Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité - Opinion

Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

11 octobre 2019

Bujumbura, le 11 octobre 2019 (Net Press) . Le ministre de la sécurité et de la prévention des catastrophes, Cpp Alain-Guillaume Bunyoni, a présenté ce jeudi 10 octobre soir un bilan de ses réalisations durant le trimestre écoulé.

Il a indiqué que la police burundaise a effectué 4131 fouilles-perquisitions où plus de 2408 personnes ont été arrêtées. Ses agents ont aussi saisi 27 fusils et 59.131 litres de boissons prohibées. Comme si les accidents routiers devraient figurer parmi ses réalisations, il a dénombré 1387 accidents routiers qui ont coûté la vie à plus de 145 personnes et ont occasionné 832 blessés graves.

L’opinion de Bujumbura s’interroge sur ce bilan car, sous d’autres cieux, le ministère en charge de la sécurité n’effectue que trop rarement de fouilles-perquisitions. Il est le garant de la sécurité des citoyens. Or, au regard de ce bilan qui rend fier le ministre Bunyoni, il y a lieu de croire que le pays est devenu un milieu criminogène.

Depuis plus de 4 ans après 2015, le système en place n’a cessé de clamer sur tous les toits que la sécurité est totale dans notre pays. Que les criminels ont été neutralisés et mis dans des maisons de correction les plus redoutables à travers le territoire national.

La même opinion se fonde sur ce bilan pour accréditer les différents rapports de la commission d’enquête des Nations-Unies pour les droits de l’homme au Burundi qu’on qualifie de Doudou Diène. Elle souligne l’incohérence du gouvernement burundais lors de sa défense plus chimérique que réaliste et qui feint d’ignorer ce qui se passe sur terrain.

Ce bilan du ministère de la sécurité, continue l’opinion, doit avoir causé durant toute la nuit de l’insomnie à l’ambassadeur du Burundi auprès des Nations-Unies, Albert Shingiro. Car, il est devenu l’homme le plus incompris dans la tribune des Nations depuis 2015, date à laquelle le président Pierre Nkurunziza est accusé, par les politiciens qui se sont opposés à ce qu’ils ont qualifié de troisième mandat, d’avoir violé les accords d’Arusha et la constitution de 2005 qui en était l’émanation.

L’opinion se demande alors si Albert Shingiro pourra creuser dans ses méninges pour scruter un argumentaire massue pour convaincre ses homologues des Nations-Unies sans aller à l’encontre des réalisations d’un gouvernement qu’il représente.

Cet homme est au four et au moulin car, la position inconfortable dans laquelle il se trouve lui dicte de trahir son gouvernement pour revêtir le costume d’un diplomate avec des risques d’être dégommé surtout que lui-même sait que le Cndd-Fdd ne tolère pas ce genre de comportement.

Sur un autre chapitre, les défenseurs des droits de l’homme indiquent avoir documenté des violations des droits humains pour les personnes privées de liberté en général et ceux poursuivis pour des crimes à caractère politique en particulier le mois passé. Au cours de cette période, diverses violations des droits des prisonniers ont été recensées.

Ils se focalisent sur les traitements inhumains et dégradants constitutifs d’actes de torture dont sont victimes les prisonniers en général et en particulier, ceux poursuivis pour des crimes à caractère politique se trouvant dans les établissements pénitentiaires de Gitega, de Muramvya, de Bujumbura et de Rumonge. En dehors de ces cas de maltraitances physiques, d’autres phénomènes de violations à savoir le non-respect des décisions judiciaires, la privation des soins de santé ainsi que la problématique concernant la surpopulation carcérale ont été développées. N.R.

Burundi – Malversations Economiques

Des malversations au sein du ministère de l’agriculture à Cibitoke

Bujumbura, le 11 octobre 2019 (Net Press) . La directrice provinciale de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage en province de Cibitoke, Béatrice Nyabenda, est accusée de corruption et mauvaise gestion. En effet, depuis une année, les agronomes et les vétérinaires communaux réclament le départ de cette femme sans succès.

Ses détracteurs avancent l’argument de non-octroi de carburant nécessaire pour effectuer des déplacements sur motos à travers les communes de cette province située au Nord-Ouest du Burundi.

