Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité8 janvier 2020
|Toujours à la recherche des auteurs de l’assassinat d’un ex-Fab à Gitega

Burundi – Sécurité 7 janvier 2020
|Un responsable local du parti Cnl en province de Kirundo échappe de justesse à son assassinat

Burundi – Sécurité6 janvier 2020
|Un mort dans la zone urbaine de Gihosha

Burundi – Tanzanie - Sécurité4 janvier 2020
|Un cadre du Snr érige domicile devant un camp des réfugiés sur le sol tanzanien

Burundi - Sécurité 3 janvier 2020
|Une découverte d’un corps sans vie en commune Kanyosha

Burundi - Sécurité2 janvier 2020
|Un homme trouve la mort dans la nuit de la Saint Sylvestre

Burundi - Sécurité1er janvier 2020
|Une pluie torrentielle endommage champs et bétails au Sud-est

Burundi - Sécurité 31 décembre 2019
|Un militant du parti Cnl enlevé et porté disparu !

Burundi - Sécurité 30 décembre 2019
|Quand les rapatriés reprennent le chemin de l’exil !

Burundi - Sécurité28 décembre 2019
|Le ciel de Bujumbura de plus en plus incontrôlable et incontrôlé

Burundi – Sécurité27 décembre 2019
|Encore des victimes de la torture au Snr

Burundi - Politique26 décembre 2019
|Le président de la République anime une conférence publique

Burundi - Sécurité25 décembre 2019
|Le ciel continue à menacer les habitants de Bujumbura

Burundi - Sécurité Routière24 décembre 2019
|Les mesures de police pas du tout observées par les chauffeurs du secteur de transport

Burundi - Sécurité23 décembre 2019
|Une nouvelle catastrophe enregistrée dans le Nord de la capitale Bujumbura

Burundi - Sécurité21 décembre 2019
|Arrestation discutable d’une personne dans la localité de Magara

Burundi - Environnement - Sécurité20 décembre 2019
|La Brarudi victime du changement climatique

Burundi - Malawi - Sécurité19 décembre 2019
|Des boutiques des réfugiés burundais au Malawi détruites

Burundi - Sécurité18 décembre 2019
|Un jeune homme meurt noyé dans la province de Rumonge

Burundi - Politique - Sécurité17 décembre 2019
|La Ceni sollicite un renfort sécuritaire aux forces de défense et de sécurité

Burundi – Sécurité16 décembre 2019
|Trois corps sans vie sur les berges de la rivière Rusizi

Burundi – Sécurité14 décembre 2019
|Les membres du Cnl, des malvenus en province de Mwaro

Burundi - Sécurité13 décembre 2019
|Un échangeur de monnaie retrouvé mort dans la localité de Carama

Burundi - Sécurité12 décembre 2019
|Une quarantaine de personnes interpellées dans le Sud du pays

Burundi – Sécurité11 décembre 2019
|La capitale politique du Burundi préoccupée par la sécurité

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Encore des victimes de la torture au Snr

27 décembre 2019

Cibitoke, le 27 décembre 2019 (Net Press) . Ces derniers jours, les médias, surtout privés, ne cessent de nous rabâcher des informations en rapport avec la violation des droits humains dans la province de Cibitoke.

L’on évoquait des cas d’assassinats des membres et sympathisants du parti Cnl, de la démolition des permanences de cette formation politique ainsi que le harcèlement doublé de l’intolérance politique des membres des partis Uprona et Sahwanya – Frodebu.

A la une des informations pour le moment se trouve l’emprisonnement de deux hommes soumis aux pires formes de torture depuis 5 jours au cachot du bureau du service national des renseignements en province de Cibitoke, située au Nord-Ouest du Burundi.

Des sources policières indiquent que ces personnes ont été interpellées par le responsable du Snr sur la colline Ndora de la commune Bukinanyana en province de Cibitoke. Ces hommes seraient accusés d’organiser et de former une rébellion.

