Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 janvier 2020
|Encore des assassinats à Kirundo

Burundi – Sécurité8 janvier 2020
|Toujours à la recherche des auteurs de l’assassinat d’un ex-Fab à Gitega

Burundi – Sécurité 7 janvier 2020
|Un responsable local du parti Cnl en province de Kirundo échappe de justesse à son assassinat

Burundi – Sécurité6 janvier 2020
|Un mort dans la zone urbaine de Gihosha

Burundi – Tanzanie - Sécurité4 janvier 2020
|Un cadre du Snr érige domicile devant un camp des réfugiés sur le sol tanzanien

Burundi - Sécurité 3 janvier 2020
|Une découverte d’un corps sans vie en commune Kanyosha

Burundi - Sécurité2 janvier 2020
|Un homme trouve la mort dans la nuit de la Saint Sylvestre

Burundi - Sécurité1er janvier 2020
|Une pluie torrentielle endommage champs et bétails au Sud-est

Burundi - Sécurité 31 décembre 2019
|Un militant du parti Cnl enlevé et porté disparu !

Burundi - Sécurité 30 décembre 2019
|Quand les rapatriés reprennent le chemin de l’exil !

Burundi - Sécurité28 décembre 2019
|Le ciel de Bujumbura de plus en plus incontrôlable et incontrôlé

Burundi – Sécurité27 décembre 2019
|Encore des victimes de la torture au Snr

Burundi - Politique26 décembre 2019
|Le président de la République anime une conférence publique

Burundi - Sécurité25 décembre 2019
|Le ciel continue à menacer les habitants de Bujumbura

Burundi - Sécurité Routière24 décembre 2019
|Les mesures de police pas du tout observées par les chauffeurs du secteur de transport

Burundi - Sécurité23 décembre 2019
|Une nouvelle catastrophe enregistrée dans le Nord de la capitale Bujumbura

Burundi - Sécurité21 décembre 2019
|Arrestation discutable d’une personne dans la localité de Magara

Burundi - Environnement - Sécurité20 décembre 2019
|La Brarudi victime du changement climatique

Burundi - Malawi - Sécurité19 décembre 2019
|Des boutiques des réfugiés burundais au Malawi détruites

Burundi - Sécurité18 décembre 2019
|Un jeune homme meurt noyé dans la province de Rumonge

Burundi - Politique - Sécurité17 décembre 2019
|La Ceni sollicite un renfort sécuritaire aux forces de défense et de sécurité

Burundi – Sécurité16 décembre 2019
|Trois corps sans vie sur les berges de la rivière Rusizi

Burundi – Sécurité14 décembre 2019
|Les membres du Cnl, des malvenus en province de Mwaro

Burundi - Sécurité13 décembre 2019
|Un échangeur de monnaie retrouvé mort dans la localité de Carama

Burundi - Sécurité12 décembre 2019
|Une quarantaine de personnes interpellées dans le Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Droits de l’Homme

Le 10 décembre : Spécial droits de l’homme

10 décembre 2019

Bujumbura, le 10 décembre 2019 (Net Press). Le 10 décembre de chaque année, le monde célèbre la journée des droits de l’homme. En effet, cette célébration émane d’une signature d’une déclaration universelle des droits de l’homme le 10 décembre 1948, il y a exactement 71 ans, jour pour jour.

En cette date, 58 Etats membres qui constituaient à l’époque l’assemblée générale ont adopté la déclaration universelle des droits de l’homme à Paris, au Palais de Chaillot (Résolution 217 A (III)). Ce document fondateur a été traduit dans plus de 500 langues différentes et continue d’être une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

Dans cette déclaration universelle des droits de l’homme composée de 30 articles, il est stipulé notamment que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Par ailleurs, chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté. Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Les droits de l’homme aux Nations unies

A l’occasion de la journée des droits de l’homme, le secrétaire général des Nations unies a fait une déclaration y relative sous le thème : "La jeunesse se dresse en faveur des droits de l’homme". Comme elle en a l’habitude, la rédaction livre l’entièreté de ce message à son aimable lectorat.

" Cette année, à l’occasion de la Journée des droits de l’homme, nous rendons hommage au rôle que jouent les jeunes dans la réalisation de ces droits.

" Partout dans le monde, les jeunes manifestent, s’organisent et font entendre leur voix :

" Pour le droit à un environnement sain...

" Pour l’égalité des droits des femmes et des filles...

" Pour participer à la prise de décisions...

" Et pour exprimer librement leurs opinions...

" Ils manifestent pour le droit à un avenir de paix, de justice et d’égalité des chances.

" Tous les êtres humains doivent pouvoir exercer tous leurs droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels ; où qu’ils vivent ; indépendamment de leur race, de leur appartenance ethnique, de leur religion, de leur origine sociale, de leur genre, de leur orientation sexuelle, de leurs opinions politiques ou autres, de leur handicap, de leurs revenus ou de toute autre situation.

