Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 janvier 2020
|Encore des assassinats à Kirundo

Burundi – Sécurité8 janvier 2020
|Toujours à la recherche des auteurs de l’assassinat d’un ex-Fab à Gitega

Burundi – Sécurité 7 janvier 2020
|Un responsable local du parti Cnl en province de Kirundo échappe de justesse à son assassinat

Burundi – Sécurité6 janvier 2020
|Un mort dans la zone urbaine de Gihosha

Burundi – Tanzanie - Sécurité4 janvier 2020
|Un cadre du Snr érige domicile devant un camp des réfugiés sur le sol tanzanien

Burundi - Sécurité 3 janvier 2020
|Une découverte d’un corps sans vie en commune Kanyosha

Burundi - Sécurité2 janvier 2020
|Un homme trouve la mort dans la nuit de la Saint Sylvestre

Burundi - Sécurité1er janvier 2020
|Une pluie torrentielle endommage champs et bétails au Sud-est

Burundi - Sécurité 31 décembre 2019
|Un militant du parti Cnl enlevé et porté disparu !

Burundi - Sécurité 30 décembre 2019
|Quand les rapatriés reprennent le chemin de l’exil !

Burundi - Sécurité28 décembre 2019
|Le ciel de Bujumbura de plus en plus incontrôlable et incontrôlé

Burundi – Sécurité27 décembre 2019
|Encore des victimes de la torture au Snr

Burundi - Politique26 décembre 2019
|Le président de la République anime une conférence publique

Burundi - Sécurité25 décembre 2019
|Le ciel continue à menacer les habitants de Bujumbura

Burundi - Sécurité Routière24 décembre 2019
|Les mesures de police pas du tout observées par les chauffeurs du secteur de transport

Burundi - Sécurité23 décembre 2019
|Une nouvelle catastrophe enregistrée dans le Nord de la capitale Bujumbura

Burundi - Sécurité21 décembre 2019
|Arrestation discutable d’une personne dans la localité de Magara

Burundi - Environnement - Sécurité20 décembre 2019
|La Brarudi victime du changement climatique

Burundi - Malawi - Sécurité19 décembre 2019
|Des boutiques des réfugiés burundais au Malawi détruites

Burundi - Sécurité18 décembre 2019
|Un jeune homme meurt noyé dans la province de Rumonge

Burundi - Politique - Sécurité17 décembre 2019
|La Ceni sollicite un renfort sécuritaire aux forces de défense et de sécurité

Burundi – Sécurité16 décembre 2019
|Trois corps sans vie sur les berges de la rivière Rusizi

Burundi – Sécurité14 décembre 2019
|Les membres du Cnl, des malvenus en province de Mwaro

Burundi - Sécurité13 décembre 2019
|Un échangeur de monnaie retrouvé mort dans la localité de Carama

Burundi - Sécurité12 décembre 2019
|Une quarantaine de personnes interpellées dans le Sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand les rapatriés reprennent le chemin de l’exil !

30 décembre 2019

Kirundo, le 30 décembre 2019 (Net Press) . Cinq cent rapatriés expulsés ou rapatriés volontairement du Rwanda reprennent le chemin de l’exil depuis des mois au pays de Paul Kagame, comme l’affirment les autorités provinciales de Kirundo. Le gouverneur de la province Kirundo, Tribert Mutabazi, dans une réunion organisée par le ministère de l’intérieur à Kirundo, a affirmé qu’il a essayé en vain d’éviter ce retour vers le chemin de l’exil. Cet administratif a déclaré qu’une large majorité de ceux qui reprennent le chemin de l’exil vers le Rwanda sont originaires de la commune Ntega et qu’ils fuient suite aux conditions de vie déplorables. Ils ont été rapatriés du Rwanda sans kit d’accompagnement et ils ont eu des difficultés à tenir.

Selon des sources indépendantes, la jeunesse du parti au pouvoir, Imbonerakure, a été déployée aux frontières de notre voisin du nord pour empêcher ces départs vers le Rwanda, mais ceux qui partent de nouveau trompent la vigilance de ces militants du parti de l’Aigle pour fuir vers le pays de Paul Kagame. Selon des sources proches des familles des rapatriés, ces nouveaux venus sont toujours harcelés et menacés et sont indexés comme les ennemis du pays par les militants du parti au pouvoir Cndd-Fdd. Selon eux donc, ce comportement décourage les rapatriés qui préfèrent reprendre le chemin de l’exil.

