Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Burundi – Sécurité14 mai 2020
|Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

Burundi - Sécurité13 mai 2020
|Quand un policier est tabassé et hué par des conducteurs de taxis-vélos

Burundi - Sécurité12 mai 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Bwiza ce matin

Burundi-Sécurité 11 mai 2020
|Deux personnes tuées et d’autres blessées lors d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 mai 2020
|Un militaire burundais trouve la mort dans le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 mai 2020
|La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

Burundi – Sécurité7 mai 2020
|Détention abusive des membres du Cnl à Gitega

Burundi - Sécurité 6 mai 2020
|Une personne tuée en zone Kinindo

Burundi - Sécurité - Politique5 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains ici et là dans le pays

Burundi - Droits de l’Homme4 mai 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Rd Congo - Sécurité2 mai 2020
|Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

Burundi - Sécurité1er mai 2020
|Une mort mystérieuse de trois personnes d’une même famille au Nord du pays

Burundi - Sécurité30 avril 2020
|Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 29 avril 2020
|Le parti Cnl dans le collimateur de la police nationale

Burundi - Politique - Sécurité28 avril 2020
|La Ceni rencontre les forces de défense et de sécurité

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2020
|Un véhicule renverse des passagers dans la province de Ngozi

Burundi - Justice25 avril 2020
|L’activiste Germain Rukuki devant la cour suprême

Burundi –Sécurité 24 avril 2020
|Quand les zones Kamenge et Kinama deviennent le théâtre du banditisme

Burundi - Sécurité23 avril 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Rdc - Sécurité22 avril 2020
|Des forces de sécurité burundaise et rwandaise signalées à l’Est du Congo

Burundi - Sécurité21 avril 2020
|Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 avril 2020
|L’éboulement d’une montagne emporte des vies humaines dans Bubanza

Burundi –Sécurité 18 avril 2020
|Quand les citoyens s’invitent à se faire justice !

Burundi – Sécurité17 avril 2020
|Kamenge dans l’œil du cyclone en matière de sécurité

Archives

 

 

 



Burundi - Rd Congo - Sécurité

Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

2 mai 2020

Kinshasa, le 2 mai 2020 (Net Press) . Des informations concordantes, le président congolais Félix Tshisekedi a contacté le numéro un burundais, Pierre Nkurunziza, au sujet des militaires burundais qui se trouvent sur le sol congolais. Selon toujours nos sources, son intention est le retrait des militaires burundais basés en Uvira, au Sud-Kivu, à l’Est de la Rdc.

Des sources congolaises précisent que les deux hommes d’Etat se sont parlés et qu’un délai de 48 heures avait été donné aux forces armées de notre pays pour quitter cette localité. Selon des analystes, cette décision de Kinshasa aurait été motivée par les informations du président rwandais qui disait, avec assurance, avoir des preuves qu’il y a des militaires burundais en République démocratique du Congo.

L’on saura que des combats entre les militaires burundais et les rebelles, notamment ceux de Red-Tabara, ont été régulièrement rapportés par plusieurs médias et activistes des droits de l’homme opérant à l’Est de la Rdc. Il semblerait que trois militaires auraient été tués et un rebelle blessé dans ces hostilités. Du côté de l’armée burundaise, le seul commentaire est "no comment". Ch.N.

Burundi - Sécurité - Anniversaire

Le petit séminaire de Buta célèbre le 23ème anniversaire de la mort de ses élèves

Bururi, le 2 mai 2020 (Net Press) . Même si la célébration a eu lieu aujourd’hui dans cette école située dans la province de Bururi, au Sud du pays, le forfait a eu lieu le 30 avril 1997 très tôt le matin. Comme la rédaction l’avait mentionné dans son édition du 30 avril 2020, les rebelles du Cndd-Fdd ont fusillé indistinctement des enfants qui avaient refusé de se séparer suivant leurs ethnies.