Selon les mêmes sources, ces prévenus auraient été torturés à mort et personne n’est autorisé de les rendre visite, moins encore de leur apporter à manger car ils n’ont pas le droit d’être assistés.

Face à cette situation, la population de Cibitoke et les leurs craignent qu’ils ne soient pas exécutés froidement pour être jetés dans la rivière Rusizi comme il en a toujours été le cas pour d’autres détenus soupçonnés du même acabit. Ils demandent l’implication de la justice pour dire le droit.

Néanmoins, le responsable du Snr nie toutes ces accusations et indique que ces deux personnes ne sont pas détenues dans les cachots de son service, ce qui inquiète davantage les membres de la famille de ces victimes du service de l’Etat. D.N.

Burundi - Sécurité

Catastrophes naturelles sur Bujumbura : le président Nkurunziza s’exprime ...

Bujumbura, le 27 décembre 2019 (Net Press) . Dans une émission publique animée par le président de la République ce jeudi 26 décembre, le numéro un burundais s’est exprimé sur les cas de catastrophes naturelles qui s’abattent sur la capitale économique.

Le président Pierre Nkurunziza indique qu’avant 1993, les montagnes surplombant la ville de Bujumbura étaient reboisées, ce qui protégeait, selon lui, la ville de Bujumbura contre toute sorte d’intempéries.

Par conséquent, le président Pierre Nkurunziza trouve qu’avec les constructions anarchiques, le déboisement des montagnes qui surplombent la ville de Bujumbura, l’attribution des parcelles sans respecter la loi, l’exploitation anarchique des moellons et du sable dans cette localité, sont autant des causes de ces catastrophes naturelles qui s’observent de nos jours sur la capitale économique.

Le président Pierre Nkurunziza propose des solutions à ce problème dans le projet du gouvernement de reboisement de tout l’espace non habité à travers tout le pays, un projet dénommé « Ewe Burundi Urambaye » et demande à la population de Bujumbura et celles de ses environs de participer activement dans des travaux communautaires, en procédant au traçage des haies antiérosives et au reboisement de nos collines. N.R.

Burundi - Politique

Le président Pierre Nkurunziza persiste et signe qu’il ne reviendra pas au pouvoir !

Gitega, le 27 décembre 2019 (Net Press) . A partir de la capitale politique Gitega, dans une émission publique, le président de la République, Pierre Nkurunziza, répondant à la rédaction, a persisté et signé qu’il ne reviendra pas aux affaires à la Poutine.

La rédaction a voulu savoir si le président Pierre Nkurunziza avait abandonné la course présidentielle de 2020 pour viser sa nomination à la primature et rester par conséquent au pouvoir, comme l’a fait le président russe, Vladmir Poutine.

En effet, la constitution lui interdisait de concourir pour un troisième mandat consécutif en 2008, Poutine a soutenu la candidature aux présidentielles de Dmitri Medvedev et une fois élu, ce dernier l’a nommé premier ministre et a ainsi conservé son influence aux affaires de l’Etat.

Mais Nkurunziza a été on ne peut plus clair sur cette question. Il a informé l’opinion qu’il est inconcevable de quitter la présidence de la république pour occuper le poste de premier ministre. Il a ensuite ajouté qu’au sein de sa formation politique, le Cndd-Fdd, il ne manque pas de candidats capables de le remplacer valablement à la présidence de la République pour qu’il commence sa retraite.

Le président de la République a fait savoir que durant ses 15 ans au pouvoir, il ne fait que se réjouir du bilan largement positif à plus de 95% de ses réalisations. Les moindres déficits ne se trouvent que du côté des relations diplomatiques imputables à la communauté internationale.

Pour le président Pierre Nkurunziza, les agissements de l’actuel président américain sont inquiétants. Il fait savoir qu’il a appris avec amertume que le numéro un américain, Donald Trump, dans un communiqué rendu public le 19 novembre 2019, a dressé un bilan sombre de la sécurité au Burundi qui se révèle une menace de la sécurité du pays de Donald Trump et de la sous-région.

