Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité8 janvier 2020
|Toujours à la recherche des auteurs de l’assassinat d’un ex-Fab à Gitega

Burundi – Sécurité 7 janvier 2020
|Un responsable local du parti Cnl en province de Kirundo échappe de justesse à son assassinat

Burundi – Sécurité6 janvier 2020
|Un mort dans la zone urbaine de Gihosha

Burundi – Tanzanie - Sécurité4 janvier 2020
|Un cadre du Snr érige domicile devant un camp des réfugiés sur le sol tanzanien

Burundi - Sécurité 3 janvier 2020
|Une découverte d’un corps sans vie en commune Kanyosha

Burundi - Sécurité2 janvier 2020
|Un homme trouve la mort dans la nuit de la Saint Sylvestre

Burundi - Sécurité1er janvier 2020
|Une pluie torrentielle endommage champs et bétails au Sud-est

Burundi - Sécurité 31 décembre 2019
|Un militant du parti Cnl enlevé et porté disparu !

Burundi - Sécurité 30 décembre 2019
|Quand les rapatriés reprennent le chemin de l’exil !

Burundi - Sécurité28 décembre 2019
|Le ciel de Bujumbura de plus en plus incontrôlable et incontrôlé

Burundi – Sécurité27 décembre 2019
|Encore des victimes de la torture au Snr

Burundi - Politique26 décembre 2019
|Le président de la République anime une conférence publique

Burundi - Sécurité25 décembre 2019
|Le ciel continue à menacer les habitants de Bujumbura

Burundi - Sécurité Routière24 décembre 2019
|Les mesures de police pas du tout observées par les chauffeurs du secteur de transport

Burundi - Sécurité23 décembre 2019
|Une nouvelle catastrophe enregistrée dans le Nord de la capitale Bujumbura

Burundi - Sécurité21 décembre 2019
|Arrestation discutable d’une personne dans la localité de Magara

Burundi - Environnement - Sécurité20 décembre 2019
|La Brarudi victime du changement climatique

Burundi - Malawi - Sécurité19 décembre 2019
|Des boutiques des réfugiés burundais au Malawi détruites

Burundi - Sécurité18 décembre 2019
|Un jeune homme meurt noyé dans la province de Rumonge

Burundi - Politique - Sécurité17 décembre 2019
|La Ceni sollicite un renfort sécuritaire aux forces de défense et de sécurité

Burundi – Sécurité16 décembre 2019
|Trois corps sans vie sur les berges de la rivière Rusizi

Burundi – Sécurité14 décembre 2019
|Les membres du Cnl, des malvenus en province de Mwaro

Burundi - Sécurité13 décembre 2019
|Un échangeur de monnaie retrouvé mort dans la localité de Carama

Burundi - Sécurité12 décembre 2019
|Une quarantaine de personnes interpellées dans le Sud du pays

Burundi – Sécurité11 décembre 2019
|La capitale politique du Burundi préoccupée par la sécurité

Archives

 

 

 



Burundi - Politique - Sécurité

La Ceni sollicite un renfort sécuritaire aux forces de défense et de sécurité

17 décembre 2019

Bujumbura, le 17 décembre 2019 (Net Press). Le président de la commission électorale nationale indépendante, Ceni, Pierre-Claver Kazihise, a rencontré aujourd’hui les organes dirigeants des forces de défense et de sécurité. L’objectif de cette rencontre était de leur demander d’assurer la sécurité des élections de l’année prochaine.

Pour le président de la Ceni, ce sont les forces de l’ordre et de sécurité qui sont proches des populations, raison pour laquelle leur apport sécuritaire est indispensable. En outre, il n’y a pas que les populations, il y a également des bureaux de vote où des malentendus peuvent surgir, ce qui nécessiterait l’intervention des forces de l’ordre et de sécurité.

Du côté de la défense des droits de l’homme, les activistes évoquent des allégations de violations, des atteintes et des violations des droits de l’homme la semaine dernière. Au moins 4 personnes ont trouvé la mort au moment où une autre a été victime de violences basées sur le genre. Neuf autres ont été arrêtées de façon arbitraire. Parmi les victimes identifiées, figure 1 femme tuée.

Des jeunes appartenant au parti de l’Aigle, des policiers et des administratifs sont pointés du doigt comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Parmi les victimes enregistrées, figurent des membres du parti Cnl et des membres du parti Cndd-Fdd.

Ils relèvent des cas de tueries, de violences basées sur le genre et d’arrestations arbitraires dans le pays. Ils ont également mentionné la distribution d’armes aux jeunes du parti au pouvoir, une grenade retrouvée, un cas de permanence du parti Cnl souillée, un cas de tentative d’assassinat et un cas de vol perpétré par des Imbonerakure accompagnés par un agent du service national des renseignements. D.N.