De sources en provenance de Cibitoke indiquent qu’une réunion avait été organisée à l’intention de ces agronomes communaux pour plus d’éclaircissements. Des doléances ont été émises par ces agronomes mais la direction provinciale de l’agriculture à Cibitoke leur a signifié que le carburant est plein dans une station d’essence sans donner de détails.

Ces agronomes précisent que leur direction provinciale a une drôle façon de gérer les avoirs de l’Etat. Par conséquent, ils s’en remettent au ministère de tutelle pour suivre de près cette situation avant qu’elle n’handicape pas le fonctionnement de leur service quotidien. La lenteur administrative dans notre pays plus bureaucrate n’a pas permis aux responsables de ce portefeuille ministériel d’agir à temps. Ce qui n’empêche pas la directrice de continuer à se la couler douce même si ces accusations se révéleraient correctes. J.M.

Burundi – Education- Corruption

Une contribution forcée des enseignants à Rumonge

Rumonge, le 11 octobre 2019 (Net Press) . Le 5 octobre de chaque année, le monde entier célèbre la journée internationale de l’enseignant. Dans la province scolaire de Rumonge, cette date a été ajournée pour ce vendredi, le 11 octobre de cette année.

Le directeur provincial de l’enseignement dans cette circonscription administrative veut que cette journée soit célébrée en grande pompe. Pour réussir son pari, il a donné l’ordre aux directeurs communaux de l’enseignement de procéder par la collecte de cotisations.

Ainsi, chaque enseignant doit s’acquitter de 11.000 francs burundais tandis que l’école fondamentale doit donner une somme de 15 .000 alors que l’école post-fondamentale versera un montant de 20.000 francs burundais. La participation à cette fête revêt un caractère obligatoire, ce qui signifie que nul n’a le droit de s’y soustraire aux risques d’encourir des sanctions les plus fatales.

Tout personnel enseignant doit avoir versé sa contribution dans la matinée de ce vendredi pour qu’après-midi, les autorités scolaires de cette entité soient accueillies avec honneur aux frais du contribuable enseignant.

Face à cet acte de spoliation, les enseignants regrettent que certains responsables scolaires agitent des menaces contre ceux qui contreviendraient à cette décision. Ils dénoncent ce qu’ils appellent un détournement de leur argent sous prétexte de la célébration d’une journée internationale de l’enseignant.

Sans compter le nombre d’enseignants, la seule commune de Rumonge totalise à elle seule 128 écoles fondamentales et 45 écoles secondaires. Si les autres communes comptent en moyenne 40 écoles, tout palier confondu, avec une moyenne de 15 enseignants par école, la province de Rumonge aurait plus de 288 écoles avec plus de 4.320 enseignants dont la contribution s’élèverait alors à 47.520.000 francs burundais, ne fut-ce que, si chaque enseignant donne indistinctement 11.000 Francs

Ce budget est trop énorme pour agrémenter une fête fût- elle des enseignants. Ce qui justifie alors l’inquiétude des contribuables qui soupçonnent les autorités scolaires de se voiler la face derrière l’organisation de la journée de l’enseignant pour dissimuler leurs contributions.

Admettons que cette situation ne laissera pas perplexe le porte-parole du ministère de l’éducation, Edouard Juma, afin d’agir pour que ses brebis ne soient pas continuellement vandalisées. D.N.

Burundi – Société

La population de Kamenge fâchée contre un violeur d’une femme en situation de trouble mental.

Bujumbura, le 11 octobre 2019 (Net Press) . Il était vers minuit de ce jeudi 10 octobre, lorsqu’il pleuvait abondamment, un sans domicile fixe a été surpris en train de violer une femme en situation de trouble mental. C’était à la deuxième avenue du quartier Kavumu, zone Kamenge, en commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique du pays.

D’après les témoins, l’auteur a été sérieusement passé à tabac dans la nuit de ce jeudi par un individu qui l’a surpris en train de commettre ce forfait. Et dans la matinée de ce vendredi au quartier Kavumu, l’auteur a été sérieusement tabassé par les membres de la jeunesse du parti aux affaires (Imbonerakure ), avant de le laisser prendre le large vers une destination inconnue. Nombreux curieux de cette localité ont déploré le fait que le présumé auteur dudit viol n’ait pas été traduit devant la justice. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.