Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Trois corps sans vie sur les berges de la rivière Rusizi

16 décembre 2019

Cibitoke, le 16 décembre 2019 (Net Press) . Depuis l’attaque rebelle dans les localités de la commune Musigati, plus précisément à la position de Marura dans la nuit du 16 au 17 novembre dernier, l’opinion parlait des cas de disparitions et d’exécution des personnes en province de Bubanza et de Cibitoke.

Ce samedi, le 14 décembre 2019, les habitants des environs de la transversale 3 située dans la zone de Gasenyi, en commune Buganda, de la province de Cibitoke, au Nord-Ouest du Burundi, ont signalé aux forces de l’ordre la présence de trois corps en décomposition au bord de la rivière Rusizi.

D’après les témoins oculaires sur place, ces trois corps portaient tous des blessures. Ce qui confirme les rumeurs qui faisaient état des cas d’assassinat de gens soupçonnés à tord, d’être en contact avec les rebelles. Ces rumeurs avancent des chiffres en centaines de personnes enlevées puis exécutées avant d’être jetées dans les rivières de la localité.

L’administration locale a obligé les populations de Gasenyi de les enterrer immédiatement. Mais bien qu’elles aient exécuté l’ordre, ces populations ne comprennent pas pourquoi on a procédé à leur inhumation sans leur identification. Aussi, elles exigent des enquêtes pour connaitre leurs bourreaux.

Des sources en provenance de Gasenyi indiquent que cela faisait la troisième fois que la population soit obligée par l’administration et les forces de sécurité, d’enterrer dans la précipitation, des cadavres échoués sur les bords de la Rusizi.

La découverte des cadavres flottants ou échoués sur les rives des rivières de la région est devenue monnaie courante dans cette zone. L’opinion veut savoir s’il y avait péril en demeure qui aurait été un alibi incontournable pour procéder à l’enterrement de ces cadavres sans laisser le temps à leurs familles de se rendre sur les lieux afin de se rendre compte qu’il s’agit d’un des leurs.

Aussi, l’administration affirme, chaque fois qu’il y a un tel crime, que les enquêtes sont en cours mais leur aboutissement se projette dans un avenir tellement trop lointain et tout le monde sait en réalité qu’elles ne se réalisent jamais.

Cette découverte de cadavres et leur enterrement sont confirmés par l’administrateur de Buganda, Emmanuel Bigirimana, qui indique avoir donné de l’ordre de les inhumer pour éviter la contamination des personnes en attendant le résultat des enquêtes.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme font un bilan d’au moins trois personnes qui ont été assassinées au cours de la semaine dernière. Toutes les victimes sont identifiées mais les auteurs de ces assassinats ne le sont pas. Un sénateur burundais a également tenté d’assassiner deux personnes, dont son épouse, avant de percuter une dizaine d’autres personnes durant sa fuite en voiture.

Ils évoquent enfin des cas d’arrestations arbitraires. C’est le cas de ces treize cas au moins qui ont été répertoriés. Tous ces cas, à l’exception d’un seul, concernent des membres actifs du parti d’opposition Cnl (Congrès National pour la Liberté). J.M.

Burundi - Politique

A quand le candidat du Cndd-Fdd ?

Gitega, le 16 décembre 2019 (Net Press) . C’est la question qui revient sur toutes les lèvres, surtout que le candidat du Cndd-Fdd ne sera pas monsieur tout le monde, car il viendra d’une formation politique au pouvoir. Cette candidature attire également la curiosité de tout le monde d’autant plus que le président de la République sortant, Pierre Nkurunziza, a déjà annoncé à maintes reprises qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession en 2020.

Les premières bribes d’informations qui circulent sur les réseaux sociaux indiquent qu’un congrès extraordinaire pourrait avoir vers le milieu du mois de janvier de l’année prochaine. Cependant, le candidat est maintenu jusqu’à présent secret, même dans les milieux dits influents de cette formation politique. Les mêmes informations précisent que le candidat du Cndd-Fdd sera très proche du président de la République, ce qui semble normal dans pareilles circonstances.

Malgré cela, d’autres Burundais, plus sceptiques ceux-là, n’excluent pas que le président Pierre Nkurunziza puisse faire volte face et se faire élire. Ils se basent sur les dernières déclarations de Mme Persille Mwidogo, qui, sans anicroche, a affirmé, il y a quelques jours, que c’est Pierre Nkurunziza qui est appelé à diriger ce pays et personne d’autre.

