Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Justice15 février 2020
|Et si l’infraction pénale n’est plus individuelle ?

Burundi - Sécurité Routière14 février 2020
|Un véhicule à grande vitesse percute des passants à Muzinda

Burundi - Confessions Religieuses - Justice13 février 2020
|Le pasteur rwandais libre après deux semaines de détention

Burundi - Sécurité12 février 2020
|Un homme se fait décapiter dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité 11 février 2020
|Une maison d’une journaliste en retraite calcinée

Burundi - Sécurité10 février 2020
|Un weekend pas tendre ici et là dans le pays

Burundi - Politique8 février 2020
|Le parti pour le redressement national s’exprime...

Burundi - Sécurité7 février 2020
|Un leader des Imbonerakure poignardé dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité 6 février 2020
|Une mère et son nourrisson tués lors d’un glissement de bétons abritant la fosse septique en province de Cibitoke

Burundi - Rdc - Sécurité5 février 2020
|Un militaire congolais tué dans des circonstances non encore élucidées

Burundi - Sécurité 4 février 2020
|La pluie ne donne plus de cadeaux dans ce pays

Burundi - Sécurité3 février 2020
|Deux personnes tuées au cours du dernier weekend dans la capitale économique

Burundi - Sécurité1er février 2020
|Des Imbonerakure battus pour vol dans la commune de Rugombo

Burundi - Sécurité 31 janvier 2020
|La station d’essence Kobil en zone Kamenge part en fumée

Burundi –Justice - Médias 30 janvier 2020
|Les journalistes du groupe de presse Iwacu condamnés à de 2 ans et 6 mois de prison

Burundi - Environnement - Sécurité29 janvier 2020
|Dégâts énormes suite aux pluies torrentielles de ce 28 janvier

Burundi – Sécurité28 janvier 2020
|Fouille-perquisition du quartier VII Ngagara

Burundi - Sécurité27 janvier 2020
|Le cérémonies de mariage perturbées en commune Mutimbuzi

Burundi - Sécurité25 janvier 2020
|La permanence du parti Cnl dans Kayanza incendiée

Burundi - Sécurité24 janvier 2020
|Une grenade lancée dans le bistrot en province de Cibitoke sans faire de dégâts !

Burundi - Sécurité23 janvier 2020
|Plusieurs personnes kidnappées en un laps de temps dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité22 janvier 2020
|Quatre frères tuent leur père dans la province de Bubanza

Burundi – Sécurité21 janvier 2020
|Interpellation d’une cinquantaine de personnes au quartier de Bwiza

Burundi - Sécurité20 janvier 2020
|Quand les changeurs de monnaies deviennent les cibles de assassinats

Burundi - Sécurité18 janvier 2020
|Une personne trouve la mort dans le lac Dogodogo

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Un mort dans la zone urbaine de Gihosha

6 janvier 2020

Bujumbura, le 6 janvier 2020 (Net Press) . Dans la matinée de ce dimanche 5 décembre de cette année, les habitants de la 6ème cellule du quartier Gikungu, de la zone Gihosha, située dans la commune urbaine de Ntahangwa en mairie de Bujumbura, ont découvert un cadavre.

La victime était morte étranglée puisque le cadavre présentait des traces d’une corde au niveau du cou. Les premiers témoignages indiquent qu’il aurait été tué vers 2 heures du matin par des personnes à bord d’un véhicule double cabine.

Un habitant de cette localité témoigne qu’il aurait vu, vers 2 heures du matin, des personnes à bord d’un véhicule car, sa parcelle non clôturée est située tout près du lieu du crime. Ils ont garé le véhicule et ont sorti un homme ligoté. Pendant un bon bout de temps, ils ont engagé une discussion avec la victime.

L’un des bourreaux a appelé au téléphone quelqu’un d’autres, certainement pour décider du sort de la victime. Après le coup de téléphone, l’homme ligoté a été descendu du véhicule et vite étranglé. Il a crié fort puis hurlé mais personne n’est venu pour le secourir, raconte un habitant de la localité, témoin du crime.