De son côté, le gouverneur de la province de Kirundo, Tribert Mutabazi, a affirmé que pour juguler ces départs massifs, l’autorité provinciale envisage de créer un centre de transit où les nouveaux arrivants auront des séances de moralisation qui seront centrées sur la patriotisme pendant quelques mois avant de regagner leurs communautés respectives.

Quant aux activistes des droits de l’homme, ils indiquent qu’au moins 3 personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière. Une des victimes a succombé à une attaque à la grenade ; les deux autres sont des victimes d’exécutions alors qu’elles avaient été enlevées par des agents du service national des renseignements (Snr). Ils évoquent également des cas d’arrestations arbitraires et de passage à tabac : un étudiant qui a été arrêté par des agents du Snr et un membre de l’opposition qui a été violemment tabassé par des Imbonerakure. J.M.

Burundi - Justice

Comparution de quatre journalistes du groupe de presse Iwacu au tribunal de grande instance de Bubanza

Bubanza, le 30 décembre 2019 (Net Press) . Les quatre journalistes du groupe de presse Iwacu, poursuivis pour " complicité d’atteinte a la sécurité intérieure de l’Etat" ont été entendus en audience publique au tribunal de grande instance de Bubanza.

En présence du rédacteur en chef de cet organe de presse, Abbas Mbazumutima, les quatre journalistes arrêtés au mois d’octobre dernier en commune Musigati, en province de Bubanza à l’Ouest du pays, s’apprêtaient à faire une couverture médiatique sur l’attaque de Musigati par les rebelles en provenance de la République Démocratique du Congo. Ils ont été entendus dans la matinée de ce lundi en audience publique au tribunal de grande instance de Bubanza .

A la sortie de l’audience, selon des témoins sur place, l’on pouvait constater un bon sourire de la journaliste Agnès Ndirubusa, ce qui augure une évolution positive du dossier qui n’a que trop duré, selon plusieurs observateurs.

L’on se rappelle que dans une émission publique de ce jeudi dernier, 26 décembre, le président de la République Pierre Nkurunziza avait appelé la justice à ne pas trancher injustement sur ce procès. Serait-il un cadeau de fin d’année que le président sortant voudrait attribuer au groupe de presse Iwacu ? N.R.

Burundi - Politique

Un autre candidat aux présidentielles de 2020 est connu

Bujumbura, le 30 décembre 2019 (Net Press) . Le parti Upd Zigamibanga proche du Cndd-Fdd a organisé un congrès ce samedi 28 décembre 2019 afin d’élire un candidat qui représentera cette formation politique aux élections de mai prochain. Son président, Kassim Abdul, sans surprise, a été élu dans ces élections où il y avait une candidature unique, la sienne.

Au cas où il serait élu, il lutterait contre la pauvreté, la famine, promouvoir l’éducation et lutter contre la corruption dans le secteur judiciaire, selon ses promesses. Concernant la campagne, il entend mobiliser les membres de son parti qui est installé dans toutes les communes du pays. Pour lui, il ne faut pas dépenser beaucoup de moyens pour y parvenir, allusion faite à l’Uprona en 1961, au Frodebu en 1993 et au Cndd-Fdd en 2005.

Le parti Upd Zigamibanga n’entend pas s’allier avec d’autres partis dans le cadre des coalitions. Il se présentera en solo. Cependant, au cas où l’assemblée générale le déciderait ainsi, cette formation politique le ferait bien. Mais jusqu’à présent, a-t-il conclu, rien n’a été discuté dans ce sens. D.N.

Burundi - Travail

Perturbation des activités de ce matin suite au manque de courant électrique

Bujumbura, le 30 décembre 2019 (Net Press) . Les activités dans plusieurs bureaux du centre ville ont été perturbées par le manque de courant électrique tout l’avant-midi. Selon des informations parvenues à la rédaction, ce problème a été constaté par ceux qui se rendaient à leurs bureaux, autour de 7h30’. La pénurie de ce produit plus que stratégique a duré plus de 4 heures.

