Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Burundi – Sécurité14 mai 2020
|Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

Burundi - Sécurité13 mai 2020
|Quand un policier est tabassé et hué par des conducteurs de taxis-vélos

Burundi - Sécurité12 mai 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Bwiza ce matin

Burundi-Sécurité 11 mai 2020
|Deux personnes tuées et d’autres blessées lors d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 mai 2020
|Un militaire burundais trouve la mort dans le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 mai 2020
|La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

Burundi – Sécurité7 mai 2020
|Détention abusive des membres du Cnl à Gitega

Burundi - Sécurité 6 mai 2020
|Une personne tuée en zone Kinindo

Burundi - Sécurité - Politique5 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains ici et là dans le pays

Burundi - Droits de l’Homme4 mai 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Rd Congo - Sécurité2 mai 2020
|Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

Burundi - Sécurité1er mai 2020
|Une mort mystérieuse de trois personnes d’une même famille au Nord du pays

Burundi - Sécurité30 avril 2020
|Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 29 avril 2020
|Le parti Cnl dans le collimateur de la police nationale

Burundi - Politique - Sécurité28 avril 2020
|La Ceni rencontre les forces de défense et de sécurité

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2020
|Un véhicule renverse des passagers dans la province de Ngozi

Burundi - Justice25 avril 2020
|L’activiste Germain Rukuki devant la cour suprême

Burundi –Sécurité 24 avril 2020
|Quand les zones Kamenge et Kinama deviennent le théâtre du banditisme

Burundi - Sécurité23 avril 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Rdc - Sécurité22 avril 2020
|Des forces de sécurité burundaise et rwandaise signalées à l’Est du Congo

Burundi - Sécurité21 avril 2020
|Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 avril 2020
|L’éboulement d’une montagne emporte des vies humaines dans Bubanza

Burundi –Sécurité 18 avril 2020
|Quand les citoyens s’invitent à se faire justice !

Burundi – Sécurité17 avril 2020
|Kamenge dans l’œil du cyclone en matière de sécurité

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Kamenge dans l’œil du cyclone en matière de sécurité

17 avril 2020

Bujumbura, le 17 avril 2020 (Net Press) . Très tôt ce matin, les agents de l’ordre, aidés par les militaires, étaient nombreux dans la zone Kamenge, de la commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura..

D’après nos sources proches de la police, les irréguliers circulent librement dans les quartiers de cette zone. Aussi, les criminels potentiels se cachent dans certains coins des quartiers de Kamenge. Cette visite inattendue des agents de l’ordre dans cette localité avait été programmée par le ministère de la sécurité pour vérifier si réellement les informations qu’il détenait étaient fondées.

Comme d’habitude, les militaires ont quadrillé le quartier qui faisait objet de fouille- perquisition tandis que les policiers passaient de maison en maison dans le quartier Teza pour exiger que les locataires leur présentent les cahiers de ménage et les pièces d’identité.

Vers 6 heures du matin, une trentaine de gens avaient été appréhendés et avaient été obligés de monter à bord d’un camion de la police. Sans doute que leur destination a été la police judiciaire située à Jabe pour leur identification et leur mise en examen.

D’habitude, ceux qui n’ont pas de cartes nationales d’identité payaient normalement une amende de 10 000 Fr burundais et étaient relâchés alors que les étrangers en situation irrégulière étaient conduits sous bonne escorte à la frontière si leur pays fait frontière commune avec le Burundi pour qu’ils regagnent leur pays. J.M.

Burundi - Sécurité Routière

Deux véhicules entrent en collision et font des morts dans la province de Ngozi

Ngozi, le 17 avril 2020 (Net Press) . L’accident s’est passé sur la route Kayanza - Ngozi, dans la zone de Rukeco, commune Busiga, en province de Ngozi, au Nord du pays, dans la matinée d’aujourd’hui, vers 7 heures. Deux voitures sont entrées en collision, ce qui a provoqué la mort de 4 personnes sur le champ.

Selon les témoins de l’accident, il y avait eu une forte pluie dans la région, ce qui a fait que la route macadamisée soit glissante. Cependant, cette route connaît souvent plusieurs accidents de roulage, surtout au lieu-dit "Ku Banyabururi" et sur le pont "Nyabihondo" qui se trouve dans la commune de Bukeye.

Une certaine opinion dit d’ailleurs que ces accidents sont parfois provoqués par les chauffeurs, surtout de gros camions ou des remorques, pour qu’ils puissent voler des marchandises transportées. Pour ceux qui sont habitués à emprunter cette route, la marchandise la plus ciblée par les chauffeurs/voleurs est le carburant. Ch.N.

Burundi - Droits de l’homme

La Cnidh s’en prend aux structures de l’Etat

Bujumbura, le 17 avril 2020 (Net Press). Dans son rapport présenté ce mercredi 15 avril courant, la commission nationale indépendante des droits de l’homme au Burundi, Cnidh, se dit profondément choquée par les effectifs trop élevés dans les différentes maisons de détention.

Selon cette commission, la surpopulation carcérale est la conséquence des vices de procédure observés dans plusieurs juridictions. Il dénote aussi de l’attitude de certains administratifs qui s’arrogent le droit d’incarcérer les populations en violation de la loi.

Le président de la Cnidh, Sixte Vigny Nimuraba, a indiqué qu’il existe plusieurs cas de détentions provisoires décidés dans l’illégalité et met devant toute leur responsabilité, les ministres de la justice et celui de l’intérieur pour surseoir à cette habitude.

Pour Nimuraba, les prisonniers victimes des lenteurs judiciaires sont nombreux et sont ceux-là dont les dossiers se trouvent devant les juridictions d’appel, ceux dont les dossiers ont été transférés en provenance d’autres prisons ainsi que les coaccusés dont les dossiers n’avancent pas normalement.

