Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Activement recherchée par la police pour refus de dénoncer les siens !

7 décembre 2019

Bujumbura, le 7 décembre 2019 (Net Press) . Elle s’appelle Cynthia Irakoze, elle est activement recherchée par la police qui s’est rendue compte qu’elle a échappé à un attentat contre elle perpétrée par cette même police en 2018. Cette dernière se sent frustrée car lors de cette tentative d’assassinat, la grande victime a été son père, Jean Hicuburundi, un Tutsi ex-Fab et son frère a été blessé lors de cette sale besogne.

Signalons que Cynthia Irakoze est accusée d’avoir refusé de collaborer avec la police pour dénoncer ses frères tutsi de son quartier de Cibitoke qui ont participé aux manifestations contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Cynthia Irakoze a également été approchée par la police pour qu’elle prenne une carte du parti Cndd-Fdd au pouvoir. L’on a su par après que ce n’était pas par amour pour cette dame, mais un piège pour qu’elle soit utilisée par la police dans l’indexation de jeunes de son ethnie. Ayant vite compris la visée de ces fréquentations, elle a également refusé la collaboration, ce qui lui a valu l’exil.

En outre, le fait d’avoir assisté à la mort de son père gênait beaucoup les gestionnaires du pays car c’est un futur témoin privilégié des atrocités commises par le régime de Gitega, par ailleurs toujours controversé. D.N.

Burundi - Sécurité

Pas de répit pour les populations de la commune Mugina

Cibitoke, le 7 décembre 2019 (Net Press) . Après la catastrophe naturelle qui s’est abattue sur la commune Mugina, dans la province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays, dans l’après-midi du 4 décembre dernier, nous apprenons que jusque ce vendredi 6 décembre, les maisons continuaient à s’écrouler suite justement aux pluies torrentielles.

Les populations de la place, surtout dans la localité de Nyempundu, ne savent plus à quel saint se vouer et commencent à quitter la localité pour chercher où loger ailleurs. Elles demandent aux bienfaiteurs de leur aménager un site où vivre car elles craignent de subir le sort des autres qui y ont trouvé la mort.

L’on apprend que ces intempéries rentrent dans le cadre du changement climatique dû aux activités de l’homme sur la nature. Les spécialistes des questions environnementales indiquent qu’il y a moyen de prévenir des catastrophes et de déménager des populations et leurs biens à temps.

Pour eux, cela ne demande pas beaucoup de moyens, d’où ils trouvent que l’administration de la commune de Mugina, en compagnie de ceux qui sont chargés de l’agriculture et de l’environnement pouvaient devancer ces catastrophes au regard des fissures qui se présentent généralement sur les montagnes ou sur les terrains avant l’éboulement des sols. Ch.N.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

Dar es Salam, Gitega et le Hcr accordent leurs violons ...
.
Dar es Salam, le 7 décembre 2019 (Net Press) . Au cours de la 21eme réunion de la commission tripartite sur le rapatriement volontaire des réfugiés burundais de Tanzanie, tenue en date du 29 novembre 2019 , la délégation de la république unie de Tanzanie qui était dirigée par Kangi Lugola, ministre des affaires intérieures et celle du Burundi dirigée par Pascal Barandagiye, ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, de concert avec l’office du haut-commissariat pour les réfugiés, se sont se convenus de poursuivre la facilitation du processus de rapatriement pour les réfugiés burundais de Tanzanie

Dans un point de presse tenu ce vendredi le 6 décembre par la représentante du Hcr au Burundi, Gogo Hukportie a fait savoir que la commission tripartite s’est convenue de poursuivre la facilitation du processus de rapatriement volontaire pour les réfugiés burundais dont l’intention de retour et le caractère volontaire pour les décisions ont été vérifiés.

Les trois parties se sont également convenues de maintenir la capacité et la planification de transporter les réfugiés de la Tanzanie et de recevoir au Burundi jusqu’à 2000 rapatriés volontaires par semaine et ce, jusqu’à 1000 personnes par convoi .

Gogo Hukportie a dit que la réintégration réussie de tous les réfugiés retournés dans le pays d’une manière durable sera couplée par la coordination des activités de réintégration de tous les rapatriés burundais et les parties se consultent sur les modalités innovantes et efficientes pour la fourniture d’une assistance à tous les rapatriés dans les limites autorisées par le gouvernement du Burundi sur la base d’une nouvelle méthodologie de transferts monétaires.

Il y aura également l’organisation d’activités conjointes de mobilisation des ressources, en mettant un accent particulier sur la nécessité d’assurer les donateurs du caractère volontaire du rapatriement.

Gogo Hukportie a affirmé que le gouvernement tanzanien a accepté de traiter les problèmes de la documentation individuelle, notamment les certificats de naissance, de mariage et de décès des refugiés, en collaboration avec le Hcr avant d’ajouter que les deux gouvernements vont continuer à faciliter l’accès libre et sans entrave aux réfugiés aussi bien en Tanzanie qu’aux rapatriés au Burundi.

Cela permettra de réaliser les objectifs de l’accord tripartite en tenant compte des lois internationales et nationales et les parties ont pris note qu’il y a des rapatriés spontanés ayant besoin d’assistance pour se réintégrer et qu’un soutien sera fourni au niveau communautaire. Gogo Hukportie a enfin demandé à la communauté internationale d’appuyer le processus de rapatriement volontaire. D.N.

