Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 27 novembre 2019
|Six militaires tués dernièrement mis en terre hier

Burundi - Sécurité26 novembre 2019
|Après le meurtre d’un sexagénaire, des interpellations s’ensuivent à Makamba

Burundi - Sécurité25 novembre 2019
|Multiplication des fouilles-perquisition dans les zones de la capitale économique

Burundi - Sécurité23 novembre 2019
|Un policier tire à bout portant sur un détraqué mental

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

20 novembre 2019

Gitega, le 20 novembre 2019 (Net Press) . Au cours d’un entretien avec notre confrère de la voix de l’Amérique, Vénuste Nshimiyimana, le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a déclaré que le pouvoir de Gitega est prêt pour réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur.

Dans cet entretien, cette autorité burundaise a affirmé que le pays est en paix et que des dispositifs de sécurité nationale ont été déployés aux frontières pour parer à toute forme d’agression en provenance de l’extérieur.

Le premier vice-président Gaston Sindimwo affirme qu’un groupe armé a effectué une attaqué armée dans la nuit du 16 au 17 novembre 2019 en commune de Mabayi, en province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays. Sans faire de bilan, ce membre de l’exécutif burundais a fait savoir que cette attaque a été perpétrée dans cette localité du nord-ouest du pays à partir du Rwanda. N.R.

Burundi - Usa - Sécurité

La situation du Burundi au cœur des préoccupations du président Donald Trump

Washington, le 20 novembre 2019 (Net Press) . Dans une déclaration d’urgence dans le décret 13712 en ce qui concerne la situation du Burundi, le président américain, Donald Trump, a dit que la situation actuelle du Burundi est préoccupante et présente une menace extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des Etats-Unis

Le président américain a affirmé que la situation au Burundi a été marquée par des meurtres et d’autres violences contre des civils, l’incitation à la violence et une répression politique importante et qui menace la paix, la sécurité et la stabilité du Burundi et de la région, continue de poser un problème inhabituel et une menace extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis. Par conséquent, selon le numéro un de la première puissance mondiale estime qu’il était nécessaire de maintenir l’urgence nationale déclarée dans le décret 13712, en ce qui concerne la situation au Burundi.

Devant le congrès américain, le président Donald Trump a glissé un message et dit que son pays a emboité le pas à l’ancien président Barack Obama sur la nécessité de maintenir le Burundi sous urgence nationale, comme il l’a déclaré en 2015, après l’annonce du président burundais Pierre Nkurunziza de briguer sa troisième législature.

Dans ce message, le président Trump écrit : « Dans le décret 13712. L’article (202 d) de la loi sur les urgences nationales (50 USC 1622 (d)) prévoit la cessation automatique d’une urgence nationale, à moins que, dans les 90 jours précédant la date anniversaire de sa déclaration, le président ait publié au Registre Fédéral et transmis au Congrès un avis indiquant que la situation d’urgence devait perdurer au-delà de la date son anniversaire.

Conformément à cette disposition, j’ai adressé au Registre Fédéral pour publication l’avis ci-joint indiquant que la situation d’urgence nationale concernant la situation au Burundi déclarée dans l’instruction 13712 du 22 novembre 2015 devait perdurer jusqu’au 22 novembre 2019.

Dans plusieurs sorties médiatiques, le pouvoir de Gitega clame haut et fort que la paix et la tranquillité règnent au pays de Ntare Rugamba. Le ministre des affaires étrangères, lors de sa dernière déclaration, a demandé le réchauffement diplomatique entre le Burundi et l’Union européenne car, selon lui, « la question du troisième mandat n’est plus à la table de négociation car le président burundais, Pierre Nkurunziza, a annoncé plusieurs fois qu’il ne va pas se représenter aux élections présidentielles de 2020 et que le Burundi a recouvré la paix et la tranquillité « J.M.

