Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

15 octobre 2019

Ngozi, le 15 octobre 2019 (Net Press) . Le ciel s’est fâché contre la province de Ngozi, au Nord du pays, où une vingtaine d’écoles ont vu leurs toits, leurs fenêtres et leurs latrines abîmés par des eaux de pluie mélangées à de vents violents. Les communes de Ngozi et de Tangara ont été les plus touchées suite à ces pluies qui se sont étendues sur 2 jours.

Les élèves de ces écoles ont été obligés d’emprunter des classes des autres établissements voisins afin d’éviter l’arrêt des cours. L’on apprend aussi que mêmes les populations de ces entités administratives n’ont pas été à l’abri car les pluies mêlées à de la grêle ont détruit des champs et des maisons des habitants.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme évoquent des allégations, des atteintes et des violations des droits de l’homme enregistrés au cours de la semaine passée. Ils ont dénombré 5 personnes tuées, 6 autres torturées et 5 encore arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes identifiées, l’on compte 1 femme tuée et 1 femme arrêtée arbitrairement.

Les jeunes du parti de l’Aigle, des militaires, des policiers et des administratifs sont soupçonnés d’être les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Il y a également d’autres types de violences, à savoir les cas d’affrontement entre les jeunes des partis politiques et des maisons qui sont brûlées ici et là dans le pays. Ch.N.

Burundi - Justice

Les représentants des motards à Bubanza devant la justice

Cibitoke, le 15 octobre 2019 (Net Press) . Cinq représentants de l’association des motards du Burundi, Amotabu, en province de Bubanza, à l’Ouest du pays, ont été convoqués ce matin devant la cour spéciale anti-corruption dans la province voisine de Cibitoke. Quatre parmi eux accusent le représentant légal de l’Amotabu de détourner les fonds de l’association.

Selon des informations en provenance de cette province, le représentant légal rejette en bloc toutes les accusations portées contre lui et estime que c’est une façon trouvée par ses coéquipiers pour le détrôner. Nous apprenons que les 5 gestionnaires de l’Amotabu Bubanza étaient encore dans les enceintes de la cour spéciale en début d’après-midi.

Toujours dans le chapitre de la justice et dans le domaine du détournement, l’on apprend que 4 agents de l’office burundais des recettes, Obr, dans la province de Muyinga, au Nord-est du pays, sont entre les mains de la police, depuis vendredi 11 octobre dernier. Ils sont soupçonnés de détournements de fonds. Il semble que des enquêtes du service national des renseignements ont pris pratiquement un mois pour tout découvrir.

Il s’agirait de plusieurs camions chargés de marchandises qui auraient transité sur la frontière de Kobero, commune Butihinda, province de Muyinga, sans qu’il n’y ait aucune déclaration, d’où une émission de documents frauduleux afin que les frais d’impôts soient empochés par lesdits agents. Une agence en douane serait complice dans ce détournement. J.M.

Burundi – Politique

Deux membres du Cnl arrêtés à Rumonge

Rumonge, le 15 octobre 2019 (Net Press) . Dans la matinée de ce dimanche 13 octobre, Gabriel Nyandwi, un démobilisé et militant du Cnl a été arrêté par un officier de la police judiciaire alors qu’il était au marché de Gitaza, situé en commune Muhuta, de la province de Rumonge.

Il a été emprisonné au cahot de la police situé au chef-lieu de la zone Gitaza dans la commune Muhuta. Les témoins sur place affirment que la police était à la recherche de 4 militants du Cnl mais que les 3 trois qui étaient avec lui ont vite pris le large après avoir eu écho de leurs avis de recherche.

Signalons qu’un responsable des jeunes de ce parti Cnl, Guillaume Bucumi, a été lui aussi appréhendé ce mercredi le 9 octobre 2019 au marché de Gitaza. Des sources locales confirment qu’il est détenu au cahot de la police au chef-lieu de la province Rumonge.

