Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Multiplication des fouilles-perquisition dans les zones de la capitale économique

25 novembre 2019

Bujumbura, le 25 novembre 2019(Net Press) . Très tôt ce matin, des policiers armés jusqu’aux dents ont fait irruption dans le quartier Jabe I, de la zone de Bwiza, dans la commune de Mukaza, en mairie de Bujumbura. Contrairement aux autres jours, les enfants ont pu se rendre à l’école.

Comme d’habitude, les policiers étaient accompagnés par des militaires. Ces derniers encerclent la zone à fouiller et les policiers entrent à l’intérieur du pays. Ils cherchaient essentiellement des armes ainsi que des cahiers de ménages. La rédaction n’a pas pu avoir des informations sur la suite, mais les cahiers de ménage font souvent défaut, d’où des fois les ménages soudoient les policiers pour qu’ils laissent tomber l’affaire.

L’on saura que dans la matinée de ce samedi 23 novembre, une autre fouille-perquisition avait été organisée dans le couvent des sœurs et des novices des Bene Mukama, de la zone de Rohero, non loin du cabinet du maire de la ville. Les sœurs ont été désagréablement surprises d’apprendre que les forces de l’ordre étaient à la recherche des armes dans ce couvent.

La fouille était tellement minutieuse que même les policiers ont fouiner en dessous des matelas des sœurs et des novices. Elles ont déclaré que c’est la toute première fois qu’elle voit un scénario du genre.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme évoquent des cas de violations et atteintes aux droits de l’homme au Burundi la semaine dernière. Au moins 10 personnes ont été assassinées au cours de cette période. Les victimes sont essentiellement des militaires dont les positions ont été attaquées par des hommes lourdement armés dans la commune de Mabayi, de la province Cibitoke, au Nord-ouest du pays.

Aucun groupe n’a revendiqué l’attaque. Les mêmes défenseurs des droits de l’homme évoquent également 2 cas d’arrestations arbitraires : un membre du parti d’opposition Cnl et un réparateur de motos, tous de Gitega. N.R.

Burundi - Sécurité

Et un humour autour des mesures du premier lieutenant de la ville de Bujumbura !

Bujumbura, le 25 novembre 2019 (Net Press) . La fermeture des bistrots à 21 heures, l’une des mesures prises par le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, est perçue par un humoriste comme un coup de poignard dans le dos aux consommateurs habitués à passer toutes leur soirées bien arrosées avant de rentrer à l’aube. Selon cet humoriste, les femmes étaient en liesse depuis vendredi 22 novembre de voir rentrer leur maris très tôt.

De leur coté, les enfants qui croyaient que leurs pères étaient en mission en Europe ont été déçus de voir leurs parents rentrer d’une mission de travail de l’autre rive de la méditerranée sans chocolats. J.M. 

Burundi - Politique

Les "Cnlois" de Mwaro rendent publique leur position

Mwaro, le 25 novembre 2019 (Net Press) . Ce dimanche 24 novembre, les membres parti Cnl d’Agathon Rwasa ont fait une manifestation dans la localité de Nyabihanga où ils ont demandé aux populations de voter pour Agathon Rwasa. C’est la deuxième fois que des membres et sympathisants de cette formation politique s’expriment ouvertement, après ceux de Nyamurenza, dans la province de Ngozi.

Les mêmes membres du Cnl de Mwaro n’ignorent pas pourtant que certains de leurs collègues de Ngozi ont été arrêtés et condamnés pour une peine de 10 de prison fermes. Des analystes politiques expliquent ce comportement par le fait que les autorités qui gouvernent réservent un traitement dégradant aux "Cnlois", d’où une réaction de résistance à tout prix. Ch.N.

Burundi - Politique

Une coalition des forces de l’opposition invite le gouvernement aux négociations

Bruxelles, le 25 novembre2019 (Net Press) . Cette coalition, Cfor-Arusha, trouve qu’au lendemain de l’attaque du 17 novembre dernier, un communiqué de l’armée a attribué cette attaque à un groupe armé qui se serait replié au Rwanda, ce qui a poussé cette organisation à rendre public son communiqué ce dimanche 24 novembre.

