Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Environnement

Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

26 octobre 2019

Rumonge, le 26 octobre 2019 (Net Press) . Des pluies diluviennes mêlées à de vents violents se sont abattues hier soir dans la province de Rumonge, au Sud-ouest du pays. Selon des informations en provenance de cette entité administrative, des toits d’au moins 36 maisons et d’une école dénommée Lycée urbain, ont été arrachés par ces intempéries.

Selon les mêmes informations, 9 poteaux électriques se sont également écroulés, entraînant le noir dans certaines localités de la province. L’administration qui reconnaît les faits demandent aux âmes charitables de porter secours aux populations sinistrées. De son côté, la Regideso se met à rétablir le courant électrique partout où il fait défaut depuis hier.

Les informations à la disposition de la rédaction ne signalent aucune perte en vies humaines, ce qui constitue déjà une satisfaction des populations de Rumonge. Néanmoins, elles ont un souci de savoir comment le lycée urbain de cette localité va contourner ses difficultés pour poursuivre les cours. J.M.

Burundi - Politique

Vers un candidat unique de la plateforme Cnared-Giriteka

Kampala, le 26 octobre 2019 (Net Press) . Dans son édition de ce 24 octobre, la rédaction avait évoqué une rencontre des opposants du Cnared-Giriteka aussi bien de la diaspora que de l’intérieur du pays. Il semble que cette réunion était initialement prévue en Belgique mais que pour des raisons de refus de visas pour les opposants de Bujumbura, cette activité a été organisée en Ouganda.

C’est donc l’une des raisons qui auraient fait qu’il y ait un ajournement de ce programme pour ce samedi 26 octobre. L’on apprend également que l’un des objectifs est de désigner un candidat unique pour cette plateforme qui fera face aux candidats du Cndd-Fdd au pouvoir et du Cnl d’Agathon Rwasa.

Les participants à cette réunion ne veulent pas faire beaucoup de commentaires sur ce qui se "fabrique" à Kampala, mais l’on apprend de sources indépendantes qu’il y a des noms qui reviennent comme étant d’éventuels candidats du Cnared-Giriteka aux élections de l’année prochaine. Les noms de Domitien Ndayizeye, ancien chef de l’Etat et d’Anicet Niyonkuru, un ancien fugitif, sont cités par plusieurs sources.

Signalons enfin que des informations persistantes, toujours en provenance de Kampala, avancent également l’hypothèse d’un éventuel gouvernement de transition en 2020 et qui serait piloté par le chef d’Etat actuel, Pierre Nkurunziza. Cependant, les mêmes informations précisent que l’on ne sait pas toujours comment le régime de Gitega accueillerait cette proposition. Ch.N.

Burundi - Médias - Justice

Les journalistes d’Iwacu passent leur premier weekend en détention

Bubanza, le 26 octobre 2019 (Net Press) . Arrêtés depuis le 22 octobre dernier, les quatre journalistes du groupe de presse Iwacu, Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana, Térence Mpozenzi et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza sont toujours écroués dans la province de Bubanza. Ce n’est qu’hier que le procureur de la République dans cette entité administrative a décidé leur transfert du cachot de Musigati vers celui de Bubanza.

Des sources dignes de foi précisent qu’ils sont détenus dans des conditions très déplorables et qu’ils n’ont pas accès à de l’eau potable. Jusqu’à présent, ils n’ont pas encore été entendus par le procureur qui avait pourtant ordonné leur transfert, ce qui veut dire qu’ils ne savent pas pourquoi ils sont détenus.

L’on saura que lorsqu’ils étaient au cachot de Musigati, le comité international de la croix rouge, Cicr, avait mis à leur disposition des sacs de couchage car ils dormaient à même le sol. Lors du transfert, ils n’ont pas été autorisés de les prendre. L’on apprend que pour le moment, le dossier est entre les mains du procureur de la République dans cette province.

Rappelons qu’ils avaient été arrêtés sur leur chemin vers la commune de Musigati en date du 22 octobre alors qu’ils partaient pour un reportage sur l’insécurité qui régnait dans la région. Les organisations de défense des droits des journalistes, comme Reporters sans frontières, la fédération internationale des journalistes et Human Rights Watch ne cessent d’appeler à leur libération sans condition.

De son côté, Karen –Ruth Baas, sénatrice à la chambre des représentants des Etats-Unis, a demandé la libération sans condition des journalistes du groupe de presse Iwacu.

L’on rappellera que cette femme politique américaine et membre du parti démocrate, élue de Californie à la Chambre des représentants des États-Unis depuis 2011, avait, en juillet 2016, attiré l’attention des médias en demandant un examen psychiatrique de Donald Trump, le candidat républicain à la présidence des États-Unis.

Une certaine opinion s’inquiète déjà que cette affaire risque de se transformer en dossier politique comme cela a été le cas en 2011, lorsqu’un journaliste correspondant de Rfi en kiswahili a été appréhendé pour s’être rendu en Tanzanie rencontrer des gens qui se disaient rebelles visant à attaquer le Burundi. D.N.