Le chargé de l’idéologie au sein du parti Cnl au Sud du pays, M. Kayumbu, affirme que les deux détenus ne sont pas jusqu’à présent au courant des mobiles de leur interpellation. Il pense qu’il s’agit d’une campagne d’intimidation entreprise par le Cndd- Fdd à l’endroit des membres du parti Cnl et exige leur libération inconditionnelle dans les plus brefs délais. D.N.

Burundi - Hygiène

Les détenus de la prison centrale de Ngozi lancent un cri d’alarme !

Ngozi, le 15 octobre 2019 (Net Press) . Des sources proches de cet établissement pénitentiaire du Nord du pays affirment que les détenus de la prison centrale de Ngozi vivent dans des conditions de vie inhumaines. Les mêmes sources indiquent que les conditions d’hygiène laissent à désirer suite aux eaux de ruissellement qui envahissent la prison, d’où l’inquiétude que les quatre murs de ce centre de détention risquent de s’effondrer sur les populations carcérales.

D’après nos sources, le directeur de la prison centrale de Ngozi, Franck Ngomirakiza, a bouché les tuyaux d’évacuation des eaux usées de cette maison carcérale, ce qui provoque la stagnation des eaux dans la cour de la. L’on apprend en outre que service sanitaire a été envahi par ces eaux de ruissellement, ce qui risque de provoquer des maladies dites des mains sales.

La même source fait savoir que la ration alimentaire que reçoivent ces prisonniers est insuffisante et la surpopulation carcérale vient mettre mal à l’aise ses détenus et demande à ces autorités pénitentiaires d’apporter une nette amélioration des conditions de vie carcérales d’autant plus que les prisonniers, tout comme les autres citoyens, doivent jouir de leur droit à la vie. N.R.

Burundi - Nigeria - Sport

Une jeune Burundaise redore l’image du Burundi

Lagos, le 15 octobre 2019 (Net Press) . Elle s’appelle Sada Nahimana, une Burundaise âgée de 18 ans qui vient de remporter ce lundi 14 octobre son tout premier titre en simple (Dames) de l’International Tennis Fédération (Itf), lors du tournoi Lagos Open Tennis 2019 en cours à Lagos au Nigeria du 7 au 20 octobre 2019.

Selon nos sources, Sada Nahimana devient la première Africaine (Junior) à réaliser cet exploit grâce à sa victoire contre la Brésilienne Laura Pigossi. La jeune talentueuse burundaise gagne après trois essais et aux yeux de ses supporters, sa victoire était prévisible et elle devient une des rares figures sportives burundaises, après l’athlète Francine Niyonsaba, qui ne cessent de hisser les couleurs nationales dans le concert des nations.

Les nouvelles qui font la une des journaux nigérians font savoir qu’il y a de cela 12 ans qu’aucune autre africaine ne l’avait encore remporté depuis le règne de la Sud-africaine Chanelle Scheepers (senior) en 2007. De son côté, cette reine du tennis en Afrique n’en revient pas et affirme être contente de cet exploit, tout en indiquant qu’elle s’était bien préparée.

La numéro une du tennis africain, Sada Nahimana, en demi–finale, s’était imposée en battant la Suédoise Fanny Oslund en série (6-3 ,6-1) pour battre en finale la Brésilienne Laura Pigossi plus expérimentée qu’elle en série de (2-6,6-4,6-3)

Lors de son passage au Burundi, Sada Nahimana a fait savoir qu’elle est hautement soutenue par la fédération burundaise de Tennis et a ajouté que toutes les dépenses d’un joueur de tennis de catégorie junior (moins de 18 ans ) sont prises en charges par la fédération internationale de tennis durant le championnat. Et dans le cas contraire, quand le joueur atteint 18 ans, il entre dans le professionnalisme et le joueur doit se prendre en charge pour toutes les dépenses.

