Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 18 septembre 2020
|Deux militants du Cnl arrêtés !

Burundi - Sécurité17 septembre 2020
|L’heure est au bilan dans plusieurs provinces

Burundi - Sécurité16 septembre 2020
|La province de Kayanza de plus en plus secouée par l’insécurité

Burundi - Sécurité15 septembre 2020
|Une personne échappe de justesse à une mort à la grenade

Burundi - Sécurité14 septembre 2020
|Insécurité et arrestations se succèdent de façon accélérée depuis la semaine dernière

Burundi - Sécurité12 septembre 2020
|Trois personnes blessées par une grenade dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 11 septembre 2020
|Des personnes tuées, blessées et disparues dans une attaque armée à Kayanza

Burundi - Sécurité10 septembre 2020
|Une double explosion de grenade fait des victimes dans la zone de Buyenzi

Burundi - Politique9 septembre 2020
|Poursuite des arrestations du Cnl dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité 8 septembre 2020
|Après l’attaque de Burambi, cinq interpellations !

Burundi - Sécurité7 septembre 2020
|Deux personnes tuées en province de Rumonge !

Burundi - Sécurité5 septembre 2020
|Des éléments de la police toujours pointés du doigt dans des rançonnements

Burundi - Sécurité4 septembre 2020
|Un agent de la Regideso se fait violenter à Kinama

Burundi - Sécurité3 septembre 2020
|Des suspects arrêtés dans la commune de Nyanza-lac

Burundi - Sécurité2 septembre 2020
|Les habitants de la commune Bukeye dans une peur-panique

Burundi - Sécurité 1er septembre 2020
|Le fils du nouvel administrateur de Mugamba interpellé !

Burundi - Education31 août 2020
|Spéciale distribution du matériel scolaire dans la zone de Mugano

Burundi - Sécurité29 août 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Bujumbura

Burundi –Sécurité 28 août 2020
|Trois morts et un Indien blessé lors de l’incendie de l’entreprise Savonor

Burundi - Sécurité27 août 2020
|La police met la main sur un criminel

Burundi - Sécurité26 août 2020
|Les autorités de la province de Rumonge confirment une attaque d’hommes armés

Burundi - Sécurité - Environnement25 août 2020
|Des oubliés de l’inondation de Gatumba !

Burundi - Sécurité24 août 2020
|Une attaque rebelle fait 12 personnes tuées dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité22 août 2020
|Quand la population et la police en viennent aux mains

Burundi - Sécurité 21 août 2020
|Les quartiers nord de la ville de Bujumbura exposés à tous les maux ...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

30 avril 2020

Bujumbura, le 30 avril 2020 (Net Press) . Dans l’aube de ce jeudi, la population des quartiers IV et V de la zone de Ngagarra, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura, a été réveillée par une fouille-perquisition opérée par quelques éléments de la police burundaise. Une trentaine de personnes en situation irrégulière, dont dix Congolaises, ont été arrêtées, conduites manu militari au chef-lieu de la zone de Ngagara.

Des sources sur place indiquent que ces personnes n’étaient pas enregistrées dans les cahiers de ménages, dont des ressortissants de la République démocratique du Congo, surtout ceux qui poursuivent leurs études à l’université Espoir d’Afrique. Des informations sur place ont fait savoir que ces étudiants n’ont pas de papiers de résidence permanente au Burundi, mais cela n’a pas empêché qu’ils soient relâchés vers 9 h 45’. Ils ont immédiatement regagné leurs domiciles respectifs. N.R.

Burundi - Sécurité - Politique

Un représentant syndical dans la province de Cankuzo porté disparu

Cankuzo , le 30 avril 2020 (Net Press) . Arcade Butoyi est un représentant du syndicat des travailleurs de l’enseignement du Burundi dans la province de Cankuzo, à l’Est du pays. Avec deux hommes avec qui il partageait une soirée bien arrosée dans un bistrot appelé communément Kukayaga, au centre ville de cette province, ils ont été kidnappés dans la soirée de ce mardi 28 avril et sont portés disparus.

Le commissaire provincial de police dans cette entité administrative confirme l’information mais s’inscrit en faux contre les rumeurs que ce sont des hommes en uniformes qui sont derrière cet enlèvement. Des sources indépendantes indiquent que le numéro un syndical dans cette localité avait passé toute la journée dans la commune de Kigamba où il prenait des images de la campagne électorale de la première formation politique d’opposition, Cnl. Pour elles donc, les mobiles politiques sont à l’origine de cet enlèvement. D.N.