Burundi - Economie

L’Olucome contre l’augmentation accrue de la dette publique

Bujumbura, le 17 décembre 2019 (Net Press) . D’’entrée de jeu, l’Olucome recommande au gouvernement de ne pas hypothéquer les générations futures en cherchant d’autres moyens pour financer son budget de fonctionnement car sa dette publique s’est déjà multipliée par quatre depuis 2016, soit de 700 milliards en 2016 à 2.753 milliards en 2019.

Cet observatoire s’inquiète de la façon dont la dette publique augmente du jour au lendemain. Pourtant, le Burundi avait bénéficié de l’allègement de la dette publique d’environ 2.000 milliards de francs burundais car le pays avait déjà perdu la crédibilité auprès de ses partenaires créanciers. Le pays était pratiquement dans une situation de banqueroute.

Suite aux conditions posées par les institutions financières mondiales, le Burundi a opté de prendre des dettes intérieures auprès des banques commerciales et des fournisseurs locaux, d’où une augmentation exponentielle. Pour l’Olucome, la cause majeure de cette dette publique très élevée est la crise d’avril 2015 qui a détérioré les relations entre le Burundi et ses partenaires techniques et financiers.

Une autre cause non négligeable, estime toujours l’observatoire, c’est la mauvaise gouvernance caractérisée par la corruption qui a atteint tous les secteurs de la vie nationale et qui emporte des milliards de francs burundais, logés pour la plupart dans les livres des banques de l’étranger.

Cette dette très élevée fait que l’économie ne peut pas se relever du fait que le pays ne dispose pas de beaucoup de produits exportables, d’où le manque de devises à la banque centrale par conséquent, ce qui entraîne aussi la dépréciation de la monnaie et l’augmentation de l’inflation.

Il y a enfin incertitude dans la planification, d’où impossibilité d’effectuer des projections économiques crédibles. Si les choses ne changent pas, selon l’Olucome, les banques commerciales peuvent tomber en faillite, si du moins la banque centrale ne rembourse pas les fonds dans les délais.

Pour tout cela, l’Olucome recommande au gouvernement de faire de tout son mieux pour qu’il y ait la stabilité politique au Burundi, de mettre en place des stratégies visant à stimuler les investisseurs étrangers, d’élaborer les politiques monétaire et économique claires qui mettent en avant l’intérêt général, de rapatrier les fonds qui logent dans les banques étrangères par les corrompus burundais et les utiliser pour le développement du pays.

L’Olucome recommande en outre de voter un budget d’austérité en diminuant les frais de fonctionnement au profit des secteurs porteurs de croissance économique comme le secteur minier, celui du café, du thé, du coton, de l’énergie, de l’agriculture, du transport, de la recherche, de renforcer la gouvernance sociale, administrative et économique. Il demande enfin aux candidats aux élections de mai 2020 de montrer comment ils vont faire face à cette hémorragie économique, financière et sociale. J.M.

Burundi - Confessions Religieuses

Le diocèse de Ngozi a un nouvel évêque

Ngozi, le 17 décembre 2019 (Net Press) . Des informations qui viennent de parvenir à la rédaction indiquent que le diocèse de Ngozi, au Nord du pays, vient d’être doté d’un nouvel évêque. Il s’agit de Mgr. Georges Bizimana, qui tait jusqu’à présent évêque coadjuteur du diocèse de Bubanza.

Il vient de remplacer dans ces fonctions Mgr. Gervais Banshimiyubusa, nommé archevêque de Bujumbura le 24 mars 2018, en remplacement de Mgr. Evariste Ngoyagoye qui venait d’atteindre l’âge de la retraite. Depuis, quand bien même le nouvel archevêque a pris la couleur citadine de la capitale économique, il est resté également responsable de ce diocèse de Ngozi, selon les usages deVatican.

Notons que Mgr Georges Bizimana avait bénéficié de ce titre d’évêque coadjuteur car l’évêque titulaire, Jean Ntarwarara, était gravement malade. Par miracle, il a retrouvé la santé et Mgr. Georges Bizimana a dû garder son statut. D’après la logique missionnaire, Mgr. Bizimana devient désormais un titulaire de diocèse et perd automatiquement le statut de coadjuteur qu’il détenait depuis le 7 décembre 2013.