Selon le président Pierre Nkurunziza, la maison blanche s’est focalisée sur des informations erronées qui ternissent l’image du Burundi dans le concert des Nations. Il a indiqué à qui veut entendre que le Burundi contribue énormément dans la sécurisation des intérêts de ce pays par sa participation à la mission de maintien de la paix pour éradiquer le terrorisme dans la partie de l’Afrique de l’Est, en Somalie et en Afrique centrale, en République centrafricaine. N.R.

Burundi - Politique

Le président Pierre Nkurunziza rassure que les élections de 2020 seront démocratiques.

Bujumbura, le 27 décembre 2019 (Net Press) . Dans une émission publique animée ce jeudi par le président de la République, Pierre Nkurunziza, ce dernier affirme sans ambages que les élections de 2020 se dérouleront dans de bonnes conditions, faisant allusion à la contribution des seuls Burundais pour leur financement dans sa globalité.

Il a aussi évoqué le retour massif des refugiés, la sécurité sur toutes les collines du pays et les acteurs politiques qui sont en train de regagner le pays, des facteurs qui prédisent le climat apaisé des élections de l’année prochaine.

Le président Pierre Nkurunziza dit que dans le passé, les élections se déroulaient mal, car selon lui, cinq mois avant, il s’observait des cas de toute sorte de violences et ajoute que le Burundi a retrouvé la paix et la tranquillité, ce qui garantit le rendez-vous de 2020. N.R.

Burundi - Voirie

Neuf ans après sa fermeture, le boulevard de l’Uprona de nouveau praticable

Bujumbura, le 27 décembre 2019 (Net Press) . Depuis hier, le boulevard de l’Uprona, surtout le tronçon qui passe devant l’ancienne présidence de la République, est de nouveau praticable. Les informations ont d’abord circulé sur Whatsap, mais ces dernières ont été contestées par le même canal.

Un reporter de Net Press a été dans les environs et a pu constater que les véhicules qui viennent de l’université vers le centre ville n’ont pas de problèmes. Par contre, ceux qui viennent de l’ambassade de France vers l’université ne passent pas car le tronçon est toujours bloqué.

En posant la question, l’on a appris que la préparation est en cours et que d’un moment à l’autre, même le tronçon fermé sera ouvert. Le maire de la ville avait dernièrement annoncé sa réouverture prochaine car le président de la République venait de déménager vers son nouveau palais.

Rappelons que cette route avait été fermée en juillet2010 après que des El Shababb eurent attaqué deux sites à Kampala où des populations de cette ville assistaient au matchs comptant pour la coupe de monde. Plus de 70 personnes avaient trouvé la mort dans les deux coins ciblés par les terroristes. Le motif de cette attaque est que l’Ouganda avait envoyé des troupes de militaires en Somalie dans le cadre du maintien de la paix dans ce pays.

Le Burundi, qui avait également envoyé des militaires dans ce même cadre, a jugé bon de se protéger avant qu’il ne soit attaqué. C’est dans ce contexte que certains lieux, comme la présidence de la République, le ministère de la défense, la police, la banque centrale, ... ont dû renforcer leurs sécurités. J.M.

Burundi – Rd c – Politique

Toujours des autorités va-t-en guerre en Rdc

Kinshasa, le 27 décembre 2019 (Net Press) . L’ancien premier ministre congolais, Adolphe Muzito, a appelé à une mobilisation générale des services de sécurité pour faire la guerre au Rwanda.

C’était à l’occasion d’une conférence publique qu’il a animée ce lundi à Kinshasa, la capitale de la Rdc. Selon toujours Muzito, pour mettre fin aux violences qui ensanglantent l’Est de la Rdc depuis 25 ans, il faut attaquer le Rwanda et l’annexer. Il a lâché en substance que la République démocratique du Congo ne peut pas recouvrer la paix et la sécurité sans menacer le Rwanda et l’occuper.

