Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique - Sécurité16 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Burundi – Sécurité14 mai 2020
|Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

Burundi - Sécurité13 mai 2020
|Quand un policier est tabassé et hué par des conducteurs de taxis-vélos

Burundi - Sécurité12 mai 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Bwiza ce matin

Burundi-Sécurité 11 mai 2020
|Deux personnes tuées et d’autres blessées lors d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 mai 2020
|Un militaire burundais trouve la mort dans le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 mai 2020
|La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

Burundi – Sécurité7 mai 2020
|Détention abusive des membres du Cnl à Gitega

Burundi - Sécurité 6 mai 2020
|Une personne tuée en zone Kinindo

Burundi - Sécurité - Politique5 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains ici et là dans le pays

Burundi - Droits de l’Homme4 mai 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Rd Congo - Sécurité2 mai 2020
|Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

Burundi - Sécurité1er mai 2020
|Une mort mystérieuse de trois personnes d’une même famille au Nord du pays

Burundi - Sécurité30 avril 2020
|Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 29 avril 2020
|Le parti Cnl dans le collimateur de la police nationale

Burundi - Politique - Sécurité28 avril 2020
|La Ceni rencontre les forces de défense et de sécurité

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2020
|Un véhicule renverse des passagers dans la province de Ngozi

Burundi - Justice25 avril 2020
|L’activiste Germain Rukuki devant la cour suprême

Burundi –Sécurité 24 avril 2020
|Quand les zones Kamenge et Kinama deviennent le théâtre du banditisme

Burundi - Sécurité23 avril 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Rdc - Sécurité22 avril 2020
|Des forces de sécurité burundaise et rwandaise signalées à l’Est du Congo

Burundi - Sécurité21 avril 2020
|Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 avril 2020
|L’éboulement d’une montagne emporte des vies humaines dans Bubanza

Burundi –Sécurité 18 avril 2020
|Quand les citoyens s’invitent à se faire justice !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps sans vie retrouvé dans les eaux du lac Tanganyika

18 février 2020

Rumonge, le 18 février 2020 (Net Press) . Un corps sans vie et non encore identifié a été repêché dans la matinée de ce lundi 17 février, dans le lac Tanganyika, dans la localité de Rumonge, au Sud-ouest du pays, selon les pêcheurs qui l’ont vu pour la première fois. La victime a été frappée au niveau de la tête et les mêmes marins privilégient la piste selon laquelle il aurait été tué ailleurs avant d’être jeté dans le lac Tanganyika.

Le gouverneur de la province de Rumonge a ordonné son inhumation immédiate. Les eaux de cette circonscription deviennent de plus en plus dangereuses car des cadavres y sont régulièrement découverts. Pour rappel, depuis le 18 janvier dernier, sept corps sans vie ont été retrouvés dans deux rivières et le lac Tanganyika en province de Rumonge. N.R.

Burundi - Sécurité - Justice

Quand la prison centrale de Ngozi devient le théâtre de tous les maux ...

Ngozi, le 18 février 2020 (Net Press) . Cette information est confirmée par des détenus de cette prison pour hommes qui ont requis l’anonymat. En effet, ils déplorent la situation carcérale à la prison centrale de Ngozi..

Selon nos sources, cet établissement pénitentiaire regorge une surpopulation carcérale qui a atteint son plus haut sommet, au point que dans les cellules, les détenus se relaient pendant la nuit pour dormir et certains de ces prisonniers dorment à la belle étoile. Dans ces circonstances, une bonne partie de détenus sont attaqués par des maladies endémiques comme le paludisme et les maladies pulmonaires.

D’autres détenus s’inquiètent que les murs de cette prison soient imbibés d’eau au niveau de leur fondation. Ils risquent par conséquent de s’écrouler sur les prisonniers, tout en déplorant aussi les mauvaises conditions, d’où certains d’entre eux sont victimes des maladies dites des mains sales.

La ration alimentaire est insuffisante, déplorent-ils. Les prisonniers originaires de cette province sont obligés de s’approvisionner en vivres à partir de chez eux pour en quelque sorte assister les natifs de la province de Kirundo, qui se retrouvent dans l’incapacité de trouver d’autres aliments qui complètent la ration alimentaire fournie par les autorités de cet établissement pénitentiaire.