Les cérémonies ont été rehaussées par le tout nouvel évêque de Bururi, Mgr. Salvator Niciteretse qui, au cours d’une messe qu’il a célébrée en mémoire des défunts, a demandé aux très nombreuses personnes qui étaient présentes de privilégier la fraternité et le bien commun pour sauver l’humanité.

L’on saura que ces séminaristes, une quarantaine au total, ont préféré plutôt mourir que de céder aux ordres intimés par leurs bourreaux. C’est ce courage sans précédent qui a fait qu’ils soient qualifiés de martyrs de la fraternité, un mot qui était cher au prédécesseur de l’actuel évêque de Bururi, Mgr. Bernard Bududira.

L’on saura également que les rebelles qui ont attaqué le petit séminaire de Buta ont directement sorti un communiqué, via leur porte-parole, affirmant qu’ils avaient eu l’information d’ une cache d’armes dans ce séminaire. L’information avait été démentie énergiquement par l’évêque de l’époque et qui avait eu gain de cause au sein de l’opinion et même jusque dans les murs du Vatican.

En effet, le 21 juin 2019, a commencé la phase diocésaine du procès de canonisation des 44 martyrs de la fraternité burundais, ce qui est perçu comme un symbole fort pour l’église catholique du Burundi. Selon un témoignage, sur l’ordre de se séparer, un enfant avait rétorqué : "Nous sommes tous des Burundais, nous sommes tous des enfants de Dieu", ce qui avait désarmé les rebelles du Cndd, préférant les tuer sans distinction aucune. D.N.

Burundi - Politique

Gitega devient un véritable enjeu dans la course électorale

Gitega, le 2 mai 2020 (Net Press) . Nous apprenons que 4 formations politiques, à savoir Cndd-Fdd, Cnl, Uprona et Sahwanya Frodebu, deux indépendants, Francis Rohero et Dieudonné Nahimana, ainsi qu’une coalition Kira Burundi, se trouvent aujourd’hui dans la province de Gitega où ils mènent leurs campagnes pour les présidentielles du 20 mai prochain.

Les mêmes partis politiques, en plus du Fnl et du Frodebu Nyakuri, se trouvent également sur place afin de chercher des voix pour les députés. L’on signalera que la province de Gitega est l’une des plus grandes entités administratives du pays, avec 11 communes et 9 postes de députés à pourvoir.

Quant aux élections communales, ce sont des partis Cndd-Fdd, Cnl, Uprona et Fnl qui sont en compétition. Les partis Sahwanya Frodebu et la coalition Kira n’ont pas eu la chance de se présenter dans toutes les communes car, selon la Cepi Gitega, elles n’ont pas rempli toutes les conditions requises. A titre d’exemple, Sahwanya Frodebu se présentera dans 5 communes sur les 11 que compte cette capitale politique. N.R.

Burundi - Santé

D’autres 4 cas de covid-19 confirmés au Burundi

Bujumbura, le 2 mai 2020 (Net Press) . Selon un communiqué du ministère de la santé publique et de lutte contre le Sida de ce 2 mai, il est mentionné qu’’en dates des 28, 29, 30 avril et 1er mai 2020, l’équipe d’intervention rapide du ministère de la santé publique et de lutte contre le sida a effectué des prélèvements de contrôle sur les 10 patients testés positifs au covid-19 qui sont sous suivi médical.

Ce prélèvement a porté également sur cinq cas suspects sur alerte respectivement de l’hôpital Bumerec, la polyclinique centrale de Bujumbura, l’hôpital prince régent Charles et de la clinique des Nations unies et 152 personnes-contact, soit un total de 167 personnes prélevées. Selon toujours le communiqué, les résultats des examens virologiques ont été les suivants.

Parmi les 10 anciens patients sous suivi médical, les résultats des tests de contrôle sont revenus négatifs au covid-19 pour trois personnes, toutefois l’état de santé des 7 autres est bon. Les résultats des cas suspects sont revenus positifs au covid-19 pour trois personnes. Parmi les 152 personnes-contact, 1 cas est revenu positif au covid-19. Les 3 anciens patients guéris ont eu les billets de sortie de la clinique prince Louis Rwagasore.

