeurs communaux de l’enseignement.

Pour le porte-parole du ministère de l’éducation, les personnes éligibles ne se sont pas retrouvées sur la liste des bénéficiaires de cette formation. Ce qui signifie que d’autres personnes ont pris part à leurs places. Ces dernières sont sans équivoque des enseignants ou non, plus choyés par leurs chefs hiérarchiques.

Pour Juma Edouard, porte-parole de ce ministère, dès lors qu’il y a des discordances entre la base des données relatives à cette activité et les listes des participants, les gestionnaires devraient procéder à la vérification systématique de toutes les listes. D’où le paiement tardif des enseignants mais pire encore, la grogne s’amplifie quand ils se sont aperçus que leur enveloppe ne remplit plus les clauses de leur contrat signé avec la banque mondiale. Les barèmes étaient légèrement inférieurs à la somme réelle, ce qui signifie un certain retrait à la source pour certains.

En effet, ces enseignants ont été obligés de verser ou se sont vus retirer de force une somme, pas unique dans toutes les directions communales de l’enseignement, sans leur consentement. C’est le cas notamment à Makamba, à Bururi, à Muyinga, à Ruyigi etc. où les enseignants affirment qu’il leur avait été signifié d’avance qu’ils vont verser une somme d’argent en guise de reconnaissance envers le parti au pouvoir, le Cndd-Fdd, pour les avoir conviés à cette activité.

Mais le porte-parole de ce ministère semble nier à mots couverts cette réalité. Pour lui, le ministère n’acceptera pas qu’un enseignant soit victime ou objet d’une maltraitance quelconque de la part de la direction communale ou provinciale pour ce genre de cotisation. La où le bât blesse, c’est que Juma Edouard encourage des initiatives locales, ce qui signifie que des cotisations peuvent avoir lieu sous d’autres formes. Ce qui accrédite la thèse de spoliation des enseignants qui bénéficient dans leur droit d’un quelconque avantage financier. N.R.

Burundi –Vatican – Confessions Religieuses

Du nouveau dans l’église catholique romaine

Vatican, le 5 octobre 2019 (Net Press). Le souverain pontife a nommé ce samedi 5 octobre, treize nouveaux cardinaux, parmi eux, l’archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo. Les treize archevêques qui s’apprêtent à être consacrés cardinaux sont tous des hommes du pape François. C’est le cas de l’archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo qui, à 59 ans, marche dans les pas du cardinal Monsengwo.

Sa nomination est un message du pape François aux Églises d’Afrique. En élevant au rang de cardinal l’artisan de la transition au Congo et l’inlassable défenseur du peuple congolais, le pape promeut un modèle d’Église au service de l’homme, de la justice sociale et de la paix.

Plus de huit mois après les résultats contestés de l’élection présidentielle, le consistoire de ce samedi aussi offre aux protagonistes de la vie politique congolaise l’occasion d’afficher un moment d’unité. Sur la place Saint-Pierre de Rome, le président Félix Tshisekedi et son adversaire malheureux à l’élection présidentielle, Martin Fayulu, assisteront à la grand-messe qui donnera à leur pays et à l’Afrique un nouveau cardinal.

Comme Mgr Fridolin Ambongo, les futurs cardinaux sont tous des religieux de terrain engagés. Certains sont investis dans l’accueil des migrants, à l’image du père Michael Czerny, jésuite canadien de 73 ans, sous-secrétaire du dicastère en charge du développement humain intégral, ou de l’évêque guatémaltèque Mgr Alvaro Ramazzini, qui s’est élevé contre la politique migratoire américaine.

D’autres œuvrent pour le dialogue interreligieux, et en particulier avec l’islam, comme le nouveau président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux Mgr Miguel Ayuso Guixot, ou l’archevêque de Rabat, Mgr Cristobal Lopez Romero. Avec ce sixième consistoire du pontificat, ce sont désormais plus de la moitié des électeurs du prochain conclave qui auront été nommés par François.

Qui est Monseigneur Fridolin Ambongo ?

Fridolin Ambongo , figure incontournable de l’église catholique congolaise , Certains se souviennent de l’avoir vu partir prêcher ces dernières années à l’arrière d’une moto. Fridolin Ambongo est originaire de Boto dans l’ex-province de l’Équateur. Les routes y sont réputées particulièrement impraticables en saison des pluies, comme trop souvent au Congo. C’est là aussi qu’il a gravi les échelons de l’Église catholique, dans l’archidiocèse de Mbandaka-Bikoro, qu’il a fini par diriger.

Ses détracteurs lui reprochent sa proximité avec la famille Bemba, le père Jeannot, patron des patrons du Maréchal Mobutu et surtout de son fils, Jean-Pierre, l’ancien vice-président, rival de Joseph Kabila et actuel coordinateur de la principale coalition de l’opposition à Felix Tshisekedi.

Fridolin Ambongo est bien connu de la classe politique congolaise, pour qui il n’a pas toujours eu des mots tendres. Pierre angulaire du dialogue qui a abouti à l’accord de la Saint-Sylvestre en décembre 2016, il avait menacé les participants de mettre en œuvre un plan B si les hommes politiques congolais ne parvenaient pas à se mettre d’accord sur l’organisation des élections.

Un an plus tard, le futur cardinal ne cache pas sa colère quand des chrétiens sont tués devant des églises pour demander le respect de l’accord et l’organisation des scrutins. Au lendemain des élections, il soutient la mission d’observation électorale de la Cenco qui avait contesté la victoire du président Felix Tshisekedi. Habitué des dossiers chauds, il a aussi dirigé la Commission épiscopale pour les ressources naturelles, sujet sensible en RDC. Ch.N

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.