Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Justice15 février 2020
|Et si l’infraction pénale n’est plus individuelle ?

Burundi - Sécurité Routière14 février 2020
|Un véhicule à grande vitesse percute des passants à Muzinda

Burundi - Confessions Religieuses - Justice13 février 2020
|Le pasteur rwandais libre après deux semaines de détention

Burundi - Sécurité12 février 2020
|Un homme se fait décapiter dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité 11 février 2020
|Une maison d’une journaliste en retraite calcinée

Burundi - Sécurité10 février 2020
|Un weekend pas tendre ici et là dans le pays

Burundi - Politique8 février 2020
|Le parti pour le redressement national s’exprime...

Burundi - Sécurité7 février 2020
|Un leader des Imbonerakure poignardé dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité 6 février 2020
|Une mère et son nourrisson tués lors d’un glissement de bétons abritant la fosse septique en province de Cibitoke

Burundi - Rdc - Sécurité5 février 2020
|Un militaire congolais tué dans des circonstances non encore élucidées

Burundi - Sécurité 4 février 2020
|La pluie ne donne plus de cadeaux dans ce pays

Burundi - Sécurité3 février 2020
|Deux personnes tuées au cours du dernier weekend dans la capitale économique

Burundi - Sécurité1er février 2020
|Des Imbonerakure battus pour vol dans la commune de Rugombo

Burundi - Sécurité 31 janvier 2020
|La station d’essence Kobil en zone Kamenge part en fumée

Burundi –Justice - Médias 30 janvier 2020
|Les journalistes du groupe de presse Iwacu condamnés à de 2 ans et 6 mois de prison

Burundi - Environnement - Sécurité29 janvier 2020
|Dégâts énormes suite aux pluies torrentielles de ce 28 janvier

Burundi – Sécurité28 janvier 2020
|Fouille-perquisition du quartier VII Ngagara

Burundi - Sécurité27 janvier 2020
|Le cérémonies de mariage perturbées en commune Mutimbuzi

Burundi - Sécurité25 janvier 2020
|La permanence du parti Cnl dans Kayanza incendiée

Burundi - Sécurité24 janvier 2020
|Une grenade lancée dans le bistrot en province de Cibitoke sans faire de dégâts !

Burundi - Sécurité23 janvier 2020
|Plusieurs personnes kidnappées en un laps de temps dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité22 janvier 2020
|Quatre frères tuent leur père dans la province de Bubanza

Burundi – Sécurité21 janvier 2020
|Interpellation d’une cinquantaine de personnes au quartier de Bwiza

Burundi - Sécurité20 janvier 2020
|Quand les changeurs de monnaies deviennent les cibles de assassinats

Burundi - Sécurité18 janvier 2020
|Une personne trouve la mort dans le lac Dogodogo

Archives

 

 

 



Burundi – Tanzanie - Sécurité

Un cadre du Snr érige domicile devant un camp des réfugiés sur le sol tanzanien

4 janvier 2020

Nduta, le 4 janvier 2020 (Net Press). Il est officier du service national des renseignements et se prénomme Alexis. Il est aussi un ancien rebelle des forces nationales de libération (Fnl).

Selon plusieurs sources concordantes, il habite à 500 mètres de l’entrée principale du camp des réfugiés burundais de Nduta. Cet agent des renseignements burundais a été remarqué pour la première fois il y a un mois lorsqu’il était en train de causer avec les policiers tanzaniens qui assurent la sécurité des réfugiés burundais.

Quand il est en public, il cache son visage sous un képi mais il est trop tard puisqu’il a été dévisagé par un réfugié qui le connaissait depuis longtemps.

Cet officier burundais sur le sol tanzanien a affirmé de sa bouche qu’il est en mission de travail dans ce pays et qu’il est encore en fonction comme cadre de la police présidentielle. Les réfugiés s’inquiètent alors à juste titre qu’il serait l’auteur présumé de plusieurs cas de disparition des réfugiés qui s’observent du jour au lendemain dans le camp de Nduta.