Pour elle, cette escalade de violence est une conséquence directe de la crise déclenchée par le troisième mandat et constitue un signe avant-coureur que le pays se dirige tout droit vers un chaos total. La coalition précise par ailleurs que seuls le président Nkurunziza et son parti endosseront la responsabilité de cette situation.

Cfor-Arusha déplore le fait que le gouvernement continue d’occulter la cause véritable de la crise dont la nature est intrinsèquement interne, pour le faire endosser par les pays étrangers au lieu de s’engager dans des négociations inclusives pour trouver une solution durable à cette crise qui secoue le pays depuis avril 2015.

La même coalition estime cependant que le gouvernement est conscient qu’en absence de solution qui permettrait aux Burundais de rentrer, ils peuvent s’organiser pour y retourner par tous les moyens, y compris le recours à la lutte armée. Elle met enfin en garde le régime burundais contre une autre utilisation des attaques des groupes armés pour justifier les atrocités. D.N.

Burundi - Politique

Au terme de la croisade de Kiremba, Pascal Nyabenda glisse un message

Ngozi, le 25 novembre 2019 (Net Press) . C’était ce dimanche 24 novembre, lorsque le président de l’assemblée nationale, Pascal Nyabenda, a glissé un message à la fin de la croisade dédiée à la bonne passation des élections de 2020 en commune Kiremba, province de Ngozi.

Pascal Nyabenda que les dirigeants, au cours de l’exercice de leurs fonctions, devraient être téléguidés par l’humilité, en respectant la diversité d’opinion, source indispensable de la bonne gouvernance.

Pascal Nyabenda a pointé du doigt les professionnels de la justice qui sont payés par l’Etat et qui, au lieu de dire la loi et rien que la loi, trempent dans la corruption. Il les a invités à observer une grande distance de cette pratique pour rendre une justice équitable.

Pascal Nyabenda a dit qu’un dirigeant a été mis en place grâce à la volonté divine pour conduire le pays dans la bonne voie et ne devrait pas confondre les choses publiques de son patrimoine. Il a invité par la même occasion ces gouvernants de se désolidariser avec cette habitude pour conduire le peuple vers un bon avenir

Pascal Nyabenda demande aux gouvernés d’obéir les gouvernants au cours de l’exercice de leur fonction, car selon lui, un gouvernant émane de la volonté divine N.R.

Burundi - Politique - Genre

L’Onu s’exprime à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

New York, le 25 novembre 2019 (Net Press) . Le 25 novembre de chaque année, la communauté internationale commémore le journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. La rédaction a jugé bon de livrer l’intégralité du message du secrétaire général de l’Onu.

" L’Organisation des Nations Unies est déterminée à mettre fin à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

" Ces atteintes, qui comptent parmi les violations des droits de la personne les plus odieuses, les plus persistantes et les plus généralisées au monde, touchent une femme sur trois.

"Il s’agit donc d’une femme de votre entourage ou de votre famille, d’une collègue ou d’une amie, voire de vous-même.

" La violence sexuelle contre les femmes et les filles prend ses racines dans des siècles de domination masculine.

" N’oublions pas que, fondamentalement, les inégalités entre les genres qui sous-tendent la culture du viol sont un déséquilibre des pouvoirs.

" La stigmatisation, les idées fausses, l’absence de signalement et la piètre application des lois ne font que perpétuer l’impunité.

" Et le viol continue d’être utilisé comme une arme de guerre monstrueuse.

" Tout cela doit cesser.... et doit cesser immédiatement.

" J’exhorte les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile et les populations de tous les pays à faire preuve de la plus grande fermeté face à la violence sexuelle et à la misogynie.

" Nous devons témoigner bien plus de solidarité aux survivantes, aux militants et militantes et aux défenseurs et défenseuses des droits des femmes.