Burundi - Politique

1972 : une date fatidique pour le Burundi

Bujumbura, le 30 avril 2020 (Net Press) . Les signes avant-coureurs d’un massacre à grande échelle contre les Tutsi avaient été perceptibles à la veille de la date restée indélébile dans la mémoire des Burundais. La date du 29 avril nous rappelle aussi un autre massacre ahurissant des enfants du petit séminaire de Buta par le Cndd-fdd en 1997.

Un génocide bien préparé loin des soupçons des Tutsi

Des manifestes dont le contenu faisait appel à l’extermination des Tutsi avaient été lancés et les copies retrouvées au Sud du pays à Makamba, à Bururi et à Rumonge. Ainsi, le gouvernement Micombero fut pris de panique car il ne comprenait pas ce qui se tramait dans le pays. La première victime de cette incertitude fut le dernier monarque, le roi Ntare V, Charles Ndizeye.

Cependant, après sa destitution et son remplacement par son premier ministre, le capitaine Michel Micombero, Ntare V devint un homme d’affaires et érigea domicile en Allemagne, plus précisément à Munich et ne rentra dans son pays qu’en provenance de l’Ouganda où il s’était rendu pour ses affaires. Comme les autorités politiques du Burundi avaient perdu la raison, elles ne poussèrent pas la réflexion plus loin et mirent à la charge du roi Charles Ndizeye, tout ce qui se mijotait dans les milieux hutu.

Le gouvernement du Burundi mandata alors le ministre Arthémon Simbananiye auprès du président de l’Ouganda, Idi Amin Dada, pour négocier l’arrestation et l’extradition de Ntare V au Burundi. Et le président ougandais avait pourtant insisté pour que le jeune monarque ne soit pas tué., ce que Simbananiye lui garantit du bout des lèvres. Il fut amené sous escorte d’hommes de mains de Micombero dans un cargo et fut placé sous résidence surveillée à Gitega avant d’être froidement exécuté deux jours après, au lendemain de l’éclatement des événements sanglants du 29 avril 1972.

A cette date, fut organisée une soirée dansante pour tous les fonctionnaires dans tous les chefs-lieux des provinces. Ce plan avait été mis en place par l’élite hutu tant civile que militaire. Il était prévu de surprendre les Tutsi dans un état d’ébriété totale vers 2 heures du matin et de les liquider. Mais le commandant Marcien Burasekuye chargé des opérations ne parvint pas à interpréter cette heure en français, ce qui précipita le déclenchement qui fit tomber dans l’eau ce projet démoniaque.

La garde de corps du président Micombero, le capitaine Dodolin Kinyomvyi pris pour le président, fut criblé de balles de l’insurrection hutu à 20 heures. Ce qui alerta les militaires loyalistes qui parvinrent à maîtriser la situation. Cette erreur de Burasekuye sauva des milliers de Tutsi mais la préparation avait été minutieuse que les concepteurs avaient noué des alliances du côté des Mullélistes de l’Est du Congo. Ce dernier avait exterminé les Tutsi à l’Est du Congo en 1964, les Banyamulenge, victimes d’être nés ainsi.

Le Sud fut également ensanglanté de Rumonge à Vugizo en passant par Mabanda où des drapeaux de l’organisation génocidaire Ubu furent implantés en signe de territoire conquis ; enfin apuré de tout Tutsi. Comme le dit Pierre Mulele, les filles et les femmes n’étaient pas si inquiétées car les Hutu avaient l’intention de se marier à elles plus tard.

Les organisateurs et concepteurs de ce plan diabolique étaient du côté militaire les commandants Martin Ndayahoze, Marcien Burasekuye, Misigarro et Zacharie Harerimana. Parmi les civils, se trouvaient Pascal Bubiriza, Marc Ndayiziga, tous ministres d’alors, Cléophas Mpasha, Rémy Gahutu et Ezéchias Biyorero.

"Génocide contre les Tutsi du Burundi ", dixit Ac-Génocide Canada

Dans un communiqué rendu public ce 28 avril 2020, l’association de lutte contre le génocide Ac-Génocide Cirimoso, section Canada, s’associe aux rescapés de cette tragédie pour rendre hommage aux victimes de la folie meurtrière. Pour le président de cette branche de l’Ac-Génocide, Emmanuel Nkurunziza, les preuves matérielles d’un génocide contre les Tutsi en 1972 surabondent.

Il s’agit entre autres du mot d’ordre lancé peu avant ces massacres par l’Ubu, "Umugambwe w’Abakozi b’i Burundi" (parti des travailleurs du Burundi), les manifestes de ce parti et les drapeaux implantés dans les zones de la région du Sud. Face à cette situation, l’Ac-Génocide reconnaît le génocide contre les Tutsi en 1972 et condamne avec la même énergie les massacres organisés par le pouvoir en place en guise de riposte.