Elle disait que la révélation émane de Dieu qui lui confie souvent des missions de bonnes nouvelles à annoncer aux communs des mortels. Aucune réaction de la part du concerné ou de l’administration sur cette information qui contredit tout de même les affirmations souvent répétées du numéro un burundais.

L’on se souviendra que dans la commune de Bugendana, province de Gitega, au Centre du pays, alors qu’en date du 7 juin 2018, Pierre Nkurunziza faisait la promotion de la nouvelle constitution, il avait révélé qu’il ne se fera plus élire en 2020 et qu’il avait consulté le Bon Dieu dans le choix de cette décision. Faut-il donc conclure qu’il y a deux Bons Dieux qui affirment une chose et son contraire ?

C’est toute l’énigme qui entoure le choix du candidat "Cnddfddiste" pour les élections de 2020. L’on saura que parmi les figures qui sont pressenties pour succéder au président Pierre Nkurunziza, plusieurs noms sont cités, à savoir Pascal Nyabenda (Bubanza), Evariste Ndayishimiye (Gitega), Alain Guillaume Bunyoni (Rutana), Denise Nkurunziza (Ngozi), Révérien Ndikuriyo (Makamba), Edouard Nduwimana (Kayanza), etc, ceux-cités ici était les poids lourds de cette formation politique au pouvoir..Ch.N.

Burundi - Politique

Le président du Cnl hausse le ton !

Ngozi, le 16 décembre 2019 (Net Press ). Lors de l’ouverture de la permanence du parti conseil national pour la liberté (Cnl) en commune Marangara, en province nordique de Ngozi, le président de cette formation politique, Agathon Rwasa, a déploré le verrouillage de l’espace politique couplé de la démolition des permanences de ce parti à travers tout le pays, l’emprisonnement arbitraire et l’assassinat systématique de ces militants.

Agathon Rwasa a affirmé que ses militants sont toujours malmenés par les membres du parti aux affaires et a épinglé les démolitions des permanences de ce parti sur presque toute l’étendue du pays, en plus de l’assassinat systématique de ses membres. Il en a voulu pour preuve l’assassinat d’un représentant du parti Cnl en commune Nyabiraba, dans Bujumbura rural, Désiré Ntahondasigiye, tué à son domicile par des éléments non encore identifiés. Agathon Rwasa demande au pouvoir en place de respecter les droits de la personne humaine, le déverrouillage de l’espace politique pour le bon déroulement des élections de 2020.

L’on saura que le parti politique d’opposition, Sahwanya Frodebu, était dans la province voisine de Kayanza où il était question de démontrer ses muscles à l’instar des partis Cndd-Fdd et Cnl dans la plupart des localités de ce pays. Même le candidat de cette formation aux présidentielles, Léonce Ngendakumana, avait fait le déplacement de cette province pour parler de ses projets de société au cas où il serait élu. D.N.

Burundi – Politique

Mission tellement difficile pour Anicet Niyonkuru

Bujumbura, le 16 décembre 2019 (Net Press) . L’ancien secrétaire exécutif de la plate-forme de l’opposition, Cnared – Giriteka, Anicet Niyonkuru, aurait promis au gouvernement du Burundi de convaincre tous les politiciens en exil de rentrer avant les élections de 2020. En contrepartie, une place au soleil lui aurait été promise par le régime de Nkurunziza.

En effet, son retour au bercail n’a rien de connotation politique car, nul n’ignore que le président du Cdp est un frère-cadet de l’actuel Pdg de la Bancobu, Gaspard Sindayigaya et beau-frère de la première dame du pays, Denise Bucumi Nkurunziza.

Si ceci explique cela, on est forcé de croire que ses déclarations fracassantes contre ce que les politiciens qualifiaient de violation de la constitution et des accords d’Arusha en 2015 était un leurre, un piège tendu par le régime en place qui avait vite compris qu’il fallait infiltrer l’opposition afin de la saborder du dedans.

C’est d’ailleurs cette inquiétude qui est exprimée par ses anciens compagnons politiques du Cnared, aujourd’hui regroupés dans le Cfor – Arusha. Ces derniers traitent de tous les mots et considèrent Anicet Niyonkuru comme un traitre, un pion adéquat sur l’échiquier politique burundais qui roulait pour le service national des renseignements depuis son intégration au Cnared.