" En cette Journée des droits de l’homme, je demande à chacun et à chacune de soutenir et de protéger les jeunes qui se dressent en faveur des droits de l’homme."

La situation des droits de l’homme au Burundi d’après le gouvernement

Pour le gouvernement de Gitega, cette journée des droits de l’homme arrive au moment où la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire national, d’après Martin Nivyabandi, ministre ayant les droits de la personne humaine dans ses attributions. Les droits de l’homme sont également respectés, a-t-il poursuivi.

Selon toujours ce membre du gouvernement, cette journée sera commémorée au niveau national en date du vendredi 13 décembre 2018, dans la commune Mugamba, de la province de Bururi, au Sud du pays. Le ministre Martin Nivyabandi n’a pas précisé les critères de choix de cette région.

Et qu’en pense la commission nationale indépendante des droits de l’homme ?

Pour le président de la Cindh, la situation des droits de l’homme est globalement satisfaisante dans notre pays. Il a cependant ciblé des causes de perturbation des droits de l’homme, sur les ondes de la radio Isanganiro. C’est notamment le chômage des jeunes, les enseignants qui violent sexuellement les élèves-filles, l’attaque rebelle dans la nuit du 16 au 17 novembre venue d’un pays voisin dont il n’a pas précisé le nom ainsi que le trafic des êtres humains.

Concernant des cas d’intolérance politique, il s’est félicité de la promptitude de la justice burundaise dans le jugement de ceux qui sont reconnus coupables d’actes de vandalisme, allusion faite probablement aux destructions des permanences des partis politiques. Pour preuve, a-t-il conclu, les fauteurs de troubles sont remplis dans plusieurs cachots du pays.

Et la société civile en exil

La société civile en exil voit les choses autrement. Signalons que la plupart des organisations de la société civile sont interdites au Burundi depuis 2016, avec la crise politico-sécuritaire déclenchée au mois d’avril 2015 et liée au troisième mandat controversé du président de la République.

Au niveau de la ligue des droits de l’homme Iteka, l’on évoque tout d’abord des allégations de violations, des atteintes et des violations des droits de l’homme qui ont été enregistrées la semaine dernière. Au moins 3 personnes ont été tuées au moment où 2 autres ont été victimes de violences basées sur le genre. Cette organisation compte également 2 personnes torturées et 12 autres arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes identifiées, figure une femme arrêtée arbitrairement.

Des jeunes du parti présidentiel, des policiers et des administratifs sont pointés du doigt comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Parmi les victimes enregistrées, figurent des membres du parti Cnl. Cette ligue relève des cas de tueries, de violences basées sur le genre, de torture et d’arrestations arbitraires dans le pays.

Selon toujours la ligue Iteka, la détention illégale d’effets militaires, un plan du parti Cndd-Fdd pour traquer des membres des partis d’opposition, des cas de destruction des permanences du parti Cnl, des actes d’intimidation, des entraînements paramilitaires et des cas de fouille-perquisition ont été rapportés dans certaines provinces du pays.

Marie Claudette Kwizera, 4 ans déjà !

Mme Marie Claudette Kwizera, trésorière de la ligue des droits de l’homme Iteka, a été enlevée le 10 décembre 2015. Depuis cette date, elle est sans trace et d’aucuns sont convaincus qu’au-delà de la disparition forcée, cette dame a très peu de chances d’être encore en vie, 4 ans plus tard.

Les organisations de la société civile en exil regrettent cette disparition qui n’a jamais été suivie d’enquêtes pour qu’on détermine l’emplacement de cette activiste des droits de l’homme. Elles demandent que le gouvernement protège les défenseurs des droits de l’homme tel que recommandé par l’Onu en 1998.

L’on signalera que la même ligue Iteka s’est assignée la mission de compter depuis cette date des personnes qui sont portées disparues. Les chiffres qu’elle avance ne rencontre pas l’assentiment du gouvernement, ni de celui de la commission nationale indépendante des droits de l’homme, Cnidh.

Dans le monde médiatique

Ce jour, nos consœurs et confrères du groupe de presse Iwacu, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Thérence Mpozenzi et Egide Harerimana, viennent de totaliser 50 jours d’emprisonnement dans la prison de Bubanza, à l’Ouest du pays. Ils ont été arrêtés le 22 octobre dans la commune de Musigati, en province de Bubanza, alors qu’ils étaient partis pour un reportage sur l’insécurité qui secouait cette commune.

Ils ont été arrêtés dans la commune de Musigati avant d’être transférés, le 26 octobre, ladite prison. Ils sont accusés de complicité dans l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. En date du 29 octobre, ils ont été entendus par la chambre de conseil du tribunal de grande instance de Bubanza, qui a confirmé deux jours plus tard le maintien de la détention préventive.