Burundi – Elections

Une contribution extorquée

Bujumbura, le 7 décembre 2019 (Net Press) Le gouvernement du Burundi avait annoncé lors des festivités du 1er juillet dernier que désormais, la contribution aux élections de 2020 est volontaire car, le montant estimé suffisant pour remplir correctement cette activité patriotique était presque atteint.

Mais, selon les résultats d’une enquête réalisée et publiée ce vendredi le 7 décembre 2019 par l’Ong Human rights watch, (Hrw), la décision de demander les contributions aux élections est abusive et arbitraire. Selon cette Ong internationale, des contributions ont été données plusieurs fois, souvent sans reçus, ce qui viole la mesure du gouvernement.

Cette Ong qui milite pour les droits de l’homme dans le monde entier dénonce, à travers ce rapport, la brutalité des Imbonerakure, la jeunesse affiliée au parti au pouvoir, le Cndd-Fdd,, dans la perception des contributions pour les élections de 2020 prévues au Burundi.

Le rapport stipule que des Imbonerakure et des autorités locales ont fréquemment usé de la violence et de l’intimidation pour contraindre les gens à donner cette contribution. Selon les résultats de l’enquête, celui qui ne s’acquittait pas de cette lourde exigence se trouvait souvent sans accès aux services publics et même passé à tabac

Ledit rapport mentionne que le gouvernement s’est sciemment abstenu de préciser ni le montant global déjà collecté, moins encore la programmation de bout en bout de l’utilisation de ces fonds.

Human rights watch fait savoir que quand bien même le président Nkurunziza ait déclaré lors de la célébration du 57ème anniversaire de notre indépendance que le montant requis pour les élections de 2020 a été atteint, des contributions ont continué d’être versées.

L’opinion s’interroge alors sur la finalité de ces fonds excédentaires qui risquent, selon toute probabilité, d’atterrir dans les poches de certaines personnalités du parti au pouvoir puisque les preuves qui devaient servir de vérification sont évitées par ceux-là même qui collectent cet argent. car, ils ne donnent pas de reçus à ceux qui donnent la contribution. Gitega n’a pas encore réagi sur ce rapport. N.R.

Burundi – Société

L’institution Saint Kizito célèbre la journée mondiale des personnes handicapées

Bujumbura, le 7 décembre 2019 (Net Press) . L’institution Saint Kizito ayant pour mission la promotion de la personne en situation de handicap physique, a célébré ce vendredi 6 décembre la journée mondiale des personnes handicapées. Sœur Anne Marie Mushiranzigo, la présidente de cette institution, a appelé à tout bienfaiteur à contribuer pour le bien-être de la personne handicapée .

La révérende Sœur Anne Marie Mushiranzigo a brossé un bref historique de l’institution. Elle a été créée par Monseigneur Michel Ntuyahaga en 1961, concrétisée avec la création de l’action de " l’aktion de Bujumbura ", une association suisse qui, selon la révérende Sœur, a apporté une contribution importante au fonctionnement de ce centre dont la vision est centrée sur l’accueil et le soutien des enfants en situation de handicap, couplé d’amour et de compassion.

La présidente de Saint Kizito, au cours d’une conférence de presse animée à cet effet, a dit que l’institution héberge deux cents enfants en situation d’handicap et qu’elle combat becs et ongles pour renforcer la capacité pour servir ces enfants en situation d’handicap à travers la réinsertion sociale des enfants qui y ont fréquenté.

La révérende Sœur Anne Marie Mushiranzigo a également déclaré que cette institution continue à tendre la main aux enfants en situation d’handicap, mais que des défis persistent pour accomplir sa mission. Elle a cité notamment les personnes en situation d’handicap physique, en particulier les enfants, dont l’accueil est limité par le manque de chaises roulantes, d’où elle a lancé un appel vibrant aux âmes charitables d’apporter un coup de main à cette institution pour bien accomplir à sa mission. J.M. 

Burundi - Australie - Confessions Religieuses

Un pasteur se fait emprisonner pour agression sexuelle sur ses fidèles mineures

Canberra, le 7 décembre 2019 (Net Press) . Un pasteur d’origine burundaise vivant en Australie, Salthiel Nibigira, âgé de 44 ans, est détenu dans ce pays pour des raisons d’agressions sexuelles sur mineures. Selon le journal "Daily Mail", il est accusé de viols des filles de sa chorale dont l’âge oscille autour de 15 ans.

Cette personne a fui le Burundi et est parvenue à se trouver un exil en Australie où il est à la tête d’une secte religieuse. Selon la justice australienne qui poursuit cet homme, il a, entre autres, violé une jeune adolescente qui prenait sa douche et dans le cadre de lui faire taire, il lui aurait donné un montant de 20 dollars américains, soit plus ou moins 32.000 Fbu.

Ce prétendu pasteur est accusé en outre d’avoir commis au total une vingtaine de viols contre de jeunes filles, d’où il a été condamné à 11 ans de prison fermes dans ce pays. Toujours selon le journal "Dail Mail", il risque d’être expulsé vers le Burundi après avoir purgé sa peine. Les membres de sa famille quant à eux, après avoir appris cette triste nouvelle, ont décidé de prendre en charge les soins médicaux de quelques victimes de ce barbare. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.