Burundi - Médias - Justice

Le sort des journalistes du groupe de presse Iwacu attendu aujourd’hui

Bubanza, le 20 novembre 2019 (Net Press) . C’est en principe aujourd’hui que nos confrères et consœurs Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Egide Harerimana, Térence Mpozenzi et leur chauffeur Adolphe Masabarakiza, doivent être fixés sur leur sort de prévenus libres ou pas, selon la décision de la chambre de conseil de la cour d’appel de Ntahangwa.

Rappelons qu’ils ont été arrêtés en date du 22 octobre dernier dans la commune de Musigati, province de Bubanza, à l’Ouest du pays, alors qu’ils se rendaient pour un reportage sur l’insécurité qui régnait dans cette entité administrative. Ils ont été transférés à la prison centrale le 26 octobre, accusés de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Au premier degré, la détention préventive avait été maintenue et leurs avocats-conseil ont été obligés d’interjeter appel en date du 4 novembre. Ils ont été écoutés ce 18 novembre et c’est aujourd’hui qu’ils doivent connaître leur sort, d’autant plus que la loi prévoit 48 heures de mise en délibéré.

Même si des voix s’élèvent un peu partout pour exiger leur libération sans conditions, le procureur général de la République a déjà annoncé qu’ils n’ont pas été arrêtés parce qu’ils sont des journalistes, mais suite à la nature de l’infraction commise. Dans deux jours, les employés du groupe de presse Iwacu auront totalisé un mois de détention. D.N.

Burundi - Eac - Politique

Le sommet des chefs d’Etat reporté sine die

Arusha, le 20 novembre 2019 (Net Press) . Dans ses publications antérieures, la rédaction avait fait mention d’un sommet des chefs d’Etat de l’Eac qui est prévu pour le 30 de ce mois dans la ville d’Arusha. La dépêche de Net Press qui évoque cette rencontre au plus haut sommet date du 11 novembre.

Nous venons d’apprendre que ledit sommet a été reporté, selon un écrit émanant du ministère rwandais des relations extérieures. Ce dernier a informé qu’un des pays membres a demandé que ce sommet soit ajourné, sans plus de détails.

Selon des versions de plus en plus nombreuses, le pays en question qui aurait demandé ce report est le Rwanda, qui est en même temps président en exercice de l’Eac. Les mêmes versions indiquent que les relations délétères entre le Rwanda et l’Ouganda d’une part, entre le Burundi et le pays de Paul Kagame d’autre part, seraient à l’origine de cette demande.

Les autres pays membres, qui sont la Tanzanie, le Kenya et le Sud-Soudan sont victimes de cette mauvaise cohabitation et se taisent tout en observant l’évolution de la situation. Rappelons que le Kenya voudrait un soutien de la part des pays africains pour qu’il accède au siège non permanent de l’Onu. Pour cela, il a besoin des six voix des pays de l’Eac, quelques soient les relations qui caractérisent les uns et les autres. Ch.N.

Burundi - Politique - Anniversaire

Désignation de Jean-Baptiste Bagaza comme président de la République, il y a 43 ans

Bujumbura, le 20 novembre 2019 (Net Press) . Si le coup d’Etat du colonel Jean-Baptiste Bagaza a eu lieu le 1er novembre 1976, cet homme politique visionnaire et très réaliste a préféré parler de mouvement du premier novembre car la déclaration du programme a eu lieu le 20 novembre de la même année.

En effet, le président Jean-Baptiste Bagaza a opéré un coup de force contre Michel Micombero, aux côtés d’autres officiers supérieurs de son rang, en l’occurrence Edouard Nzambimana et Sylvère Nzohabonayo. Il fallait que les trois se mettent ensemble pour décider qui mettre en avant pour piloter la République.

Après des discussions qui ont abouti à un consensus non démocratique certainement, le président Bagaza fut proclamé président de la République et le lieutenant colonel Edouard Nzambimana fut son premier ministre. Le colonel Nzohabonayo dut gérer le service militaire et dans un premier temps, le trio a géré le pays d’une façon exemplaire.