Interrogé sur les raisons de ce crime, le chef de cette circonscription administrative, Adélain Ndabanekere, a indiqué que les criminels n’ont pas été identifiés, surtout que l’endroit du drame n’était pas accessible faute de route aménagée, mais que les enquêtes vont commencer et pourront renseigner sur les auteurs et les mobiles de cet assassinat. Ch.N.

Burundi – Sécurité

Même un curé d’une paroisse trainé dans la boue par la jeunesse du parti Cndd-Fdd

Rutana, le 6 janvier 2020 (Net Press) . L’abbé Jean-Marie Nduwamungu, curé de la paroisse Rutana, a été agressé ce dimanche matin, 5 janvier, vers 8 heures, par des Imbonerakure au chef-lieu de la province Rutana.

La scène s’est passée au quartier dit Birongozi du chef-lieu de la province quand les jeunes Imbonerakure en train de faire du sport ont aperçu le curé de la paroisse à bord de son véhicule. Ils lui ont barré route et ont alors commencé à lui lancer invectives, le traitant d’imbécile.

La population de cette province demande aux responsables du parti Cndd-Fdd de rappeler à l’ordre la jeunesse Imbonerakure car, elle vient de franchir le Rubicon. D’habitude, les hommes de l’Eglise sont de nature respectés puisqu’ils représentent le Tout-Puissant sur terre et quiconque les défie s’expose au courroux de Dieu.

Des chrétiens de ce diocèse n’ont pas caché leur colère face à cette attitude de la jeunesse du Cndd-Fdd qui venait d’insulter leur prédicateur de la foi.

Ils estiment que cet incident serait lié à l’homélie de la fête de la Nativité quand le curé a exhorté tous les chrétiens à partager ce qu’ils avaient préparé pour festoyer après la messe de Noël avec les pauvres, sans ignorer ceux qu’ils traitent d’Imbéciles (les plus démunis) sans précision aucune.

Les mêmes chrétiens n’en reviennent pas de ce comportement irresponsable des Imbonerakure car, ils ne comprennent pas comment ces jeunes se sont sentis visés par le qualificatif d’imbécile alors que l’homme de Dieu ne les avaient pas cités nommément. N.R.

Burundi - Sécurité

Un rapatrié arrêté et relâché en province de Kirundo

Kirundo, le 6 janvier 2020 (Net Press) . Il s’appelle Egide Nduwimana, ce militant du parti conseil des patriotes (Cdp), fidèle a Anicet Niyonkuru, ancien secrétaire de la plateforme de l’opposition en exil Cnared. Nduwimana rentrait de l’exil du Rwanda, il a été arrêté ce jeudi 2 janvier par le service national des renseignements au centre-ville de Kirundo. Il a été relâché ce dimanche sous l’intervention musclée du représentant provincial de ce parti en province de Kirundo, en la personne d’Isaac Nahayos.

Selon des sources concordantes, Egide Nduwimana avait été arrêté par la police présidentielle de Kirundo pour des raisons d’enquête préliminaire. Après donc l’intervention d’Isaac Nahayo, ce militant a été relâché à la mi-journée de ce dimanche 5 janvier.

De son côté, le bureau central du parti Cdp affirme ne pas être au courant de l’arrestation de son militant, avant d’affirmer qu’Egide Nduwimana est pour le moment tranquille dans la ville de Bujumbura.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme indiquent qu’au moins 2 membres de l’opposition du parti CNL sont détenus à la suite des propos critiques envers les Imbonerakure du parti au pouvoir. Un autre membre de ce parti a été enlevé par des agents de la police, ses proches n’ont aucune nouvelle.

Pour le mois de décembre 2019, les mêmes activistes des droits de l’homme évoquent 12 cas d’assassinats, 4 cas d’enlèvement, 35 cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, ainsi que 17 cas d’atteintes à l’intégrité physique dont 14 cas de torture. D.N.