Les réfugiés burundais ne comprennent pas du tout la façon dont il se meut dans la population tanzanienne comme le poisson dans l’eau et côtoie les agents des services des renseignements tanzaniens sur leurs positions comme aux cabarets. Ses déplacements si faciles indiquent qu’il est en complicité avec la police tanzanienne.

Il se comprend aisément alors que sa mission est de traquer les réfugiés pour les contraindre de rentrer de force. Ceux qui manifesteraient une certaine réticence se verraient infligés des supplices inouïs allant à leur exécution.

C’est pourquoi, il s’observe ces derniers jours, de multiples cas d’arrestations et de disparitions des réfugiés, surtout dans les rangs de la jeunesse, abusivement accusée de former une rébellion.

Ce qui inquiète le plus les réfugiés burundais du camp de Nduta en Tanzanie, c’est que cet agent des renseignements burundais vit à moins de 300 mètres de la position de la police tanzanienne. Aussi, cette zone est occupée par les agents de renseignement du pays de John Pombe Magufuli.

Il se promène pour la plupart du temps avec eux, un signe qui ne trompe pas qu’ils se partagent la mission de contraindre les réfugiés de rentrer chez eux car, aucun autre étranger, moins encore un Burundais, n’est autorisé à vivre dans cette zone militarisée de la Tanzanie, sauf les agents humanitaires affectés dans ce camp de Nduta. Ch.N.

Burundi - Environnement

Le quartier de Kibenga victime du manque de canalisation de l’eau

Bujumbura, le 4 janvier 2020 (Net Press) . Le quartier de Kibenga, de la zone Kinindo, pratiquement de l’avenue Mardi à Samedi, est menacé par les eaux qui ont débordé et qui se frayent une direction un peu n’importe comment, y compris sur les murs et dans les parcelles de ce quartier. Si rien n’est fait dans l’urgence, le quartier réputé pour sa tranquillité risque d’être détruit par de telles eaux.

A l’origine du problème, une canalisation d’eau située dans la localité dite Tchétchénie, dans la commune de Musaga, à l’avenue Mutaga, amenant l’eau dans la rivière Kanyosha, qui a été défaillante suite aux ruissellements d’eau et qui ont causé d’énormes dégâts dans cette contrée. Il fallait agir vite pour minimiser les risques.

C’est dans ces conditions que des travaux de réfection de ce canal ont été entrepris, mais très vite suspendus et l’endroit des travaux enfermé par des tôles. C’est pourquoi l’avenue Mutaga est coupée et n’est plus praticable par les véhicules. Seuls les piétons peuvent y passer suite à un pont en bois qui y a été érigé.

La suspension de ces travaux a été fatale pour le quartier de Kibenga. En effet, un petit caniveau passant derrière le Petit Séminaire de Kanyosha a été obligé d’accueillir toutes les eaux en provenance de Kinanira, notamment l’institut supérieur des cadres militaires, Iscam, les camps militaires, les ménages, etc. et le caniveau du Petit Séminaire a été submergé.

Pour le moment, l’eau descend et tape de plein fouet sur un mur d’une école des chrétiens de Pentecôte qui doit s’effondrer si les choses continuent ainsi. La ruelle dénommée "Ombrette" n’est plus praticable. Un bistrot qui y est érigé dit "Songa" doit impérativement fermer car les clients ayant des véhicules ne peuvent pas s’y rendre.

Cette eau qui a détruit cette ruelle a pénétré également une des cours appartenant aux mêmes Pentecôtes. Au lieu de trouver une solution avec les chrétiens, ils ont préféré condamner l’entrée par la construction d’un mur et l’eau, ne pouvant plus y entrer, échoue dans les rues de ce quartier, des pavés qui sont sur le point d’être détruits.