Mais il s’avère que l’amitié en politique n’est pas payante. Jean-Baptiste Bagaza a dû écarter ses compagnons de lutte pour rester le seul maître de Bujumbura. Malgré cela, il avait vite développé sa puissance de travail si bien qu’il était comparé à un engin très puissant connu sous le nom de bulldozer.

C’était également un président visionnaire avec ses réformes de plans quinquennaux avec lesquelles il a véritablement développé le Burundi, des fois sous l’admiration de la communauté internationale, mais aussi des fois sous le grincement des dents d’une partie de la même communauté internationale, allusion faite à la religion catholique qui ne supportait pas son intransigeance.

Le seul défaut que l’on puisse coller objectivement à l’ancien président est que quand bien même il était intelligent et visionnaire, il n’était pas communicatif. C’est ce vice qui l’a d’ailleurs amené à une collision frontale avec le Vatican, avec la suite que l’on sait. Signalons que l’ancien président, tout comme ses compagnons putschistes du 1er novembre 1976, sont tous passés de vie à trépas. N.R.

Burundi - Confessions Religieuses

Deux dates indélébiles et charnières de notre Eglise : nos archidiocèses et nos diocèses

Bujumbura, le 20 novembre 2019 (Net Press) . De qui s’agit-il ? De la publication de la Constitution Apostolique : "Cum Parvulum" qui fait passer nos Eglises du Congo Belge et du Territoire du Rwanda-Urundi du statut de Vicariat à celui de Diocèses. En langage ecclésiastique : de la création de la Hiérarchie dans les territoires précités :

Le Burundi, comme le Rwanda et la République démocratique du Congo deviennent des Provinces ecclésiastiques. Les évêques sont titulaires et non vicaires apostoliques du Pape Saint Jean XXIII. Il s’agit du 5 octobre 1959.

Cinq ans plus tard, le Décret du 9 octobre 1964 fixe l’appellation : diocèse d’Usumbura devenait diocèse de Bujumbura, signé Grégoire Pierre, Cardinal AGAGGIANIAN, préfet de la Congrégation di propaganda Friole, exauçant le Nonce Mgr. Vito Roberti, Nonce à Bujumbura au Burundi ! Nous restons la 1ère Nonciature Africaine au Sud du Sahara.

L’hymne national "Burundi Bwacu" due aux doigts de fée de l’A. Jean Baptiste Ntahokaja que certains taquinaient "Ntahokataja", était l’un des meilleurs ambassadeurs du Burundi pour conduire le cortège de nos meilleurs poèmes ! Ailleurs de par le monde ! J.M.

Burundi - Enfance

Le Burundi se joint à la communauté internationale pour fêter la journée de l’enfance

Bujumbura, le 20 novembre 2019 (Net Press) . Le 20 novembre de chaque année est consacrée à la commémoration de la journée mondiale de l’enfance. Dans notre pays, selon les autorités du ministère chargées des droits de la personne humaine, cette date arrive au moment où le pays fait tout pour retirer les enfants mendiants de la rue et les réintégrer dans leurs foyers.

Cela est également le cas pour les adultes qui vivent dans des conditions de mendicité. La commémoration de cette journée a eu lieu au stade de l’école technique secondaire de Kamenge, située dans la zone de Kamenge, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura.

Les cérémonies ont été rehaussées par le 2ème vice-président de la République, Joseph Butore. Elles ont commencé à partir de 8 heures ce matin et les enfants des zones Kamenge et Gihosha ont été invités à participer massivement à ces cérémonies. Il leur a été demandé de porter des habits de couleur bleue, ce qui symbolise l’espoir et la paix.

Signalons qu’au niveau mondial, cette journée a été commémorée pour la 30ème année de suite, du fait qu’elle a été célébrée pour la première fois le 20 octobre 1989. Mais une décision liée à cette journée avait été prise bien avant, en 1954, D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.