Burundi - Sécurité

La crise burundaise au centre du débat aux Nations-unies

New York, le 26 octobre 2019 (Net Press) . Le Burundi fait face à plusieurs fronts dans au système des Nations-unies. Si la réunion ouverte sur le Burundi prévue le 22 octobre a pu être reportée au 30 de ce mois, cela n’a pas été le cas pour un débat organisé par la commission Doudou Diène.

En effet, la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi a alerté, en date du 23 octobre, donc le lendemain, sur les violations ... des droits de l’homme contre des citoyens burundais, lors de ces assises de ce mercredi aux Nations Unies

Le Sénégalais et président de cette commission, Doudou Diène, a dit que 1.200 personnes que la dite commission a interrogées sont victimes de la violation massive des droits de la personne humaine. Il a pointé du doigt les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir (les Imbonerakure), qu’il qualifiés de ravisseurs des membres de l’opposition burundaise.

Doudou Diène a affirmé sans détours que les membres de la ligue des jeunes Imbonerakure, quelques éléments de forces de sécurité et des renseignements sont derrière la détérioration de la situation humanitaire dans le pays, en passant par l’emprisonnement arbitraire, le viol et les spoliations des biens d’autrui, des attaques nocturnes surtout dans des milieux ruraux.

Doudou Diène a affirmé que ces tracasseries n’épargnent pas les professionnels des médias, où les journalistes du groupe de presse Iwacu sont emprisonnés arbitrairement, alors qu’ils faisaient leur travail d’informer le public sur la dégradation de la situation humanitaire au Burundi. Il a ajouté que Gitega s’inscrit en faux contre tous les rapports sur la violation des droits de l’homme au Burundi, arguant qu’ils sont erronés et fondés sur des mobiles politiques.

Doudou Diène a informé l’assistance que la crise de 2015 a pris une tournure anormale car les citoyens burundais croupissent dans la misère, couplée de l’effondrement de l’économie nationale. Selon lui, pour sortir de cet impasse que traverse le pays depuis 2015, le gouvernement burundais devrait doubler plus d’effort pour garantir la liberté publique au peuple burundais.

De leur coté, les pays comme le Gabon, Djibouti et l’Erythrée ont soutenu que ces rapports sont fondés sur des mobiles politiques et qu’ils hypothèquent la souveraineté du Burundi. La Grande Bretagne, l’Allemagne, les Etats-Unis d’Amérique se sont inscris en faux contre le négationnisme du Burundi sur le contenu de ce rapport et ont déploré la violation des droits de l’homme au Burundi.

La fédération de la Russie, le Maroc, la Corée du nord, Cuba, la Chine, le Kenya et l’Iran ont affirmé que le contenu de ce rapport vise à hypothèque la souveraineté du Burundi et que la résolution de la crise africaine devrait trouver une issue pacifique par les Africains eux-mêmes. N.R.

Burundi - Culture - Nécrologie

Départ pour l’Eternité d’un géant de la musique burundaise

Bruxelles, le 26 octobre 2019 (Net Press) . Né en juin 1957, Jean Marie Nibigirwe alias Buddy Magloire est un garçon issu d’une bonne famille et qui vit dans les quartiers chics de Bujumbura, la capitale du Burundi. Très jeune, il apprend la musique dans les quartiers populaires, une pratique inconcevable dans son entourage, d’où des pressions énormes sur lui qui n’ont rien changé malgré tout.

Cette contradiction qui l’habite fera de lui un aventurier car à 18 ans, le jeune garçon quitte son pays dans un camion-citerne en direction de Mombassa au Kenya. C’était le tout premier voyage qui allait l’entraîner sur trois continents, à savoir l’Afrique, l’Europe et l’Amérique.

Après Mombassa, il rentre au pays dans les années 80 et se voit recruter à l’orchestre national rattaché à l’époque au ministère de la jeunesse, des sports et de la culture. A la fin des années 80, Buddy se trouve en Europe où il s’exhibe en compagnie d’une star burundaise, Khadja Nin.

Avec la crise politico-sécuritaire au Burundi des années 1990, l’artiste s’exile au Canada avec toute sa famille, au début des années 2000. Même dans son exil, Buddy Magloire poursuit sa carrière musicale au Canada, notamment à Montréal. En 2008, il est de nouveau dans son pays où il se met au service de la musique et des artistes. Il est notamment membre du jury de l’East African Music Award, et président du jury des éditions 2012 et 2013 du Primusic, le plus grand concours musical du pays jusqu’à ce jour.

La mort le surprend alors qu’il travaillait sur un album-héritage avec quelques uns de ses grands classiques intitulé "Agacaca" qui devrait sortir au cours de cette année. Le défunt a été victime d’une attaque cardiaque et a subi une opération en Belgique, qui a d’ailleurs très bien réussi.

Mais quand l’heure de Dieu a sonné, l’on doit partir, dit-on dans plusieurs homélies des croyants. Alors qu’il était en pleine convalescence, il a subi une complication d’un accident vasculaire cérébral, AVC, qui l’a emporté très tôt ce matin à l’âge de 62 ans. Que la terrer de ses ancêtres lui soit légère. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.