Elle a demandé aux âmes charitables et au gouvernement burundais de la soutenir afin de continuer à participer dans ces grands tournois. L’on saura que la Numéro une du tennis africain, la burundaise Sada Nahimana reste le seule africaine à figurer dans le top 50 des tenniswomen Junior au niveau mondial où elle est à la 15ème place. Ch.N.

Burundi – Rd Congo – Sécurité

Les pays de la sous- région contre les bandes armées opérant à partir de la Rdc

Kinshasa, le 15 octobre 2019 (Net Press) . La République démocratique du Congo a manifesté son intention de combattre les groupes armés opérant à partir de son territoire. Ces groupes armés déjà identifiés par Kinshasa sont regroupés en deux catégories, à savoir ceux venus des pays voisins de la Rdc et les groupes locaux. Parmi les rebelles étrangers qui ont érigé leur domicile au Congo, l’on signale notamment ceux opérant au Sud-Kivu, au Nord-Kivu et dans les territoires de Beni et de Lubero.

Au Sud-Kivu, dans les territoires de Mwenga, de Fizi, d’Uvira, de Kalehe, se trouvent les groupes armés étrangers de Red-Tabara, le Fnl d’Aloys Nzabampema, les Fpb, le Rnc et le Cnrd. Mais à côté de ces rebelles venus des pays voisins, des groupes armés locaux sèment la désolation dans cette zone. Il s’agit entre autres des Maï Maï, Yakutumba, de ceux de Nyatura et des Raïa Mutomboki.

Au Nord-Kivu, les territoires visés sont Rutshuru, Masisi et Nyiragongo. Les groupes rebelles étrangers qui opèrent à partir de cette région sont les Fdlr, le Cnrd et Rudo. Ceux-ci sont souvent en contact d’autres groupes locaux qui sont les Ndc, les Ndcr, les Apcls, les Afarpm et les Cmc Nyatura.

A Beni, dans les territoires de Beni et de Lubero, se trouvent des rebelles étrangers regroupés dans l’Adf et le Mtn à côté des groupes armés locaux à savoir les Maï Maï de Mazembe, les Fpp-Ap, Mandevu, Upls et des Léopards.

A travers un document émanant de l’état-major des forces armées de la République démocratique du Congo, Fardc, signé par le chef d’état major général, le général Célestin Mbala Munsense, les pays de la sous-région, surtout ceux qui ont des mouvements armés opérant à partir de la Rdc, sont invités à appuyer ce pays dans l’opération en cours pour neutraliser tous les groupes armés étrangers et locaux. Pendant cette période, la Monusco va appuyer les troupes sur terre et sur le lac tout en fournissant des renseignements nécessaires.

L’opération est organisée en trois phases. Du 15 novembre au 15 décembre 2019, il est prévu l’arrivée et l’installation des troupes partenaires venus du Rwanda, du Burundi et de l’Ouganda ainsi que la mise en place d’un dispositif d’opération d’influence et d’un dispositif de surveillance.

La deuxième phase va du 17 décembre 2019 au 15 mars 2020 et prévoit la mise en place du plan opérationnel qui est dans un premier temps dissuasif, d’influence et coercitif selon la résistance du secteur où se mène cette opération.

Du 17 mars au 15 mai 2020, c’est une période qui coïncidera avec la stabilisation des zones visées, la surveillance des frontières et le désengagement des contingents partenaires.

La consistance de la mission est d’échanger des informations, appuyer en renseignements, appuyer les troupes par terre et par aviation, appuyer par des unités des forces spéciales ainsi qu’assurer le contrôle rigoureux des frontières terrestres et liquides. Du moment que la mission onusienne en Rdc sera chargée de la sécurisation des grandes agglomérations, la sécurisation des axes Béni-Erengeti, Béni-Kasindi et Béni-Butembo.

Des sources sur place au Sud et au Nord Kivu indiquent que les troupes rwandaises et burundaises seraient déjà dans la région, les premières au Nord –Kivu et les deuxièmes au Sud-Kivu à la traque des rebelles ressortissants de leurs pays respectifs. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.