Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 27 novembre 2019
|Six militaires tués dernièrement mis en terre hier

Burundi - Sécurité26 novembre 2019
|Après le meurtre d’un sexagénaire, des interpellations s’ensuivent à Makamba

Burundi - Sécurité25 novembre 2019
|Multiplication des fouilles-perquisition dans les zones de la capitale économique

Burundi - Sécurité23 novembre 2019
|Un policier tire à bout portant sur un détraqué mental

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

8 novembre 2019

Bujumbura, le 8 novembre 2019 (Net Press) . L’administrateur de la commune Mukaza, Issa Désiré Mazimpaka, au cours d’une réunion de ce 7 novembre, a demandé avec insistance que les détenteurs de bistrots se munissent d’au moins deux éléments de sécurité, une décision prise probablement suite à l’attaque de la semaine dernière au bistrot dit "Chez Gilbert", dans la zone de Rohero.

De son côté, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, qui prenait part à la réunion, a plutôt allongé la liste des endroits à protéger. Il a parlé des places publiques comme les parkings, les marchés, les écoles, etc. Contrairement à son subalterne de la commune de Mukaza, le maire de la ville de Bujumbura a souhaité que la sécurité soit assurée par les comités mixtes de sécurité.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme ont mis en relief la situation des droits de l’homme pour le mois écoulé d’octobre 2019. Au cours de cette période, des allégations de violations, des violations et atteintes aux droits de l’homme ont été enregistrées comme suit : au moins 36 personnes ont été tuées, 3 enlevées, 2 victimes de violences basées sur le genre, 12 torturées et 52 arrêtées arbitrairement. N.R.

Burundi - Commerce

Le Bbn confirme les propos du ministre du commerce ...

Bujumbura, le 8 novembre 2019 (Net Press) . Le bureau burundais de normalisation, par le biais de son président, a confirmé les propos du ministre du commerce, Jean Marie Niyokindi, qui voulaient que les boissons produites par la Brarudi ne présentent plus les mêmes qualités d’avant.

Il a déclaré cela par voie de presse où il a ciblé deux boissons à savoir la bière Primus et l’Amstel Royal. Il a donné avec exactitude la diminution du degré d’alcool chez les deux boissons, tout en reconnaissant que ces produits n’affectent pas cependant la santé des hommes qui les consomment.

Pour certains, cette déclaration de caresser le poil dans le sens de la bête est tout à fait normal d’autant plus le Bbn se trouve au ministère du commerce. Il ne pouvait pas donc contredire les propos de son patron de ministre, il devait faire en sorte que les enquêtes menées incriminent au moins quelques boissons de la Brarudi.

Mais d’un autre côté, il y a également les consommateurs eux-mêmes qui sont convaincus que le goût de la bière a changé, ce que dément formellement cette société. Pour ce qui est des déclarations du bureau burundais de normalisation, la société a rétorqué que pendant plus d’un demi-siècle qu’il est au Burundi, c’est la toute première fois qu’elle enregistre une telle remarque. J.M. 

Burundi - Education

Nouveaux barèmes des fonctionnaires : le Conapes s’en réjouit

Bujumbura, le 8 novembre 2019 (Net Press) . Après le reclassement des fonctionnaires enseignants, le gouvernement du Burundi avait manifesté sa détermination pour éliminer les inégalités salariales dans notre pays. En effet, durant quatre ans, les enseignants recevaient chaque année une somme indexée sur leurs salaires au prorata de leur grade et de leur expérience.

Le plus ancien ayant un niveau de licence et plus accumulait chaque année plus de 48.000 Fbu pendant une période de quatre ans, ce qui totalisait un montant additif au salaire de 192.000Fbu. Après ce reclassement, le gouvernement serait resté sur sa soif de doter à ses employés un salaire décent qui leur permettrait de joindre les deux bouts du mois. Ainsi, une nouvelle grille indiciaire serait en cours d’élaboration avec une expertise étrangère.

Ce nouveau traitement veut éliminer d’énormes avantages que certains services juteux de l’Etat se sont octroyés. L’objectif du gouvernement serait d’accorder un même traitement aux fonctionnaires de même grade. A titre d’exemple, un licencié au service de plus de 30 ans verra son salaire passer du simple au double.

Mais comme les subterfuges ne tarissent pas chez le syndicat Conapes, son président, Emmanuel Mashandari, s’en prend dorénavant aux risques professionnels auxquels s’exposent les enseignants. Selon lui, l’usage régulier de la craie laisse échapper de la poudre qui est sujette aux maladies surtout respiratoires. Par conséquent, une indemnité de risque devrait être fixée par les enseignants.

Certes, le coup de gueule du représentant du Conapes ne manquera pas de susciter un intérêt chez d’autres organisations syndicales dont les membres sont de loin exposés aux risques professionnels. C’est le cas notamment du personnel soignant qui ne tardera pas d’emboîter le pas aux enseignants pour réclamer d’énormes avantages si d’aventure le gouvernement accorderait ces indemnités aux enseignants.

Alors, la boîte de Pandore serait désormais ouverte avec des risques d’embraser toutes les autres catégories socioprofessionnelles. Dans ce cas, le gouvernement devrait prendre soin de ne pas se hasarder sur cette aventure périlleuse aux multiples conséquences économiques et sociales pour se prémunir d’autres erreurs dans l’octroi d’avantages selon les services au risque de retomber dans les mêmes travers. D.N.

Burundi - Médias - Justice

L’Olucome s’exprime sur les journalistes emprisonnés

Bujumbura, le 8 novembre 2019 (Net Press) . D’entrée de jeu, l’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, estime que la liberté de la presse et le droit à l’information doivent être respectés par les autorités burundaises. Les journalistes arrêtés en train d’exercer leur métier et cloués en prison injustement devraient être libérés dans l’immédiat et sans conditions.

Cet observatoire se dit profondément inquiet de la violation quasiment permanente du droit à l’information. Depuis le déclenchement de la crise de 2015, la liberté de la presse et le droit à l’information ont été chaque fois mis à mal et depuis le 22 octobre 2019, poursuit-il, 4 journalistes du groupe de presse Iwacu et leur chauffeur ont été arrêtés alors qu’ils partaient pour un reportage.

L’Olucome s’étonne donc du fait que Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana, Térence Mpozenzi et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza soient accusés de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Pourtant, l’observatoire trouve que la population a besoin d’une information vérifiée en cette période où les réseaux sociaux véhiculent des informations y relatives. Il demande enfin aux autorités burundaises de libérer dans l’immédiat et sans condition ces quatre journalistes et leur chauffeur.

Signalons que nos confrères viennent de passer leur 17ème jour en détention préventive suite à une décision d’un juge de conformation. Le procureur général de la République a indiqué, en date du 31 octobre dernier, que ces derniers n’ont pas été arrêtés parce qu’ils des journalistes, mais suite à la nature de leur infraction. Ch.N

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.