Les populations de Kibenga rencontrées par la rédaction ont indiqué que non seulement les travaux ont été suspendus, mais également l’on a fait une grande erreur d’aménager l’amont sans prévoir le traitement de l’aval. En outre, déplorent-elles, les travaux ont été retirés à la société qui avait aménagé cette canalisation pour être confiés à une société de militaires. J.M. 

Burundi - Tanzanie - Education

Diplômes d’humanités générales au camp de réfugiés burundais de Mtendeli

Mtendeli, le 4 janvier 2020 (Net Press) . Les diplômes à une soixantaine de lauréats burundais ont été délivrés le 31 décembre de l’année dernière. Malgré cela, la satisfaction n’est pas au rendez-vous des jeunes Burundais pour le simple fait qu’ils sont presque sûrs qu’ils ne poursuivront pas les études universitaires dans ce pays.

Ils se basent sur le fait les trois promotions précédentes sont composées de jeunes qui sont toujours à la maison avec leurs diplômes d’humanités, faute de moyens, y compris même ceux qui ont réussi à l’examen d’Etat. Il semble que le Hcr et l’Unicef ont mis en place un système d’enseignement supérieur mais il ne peut pas couvrir tous les élèves car 20 élèves seulement sont admis chaque année dans tous les camps des réfugiés burundais et congolais

Les parents demandent à l’organisation onusienne chargée des réfugiés de faire en sorte que les élèves qui veulent poursuivre leurs études le fassent, un pari qui n’est pas gagné d’avance car pour avoir un diplôme reconnu par l’Etat dans ce pays, un élève doit passer un test choisi par la Tanzanie, de concert avec le collège des enseignants dans les camps des réfugiés et le Hcr. N.R.

Burundi - Usa - Politique

"Donald Trump à la reconquête de son électorat évangélique en Floride", dixit Rfi

Miami, le 4 janvier 2020 (Net Press) . Le président américain Donald Trump a participé à Miami au lancement d’une coalition de pasteurs appelant à sa réélection en 2020, alors qu’un très influent magazine évangélique appelait mi-décembre à soutenir sa destitution.

Pour le symbole, l’équipe de campagne de Donald Trump a tenu à organiser ce meeting dans l’Église évangélique latino de Miami El Rey Jesus, une « megachurch » comme les appellent les Américains. Chaque dimanche, près de 15 000 personnes viennent y prier.

Les pasteurs les plus fidèles du président américain vont y lancer en sa présence une coalition baptisée « Les évangéliques pour Trump ». Le président Donald Trump est accompagné par Paula White, la pasteure officielle de la Maison Blanche. Mais, parmi ces religieux, il y a aussi le médiatique et contesté Robert Jeffress. Depuis une semaine sur Fox News, ce pasteur homophobe et anti-avortement du Texas ne cesse de dénoncer l’idiotie et l’absence de représentativité du magazine Christianity Today au sein de la communauté évangélique américaine.

Christianity Today pour la destitution de Trump

Dans un éditorial au vitriol mi-décembre, ce magazine de référence des évangéliques, fondé par Billy Graham, une figure emblématique, annonçait soutenir la procédure d’impeachment contre Donald Trump, accusé d’immoralité, accusé aussi d’avoir violé la Constitution en demandant à l’Ukraine de s’immiscer dans la campagne américaine.

L’éditorial a immédiatement déclenché la fureur de Donald Trump sur Twitter qualifiant Christianity Today de « magazine d’extrême gauche ». Ce meeting de Miami entend donc lui donner tort. Entouré de pasteurs et de milliers de croyants dans cette immense église, le président américain veut prouver que les évangéliques le soutiennent toujours en masse. « Aucun président n’a fait davantage pour la communauté évangélique », écrit-il.

Un électorat décisif pour Trump

Il faut dire que cet électorat est vital pour Donald Trump : 81% des évangéliques blancs ont voté pour lui en 2016 et ils seraient toujours 70% à le soutenir aujourd’hui. D.N.