La recherche et l’identification de toutes les personnes ayant été en contact avec les 4 nouveaux cas positifs au covid-19 sont en cours. Le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida réitère son appel aux populations à rester sereines, tout en respectant scrupuleusement les mesures de prévention individuelles et collectives contre le covid-19.J.M.

Burundi - Communication

Peut-on encore parler de la liberté de la presse au Burundi ?

Bujumbura, le 2 mai 2020 (Net Press) . En date du 3 mai de chaque année, le monde célèbre la journée internationale de la liberté de la presse, une occasion aux professionnels des médias d’évaluer ce qu’ils ont réalisé et arrêter des stratégies pour l’année qui s’annonce, comme cela se fait dans n’importe quel domaine par ailleurs.

Cette année, cette fête risque d’être moins visible dans notre pays pour au moins deux raisons. D’une part, cette date arrive au jour de dimanche, un jour férié et la célébration doit être décalée de 24 heures si jamais les journalistes et autres associations des professionnels des médias ont préparé quelque chose dans ce sens.

D’autre part, la date arrivé à la veille des élections qui sont prévues ce mois, plus précisément le 20 pour les élections présidentielles, législatives et communales. L’on se rend compte qu’actuellement, toute l’attention est focalisée sur cette activité et les médias ne sont pas en reste, surtout qu’il y a ceux qui sont publics, donc utilisés par les hommes au pouvoir ainsi que ceux qui sont membres des partis politiques.

La rédaction a tendu un micro à un professionnel des médias qui est pour le moment en retraite et qui a voulu s’exprimer sous anonymat. D’après lui, si l’on compte le nombre de stations ouvertes, ce critère donne l’impression qu’il y a la liberté de la presse, surtout que le conseil national de la communication est sur le point d’agréer d’autres radios.

Mais si on analyse la situation de près, a-t-il poursuivi, l’on sent que toutes ces radios sont proches du parti au pouvoir. En d’autres termes, elles sont là pour lancer des fleurs au parti au pouvoir et aux dirigeants, même si la réalité serait tout autre. Dans le cas contraire où les médias tentent de fonctionner de façon indépendante, il y a le Cnc pour les en empêcher.

Il a fait allusion aux journalistes du groupe de presse Iwacu qui sont sous les verrous depuis plus de 6 mois alors qu’en réalité, ils n’ont fait que leur métier. L’on saura que le conseil national de la communication, qui est censé défendre les journalistes et les organes de presse, s’en est lavé les mains, indiquant qu’il ne sait pas les raisons de leur emprisonnement.

Il a également évoqué le cas du correspondant de la radio Isanganiro dans la province de Karusi qui a été arrêté alors qu’il rapportait ce qui se disait dans une réunion dirigée par la gouverneure en sa présence. Notre interlocuteur croit se souvenir qu’un des journalistes de la radio Culture a eu des démêlés avec des policiers.

Enfin, il y a ce journaliste correspondant de deux médias dans la province de Cibitoke qui vient d’être giflé par un policier alors qu’il tentait de rapporter un cas d’insécurité dans la commune de Rugombo. Et de conclure sur ce chapitre de harcèlement des journalistes qu’il a considéré uniquement les cas récents.

Comme conséquence, les médias qui se croient encore indépendants développent l’autocensure. Et de révéler que s’il analyse le contenu des informations des médias comme la radio Isanganiro, le groupe de presse Iwacu, l’agence Net Press, l’on se rend compte qu’il y a trop de réserves dans leurs communications, ce qui n’était pas le cas avant.

Par ailleurs, il y a eu un peu trop de modifications des lois sur la presse ces dernières années, les journalistes ne seront pas indépendants dans la couverture des élections en cours car ils devront rapporter les informations fournies par la commission électorale nationale indépendante uniquement, sans possibilité d’informer à leur guise.