Lorsqu’on a contacté les agents de la Regideso pour en savoir plus, l’on avait comme réponse qu’il y a une panne générale et que l’on fait tout pour la réparer. La vie a été donc très dure pour des gens qui ne disposent pas de groupes électrogènes car tout a été arrêté. L’on saura qu’une panne du genre n’est pas fréquente dans le centre-ville.

Cependant, dans les quartiers comme Kinanira, de la zone Kinindo, commune urbaine de Muha, au Sud de la capitale économique, les habitants de cette localité viennent de passer entre 3 et 4 jours sans courant électrique. Pour eux, c’est une anomalie car une situation du genre ne se présente pas souvent lors des fêtes de fin d’année, d’autant plus que même le gouvernement considère que l’éclairage fait partie de la sécurité des citoyens. Ch.N.

Burundi - Confessions Religieuses

Paroisse Regina Pacis de Kinindo, une allégresse sans précédent...

Bujumbura, le 30 décembre 2019 (Net Press) . Hier, la paroisse Regina Pacis de Kinindo était aux anges car elle a célébré trois grandes fêtes en même temps. Tout d’abord, c’est hier que l’église catholique romaine dans le monde entier a célébré la Sainte Famille de Nazareth. En effet, la Sainte Famille de Nazareth est conçue comme un modèle pour tous. Ainsi, le dimanche entre Noël et le jour de l’An, l’Église universelle célèbre la Sainte Famille de Nazareth, un phare qui éclaire les familles chrétiennes qui la regardent et se confient à elle dans la prière.

Par ailleurs, comme nous l’annoncions dans nos éditions antérieures, la paroisse Regina Pacis de Kinindo fêtait également ses 23 ans d’existence. Parallèlement à cette fête, il y a également 13 ans de naissance des communautés ecclésiales de base (CEB) dans cette paroisse, situées dans les quartiers de Kinindo, de Kibenga et de Kinanira, dans la zone de Kinindo, commune urbaine de Muha, au Sud de la capitale économique Bujumbura.

Toutes les conditions d’une ambiance de fête étaient donc réunies. La messe a été concélébrée par 6 prêtres, dont l’infatigable directeur de la radio Maria Burundi, Abbé Désiré Bireha et avec comme officiant principal Agapit Nindorera, curé de la paroisse Regina Pacis. Signalons que la messe a été suivie en direct sur les ondes de la radio Maria Burundi qui vient d’y passer une semaine, depuis dimanche 22 décembre 2019.

Dans son homélie, le curé de la paroisse est revenu sur l’unité dans la famille, le comportement de l’homme face à son épouse et à ses enfants, l’attitude de la femme et celle des enfants à l’égard de leurs parents. Il a évoqué également des cas d’anomalie qui sont liés à des écarts de comportement d’un des membres de la famille, à savoir l’ébriété, le vagabondage sexuel, le manque de respect à son ou sa conjointe, etc. Comme à l’accoutumée, le curé a été très applaudi après sa prédication.

Avant la fin de la messe, une occasion de remerciements aux chrétiens de Kinindo a été accordée au directeur de la radio Maria Burundi, Désiré Bireha. Celui-ci a indiqué que les chrétiens de Kinindo ont largement contribué à la campagne Mariathon, il a fait savoir que la radio fonctionne actuellement dans ses propres bâtiments et que l’étape suivante est que la radio soit entendue dans tout le Burundi.

Après la messe, les chrétiens de Kinindo ont passé de l’utile à l’agréable. Selon les premières informations parvenues à la rédaction, c’était une ambiance bon enfant durant tout l’après-midi de ce 29 décembre, un dimanche qualifié par le curé de premier après Noël et de dernier de l’année 2019. J.M.

Revue annuelle de la presse. Février 2019

Burundi - Justice

Fin de cavale de l’enseignant Fidèle Niyonsenga

Rumonge, le 1er février 2019 (Net Press) . Cet enseignant de la province de Bururi et accusé de viol d’une élève avait pris le large depuis quelques jours. Il était resté introuvable jusqu’hier, quand des policiers, en compagnie du gouverneur de Bururi, ont mis la main sur cet homme qui avait finalement trouvé refuge dans la province voisine de Rumonge.