Revue annuelle de la presse. Mars 2019 (suite et fin)

Burundi - Politique

Vers l’éclatement, lentement mais sûrement, du Cnared-Giriteka ?

Bruxelles, le 21 mars 2019 (Net Press) . Selon des informations parvenues à la rédaction, le pouvoir de Bujumbura peut dormir sur ses deux lauriers car il assiste, aux anges, à la destruction certaine de la plateforme d’opposition Cnared-Giriteka, une opposition radicale qui était basée en Belgique.

N’avait-il pas juré la main au cœur qu’il ne sera jamais sur la même table de négociation avec des terroristes qui ont failli renverser un pouvoir issu des élections démocratiques de 2010 ? Pour les analystes politiques de ce pays, le Dr. Jean Minani vient de réussir son pari et il ne devait qu’attendre la récompense venue de Gitega qu’il a servi pendant toute cette période.

Il vient de chasser de la plateforme l’honorable Pie Ntavyohanyuma, ancien président de l’assemblée nationale, membre du Cndd-Fdd qui avait rejoint la fronde depuis les élections contestées de 2015. Il vient de révéler qu’il a tiré sa révérence car les membres du Cnared-Giriteka courent beaucoup plus pour les intérêts personnels que publics.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, les positions des autorités du Cnared sont souvent contraires aux desiderata des membres de cette coalition. C’est notamment la participation aux élections de 2020, une position qui ne rencontre pas l’assentiment de tout le monde. Enfin, il y a eu changement des objectifs, selon Pie Ntavyohanyuma, car l’on n’accorde plus de priorité à l’accord d’Arusha et à la constitution qui en est issue.

Burundi - Ua - Politique

L’Union africaine suggérée de prendre la relève dans la résolution de la crise burundaise

Bruxelles, le 22 mars 2019 (Net Press) . Quatorze organisations de la société civile en exil et dont la plupart ont été radiées par Gitega, ont saisi le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, par une correspondance, pour lui demander que l’Union africaine prenne la relève et réorganise le dialogue inter burundais externe car la communauté de l’Afrique de l’Est a échoué dans sa mission de trouver une solution à la crise politico-sécuritaire qui secoue le Burundi depuis 4 ans.

A travers la correspondance, elles ont dressé un bilan largement négatif des résultats du dialogue sous l’égide de l’Eac. Non seulement il a été organisé avec une lenteur affligeante, font-elles observer, mais également rien de palpable n’est sorti de ces démarches "Mkapaènnes", tout cela suite au boycottage du gouvernement du Burundi.

Par ailleurs, ont-elles poursuivi, même la sous-région n’a pas affiché de volonté, en témoigne que Benjamin Mkapa a justifié son échec par l’absence d’un soutien significatif de la part des chefs d’Etat qui seraient divisés sur la question. Depuis que le facilitateur a rendu son rapport, il y a six mois, plus rien dans ce sens, déplorent-elles.

Burundi - Sécurité

Un policier tire délibérément sur un citoyen au Sud du pays

Makamba, le 23 mars 2019 (Net Press) . Il s’appelle Damien Nzambimana, âgé de 38 ans ; il a été victime d’une caprice d’un policier qui se targuait d’être mandaté pour lyncher des féticheurs. Il accusait, dans la nuit du 21 mars, vers 21 heures, une personne d’être un féticheur et quand il a tiré sur lui, il a raté sa cible, atteignant le jeune Damien Nzambimana.

Blessé grièvement au ventre, il a été conduit à l’hôpital de Makamba avant d’être transféré aussitôt, à l’hôpital régional de Kibuye à Gitega, au regard de la gravité de ses blessures. Selon des informations recueillies sur place, ce policier a été battu par des populations de la place après ce forfait.