Ces allégations ont été balayées d’un revers de la main par Anicet Niyonkuru qui affirme qu’il est rentré de son propre gré pour participer aux élections de 2020. Une affirmation sans doute plus compréhensible au cas où il aurait joué le jeu du régime pour détruire le noyau de l’opposition.

Toutes les interrogations sur le retour du président du Cdp trouvent des explications dans les relations familiales entre le couple présidentiel et le frère-ainé d’Anicet Niyonkuru qui aurait préféré rompre avec sa « conscience » de ce qui lui aurait poussé à prendre le large en 2015.

Certes, les mobiles de la contestation du « troisième mandat » du président Pierre Nkurunziza ont été vite balayés par les 4 dures années de l’exil pour rentrer sans préalable ni compromis, ce qui ne nous était pas habitué en politique, à moins de capituler. Mais au cas où il aurait promis au gouvernement de convaincre ses compagnons de lutte de rentrer, son œuvre serait directement vouée à l’échec car, ce n’est pas Charles Nditije, moins encore Léonidas Hatungimana alias Tout Autre qui vont être roulés dans la farine par un régime qu’ils ont énergiquement combattu. N.R.

Burundi - Administration

Le maire de la ville de Bujumbura hausse le ton

Bujumbura, le 16 décembre 2019 (Net Press) . Depuis les décisions du maire de la ville du 22 novembre relatives à l’ouverture et à la fermeture des bistrots, au commerce ambulant dans la commune de Mukaza et aux lampadaires sur des ménages, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a engagé une vitesse supérieure pour ceux qu’il qualifie de récalcitrants dans la mise en application de ces mesures.

L’on sait que depuis vendredi de la semaine dernière, le bar dénommé Campero club est fermé pour une durée de deux semaines après plusieurs mises en garde, comme le mentionne Freddy Mbonimpa, à travers une correspondance. Nous apprenons que durant le weekend, d’autres maisons du genre ont connu le même sort, à savoir "Impeiral", "La Confiance" et "Mutima Bar", toutes situées dans la commune de Rohero.

D’autres bars ont également échoppé des sanctions dans les zones de Kamenge, de Kinama et de Cibitoke. Il entend également porté plainte contre une maison qui a enfermé un chef de quartier qui allait exiger la fermeture du bar. A côté de ces sanctions, il prévoit également, c’est toujours au cas par cas, d’imposer une amende allant jusqu’à 3 millions de nos francs toujours aux récalcitrants.

Malgré ces décisions qu’il tient à ce qu’elles soient rigoureusement suivies, le maire de la ville a rejeté, à travers un point de presse, qu’il n’y a pas d’insécurité dans la capitale économique dont il est le premier lieutenant. Pour lui, c’est une question de sauvegarder en priorité les économies familiales. Ces mesures devront rester en vigueur jusqu’à ce que tous les citadins les respectent comme tel. Ch.N.

Burundi - Zimbabwe - Sécurité

L’épouse du vice-président zimbabwéen arrêtée pour corruption

Harare, le 16 décembre 2019 (Net Press) . Marry Mubaiwa, l’épouse du vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, a été arrêtée samedi 14 décembre, dans le cadre d’une enquête pour fraude et blanchiment d’argent d’un montant estimé à un million de dollars américains.

Marry Mubaiwa, 38 ans, a été interpellée samedi par la police, selon la Commission zimbabwéenne anticorruption et devait être présentée à un juge en début de la semaine prochaine.

Achat d’une propriété à Pretoria

Selon un document de la Commission anticorruption obtenu par l’Agence France-Presse, Marry Mubaiwa est accusée d’avoir transféré en 2018 et en 2019 de l’argent de ses comptes du Zimbabwe vers des banques sud-africaines « en cachant ou en maquillant leur véritable utilisation », en violation du contrôle des changes.

Ces fonds auraient été utilisés pour l’achat en Afrique du Sud, avec des complices, d’une propriété dans la capitale Pretoria et de deux véhicules tout-terrain de luxe.
L’épouse du général Chiwenga, une ancienne mannequin, est par ailleurs accusée d’avoir menti à un juge sur la nature de son contrat de mariage.

Chiwenga, architecte de la chute de Mugabe

Ancien chef d’état-major de l’armée zimbabwéenne, Constantino Chiwenga est considéré comme l’architecte du coup de force qui a précipité la démission du président Robert Mugabe fin 2017, après trente-sept ans de règne sur le pays. D.N

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.