Après ce travail, le gouverneur de Bururi n’a pas voulu faire beaucoup de commentaires et s’est contenté d’inviter la justice à faire son travail. Il court une sanction très sévère au cours d’une séance prochaine, certainement de flagrance, pour avoir tenté de se soustraire à la justice après avoir commis ce crime envers une élève-fille.

Burundi - Eac - Politique

Le sommet des Chefs d’Etat finalement tenu

Arusha, le 2 février 2019 (Net Press) . Le 20ème sommet des chefs d’Etat, qui avait été ajourné à deux reprises en 2018, a finalement eu lieu hier à Arusha, au Nord de la Tanzanie. Deux pays sur six avaient délégué des représentants, à savoir le Burundi qui a envoyé son premier vice-président et le Soudan du Sud.

En ce qui concerne le Burundi, les présidents réunis sur place ont écouté le rapport du facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa, à huit clos. Il faudrait rappeler que ce dernier avait passé plus de trois ans à tenter de rapprocher les protagonistes burundais mais en vain. Il avait fini par montrer sa fatigue et rendre le tablier.

Les chefs d’Etat ont remercié vivement l’ancien président tanzanien pour le travail qu’il a abattu avant qu’ils ne passent à d’autres points à l’ordre de jour. Nous apprenons qu’ils se sont prononcés sur la crise politico-sécuritaire que le Burundi connaît depuis 2015 mais pour l’instant, la rédaction cherche toujours ce qui aurait filtré de ce sommet.

Signalons enfin que le président Museveni, qui présidait aux destinées de l’Eac depuis deux ans, a été remplacé par le président rwandais Paul Kagame, dont le pays a des relations tendues avec le Burundi. Plusieurs analystes se posent la question de savoir ce que va devenir la coopération entre les deux pays pendant l’année que Paul Kagame sera à la tête de l’Eac.

Malgré cela, Paul Kagame ne cesse de marquer des points sur le plan tant régional, continental qu’international. L’on saura que son pays est le premier au niveau de l’Eac des pays qui combattent la corruption, le pays le plus vert d’Afrique et le pays où le genre est très respecté.

En plus de cela, le président Paul Kagame est président de l’Union Africaine au moment où son ancienne ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, est présidente de l’Oif. Il semblerait qu’en 2020, il y aura un sommet des chefs d’Etat du Commonwealth et que le président Kagame pourrait piloter cette communauté anglophone pour une période d’une année.

Burundi - Société

Le cadavre le plus cher au monde à Bujumbura

Bujumbura, le 4 février 2019 (Net Press) . C’est un problème de société qui commence à se poser de façon sérieuse. En effet, un jeune médecin est décédé suite à un accident de roulage il y a pratiquement un mois, le 3 décembre 2018. Il entra à l’hôpital Kira Hospital de Bujumbura mais suite à la gravité de l’accident, cet homme n’a pas survécu.

L’on a appris plus tard que l’Ong Médecins sans frontières s’était porté garante de ses soins mais au fur et à mesure que la facture gonflait, elle a décidé de retirer son engagement. C’est ainsi que pour le moment, l’hôpital où se trouve le cadavre réclame à la famille du médecin disparu un montant de 68 millions de nos francs, soit 24900 $ américains pour que la dépouille mortelle lui soit restituée.

A Bujumbura, des commentaires vont bon train. Pour les uns, ce n’est pas le seul hôpital qui pratique cet emprisonnement des cadavres ou des malades qui ne parviennent pas à payer les soins, seulement l’on parle de ce cas au regard du montant à régler. Pour d’autres, il faut abandonner tout simplement ce cadavre tandis que les autres estiment que la famille devrait porter plainte contre cet hôpital. Celle-ci devrait trancher et montrer comment enterrer cette personne avec dignité.

Burundi – Sécurité

Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Cibitoke, le 5 février 2019 (Net Press) . Une femme du nom d’Espérance Manirampa, âgée d’une cinquantaine d’années, a été tuée à l’aide d’un gourdin dans la soirée de ce 4 février par son fils, Daniel Isirabahenda, à la sous-colline Mikashu, (secteur de Rugeregere, commune de Rugombo).

Des sources policières indiquent que la victime était accusée de sorcellerie par son fils. Elles précisent qu’après ce meurtre, l’auteur s’est rendu au poste de police de cette entité où il a informé du forfait qu’il venait de commettre. Le parquet de Cibitoke explique que le dossier sera traité en flagrance.

