Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 27 novembre 2019
|Six militaires tués dernièrement mis en terre hier

Burundi - Sécurité26 novembre 2019
|Après le meurtre d’un sexagénaire, des interpellations s’ensuivent à Makamba

Burundi - Sécurité25 novembre 2019
|Multiplication des fouilles-perquisition dans les zones de la capitale économique

Burundi - Sécurité23 novembre 2019
|Un policier tire à bout portant sur un détraqué mental

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

15 novembre 2019

Bujumbura, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Au moins 136 personnes, dont 89 Burundais et 47 Congolais, ont été arrêtées ce matin lors d’une fouille-perquisition de la police dans les ménages de la zone Nyakabiga, commune Mukaza, en mairie de Bujumbura la capitale économique du Burundi. La fouille a ciblé le quartier Nyakabiga III.

Selon des informations recueillies sur place, ces ménages "visités" par les policiers n’avaient pas de cahiers de ménages pour le Burundais au moment où les Congolais ont été accusés de vivre dans notre pays illégalement. Nous apprenons que toutes ces personnes ont été acheminées à l’ancien bureau spécial de recherche situé dans la zone de Buyenzi.

Concernant les violations des droits de l’homme, les activistes des droits de l’homme ont travaillé sur le mois d’octobre qui vient de s’écouler et disent avoir documenté les violations des droits de l’homme pour des personnes privées de liberté en général et ceux qui sont poursuivis pour des crimes à caractère politique en particulier.

Ils se sont focalisés sur les traitements inhumains et dégradants dont sont victimes les prisonniers en général qui se trouvent dans les établissements pénitentiaires de Gitega, de Muramvya, de Bujumbura et de Rumonge. En plus, d’autres phénomènes de violations à la privation des soins de santé ainsi que la problématique de la surpopulation carcérale ont été évoqués. Les violations constatées peuvent être résumées en trois points à savoir la torture, le refus aux soins de santé et autres violations. D.N.

Burundi - Politique

L’administration de Gitega dans le collimateur de l’opposition !

Gitega, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Le gouverneur de la province de Gitega, Venant Manirambona, a tenu ce mercredi 13 novembre une réunion avec les responsables des partis politiques et les confessions religieuses. Une large majorité des invités en ont profité pour accuser certains administratifs de verrouiller l’espace politique.

Le représentant du parti congrès national pour la liberté (Cnl) en province de Gitega, Ferdinand Misigaro, a ouvertement accusé certains administratifs locaux de perturber les activités des partis politiques de l’opposition. Il a cité le chef de zone Rwisabi, en commune Mutaho, qui a crié sur tous les toits que de son vivant, il ne va permettre jamais permettre la tenue d’une activité politique du parti Cnl dans sa circonscription administrative. Il s’est également inscrit en faux contre les professionnels des médias accrédités sur place qui ne tendent pas de micros aux formations politiques de l’opposition.

Gloriose Nijebariko, représentante provinciale du parti Ranac, parti de l’opposition, a emboîté le pas au responsable du Cnl en affirmant que l’administration de Gitega ne facilite pas l’implantation de leurs permanences dans cette localité, ce qui handicape les activités politiques de ce parti.

Côté confessions religieuses, André Horicubonye, représentant de l’église « Vuzinzamba », sans mâcher ses mots, s’est indigné du comportement de certains partis politiques qui s’adonnent à la diffamation au lieu de parler des projets de société

De son côté, le gouverneur de la province de Gitega, sans répondre aux préoccupations des responsables des partis de l’opposition, a pointe du doigt les responsables du parti Cnl, les accusant de ne pas travailler de mèche avec l’administration pour répondre aux réunions et aux travaux communautaires. Vers la fin de la réunion, il a promis qu’il va corriger tous ces manquements lors de sa visite de travail dans toutes les circonscriptions de sa province. Ch.N.