Ces affirmations de la Cnidh sont corroborées par une enquête qu’elle a menée dans certaines prisons de notre pays. Forte des résultats de cette enquête, la commission demande aux structures du gouvernement à différents niveaux de prendre à cœur la question de la surpopulation carcérale afin que les détenus puissent bénéficier des mesures d’élargissement pour ceux qui remplissent les conditions afin de désengorger les prisons et alléger de ce fait les conditions carcérales. D.N.

Burundi - Education

Le journal "La Voix de l’Enseignant" constate...

Bujumbura, le 17 avril 2020 (Net Press). Cet hebdomadaire a constaté que la communauté ne reflète pas toujours les valeurs d’Ubushingantahe enseignées à l’école. Un domaine enseigné aux cycle fondamental et post-fondamental comporte un thème sur la nation d’Ubushingantahe. Depuis la sixième année jusqu’en terminales, les notions en rapport avec les qualités d’un Mushingantahe, son rôle dans la société en matière de la paix, l’équité et la justice, etc… sont abordées .

D’après les concepteurs des programmes, il s’agit de former les jeunes élèves à observer les valeurs humaines inhérentes à la personne. Certains enseignants et élèves regrettent que très peu de personnes au sein de la communauté reflètent les valeurs positives d’un Mushingantahe.

Toujours dans le domaine des constats, notre confrère trouve que le centre de référence de l’enseignement inclusif fait face à un manque d’équipements nécessaires à la direction communale de l’éducation de Ntahangwa. En effet, ce centre situé en mairie de Bujumbura accueille les enfants vivant avec handicap (sourds-muets, les aveugles, etc…), en plus de ceux en bonne santé.

Paradoxalement, il n’a pas d’enseignants et des supports pédagogiques adaptés à cette catégorie d’enfants vivant avec handicap. Les responsables de ce centre demandent au gouvernement de donner le nécessaire pour que ces enfants puissent bénéficier d’un enseignement de qualité. Ils lui demandent de concrétiser la promesse de construire l’internat pour ces enfants vivant avec handicap car ils éprouvent le problème de déplacement.

Ce journal trouve également que les diplômés chômeurs pourraient être de grandes bénéficiaires de la banque d’investissement des jeunes. Cette Banque d’Investissement des Jeunes Entrepreneurs (BIJE), lancée par le président de la République mercredi 15 avril 2020 à Gitega, a pour objectif de financer les projets de développement des jeunes par un crédit à un taux d’intérêt faible (7%). Cette initiative pourrait être une bonne occasion pour les milliers diplômés des filières d’entrepreneuriat, de gestion des projets et d’économie qui attendent pendant plusieurs années.

Grâce aux connaissances acquises lors de leur formation, ils sont capables d’élaborer de bons projets éligibles au financement par cette nouvelle institution financière. Ils sont aussi capables de conduire et d’évaluer ces projets pendant leur exécution et à leur fin. Ils pourraient aussi contribuer à la formation de leurs camarades qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école en entrepreneuriat.

Le seul problème de cette catégorie des jeunes est qu’ils ne sont pas intéressés par les secteurs de l’agriculture et de l’artisanat dans lesquels l’investissement est plus rentable. Le gouvernement et les communes qui sont les actionnaires de la BIJE doivent les sensibiliser pour qu’ils changent de mentalités et comprennent que « Il n’y a pas de sot métier ». N.R.

Burundi - Oms - Santé

L’Oms pas du tout consentante avec le Burundi sur les cas avérés du Covid-19 dans notre pays

Bujumbura, le 17 avril 2020 (Net Press) . L’organisation mondiale de la santé, Oms, accuse le Burundi de cacher la vérité sur la situation de propagation du coronavirus dans notre pays.

Pour cette institution onusienne, le Burundi est officiellement l’un des pays du monde qui présente moins de cas avérés du coronavirus. Cette accusation frontale de l’Oms à l’endroit du Burundi a suscité une méfiance des autorités de notre pays envers cette organisation.

Par conséquent, les relations se détériorent du jour au lendemain allant jusqu’à sommer à une équipe de l’Oms de quitter le territoire burundais. Ainsi, parmi les trois hauts fonctionnaires de l’Oms rappelés, figurait le représentant de cette organisation au Burundi, Walter Kazadi.

Une certaine opinion dit qu’il a fallu l’intervention de la cheffe de l’Oms pour l’Afrique et de son directeur général qui ont vite adressé une lettre de protestation contre cette mesure au président de la République, Pierre Nkurunziza. Face à cette situation, le ministre de la santé a suspendu sa mesure.

Mais le patron de l’Oms demande une plus grande collaboration dans la gestion de cette crise du coronavirus. Car, selon toujours le représentant mondial de l’Oms, son organisation reste tenue à l’écart des prélèvements et des tests. Ce qui rend moins crédibles les chiffres avancés par le gouvernement du Burundi sur des cas avérés du covid-19.

L’opinion se demande pourquoi notre gouvernement ne veut pas collaborer avec l’Oms ? Ne cherche pas par hasard à cacher la réalité pour que la population ne soit pas prise de panique. C’est cette volonté du gouvernement qui l’amène à ne pas multiplier des centres de dépistage à travers tous les hôpitaux et les postes de frontière.

Même la formation entreprise par l’Oms à l’endroit de l’équipe de biologistes du centre hospitalo-universitaire de Kamenge dit Roi Khared a été suspendue par le gouvernement du Burundi. Pour quels intérêts ? Dit-on ici et là dans les milieux médicaux.

Le ver est dans le fruit, il faut une honnêteté scientifique et une médication appropriée car, l’expérience des autres pays devrait plutôt servir d’exemple au pays et accepter des apports extérieurs pour mieux combattre cette pandémie. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.