Signalons enfin que l’abbé Georges Bizimana, qui vient d’être nommé évêque de Ngozi, est né le 12 mars 1965 à la colline Nyabibuye, commune Butaganzwa, paroisse Buraniro, province Kayanza, diocèse Ngozi. Son curriculum vitae montre qu’il a effectué beaucoup de services pour l’église et pour les hommes. N.R.

Burundi – Confessions religieuses

L’église adventiste du 7ème jour en totale déconfiture

Bubanza, le 17 décembre 2019 (Net Press) . L’église adventiste du septième jour au Burundi est traversée par une crise sans précédent de leadership depuis plusieurs mois. La mésentente commence depuis que le leadership de cette Eglise ait été contesté par une infime partie de fidèles mobilisés derrière un pasteur soutenu par le régime en place du Cndd-Fdd.

Cette situation a poussé le représentant légal mondial de cette église basé aux Etats –Unis à adresser une correspondance au président de la République, Pierre Nkurunziza, pour solliciter son intervention dans la gestion de cette affaire afin d’éviter des scissions au sein de l’Eglise adventiste.

Mais le gouvernement burundais a réagi autrement. Ainsi, le ministre de l’intérieur s’en est mêlé et a fait plébisciter l’homme qui accepte d’obéir au doigt et à l’œil du gouvernement de Gitega.

Cependant, des chicaneries au sein de cette église se multiplient, des fidèles en viennent aux mains tous les moments de cultes dans beaucoup de provinces. Alors, la police s’intercale entre les groupes de fidèles qui se regardent en chiens de faïence tout en protégeant les partisans du nouveau leadership intronisé par le ministre de l’intérieur, Pascal Barandagiye.

Pour le moment, la crise s’est généralisée dans tout le pays et la province de Bubanza défraie les chroniques au cours de cette semaine. Depuis le 7 décembre de cette année, l’église de Migereka, en zone, commune et province de Bubanza, se voit imposée par le ministère de l’intérieur un nouveau pasteur, Joseph Ndikubwayo.

A l’annonce de cette nouvelle, un bon nombre de fidèles refusent de reconnaitre son autorité. Dès lors, le ministre Barandagiye autorise la fermeture de l’église adventiste de Migereka, suivie de l’interpellation de 5 fidèles accusés de refus de l’autorité du nouveau pasteur. L’ancien pasteur, Lameck Birishinga est l’homme indésirable à cette église, non pas que les fidèles lui préfèrent Joseph Ndihokubwayo mais parce que le ministre de l’intérieur le veut ainsi.

Les alentours de cette église sont pour le moment gardés par les policiers pour empêcher l’accès aux adeptes du pasteur désavoué par le régime en place au Burundi. Mais pour montrer combien la partie soutenue par le pouvoir du Cndd-Fdd est trop minoritaire, ce samedi, seulement une vingtaine de fidèles proches du système ont eu droit au culte alors que ceux qui soutiennent l’ancien pasteur ont été sommés de vider les lieux du culte. Ch.N.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

Changement de partenaires dans les camps des réfugiés burundais en Tanzanie

Nduta, le 17 décembre 2019 (Net Press) . Les Burundais vivant dans les camps de réfugiés en Tanzanie avaient toujours décrié leur prise en charge sanitaire et éducative souvent ponctuée de moments de ruptures de stock. Cette grogne a poussé le Hcr à suspendre le contrat avec les Ong intervenant dans les camps de réfugiés burundais en Tanzanie.

Pour le Hcr, cette décision du haut-commissaire de remplacer ces Ong vise l’efficacité dans l’intervention en faveur des réfugiés. Cependant, cette mesure a été saluée par les réfugiés burundais qui espèrent de ce changement une nette amélioration de l’offre des services à leur endroit.

Une source proche du Hcr indique que la Croix-rouge a été remplacée par Medical team international dans le domaine sanitaire. Relief to development society a supplanté Cemdo (Community environnental management and development organization) en matière de l’environnement. Dans le domaine de l’enseignement des métiers et entreprenariat aux refugiés, l’Ong Danish refugee council a remplacé Norwegian refugee council. Cette dernière Ong s’occupera aussi, en remplacement de l’Ong International rescue committee (Irc), de la prise en charge des vulnérables, des enfants, des handicapés et des personnes âgées.

Selon nos sources sur place, les réfugiés sont confiants en cette nouvelle équipe et espèrent en finir avec des retards répétitifs dans la construction, la réhabilitation et l’approvisionnement en vivres. Les réfugiés burundais, bien que satisfaits par ce changement d’Ong qui prenaient en charge plusieurs secteurs de leur vie, exhortent le Hcr d’assurer chaque fois la supervision de toutes les interventions dans les camps qui les abritent. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.