Dans un communiqué conjointement signé par les deux autres leaders politiques présents sur place, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, ces figures de l’opposition congolaise annoncent qu’ils ont été surpris par une thèse si perfide et se sont vite désolidarisés d’avec lui. Ils ont alors invité Adolphe Muzito à revenir sur ses déclarations mais ce dernier a rétorqué que ces propos n’engagent que lui.

Signalons que la Rdc connait une insécurité grandissante depuis 1996 jusqu’aujourd’hui à cause de la présence des groupes armés locaux et ceux en provenance des pays de la sous-région, en l’occurrence de l’Ouganda (les forces démocratiques alliées Adf), du Rwanda (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdrl) et du Burundi (Forces nationales de libération (Fnl).

Depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi à la tête de la République démocratique du Congo, ce pays s’est employé à rehausser les relations diplomatiques avec ses pays voisins, l’Ouganda et le Rwanda. Ces pays se sont alors engagés à mutualiser leurs efforts pour combattre ces milices armés dans la sous-région.

Les résultats n’ont pas tardé à se manifester puisque ce samedi, le 21 décembre courant, 71 rebelles issus des forces négatives rwandaises, les Fdrl, et 1.500 de leurs proches ont été rapatriés au pays de Paul Kagame à partir de la province du Sud-Kivu après leur défaite par l’armée congolaise.

D’aucuns pensent alors que cette victoire des forces armées congolaises ne plait pas à certains compatriotes de Tshisekedi. Car, la défaite des forces négatives rwandaises serait accueillie comme une gifle donnée à Adolphe Muzito qui, manifestement, devrait fonder ses propos belliqueux au soutien qu’il espérait que son pays apporte aux Fdrl. Un sentiment non partagé somme toute du haut de la République. Ch.N.

Revue annuelle de la presse. Janvier 2019 (suite)

Burundi - Recherches Scientifiques

Des universités privées obligées de fermer leurs portes

Bujumbura, le 11 janvier 2019 (Net Press) . Selon une décision du ministre ayant la recherche scientifique dans ses attributions, certaines universités comme l’université Ntare Rugamba, l’institut supérieur de gestion et d’informatique, l’institut international libre d’Afrique, l’institut supérieur du management, l’université des collines, etc..., 9 au total, ne sont plus autorisées à ouvrir leurs portes aux nouveaux élèves depuis cette année académique 2018 - 2019.

Selon les mêmes informations, ces universités doivent uniquement assurer la formation de ceux qui y sont inscrits, sans plus. Un étudiant qui échouera au cours de cette année académique devra impérativement se faire inscrire dans une autre université qui n’est pas sous sanctions.

Coïncidence ou pas, cette mesure tombe au lendemain des inquiétudes exprimées par le président de la République en décembre dernier. En effet, il disait ne pas comprendre comment un étudiant qui poursuit des cours toute la journée peut avoir un diplôme équivalant à celui d’un autre qui fréquente la même faculté de 18 heures à 21 heures.

Burundi - Justice

Et si Egide Nahayo serait détenu pour autre chose ?

Bujumbura, le 12 janvier 2019 (Net Press) . Dans ses dépêches du 9 janvier, la rédaction avait mentionné une information d’un magistrat de la cour d’appel, Egide Nahayo, qui a été arrêté et emprisonné pour s’être assis sur le fauteuil présidentiel après une réunion du conseil supérieur de la magistrature dirigée par le chef de l’Etat.

Une certaine opinion estime qu’il doit y avoir d’autres raisons non évoquées derrière cette incarcération. Pour la même opinion, il y a des gens qui ont posé leurs dos sur le véhicule blindé de l’ancien président Pierre Buyoya et un militaire chargé de sa sécurité leur en a empêché. Il n’y a pas eu de poursuites judiciaires.

La même opinion croit savoir qu’aux Etats-Unis, il y a des touristes qui se rendent dans ce pays pour se prendre des photos juste à côté de la Maison Blanche. Jusqu’à présent, il n’y a jamais eu de problèmes. Elle rappelle par ailleurs qu’au siège des Nations Unies, des journalistes et d’autres touristes se prennent des photos alors qu’ils sont au podium de la tribune de cette institution sans que cela n’alerte le système de sécurité des Etats-Unis.