Quant à la situation des droits de l’homme telle que décrite par les activistes, au moins 2 personnes ont été tuées la semaine dernière. Les jeunes du parti de l’Aigle, des policiers et des administratifs sont soupçonnés d’être les présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits de la personne humaine

Les victimes de la semaine dernière se retrouvent dans diverses formations politiques comme le Cndd-Fdd au pouvoir, le Cnl et l’Uprona proche du pouvoir. Ils évoquent des tueries et des arrestations arbitraires dans le pays Ils ont relevé également des cas d’intimidation, de destruction d’une permanence, de limogeage des chefs collinaires et d’ingérence des Imbonerakure dans l’administration. J.M.

Burundi - Environnement - Sécurité

Les populations de Mugoboka dans la peur-panique

Bujumbura, le 18 février 2020 (Net Press) . Depuis peu, les habitants de la localité de Mugoboka, de la zone de Rohero, commune urbaine de Mukaza, vivent la peur au ventre car ils assistent impuissants aux écroulement des bords de la rivière Ntahangwa, ce qui menace leur maisons.

Par ailleurs, suite à ce problème, l’unique chemin qui mène vers cette localité risque lui aussi de s’abîmer. Les habitants de Mugoboka demandent donc à l’administration de faire tout ce qui est en son pouvoir pour bien aménager la rivière Ntahangwa. Ils disent que quand il y a pluie pendant la nuit, ils passent une nuit blanche de peur d’être surpris dans leur sommeil.

Signalons que ces derniers jours, les températures sont très élevées dans la capitale économique Bujumbura. Des citadins craignent le retour des pluies diluviennes comme cela de la fin de l’année 2019 qui risquent d’être plus destructrices que les premières. Ils tiennent cette inquiétude du fait que les services de météorologie prédisent des pluies abondantes jusqu’au mois de mai de cette année. Ch.N.

Burundi – Sécurité - Conflit foncier

Des familles expropriées sans indemnisation

Bubanza, le 18 février 2020 (Net Press) . Depuis 2018, la brigade militaire de Muzinda s’est appropriée des domaines fonciers qui s’étendent sur les collines de Mutavuka et de Kibenga en commune de Muzinda de la province Bubanza à l’Ouest du pays.

Dans ces terres, étaient plantées de bananeraies, des palmiers à huile et d’autres cultures. Il faut reconnaître que le camp Muzinda a été construit sous la IIème République de Jean-Baptiste Bagaza, à côté d’autres casernes militaires comme le camp de Cibitoke, le camp Mabanda, le camp Mutukura, le camp Rumonge, le camp Muyinga, le camp Kirundo et le camp Kayanza. Bref, une ceinture nationale pour la sécurité des citoyens et du pays en somme.

En réalité, ce président ne tolérait jamais qu’il y ait de maisons habitées à l’entrée des camps. Les voisins étaient indemnisés pour aller s’installer loin de la caserne militaire. Ce fut le cas pour les populations ayant des propriétés autour du camp Muzinda qui ont reçu des indemnisations pour aller vivre à plus de 150 m du camp.

Mais la rédaction de Net Press ne peut pas nier qu’il existe des gens qui n’auraient pas encore bénéficié de cette indemnisation et qui seraient en droit de la réclamer. Ceux-ci disent que les militaires se sont appropriés de force de leurs terres.

Ils ne demandent que d’être rétablis dans leurs droits. Car, ils n’ont ni accès à leurs terres moins encore, ils ne peuvent pas bénéficier d’aucun régime de banane ou de palmeraie. Les militaires du camp Muzinda s’arrogent le droit de faire louer leurs propriétés foncières aux particuliers alors que les ayants-droit croupissent dans une misère indescriptible.

La plupart d’entre les anciens propriétaires terriens ne sont plus capables de nourrir leurs enfants et ont déjà saisi le gouverneur de la province de Bubanza, Novib Térence Butoyi. Accompagné du procureur provincial et des autorités policières et judiciaires, le gouverneur a effectué une tournée dans cette contrée pour s’enquérir davantage de la situation.

Il a alors rencontré les plaignants pour qui il a manifesté un engagement solennel de s’y employer pour le bien-être de la population de sa circonscription administrative en moins de deux semaines. Mais selon une source en provenance de ce camp, la population plaignante occupait illégalement ces terres aujourd’hui retournées aux mains de l’Etat burundais. N.R.

Burundi - Politique

Validation définitive des insignes des partis politiques et des indépendants

Bujumbura, le 18 février 2020 (Net Press) . C’est ce matin que la commission électorale nationale indépendante, Ceni, a procédé à la validation définitive des insignes des partis politiques et des indépendants. Ainsi, 17 partis politiques, une coalition et un indépendant étaient concernés par cette validation de la Ceni.