Burundi - Médias

La radio Isanganiro organise une journée portes ouvertes

Bujumbura, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Dans le cadre de la célébration de son 17ème anniversaire d’existence, le 18 novembre 2002, la radio Isanganiro a procédé aujourd’hui à l’organisation d’une journée portes ouvertes jusqu’à 16 heures de l’après-midi où, toute personne qui le désire, peut visiter la radio afin de s’enquérir sur sa façon de fonctionner.

Cette activité a été rehaussée par le premier vice-président de la République Gaston Sindimwo qui a apprécié à sa juste valeur l’apport de la radio dans l’information objective de la population burundaise. Estimant qu’un adolescent de 17 ans a encore besoin de conseils, il en a prodigué à cette station pour qu’elle améliore la qualité de ses services.

C’est également la satisfaction au niveau de la direction de cette radio qui accueille positivement une appréciation de sa radio par le public. Il se félicite de plusieurs obstacles qu’elle a surmontés tout en promettant qu’à l’avenir, la radio fera tout ce qui est en son pouvoir pour rayonner davantage.

Mais dans l’entre-temps, nos confrères et consœurs, Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana, Térence Mpozenzi et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza, viennent de passer leur 25ème jour de privation de liberté dans la prison centrale de Bubanza, à l’Ouest du pays. Ils sont accusés de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Arrêtés le 22 octobre dernier, nos confrères et consœurs se trouvaient dans la commune de Musigati, toujours dans cette province, afin de faire un reportage sur la situation sécuritaire qui avait été perturbée dans la région. Ils ont été enfermés dans le cachot de cette commune, puis dans celui de Bubanza avant d’être transférés dans la prison de cette même province le 26 octobre.

En date du 29 du même mois, ils ont été présentés devant la chambre de conseil du tribunal de grande instance de cette province qui a confirmé leur détention préventive 48 heures plus tard, le 31 octobre. Ce jour, le procureur général de la République avait sorti un communiqué où il avait affirmé que ces personnes n’ont pas été arrêtées parce qu’elles sont des journalistes, mais pour la nature de leur infraction.

Le 4 novembre dernier, leurs avocats-conseil ont interjeté appel contre cette mesure à la cour d’appel de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura. Alors qu’ils étaient informés qu’ils comparaitront le 18 novembre, la chambre de conseil de la cour d’appel, le 11 novembre, s’est déplacée en itinérance jusqu’à Bubanza où elle a tenté de leur faire comparaître par surprise. Ceux-ci ont refusé de répondre quoi que ce soit sans la présence de leur conseil. Ces derniers n’ont pas donné d’autres échéances de comparution.

Malgré cela, les organisations tant nationales qu’internationales de défense des droits de l’homme, les partis politiques, les organisations des professionnels des médias, etc, ne cessent de demander la libération immédiate et sans conditions des journalistes du groupe de presse Iwacu et de leur chauffeur car tout ce monde est convaincu qu’ils ne faisaient que leur travail d’informer lors de leur arrestation. N.R.

Burundi - Economie

Des cris pour améliorer les activités du corridor central !

Bujumbura, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Une opinion de plus en plus persistante demande l’amélioration du corridor central et que le poste frontalier de Kobero, dans la province de Muyinga soit retapé.

Selon nos sources, la route Bujumbura-Bugarama est devenu impraticable, ce qui handicape le transport des marchandises par les camions en provenance de la Tanzanie. Les mêmes sources ajoutent que des problèmes liés notamment à l’embouteillage sur le parking de Kobero et un problème de coupure qui entraîne le manque de connexion internet font que les marchandises ne sont pas dédouanées ou livrées aussi rapidement que souhaité.