Il semble que notre ami Egide Nahayo était tout sauf le bienvenu dans le corps des magistrats. Il est présenté comme quelqu’un qui a détruit le syndicat de cette catégorie de fonctionnaires, quelqu’un qui n’hésite pas à critiquer ses collègues auprès des autorités hiérarchiquement supérieures, pour qu’il puisse bénéficier des avantages de service. Selon donc la même opinion, ce qu’il a fait le 10 décembre a été une occasion en or pour ses collègues pour qu’ils le déboutent de ses prétentions.

Burundi - Sécurité

Le marché de Matana dévasté par un incendie

Bururi, le 14 janvier 2019 (Net Press) . C’est dans la matinée de ce 13 janvier, vers 7 heures, qu’un incendie s’est déclaré dans le marché moderne de Matana en province de Bururi, au Sud du pays. L’on apprend que ce site qui était vieux ou jeune de 15 ans, avait été aménagé sur crédit de 580 millions de francs burundais.

Il vient de partir en fumée alors qu’il procurait à la commune quelques 8 millions de francs burundais par mois, ce qui permettait de payer les fonctionnaires de cette commune sans beaucoup de peine. L’on déplore néanmoins l’intervention tardive de la police pour éteindre cet incendie dont on ne connaît pas toujours l’origine.

L’on apprend aussi que le camion extincteur est venu de Bujumbura et un autre de Rutana, d’où ils sont arrivés quelques trois heures après la déclaration de l’incendie. Le camion extincteur affecté dans la province de Bururi est au garage dans la ville de Bujumbura. Par ailleurs, il semble que les abords de ce marché sont entourés par des kiosques en bois qui ont directement pris feu, ce qui rend pratiquement impossible une quelconque intervention.

Burundi - Sécurité

Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Bujumbura, le 15 janvier 2019 (Net Press) . Un prénommé Alexis, un Imbonerakure qui travaillait à l’autorité de l’aviation civile du Burundi, qui vivait dans le quartier de Carama, a été retrouvé sans vie vers 3 heures du matin dans un caniveau situé tout près du quartier dit Socarti, dans la zone de Kinama, au Nord de la capitale Bujumbura.

Selon des informations concordantes, son corps était tout près d’un bistrot et les auteurs de ce décès n’ont pas encore été identifiés, tout comme les mobiles de son assassinat. Il semble qu’il a d’abord été contacté au téléphone et qu’il aurait répondu à l’appel avant qu’il ne soit égorgé. Les sentinelles de ce bar ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes.

De leur côté, les habitants de la province de Cankuzo vivent une peur-panique depuis que des trous profonds ont été découverts dans cette localité, pour des motifs inconnus. Les habitants de cette province ont vu ces trous pour la première fois en décembre 2018 et affirment que jusqu’à présent, ils ne sont pas encore bouchés.

Burundi - Eac - Politique

Le 20ème sommet des chefs d’Etat fixés au 1er février

Kampala, le 16 janvier 2019 (Net Press) . Selon un communiqué du ministère des affaires étrangères de l’Ouganda - qui assure la présidence de l’Eac -, le 20ème sommet des chefs d’Etat de l’Eac a été fixé au 1er février 2019. L’on saura que ce sommet avait été reporté à deux reprises, le 30 novembre 2018 et le 27 décembre de la même année.

Selon ce communiqué, l’on a tenu en considération les 14 jours exigés pour la préparation d’un sommet ordinaire des chefs d’Etat, un message donné implicitement au gouvernement burundais qui avait boudé le premier rendez-vous du 30 novembre pour avoir manqué du temps de préparation de ce sommet. Le successeur de l’Ouganda devrait être le Rwanda, mais ce dernier aurait décliné l’offre car il se prépare à accueillir le sommet du Commonwealth en 2020.