Des médias tant nationaux qu’internationaux ont fermé, allusion faite à la radio Bonesha Fm, à la radio publique africaine et à la radio et télévision Renaissance, la Voix de l’Amérique, la Bbc, des journalistes ont fui le pays, certains étant accusés de tentative de putsch du mois de mai 2015. La question pour lui est de savoir comment on peut renverser les institutions avec un micro ou une plume.

C’est dans ce contexte que les journalistes burundais vont célébrer la journée internationale de la liberté de la presse. Les responsables du ministère de la communication, tout comme ceux du conseil national de la communication vont déclarer qu’il y a une liberté de la presse dans le pays, une affirmation gratuite car ils savent très bien qu’elle ne peut pas être suivie de débat contradictoire, a-t-il conclu. J.M.

Burundi - Education

Attention particulière au syndicalisme par l’hebdomadaire "La Voix de l’Enseignant"

Bujumbura, le 2 mai 2020 (Net Press) . Ce confrère trouve que les discours des représentants syndicaux constituent une rhétorique répétitive de dénonciations. Chaque année, le 1er mai est dédié à la fête du travail et des travailleurs. Le Burundi ne fait pas d’exception. Pour l’année 2020, au niveau national, le thème retenu est, pour ne pas trahir : « Twitabe amatora tudasize inyuma ibikorwa vy’iterambere vy’igihugu cacu n’ingo zacu ». Dans leur discours, les centrales syndicales, COSYBU et CSB dressent un tableau peu flatteur de la situation des droits et liberté syndicale au Burundi.

Elles dénoncent des licenciements abusifs des représentants syndicaux, le refus de la création de syndicats dans différentes entreprises, la lenteur dans la mise en application des procès jugés en faveur des travailleurs, les mauvaises prestations des institutions de protection sociale notamment l’INSS, l’ONPR et la Mutuelle de la Fonction Publique, le gel des annales qui continue, la question de la politique salariale qui reste sans issue, etc.

Et pour une fois, les centrales syndicales s’approprient la question de la protection de l’environnement en dénonçant les constructions anarchiques sur les berges du lac et rivières. Dans son discours à la nation, le chef de l’Etat n’a pas soufflé mot quant à la question de l’harmonisation salariale tant attendue par les fonctionnaires et surtout les enseignants qui en ont fait la revendication principale.

Sur le même chapitre, les leaders syndicaux s’insurgent contre les immixtions dans leurs organisations., Dans une conférence de presse animée samedi 24 avril 2020, les présidents des deux confédérations syndicales du Burundi, COSYBU et C.S.B, ont fustigé les propos de certaines personnalités politiques, administratives et religieuses qui sont de nature à inciter les syndiqués à se révolter contre leurs représentants.

Ces leaders syndicaux sont très sidérés par les déclamations qui accusent les représentants syndicaux d’organiser des grèves non pas pour l’intérêt des travailleurs, mais pour les distraire afin qu’ils détournent leurs cotisations paisiblement. Ils demandent de s’amender pour ne pas envenimer la paix sociale en milieu du travail qui, selon eux, se porte bien durant les cinq dernières années.

L’unique question de l’éducation abordée par notre confrère est qu’il y a des cas d’indiscipline qui inquiètent les éducateurs et les parents au lycée du lac Tanganyika. Selon les directeurs des deux lycées du lac Tanganyika, près de cent élèves sont en retard ou absents chaque jour, 60 téléphones portables ont été déjà saisis, 78 cas de tricherie aux examens sur 107 en seconde Economique, 14 échecs en Education dans la classe de 9ec au lycée du Lac Tanganyika II, des refus d’ordre envers les éducateurs, y compris le Directeur. Les deux responsables s’inquiètent que la réussite des élèves aux examens nationaux sera faible. Les parents eux aussi s’inquiètent et demandent enseignants de renforcer l’encadrement des élèves. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.