Par ailleurs, affirme l’opinion, un problème de procédures occasionné par la lenteur des services qui opèrent à ce poste est à l’origine de l’embouteillage sur le parking de Kobero jusqu’à ce que les véhicules passent plus de 3 jours sur place sans être servis. Elle estime qu’il faudrait augmenter le nombre d’heures de travail sur le poste frontalier de Kobero qui accueille en transit toutes les marchandises en provenances de la Tanzanie, du moment que dans les autres pays de l’Eac, les services des postes aux frontières conjoints travaillent 24h par jour pendant toute la semaine.

Pour ces observateurs quand le camion tarde à retourner à Dar es Salam (le temps de rotation), le prix de transport augmente, ce qui se répercute sur le prix des marchandises en fonction du temps que le véhicule passe sur la route. Il trouve qu’il s’agit d’un problème d’organisation au niveau des officiels de la frontière. Selon eux, les services qui travaillent sur ce poste, en l’occurrence l’office burundais des recettes, les services d’immigration, le bureau burundais de normalisation, le service phytosanitaire et le Cotechna devraient travailler en étroite collaboration pour ne pas faire traîner les camions en stationnement sur le parking. J.M.

Burundi - Sport

Les prestations de l’équipe nationale de football de plus en plus discutables

Bangui, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Nous apprenons que les Hirondelles - équipe nationale de football du Burundi - ont volé très bas dans l’après-midi de ce 13 novembre à Bangui et se sont inclinées devant l’équipe nationale de la République Centrafricaine par un score de 2 buts à 0 en faveur du pays hôte.

Cette rencontre a eu lieu dans le cadre des matchs comptant pour les la coupe de l’Afrique des Nations qui aura lieu au Cameroun en 2021. Le Burundi fait partie du groupe E avec le Maroc et la Mauritanie ainsi que la République Centrafricaine qui l’a écrasé sur son propre terrain. Notre pays risque fort de ne pas faire une avancée significative car il rencontre ce 19 novembre à Bujumbura l’équipe nationale du Maroc, ce qui n’est pas une mince affaire au regard de l’expérience de cette équipe.

Les prestations de l’équipe nationale burundaise commencent à inquiéter le public burundais depuis la compétition qui a eu lieu en Egypte. D’ailleurs, même le public commence à se diviser sur la conception de l’entraîneur de l’équipe nationale, Olivier Niyungeko. Pour certains, il devrait démissionner au moment où d’autres trouvent que c’est l’homme qu’il faut.

L’on signalera ici que l’entraîneur de l’équipe nationale avait informé que cette formation est très techniquement moyenne, ce qui avait irrité certains supporters des Hirondelles qui estimaient qu’Olivier Niyungeko, par ces propos, a déstabilisé l’équipe dont il a la mission d’élever le niveau. Les faits viennent de lui donner raison même s’ils ont mal sonné dans les oreilles des fans de cette équipe. Ch.N.

Burundi - Rwanda - Sécurité

Le président rwandais Paul Kagame met en garde contre tout agresseur de son pays

Kigali, le 15 novembre 2019 (Net Press) . Lors des cérémonies d’investiture des nouveaux membres du gouvernement et les haut gradés de son pays, le président rwandais, Paul Kagame, a mis en garde contre tout agresseur de son pays.

Le numéro un rwandais, sans citer les auteurs de la perturbation de l’ordre et la tranquillité du Rwanda, a affirmé que son pays va déployer toutes ses énergies pour combattre contre vents et marrées l’ennemi du Rwanda

Paul Kagame a affirmé en outre que l’ennemi du Rwanda se trouve sur le territoire rwandais et travaille de mèche avec les agresseurs de l’extérieur de son pays. Il a fait savoir qu’une ligne de démarcation est tracée pour contrecarrer contre toute forme d’agression de son pays, qui qu’il soit.

L’on saura que le sud du pays de Paul Kagame a été dernièrement la cible d’une attaque armée, perpétrée par la rébellion rwandaise où, selon ce mouvement armé, elle a occasionné beaucoup des pertes du côté de l’armée patriotique rwandaise, ce que Kigali a démenti, affirmant que le pays est épargné de toute forme d’agression. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.