Il a été lui aussi admis à l’hôpital de Makamba pour des soins. Selon toujours nos informations, ce policier est connu pour commettre régulièrement des bavures et les administratifs locaux avaient souvent donné des rapports à leurs supérieurs hiérarchiques mais sans effet. Il semblerait que ce soit les habitants qui ont été arrêtés par la police en lieu et place de ce " tireur des féticheurs ".

Burundi - Politique

Frondeurs au Cndd-Fdd, mais également frondeurs à l’Uprona proche du pouvoir

Gitega, le 25 mars 2019 (Net Press) . Si tout le monde était au courant de la fronde au parti de l’Aigle, c’est hier que le président du parti Uprona proche du Cndd-Fdd, Abel Gashatsi, a annoncé qu’il y a des frondeurs au sein de sa formation politique alors qu’il procédait, dans la capitale politique de ce pays, à la commémoration du 57ème anniversaire de la victoire de l’Uprona, le 13 octobre 1961.

Dans son discours de circonstance, le président Gashatsi a semblé se plaindre qu’il y a de gros poissons de son parti qui ne veulent pas être dirigés. Pour lui, au lieu de combattre leurs remplaçants, ils devraient comprendre qu’il doit y avoir une alternance, a-t-il martelé, avant d’inviter ses militants à se préparer pour les élections de 2020.

Le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, issu de l’Uprona, s’est quant à lui attaqué aux Imbonerakure qui ont empêché leurs membres de participer à cette activité, allusion faite aux Upronistes de Giheta qui n’ont pas pu joindre les autres. Pour Gaston Sindimwo, tout citoyen a le droit d’appartenir à la formation politique de son choix.

Le premier vice-président de la République a également promis de réconcilier les Upronistes, une information que la rédaction avait livrée pour la première fois dans sa publication du 22 mars 2019.

Burundi - Société

Malignité de plus en plus accrue, même en matière de banditisme

Bujumbura, le 26 mars 2019 (Net Press) . La scène se passe en face d’un bistrot dénommé "Cercle Universitaire" de Bujumbura, tout près d’un garage pour voitures. Des hommes très chics y ont garé leur voiture et ont demandé à voir les sentinelles. Ils leur ont donné à boire, de la bière et dans l’entre-temps, ils ont déclaré qu’ils avaient faim.

Les sentinelles qui avaient déjà gagné leur confiance sont allés au Cercle Universitaire pour faire une commande de brochettes et au retour, les "amis" avaient mis du poison dans la bière de ces sentinelles. C’est ainsi qu’ils ont sombré dans un sommeil tellement profond que même ce matin, ils dormaient encore.

Ces bandits sont entrés en toute quiétude alors dans le hangar qui jouxte ce garage où ils ont pris tout ce dont ils avaient besoin. Certaines informations indiquent qu’ils ont tout pris à leur passage. La police est arrivée sur les lieux ce matin mais a estimé qu’il ne servait à rien d’arrêter pratiquement des "cadavres". Pour elle, il est difficile de mener des enquêtes dans ces conditions.

Ceux qui se sont posés la question de savoir pourquoi les gens qui se désaltéraient dans le bistrot ne sont pas intervenus, l’explication est qu’il n’y a jamais eu d’alerte et que pour certains, c’étaient les propriétaires du hangar qui étaient à l’intérieur, donc que c’était la chose la plus normale du monde.

Burundi - Commerce

Le carburant se raréfie encore une fois au sud du pays

Makamba, le 27 mars 2019 (Net Press) . Selon des informations émanant des automobilistes de cette province, cela fait cinq jours que l’on ne trouve aucun litre de carburant dans toutes les stations à essence de cette province. Cette situation perturbe les activités économiques de cette entité administrative car se déplacer en automobiles devient un problème sérieux.

Les chauffeurs de bus et d’autres véhicules de transport rémunéré préfèrent s’approvisionner frauduleusement au lieu d’arrêter les activités. De leur côté, les habitants de Makamba ne comprennent pas ce phénomène de fraude car les forces de l’ordre sont présents un peu partout, font des patrouilles presqu’au quotidien, mais rien ne change, d’où des soupçons de leur complicité.