C’est une étape décisive qui engagent ceux qui entrent dans la course électorale car dès que la Ceni aura imprimé les bulletins de vote, il ne sera plus possible aux candidats de se désister. Et si un tel cas se présente, il sera frappé par la rigueur de la loi car, au bas mot, il devra au minimum rembourser les frais engagés par la Ceni. D.N.

Burundi - Politique

L’intolérance politique se poursuit sur le terrain

Ngozi, le 18 février 2020 (Net Press) . L’on apprend que dans la province de Ngozi, au Nord du pays, plus précisément dans la commune de Nyamurenza, des "Cnlois" au nombre de 9 au total, sont persécutés depuis dimanche 16 février pour avoir participé au congrès extraordinaire de cette formation politique qui a désigné Agathon Rwasa comme candidat aux élections de mai 2020.

Outre 4 enseignants membres de ce parti politique qui sont détenus dans les cachots de la commune Nyamurenza et cinq autres détenus au cachot de la zone de Birambi, l’on apprend qu’il y a d’autres militants qui sont en cavale, fuyant les tracasseries des Imbonerakure et des policiers qui les cherchent à leurs domiciles. Selon toujours les informations en provenance de cette commune, ceux qui ont participé au congrès extraordinaire de Bujumbura sont les plus recherchés.

Les Imbonerakure et l’administration avaient tout fait pour empêcher les militants du parti d’Agathon Rwasa de descendre à Bujumbura et parmi eux, quelques uns ont été retenus. Cette tentative de l’administration a été également perçue dans Bujumbura dit rural où dans la commune de Kanyosha notamment, des militants du Cnl ont été enfermés depuis le petit matin de dimanche le 16 février, empêchant ainsi un bon nombre de sympathisants de cette formation politique de se présenter aux cérémonies prévues ce jour-là. J.M.

Burundi – Education

Malgré la gratuité de l’enseignement primaire, les enfants abandonnent en grand nombre

Bubanza, le 18 février 2020 (Net Press) . Nous sommes sur la colline Nyarusange de la commune et province de Bubanza. Les enfants des familles démunies abandonnent en grand nombre l’école pour œuvrer aux côtés de leurs parents à la recherche de la nourriture.

Ces enfants affirment eux-mêmes qu’ils ont déserté l’école à cause de la misère qui sévit dans leurs ménages. Ils n’ont pas de quoi manger et ne peuvent pas supporter la faim de tous les jours. Très tôt le matin vers 6 heures 30 minutes, ils sont réveillés par leurs parents pour les accompagner à la recherche du travail manuel.

Une jeune élève âgée de 14 ans qui a abandonné l’école et appartenant à une famille plus démunie de 5 enfants, le transport de briques est le travail qui l’occupe tous les jours. Elle affirme que sa maman aidée par ses trois premiers enfants vont transporter chacun au moins 1000 briques par jour pour gagner 1500 francs la journée.

Cet argent va servir à la famille pour s’approvisionner en nourriture et en vêtements. Car, la seule maman, de surcroît veuve, ne pouvait pas nourrir une famille de 6 membres. Il a fallu l’intervention des enfants pour subvenir aux besoins les plus pressants de la famille. Or, ce travail est incompatible avec la scolarité. Il a fallu donc arrêter les études pour assurer leur survie.

Les parents des enfants avouent qu’ils ont retiré leurs enfants de l’école suite à la pauvreté qui tétanise les familles entièrement sans moyens de survivre. Dans les provinces où le programme de cantines scolaires ne fonctionne pas, la majorité des enfants ont abandonné l’école puisqu’ils préfèrent que leurs enfants restent à la maison au lieu d’aller à l’école pour y mourir de faim.

Dans ce cas, le gouvernement du Burundi, malgré la gratuité de l’enseignement, ne pourra pas atteindre les objectifs de l’éducation pour tous tels que prévus par la scolarisation universelle prônée par l’agenda Education 2030. Il va falloir un large programme de cantine scolaire pour toutes les écoles fondamentales où chaque enfant devra bénéficier de collation à l’école.

Ce qui est tout à fait compréhensible pour une population scolaire encore vulnérable et qui, au sein de leurs familles respectives, ne mange qu’une fois la journée dans les conditions les plus favorables alors que dans d’autres cas, dorment le ventre creux sans avoir rien mis sous la dent. Comment est-ce que ces enfants pourraient suivre naturellement les cours durant toute la journée ? Exiger à ces enfants d’étudier dans de telles conditions serait synonyme au crime planifié et exécuté passible sous d’autres cieux de peines capitales. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.