Au cas où la situation serait celle-là, elle arrangerait deux pays de la communauté de l’Afrique de l’Est qui se regardent en chiens de faïence, à savoir le Burundi et le Rwanda. Rappelons que leurs relations se sont détériorées à partir de 2015 suite à la troisième candidature controversée du président Nkurunziza. Le Rwanda à la tête de l’Eac pourrait engendrer des réactions imprévisibles de la part du Burundi.

Burundi - Politique

Le sénat burundais déménage vers la nouvelle capitale politique

Bujumbura, le 17 janvier 2019 (Net Press) . Après que le parlement eut voté pour que Gitega soit une capitale politique du pays, des institutions commencent à prendre leurs dispositions pour aller travailler dans cette province. Il s’agit du sénat burundais qui déménage vers cette entité provinciale à partir de ce 18 janvier 2019.

Le président de l’assemblée nationale demande aux populations de Gitega de réserver une hospitalité aux hommes et femmes de divers horizons qui vont travailler dans cette province. Malgré cette décision d’y envoyer certains services, des anciens dignitaires de ce pays estiment que cette mesure est difficile à mettre en application.

Ils reviennent toujours sur le cas de la deuxième République pilotée par feu Jean Baptiste Bagaza, qui a tenté l’expérience pour la première fois et qui a échoué. Pourtant, sous son régime, le pays était mieux structuré, il y avait beaucoup de projets financés par des bailleurs traditionnels du Burundi, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. En d’autres termes, ils trouvent que l’échec est également prévisible dans les circonstances actuelles.

Burundi - Environnement

Les pluies diluviennes causent nombreux dégâts dans Bujumbura

Bujumbura, le 18 janvier 2019 (Net Press) . Une pluie diluvienne s’est abattue sur plusieurs coins de la ville de Bujumbura et ses alentours dans la nuit de ce jeudi à vendredi 18 janvier 2019, causant d’énormes dégâts humains et matériels ici et là.

Selon des informations à la disposition de la rédaction, de telles pluies ont décimé une famille entière, deux parents, un prénommé DJ Tanné, son épouse Lydia et leurs quatre enfants sur la colline Sororezo de la commune de Kanyosha. Selon des informations sur place, les pluies diluviennes ont détruit une montagne qui surplombait leur maison, ce qui l’a démolie avant que celle-ci ne tombe sur les membres de cette famille.

Dans la zone de Buterere, l’on a enregistré au moins 30 maisons qui ont été détruites par ces mêmes pluies tandis qu’au moins 6 maisons ont été également démolies dans la zone de Kinama, toujours au Nord de la capitale. Dans la commune de Mukaza, l’on parle d’une personne qui a trouvé la mort suite à ces pluies. Il semble que ce bilan est encore provisoire.

Burundi - Eac - Politique

Le Burundi continue à confirmer sa participation au sommet du 1er février

Bujumbura, le 19 janvier 2019 (Net Press) . C’est le tour de la ministre chargée de l’intégration du Burundi à la communauté est-africaine, Isabelle Ndahayo, de confirmer que le Burundi participera bel et bien au 20ème sommet des chefs d’Etat de l’Eac convoqué pour le 1er février 2019 en Tanzanie, plus précisément à Arusha.

Malgré cela, l’on a l’impression que le Burundi a été contraint d’y aller au regard des réactions qui ont été enregistrées après que les autorités de ce pays eurent décidé de boycotter cette rencontre au plus haut sommet en date du 30 novembre 2018, entraînant le report dudit sommet, faute de quorum.

La rédaction a contacté un expert dans la résolution pacifique des conflits pour savoir ce que le Burundi pourrait attendre de ce sommet des chefs d’Etat. Notre interlocuteur a répondu que les préoccupations des autorités de Bujumbura sont beaucoup plus orientées vers les chefs d’Etat et leurs pays que vers les intérêts nationaux, allusion faite aux présidents Paul Kagame et Yoweri Museveni, respectivement du Rwanda et de l’Ouganda.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.