Burundi - Economie

Du spéculation des produit Brarudi , est sous le silence de Gitega !

Bujumbura, le 6 janvier 2020 (Net Press) . Les produits de la Brarudi sont rares et cela, presque dans tous les coins du pays, ce qui occasionne des spéculations qui basculent sous le silence de l’administration locale et du ministère du commerce, de l’industrie et du tourisme.

Nous sommes dans la capitale économique du pays, la rédaction a tendu un micro-baladeur aux consommateurs des produits Brarudi qui affirment que ces derniers sont devenus rare, ce qui occasionne une hausse de leurs prix. Ces consommateurs sont étonnés de voir que le ministère du commerce reste silencieux face à cette flambée des prix qui prend une allure nationale

Selon ces consommateurs, le prix de l’Amstel Blonde passe de 1800 à 2000 voire 2200, une bouteille de Fanta qui s’achetait a 700 Fbu par bouteille grimpe à 1000 Fbu, tandis qu’une bouteille de Primus grimpe de 1500 à 1700 Fbu et toujours sous le silence de l’administration locale et du ministère du commerce et de l’industrie.

Au centre-ville de Gitega, ces produits de l’unique industrie de brassage du Burundi sont devenus rares et les quelques boissons de la Brarudi trouvées dans des différents bistrots de Gitega ont été revus à la hausse. Une bouteille de Primus passe de 1500 à 1700 et l’Amstel Blonde grimpe de 1800 à 2500 Fbu, ce qui inquiète les amoureux de la sainte mousse de la capitale politique du Burundi.

Une large majorité des commerçants détaillants des boissons de la Brarudi affirment que ces produits sont devenus rares et que pour s’en procurer, ils sont obligés de parcourir une grande distance , d’où ces derniers haussent les prix pour récupérer les frais du transport.

De leur côté, les consommateurs des boissons de la Brarudi se demandent pourquoi cette industrie de Brassage ne sort pas de son silence pour donner la lumière sur cette pénurie qui prend une allure inquiétante. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi le ministère du commerce ne prend pas des mesures draconiennes pour décourager la hausse des prix de ces boissons de la Brarudi.

Ces consommateurs demandent à la Brarudi et au ministère de tutelle de mener des discussions centrées sur cette flambée pour le retour des prix officiels dans un contexte de pauvreté extrême pour les citoyens moyens de ce pays. J.M.

Burundi – Inondations

Des familles dorment à la belle étoile

Cibitoke, le 6 janvier 2020 (Net Press) . Depuis une semaine, plus 300 personnes ont fui leurs ménages suite aux fortes pluies qui ont provoqué des éboulements des montagnes.

Ces personnes infortunées ont trouvé refuge dans un établissement scolaire de Kibati en zone Masango de la commune Bukinanyana, où elles mènent une vie misérable qui nécessite une aide d’urgence.

Un élu collinaire lance un cri d’alarme pour que les services d’hygiène interviennent car il craint que les maladies des mains sales n’érigent domicile à cet endroit sans eau ni latrines. Les éboulements ont enseveli et bouché les latrines existantes à cet établissement, ne laissant qu’une seule, aujourd’hui utilisée par plus 300 personnes.

Ces sinistrés ont aussi besoin de vivres car leurs champs ont été détruits par ces pluies. L’administrateur communal de Bukinanyana, Bosco Hategekimana, affirme que la situation est trop délicate. Pour le moment, il a transmis le rapport aux échelons supérieurs et attend toujours la réaction.

Pour lui, le deuxième trimestre commence aujourd’hui le 6 janvier alors que les salles de classe sont occupées par ces déplacés. Les enfants ne vont pas étudier si les autorités administratives au niveau de la province ne trouvent pas un autre endroit pour abriter ces personnes.