Burundi - Sécurité - Justice

Emprisonné avec ses vaches pour manque d’amende

Makamba, le 6 février 2019 (Net Press) . Un éleveur de vaches originaire du Sud du pays, dans la commune de Vugizo de la province de Makamba, est détenu pour avoir manqué d’argent pour payer une amende destinée à libérer son troupeau. Isidore Nikobimeze est incarcéré depuis le 2 février au cachot du commissariat communal de la police à Makamba.

Cet homme originaire de la colline Gikuzi a été interpellé avec plusieurs autres personnes de son voisinage lorsqu’ils poursuivaient leurs troupeaux saisis par des Imbonerakure accompagnés par une autorité policière. Ces jeunes du Cndd-Fdd ont surpris des vaches en train de brouter dans un domaine et ont alerté le commissaire de police local.

Ce dernier a décidé de conduire ces vaches au commissariat de police à plus de 30km de l’endroit. Il a ordonné que la libération de ce troupeau soit sanctionnée par une amende de 100.000 francs burundais par vache, une somme jugée exorbitante pour de petits éleveurs, se sont lamentés les habitants de la place.

Burundi - Administration

Destitution de l’administrateur de Mutimbuzi

Bujumbura, le 7 février 2019 (Net Press). Le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, vient enfin de trancher. Il a décidé la suspension de l’administrateur de la commune Mutimbuzi, dans Bujumbura rural, Damien Barindambi. Il a demandé au conseil communal de Mutimbuzi de se réunir dans les plus brefs délais pour le remplacer

Ce dernier avait écrit au ministre Barandagiye, lui demandant de limoger cet administrateur qui était accusé de malversations économiques et de détournement des fonds publics. Mais les choses n’avaient pas été faciles car deux camps ont vite apparu, l’un le soutenant et l’autre demandant son départ à tout prix.

Pascal Barandagiye vient donc de mettre fin à un long feuilleton qui avait paralysé pratiquement le fonctionnement de la commune Mutimbuzi. Les membres du conseil communal avaient juré de ne plus siéger tant que Damien Barindambi est toujours là, ce qui poussait ce dernier à riposter qu’ils veulent son départ car il leur prive des avantages qu’ils veulent s’octroyer illégalement.

Burundi -Tanzanie - Rapatriement

Trois cent réfugiés rentrent au Burundi !

Ruyigi, le 8 février 2019 (Net Press) . Trois cent réfugiés burundais des camps de réfugiés de Nduta et de Mtendeli en Tanzanie, ont regagné le Burundi, en transitant par la commune Gisuru, dans la province de Ruyigi avant de poursuivre leurs chemins jusque dans leurs foyers respectifs.

Selon nos sources, ces réfugiés étaient constitués de 107 familles, dont 175 hommes et 160 femmes, dont 153 sont ressortissants de la province de Ruyigi tandis que 182 sont originaires de la province de Cankuzo. Selon les chiffres du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, les camps de réfugiés burundais de la Tanzanie regorgent plus de 300.000 personnes, un effectif toujours contesté par Bujumbura.

Burundi - Sécurité

Le ciel de plus en plus fâché contre le Burundi

Cibitoke, le 9 février 2019 (Net Press) . Selon des informations en provenance de la province de Cibitoke, au Nord Ouest du pays, des pluies diluviennes qui se sont abattues sur cette région ont détruit une vingtaine de maisons dans la commune de Rugombo, comme le précisent nos sources d’informations.

Cela pourrait être le fait d’un changement climatique qui s’observe ici et là à travers le monde car, selon toujours ces informations, un peu auparavant, il y avait un soleil de plomb qui frappait cette région pendant plus de deux semaines, ce qui mettait les habitants de cette localité dans une psychose de peur liée à une éventuelle famine dans la région.

Outre ces maisons, des poteaux électriques de la Regideso et des champs ont également été abîmés par ces pluies torrentielles. L’administratrice de la commune Rugombo, Béatrice Kaderi, demande aux âmes charitables de venir en aide aux sinistrés de cette situation dramatique. Signalons tout de même que cette situation n’est pas le propre de cette province car de tels désagréments sont perceptibles dans d’autres régions de ce pays, sans oublier la capitale économique Bujumbura.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.