Selon des chauffeurs de bus contactés à Bujumbura, cette pénurie à l’intérieur du pays est un signe fort que ce produit pourrait encore une fois être introuvable dans plusieurs coins du pays, allusion faite au principe du vase communicant. Selon des informations sur place, les voyageurs se résignent et prennent des véhicules de transport malgré les caprices des chauffeurs qui sombrent dans toutes sortes de spéculations.

Burundi - Commerce

Saisie de chanvre en transit dans notre pays

Bujumbura, le 28 mars 2019 (Net Press) . Dans l’une de ses dépêches antérieures, la rédaction avait fait part de l’arrestation à l’aéroport international de Bujumbura d’une personne en possession de la drogue dont la quantité n’a pas été révélée à la presse. Cet homme, qui serait de nationalité brésilienne, se rendait à Bujumbura au bord de la compagnie Ethiopian Airlines. (voir Net Press du 21 mars 2019).

L’on apprend aujourd’hui, de part un point de presse du porte-parole au ministère de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes, qu’il s’agissait de 3 kilos d’héroïne d’une valeur de 360.000 euros qui ont été saisis. Ce Brésilien, du nom de Gilberto Fabio, était en contact avec deux Burundais, Juma Nahimana et Radjabu Ndayisenga, qui se qualifient de commerçants et qui ont été arrêtés alors qu’ils se rendaient à l’aéroport pour l’accueillir.

Le lendemain, selon toujours les propos de Pierre Nkurikiye, une autre personne de nationalité lettone, Maris Akmes, s’est rendu à Bujumbura en provenance de la Grèce et devait réceptionner ce colis venu directement de Brésil et dont la mission était de vendre ce produit ailleurs. Pour le moment, toutes ces 4 personnes se trouvent aux mains de la police dans notre pays.

Burundi - Société

Des pratiques qui dépassent l’entendement !

Bubanza, le 29 mars 2019 (Net Press) . Incroyable mais vrai, dit-on dans la langue de Molière. Une ambulance privée de la clinique Agape de Rugombo se rendait hier à Bujumbura, en provenance de la province de Cibitoke, sirène sonnante, avec à son bord, non pas un patient, mais des ... sacs d’engrais chimiques obtenus frauduleusement.

L’ambulance en question a été arrêtée à Gihanga, dans la province de Bubanza, au Nord Ouest du pays par la police qui avait eu vent de cette mise en scène. Les habitants de Bubanza et de Cibitoke n’en croyaient pas leurs yeux et ils ont estimé que c’est immoral de la part des responsables des hôpitaux qui font du commerce déloyal avec des structures de santé.

Tout le monde était unanime pour demander des sanctions exemplaires à l’endroit de la ou des personnes qui sont à l’origine de ce scandale. Les médecins des bureaux provinciaux sanitaires de Bubanza et de Cibitoke ont été approchés par des médias mais ils ont préféré garder le silence.

Burundi - Politique - Justice

Une centaine de prisonniers libérés suite à la grâce présidentielle

Gitega, le 30 mars 2019 (Net Press) . Plus de 140 détenus seront libérés dans la prison centrale de Gitega suite au pardon du président de la République. Selon des informations concordantes, cette grâce présidentielle visait surtout les femmes, les juges, les magistrats, les agents du Snr, des policiers et des militaires accusés de petites infractions.

Ainsi, 600 détenus sur 1326 de la prison de Gitega bénéficieront de cette libération et un total de quelques 3.000 prisonniers sur 12.110 que regorgent toutes les prisons du Burundi. Le directeur général des affaires pénitentiaires, Gervais Hajayandi, salue cette mesure de désengorger les prisons mais déplore le fait que plus de 5.500 détenus sur 12.110, soit 45,4% des prisonniers dans tout le pays, ne sont pas encore jugés.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.