Rappelons que la province de Cibitoke fait face aux fortes pluies depuis le mois de décembre 2019 qui avaient obligé plus de 500 personnes à fuir leurs ménages dans la localité de Nyempundu dans la zone Nyamaboko, en commune Mugina, après avoir fait 27 morts et 9 disparus. Ch.N.

Burundi – Aménagement

Réhabilitation de la route Kibumbu – Gitega

Mwaro, le 6 janvier 2020 (Net Press) . Le tronçon de la route Mwaro – Gitega, long de 24 km, est en train d’être bitumé par la société chinoise dénommée human construction engeneering group.

D’après nos sources sur place, les populations dont leurs propriétés foncières seront détruites par des travaux de réhabilitation de cette route ne seront pas dédommagées. En effet, selon, Gédéon Nzeyimana, chef de la colline Kibiri, l’entreprise chinoise qui a gagné le marché a fait intervenir les forces de l’ordre qui ont chassé les populations avant de détruire leurs champs de cultures sans être indemnisées.

Plusieurs témoignages affirment que cette société chinoise n’a pas voulu contacter les propriétaires fonciers pour discuter de leur indemnisation. C’est le cas de Nicodème Ndikumana de la colline Kibiri de la commune et province de Gitega, mais aussi de Stany Ndimurwanko et de Jacqueline Habonimana qui s’inquiètent de leur situation car, leurs maisons et leurs champs de cultures ont été détruits. Ils n’ont pas d’abri, moins encore de nourriture pour les enfants.

Ce chef de colline demande aux autorités habilitées de remédier à cette situation et de donner une suite favorable aux désidératas des propriétaires fonciers lésés.

Mais il faut savoir que la société chinoise exécute les travaux tels que prévu dans le cahier d’appel d’offres. Les études de faisabilité et d’indemnisation des populations dont les travaux de réhabilitation de la route endommagent leurs terrains et cultures incombent à l’Etat.D.N.

Revue annuelle de la presse. Avril 2019

Burundi - Politique

Les dossiers de ventes illégales des biens toujours imputables au président de l’Uprona

Bujumbura, le 1er avril 2019 (Net Press) . Les frondeurs de l’Uprona reconnu par le gouvernement viennent de saisir par correspondance tous les notaires du pays pour leur interdire de notifier des documents de vente des biens de cette formation politique. Ils dénoncent une vente illégale des biens et des malversations qui seraient pratiquées par les dirigeants de ce parti.

Ils citent nommément Abel Gashatsi, président du parti, Etienne Simbarakiye, vice-président, Olivier Nkurunziza, secrétaire général et Gaston Sindimwo, président du comité d’orientation de ce parti et premier vice-président de la République. Les frondeurs affirment sans tergiversation que les biens du parti ont été mis sur le marché.

Une telle correspondance vise donc à lutter contre la spoliation des biens du parti que le directoire s’apprête à vendre illégalement, précisent ces frondeurs qui informent également avoir contacté le procureur de la République à ce propos. Ils semblent insurgés par le fait qu’ils ont été limogés de leurs postes pour avoir dénoncé de telles magouilles.

Mais cette réaction des frondeurs ne cause pas d’insomnie à la direction de l’Uprona qui les traite de frustrés suite au rajeunissement du parti. Ils voulaient se positionner en tête de liste pour les élections de 2020, ce qu’ils n’ont pas obtenu, d’où la décision de déstabiliser le parti qui se porte à merveille.

Burundi - Sport

La fédération de football du Burundi sanctionnée

Le Caire, le 2 avril 2019 (Net Press) . A travers une correspondance de la confédération africaine de football, Caf, du 31 mars 2019, il est reproché à la fédération de football du Burundi de n’avoir pas respecté les règlements de la Caf lors du match de la 6ème journée des éliminatoires de la CAN Total, Egypt 2019.

Il s’agit de la diffusion illicite par la RTNB (Burundi) sur satellite et en clair à travers la plateforme Startimes, le signal de CANAL + INTL, le match Burundi vs. Gabon, sans l’approbation de la CAF. Par conséquent, la sanction imposée par le comité de discipline de la CAF pour la violation en question est une amende de $10,000 USD.