" Et ils nous appartient de promouvoir les droits des femmes et l’égalité des chances.

" Ensemble, nous pouvons – et nous devons – mettre fin au viol et aux agressions sexuelles de toute nature."

Signalons que dans notre pays, une campagne de 16 jours a débuté aujourd’hui dans le cadre de la mobilisation des population sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Cette compagne s’arrête généralement le 10 décembre, une journée des droits de l’homme qui correspond à l’anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme, le 10 décembre 1948. J.M.

Burundi – Rdc - Sécurité Aérienne

Un avion s’écrase au décollage sur un quartier de Goma

Goma, le 25 novembre 2019 (Net Press) . L’appareil s’est abîmé en bout de piste sur une maison dans un quartier populaire de la ville touristique Goma, dans la matinée de ce dimanche 24 novembre.

Au moins 29 personnes sont mortes dans cet accident, selon un nouveau bilan établi dans la soirée par le gouvernement de la province du Nord-Kivu. Un précédent bilan faisait état de 23 victimes. L’appareil, un Dornier-228 de la compagnie Busy Bee, transportait 17 passagers et deux membres d’équipages et se rendait à Beni à 350 km au nord de Goma.

Selon le gouvernement provincial, dix autres personnes qui étaient sur terre et dans la maison ont également succombé, un des passagers a survécu au crash et a été hospitalisé avec 16 autres blessés.

Vers 9 heures, selon plusieurs témoins cités dans les médias locaux, l’appareil aurait raté son décollage avant de s’écraser sur le toit d’une maison dans le quartier de Birere/Mapendo, en bout de piste. Immédiatement, l’appareil s’est embrasé. Une mission de l’ONU sur place a envoyé deux camions pour éteindre l’incendie.

L’aéroport a été construit près de la frontière avec le Rwanda au milieu de zones densément peuplées. Le pilote a « raté son décollage », a rapporté le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, dans un communiqué. « Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Une enquête est en cours », a déclaré le gouvernement provincial dans son communiqué du soir.

« A priori, c’est un problème technique », a avancé un technicien de la compagnie sur le lieu du crash, cité par le site d’information actualité. L’avion aurait connu des problèmes de moteur dans les jours précédents.

C’est le deuxième accident aérien dans l’espace de deux mois. En octobre, un avion assurant la logistique de la présidence de la République en provenance de Goma s’était écrasé près de Lodja, faisant plusieurs victimes dont des gardes rapprochés du chef de l’État. D.N.

Burundi - Congo - Anniversaire

Il y a 54 ans, Mobutu prenait les arènes du pouvoir au Congo

Kinshasa, le 25 novembre 2019 (Net Press) . Joseph-Désiré Mobutu est né à Lisala en 1930. Son père, Albéric Gbemani, cuisinier pour un magistrat colonial de Lisala, meurt alors qu’il n’a que 8 ans. Élevé par son grand-père et un oncle, il poursuivit ses études dans une école catholique. À l’âge de 20 ans, il s’enrôle dans la Force publique à Luluabourg. Il y obtient le brevet de secrétaire-comptable, avant d’être affecté à l’état-major de Léopoldville, en 1953. À 25 ans, il se marie avec Marie-Antoinette Gbiatibwa Yetene âgée de 14 ans et avec qui il aura par la suite huit enfants.

Après son passage dans l’armée, dont il sort sous-officier, il devient journaliste pour le quotidien libéral de Léopoldville L’Avenir. En 1957, grâce à l’un de ses mentors, le journaliste Antoine-Roger Bolamba, il rencontre Patrice Lumumba. Il voyage pour la première fois en Europe lors d’un congrès de presse à Bruxelles, où il reste quelque temps pour suivre une formation d’assistant social.

Au même moment, les représentants du Mouvement national congolais (MNC), menés par Patrice Lumumba, négocient l’indépendance de la colonie. Lorsqu’ils arrivent à Bruxelles pour la tenue d’une table ronde, Mobutu se joint à eux avec Antoine Kiwewa et devient membre du MNC. C’était en janvier-février 1960. C’est à cette occasion qu’il est repéré par Larry Devlin (en) officier de la CIA et futur chef d’antenne de la CIA au Congo avec lequel il établit de bonnes relations.