Le 4 novembre, leurs avocats-conseil ont interjeté appel et le 18 du même mois, ils ont été entendus par la chambre de conseil de la cour d’appel de Ntahangwa. Seul leur chauffeur, Adolphe Masabarakiza, a été provisoirement libéré. Les autres sont obligés d’entrer maintenant dans le fond de l’affaire les jours qui suivent.

L’on rappellera que les milieux de défense des droits de l’homme, des médias, des politiciens, bref, une grande partie de l’opinion, tant nationale qu’internationale, ont jugé cette arrestation arbitraire car nos consœurs et confrères ne faisaient que leur travail de journalistes au moment où ils ont été arrêtés par les services de sécurité. Tout ce monde demande leur libération sans conditions. J.M.

Burundi – Trafic Aérien

L’aviation civile burundaise dans ligne de mire de l’audit international

Bujumbura, le 10 décembre 2019 (Net Press) . Depuis l’arrivée au pouvoir du parti Cndd-Fdd, les promesses faites à ses militants ont été mises en exécution. L’autorité de l’aviation civile en est l’illustration parfaite où les travailleurs bien formés ont été licenciés et remplacés par des militants pur sucre du parti aux affaires.

Ce coup de balai des sapeurs-pompiers formés a été opéré malgré les protestations des représentants des travailleurs de cette boîte. Mais, l’on ne peut pas affirmer que quelques erreurs techniques survenues lors de l’atterrissage de certains avions seraient dues au manque de formation de ces employés.

Pourtant, cette inefficacité des services de l’aéroport international Melchior Ndadaye s’invite au menu de l’audit international en déplacement dans notre pays. Une réalité qui crève les yeux est que sur 28 sapeurs-pompiers, y compris leur chef, seuls 2 possédaient une formation pour travailler à l’autorité de l’aviation civile. Pour masquer ce problème, ces personnes avaient débuté une formation qualifiante mais les experts ont procédé à l’annulation immédiate de tout certificat octroyé par des centres de formation non recommandés par l’aviation internationale.

Ces experts se demandaient comment deux sapeurs-pompiers uniquement peuvent assurer le travail durant tout un mois de formation de ces 25 collègues avant, après- midi et la nuit sans être relevés afin de se reposer.

Cette situation a failli créer des désagréments à notre pays. Car, l’aéroport international Melchior Ndadaye allait être désormais placé sous problèmes graves de sécurité. Dans ce cas, l’aviation internationale devrait prendre des sanctions à l’encontre de notre pays. Ainsi, aucun avion ne serait autorisé d’utiliser pendant son atterrissage ou son décollage notre aéroport international pendant une période de 3 ans.

Cette sanction a été évitée à la dernière minute suite à la clémence de l’audit international qui a donné par conséquent certaines exigences à l’autorité de l’aviation civile. C’est le cas notamment d’envoyer sans délais 12 travailleurs en formation à Douala au Cameroun pour être qualifiés de sapeurs-pompiers. Il a été recommandé à l’autorité de l’aviation civile de recruter immédiatement 12 sapeurs-pompiers dans les pays étrangers en remplacement de ceux qui sont en formation pendant un mois pour permettre le bon fonctionnement de l’aéroport Melchior Ndadaye. Ces injonctions ont été vite exécutées à la lettre.

Le problème qui risque de rendre caduque cette entreprise que le gouvernement a été obligée de mettre en exécution reste la langue d’apprentissage. Car, nos très chers sapeurs-pompiers ont été recrutés parmi les jeunes affiliés au parti au pouvoir, les Imbonerakure, qui n’avaient pas de niveau de compréhension de la langue de Voltaire. Vont-ils alors apprendre dans quelle langue ? Leurs formateurs seront alors obligés de recourir aux traducteurs en Kirundi à défaut d’apprendre eaux-même le Kirundi avant de procéder à la formation puisque nous sommes par ailleurs un pays souverain.

Mais ce qui nous étonne est le recrutement de 12 sapeurs-pompiers étrangers puisqu’ils proviennent de 12 pays à savoir le Sénégal, Benin, Togo, Cameroun, Nigéria, Mali, Lesotho, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Guinée, Burkina Faso et la République centrafricaine.

Ces manœuvres sont hébergés dans un quartier très huppé de Sororezo à Gahahe Hills hôtel où le coût dépasse 50.000 Fr burundais par nuitée sans compter le prix de la restauration durant tout un mois. A cette enveloppe, s’ajoutent les frais de déplacement, d’hébergement, de restauration et de formation des 12 Burundais partis au Cameroun. Ce qui amène les travailleurs de l’autorité de l’aviation civile à tirer la sonnette d’alarme pour que les services légistes suivent de près cette situation qui dégage déjà une odeur de corruption puisqu’il s’agit d’un montant colossal de plus d‘un milliard de nos francs qui est en jeu.

Les syndicats des services de l’autorité de l’aviation civile indiquent que cette perte aurait été évitée si les responsables de l’aéroport n’avaient pas chassé sans manière les travailleurs formés et expérimentés pour les remplacer par des apprentis. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.