Burundi - Education

Les trois filles récemment libérées chassées définitivement de l’école

Kirundo, le 3 avril 2019 (Net Press) . Les trois filles, Bélyse, Eliane et Micheline, qui avaient été accusées de gribouiller la photo du président de la République et qui avaient fait la prison pour femmes dans la province de Ngozi, ont été définitivement chassées de leur école fondamentale de Kamuri, sur décision de la direction.

Outre que ces filles ont été renvoyées à l’école qu’elles fréquentaient, elles n’ont plus le droit d’étudier au Burundi. Les défenseurs des droits de l’homme, ceux-là même qui avaient crié pour que ces enfants soient relâchées, trouvent qu’il s’agit d’une violation grave des droits de ces enfants car leur place est à l’école.

Le phénomène de gribouillage refont par ailleurs surface dans la province de Bururi. En effet, deux élèves de l’école fondamentale de Rutovu sont accusés par le directeur de cette école, Alexis Ngendakumana, de gribouillage de la photo du chef de l’Etat Pierre. Ils ont été interpellés ce mardi 2 avril puis emprisonnés au cachot de la police de Rutovu.

Des sources sur place font savoir que des mobiles à caractère politique pourraient être derrière l’emprisonnement de ces deux élèves car selon nos sources, ces derniers seraient membres du parti congrès national pour la liberté (Cnl). Leurs familles ainsi que leurs camarades de classe demandent leur libération sans conditions.

Burundi - Société

"Sept Burundais sur dix vivent dans la pauvreté", dixit Parcem

Bujumbura, le 4 avril 2019 (Net Press) . L’Ong locale Parcem, via son président, Faustin Ndikumana, a organisé ce matin un point de presse à son siège sis à Bujumbura. Fort des études menées par l’institut des statistiques et des études économiques du Burundi, Isteebu, Parcem a indiqué combien la situation est grave dans notre pays, où 7 personnes sur 10 vivent dans la pauvreté indescriptible avec moins d’un dollar américain par jour.

Selon toujours le conférencier, de 2006 à 2014, la pauvreté a été réduite de 67% à 64% mais à partir de 2015, les chiffres ont de nouveau gonflé. Et cette situation frappe de plein fouet 10 provinces sur les 18 qui composent notre pays. Il trouve que le remède à ce problème devrait provenir de la conjugaison des efforts de tout le monde.

Burundi - Politique

Un membre du Cnl en détention depuis deux semaines

Makamba, le 5 avril 2019 (Net Press) . Il s’appelle Steve Bishaza, il a été interpellé en date du 22 mars par un brigadier du commissariat communal de police à Nyanza-Lac. Il a été interpellé alors qu’il était dans un bar où il travaille comme vendeur de viande grillée, des hommes qu’on appelle communément dans ce pays "vétérinaires".

Les membres de la formation politique d’Agathon Rwasa parlent de chasse à l’homme de tout membre de l’opposition. Selon des sources concordantes, des réunions auraient été tenues pour demander aux administratifs de ne pas autoriser une quelconque rencontre des partis de l’opposition. Cet homme a été transféré au cachot du parquet de Makamba en date du 28 mars dernier.

Burundi - Politique

Un membre du Cnl en détention depuis deux semaines

Makamba, le 5 avril 2019 (Net Press) . Il s’appelle Steve Bishaza, il a été interpellé en date du 22 mars par un brigadier du commissariat communal de police à Nyanza-Lac. Il a été interpellé alors qu’il était dans un bar où il travaille comme vendeur de viande grillée, des hommes qu’on appelle communément dans ce pays "vétérinaires".

Les membres de la formation politique d’Agathon Rwasa parlent de chasse à l’homme de tout membre de l’opposition. Selon des sources concordantes, des réunions auraient été tenues pour demander aux administratifs de ne pas autoriser une quelconque rencontre des partis de l’opposition. Cet homme a été transféré au cachot du parquet de Makamba en date du 28 mars dernier.