En juillet 1960, il devient secrétaire d’État du gouvernement indépendant de Patrice Lumumba. Il profite du désaccord entre les différents hommes politiques et du fait d’être l’un des seuls lumumbistes à avoir une quelconque expérience militaire pour évoluer très rapidement dans la hiérarchie militaire. C’est ainsi en tant que chef d’état-major, et sous l’influence de l’ambassadeur de Belgique, qu’il fait arrêter et assigner à résidence Lumumba en 1960. Ce premier coup d’État le 14 septembre 1960 comptera beaucoup dans les relations entre les Belges et Mobutu. Il met en place un gouvernement temporaire, le Collège des commissaires généraux.

Devant les caméras, Mobutu accuse ensuite Lumumba de sympathie pro-communiste pour s’attirer le soutien des États-Unis. Lumumba tente de s’enfuir à Stanleyville, mais est rattrapé en chemin par les soldats. Mobutu le fait mettre en prison, où il est maltraité et torturé. Il est ensuite envoyé au Katanga de Moïse Tshombe, où il est assassiné le 17 janvier 1961, son corps perdu « en brousse » selon les documents officiels. Sous la direction de Pierre Mulele, des rebelles partisans de Lumumba partent en guerre contre Mobutu. Ils occupent rapidement deux-tiers du Congo, mais avec l’aide des États-Unis, Mobutu parvient à reconquérir l’ensemble du territoire.

Cette « victoire », qui n’aurait pas été possible sans l’aide occidentale, est habilement mise à profit en interne par un Mobutu se parant de la vertu de pacificateur, d’unificateur du territoire. Il pose ainsi son pouvoir sur deux piliers : à l’extérieur, le contexte de la guerre froide et à l’intérieur, la stabilité. Un autre moyen d’affermir son pouvoir est la prise de contrôle du pouvoir politique, dont le corollaire est la répression d’une partie des citoyens congolais.

Après avoir réorganisé l’armée, il mène le 24 novembre 1965 un coup d’État contre Joseph Kasa-Vubu, premier président de l’ancien Congo belge. Suivant une crise politique aiguë entre le président Kasa-Vubu et le gouvernement de Tshombe, ce coup d’État est acclamé et accepté de tous, Kasa-Vubu l’en remercie, Tshombe en est « absolument ravi », les syndicats CSLC, UTC et FGTK soutiennent le nouveau pouvoir de même que les organisations estudiantines UGEC et AGL. La population tant congolaise qu’étrangère applaudit le coup. À l’étranger, la Belgique et les États-Unis sont les premiers à reconnaitre le nouveau président. Seules la Chine et l’URSS montrent des réticences.

En 1994, malgré le partage du pouvoir avec le président du Parlement, le pays s’enfonce de nouveau dans la crise. Celle-ci s’aggrave avec l’arrivée de réfugiés rwandais fuyant d’abord la répression du génocide au Rwanda, puis à partir de 1996 la progression de l’Alliance de forces démocratiques pour la libération du Congo, bras armé congolais du Front patriotique rwandais et de l’Ouganda, emmenés par Laurent-Désiré Kabila. Ceux-ci entrent à Kinshasa le 17 mai 1997, entraînant la chute définitive et la fuite de Mobutu Sese Seko, malgré une dernière tentative de négociation pour le partage du pouvoir parrainée par Nelson Mandela sur le navire Outenika. Après avoir été soigné pendant de longs mois en Suisse et en France, Mobutu Sese Seko meurt d’un cancer de la prostate le 7 septembre 1997 à Rabat où il est inhumé au cimetière européen, quatre mois après l’accession au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila. Il laisse un pays économiquement exsangue, en conflit avec de nombreux pays voisins pour ses richesses et son espace et en pleine guerre civile. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.