Selon cette association, cette idéologie est incarnée et perpétuée par les tenants de l’extermination de la minorité du peuple tutsi, en l’occurrence les partis Sahwanya Frodebu et le Cndd-Fdd. Elle invite, à travers ce communiqué, les survivants de cette barbarie à prendre le courage entre les deux mains afin de témoigner contre les négationnistes-révisionnistes. Cette association s’en prend au parti Cndd-Fdd pour un acte ostentatoire d’élimination de preuves du génocide contre les Tutsi dans tout le pays, ce qui est un signe qui ne trompe pas d’un négationnisme béat.

La même section d’Ac-Génocide appelle la communauté internationale à ne pas se borner uniquement aux actes de répression dans son appréhension du génocide de 1972 dont les commanditaires restent toujours impunis, conclut cette organisation.

L’on saura qu’il y a un collectif de survivants hutu regroupés au sein de l’association des victimes du génocide contre les Hutu de 1972. Cette association est très représentée au Canada où vit d’ailleurs son président, Frédéric Nzeyimana. Le 29 avril de chaque année, il organise des manifestations à cette occasion, mais le collectif se heurte à un problème : la communauté internationale n’a pas encore reconnu ce génocide.

Buta, un crime contre l’humanité aux relents génocidaires

C’était le 29 avril 1997 quand les enfants du petit séminaire de Buta, en province de Bururi, au Sud du pays, vécurent une nuit sombre. Dans la petite matinée de ce jour, les éléments du Cndd-Fdd, sous le commandement de Zénon Ndabaneze, attaquèrent le petit séminaire. Ils avaient l’intention de tuer les enfants tutsi car, à travers leur mot d’ordre, ils ont intimé aux enfants hutu de se séparer de leurs collègues tutsi pour qu’il y ait liquidation de ces derniers. Mais les enfants de Dieu se sont souvenus de la fraternité qui les lie et ont refusé à l’unanimité de suivre cet ordre sanguinaire.

Le commandant Ndabaneze, pressé par une peur morbide d’une probable intervention militaire, a alors ordonné de les fusiller tous sans distinction d’’ethnie. Ainsi, une quarantaine de martyrs de la fraternité furent tués à bout portant par un paranoïaque de l’extermination ethnique. Un monument des martyrs de la fraternité fut construit en leur mémoire et les Burundais encore sensibles à cette tragédie se rendent le 30 avril de chaque année où se reposent 42 âmes - 39 élèves et 3 domestiques - pour qui les criminels ont scellé et hypothéqué l’avenir pourtant radieux et prometteur. J.M. 

Burundi - Santé - Opinion

Une campagne électorale qui expose la population au coronavirus !

Bujumbura, le 30 avril 2020 (Net Press). Cette inquiétude du docteur Arcade Nkurunziza était partagée par la majorité de l’intelligentsia burundaise à la veille du lancement de la campagne électorale de ce lundi 27 avril 2020. En effet, la coutume et la tradition exigent aux gens de se saluer en se serrant la main ou en s’embrassant. Or, c’est par le contact physique que ce virus se propage entre les personnes et gagne du terrain.

Lors des meetings politiques, les gens se rencontrent après une longue période d’interruption de contact et comme l’émotion est nègre, ils échangent des salutations trop affectueuses. Et si l’on se réfère au premier jour de lancement de la campagne, le docteur s’inquiète des effets de propagande à grande échelle du coronavirus au Burundi.

Car, le mode de transport des militants des partis politiques dans les camions favorise la contagion de cette pandémie puisque les gens s’agglutinent et s’entassent dans un petit espace, ce qui augmente les risques de contamination. Aussi, le rassemblement des gens dans un lieu où les candidats aux élections de ce 20 mai animeront les meetings est un facteur favorisant la propagation du coronavirus.

La répétition des slogans lancés par l’orateur du jour par les foules nombreuses de personnes placées les unes à côté des autres séparées par une distance qui n’atteint pas l’épaisseur d’un papier de cigarette est un risque évident de contagion.

Signalons que les gens accourus pour assister au lancement de la campagne à Bugendana comme à Burengo ou à Mwaro étaient venus des quatre coins du pays et si par hasard il y aurait parmi ces foules certains individus porteurs de virus encore en état d’incubation, nul doute qu’au retour dans leurs provinces d’origine, ils transmettront cette maladie à toute la population du Burundi. Ce qui causerait des pertes énormes en vies humaines et en moyens financiers.

Malgré les croyances divines évoquées par les autorités de ce pays que le coronavirus n’entrera pas dans notre pays pour le simple fait que nos leaders bien aimés croient en Dieu, cette pandémie défie les promesses des hommes au pouvoir et se propage dans tout le pays même si les chiffres réels ne sont pas diffusés par l’actuel ministre de la santé publique et de lutte contre le sida, comme semble l’attester une certaine opinion. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.