Burundi - Sécurité

Attaque armée contre une position policière à Gihanga

Bubanza, le 8 avril 2019 (Net Press) . Dans la soirée de ce 6 avril, vers 23 heures, une position policière dans le village V de la commune de Gihanga a été la cible d’une attaque armée, perpétrée par des hommes qui seraient venus de la réserve naturelle de la Rukoko mais qui n’ont pas été identifiés.

L’administrateur de cette commune, Léopold Ndayisaba, a tenté de minimiser l’impact de cette attaque sur les ondes de la radio nationale, déclarant qu’il n’y a pas de dégât à déplorer, mais des informations sur place indiquent que six policiers auraient été grièvement blessés, raison pour laquelle le commissaire provincial de police les a transférés vers Bujumbura pour des soins intensifs.

En outre, les assaillants ont volé des vivres pour ces policiers ainsi que leurs tenues. L’administrateur parle de bandits armés qui sont auteurs de cette attaque. Il semble que les forces de l’ordre ont poursuivi les agresseurs, mais l’administrateur demande à la population de signaler toute présence suspecte.

Burundi - Sport

Etat vs Etat, qui gagnera le pari ?

Bujumbura, le 9 avril 2019 (Net Press) . Le bras de fer est engagé entre la fédération de football du Burundi et la radio et télévision nationales du Burundi. Le nœud du problème est que les deux parties se rejettent la responsabilité dans le paiement de l’amende infligée par la fédération africaine de football, Caf.

Au cours d’une conférence de presse de ce 8 avril, le président de la Ffb, Révérien Ndikuriyo, n’y est pas allé par quatre chemins. C’est la télévision nationale qui doit payer pour l’erreur commise suite à la diffusion du match opposant le Burundi au Gabon le 23 mars dernier sans autorisation de cette instance africaine de football.

Le président du sénat était on ne peut plus clair, le Ffb ne va pas payer pour la faute des autres. L’erreur a été commise par la télévision nationale et elle doit assumer. Elle a violé la loi sans l’aval de la Ffb, a déclaré le président de la Ffb. Dans ces accusations, Révérien Ndikuriyo a affirmé avoir interdit la diffusion du match mais qu’il n’a pas été écouté, une raison de plus de ne pas payer pour eux.

A la Rtnb, la lecture est tout autre. Ne voulant pas visiblement engager un bras de fer avec un homme qui est de loin le plus puissant, les responsables de la radio et télévision nationales ont indiqué que c’est un organe public au service du public burundais. Il revient donc aux organes étatiques de gérer cette question et non à la Rtnb. Qui paiera ?

Burundi - Justice

Comparution des ex-Fab dans le dossier d’assassinat de Melchior Ndadaye

Gitega, le 10 avril 2019 (Net Press). Quatre hauts officiers de l’armée burundaise en retraite et ex-Fab, les colonels Laurent Niyonkuru, Anicet Nahigombeye, Gabriel Gunungu ainsi que le général Célestin Ndayisaba alias Kibadashi, ont comparu hier devant la chambre de conseil de la cour suprême en itinérance dans la province de Gitega, au Centre du pays.

Rappelons que ces officiers supérieurs sont poursuivis pour attentat contre le président Ndadaye, attentat contre l’autorité de l’Etat et massacre, dévastation et pillage. La décision sanctionnant cette troisième comparution est attendue dans 48 heures, donc ce 11 avril 2019. La cour suprême avait confirmé leur détention préventive lors des deux précédentes séances.

L’on se souviendra également que ces officiers supérieurs avaient été arrêtés en date du 24 novembre 2018, un samedi très tôt le matin, sur ordre du procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, alors qu’ils étaient pratiquement à leurs domiciles. Quelques jours plus tard, un autre suspect, François Ngeze, avait lui aussi comparu sur sa chaise roulante, mais il avait regagné son domicile.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.