Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Burundi – Sécurité14 mai 2020
|Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

Burundi - Sécurité13 mai 2020
|Quand un policier est tabassé et hué par des conducteurs de taxis-vélos

Burundi - Sécurité12 mai 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Bwiza ce matin

Burundi-Sécurité 11 mai 2020
|Deux personnes tuées et d’autres blessées lors d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 mai 2020
|Un militaire burundais trouve la mort dans le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 mai 2020
|La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

Burundi – Sécurité7 mai 2020
|Détention abusive des membres du Cnl à Gitega

Burundi - Sécurité 6 mai 2020
|Une personne tuée en zone Kinindo

Burundi - Sécurité - Politique5 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains ici et là dans le pays

Burundi - Droits de l’Homme4 mai 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Rd Congo - Sécurité2 mai 2020
|Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

Burundi - Sécurité1er mai 2020
|Une mort mystérieuse de trois personnes d’une même famille au Nord du pays

Burundi - Sécurité30 avril 2020
|Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 29 avril 2020
|Le parti Cnl dans le collimateur de la police nationale

Burundi - Politique - Sécurité28 avril 2020
|La Ceni rencontre les forces de défense et de sécurité

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2020
|Un véhicule renverse des passagers dans la province de Ngozi

Burundi - Justice25 avril 2020
|L’activiste Germain Rukuki devant la cour suprême

Burundi –Sécurité 24 avril 2020
|Quand les zones Kamenge et Kinama deviennent le théâtre du banditisme

Burundi - Sécurité23 avril 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Rdc - Sécurité22 avril 2020
|Des forces de sécurité burundaise et rwandaise signalées à l’Est du Congo

Burundi - Sécurité21 avril 2020
|Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 avril 2020
|L’éboulement d’une montagne emporte des vies humaines dans Bubanza

Burundi –Sécurité 18 avril 2020
|Quand les citoyens s’invitent à se faire justice !

Burundi – Sécurité17 avril 2020
|Kamenge dans l’œil du cyclone en matière de sécurité

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

8 mai 2020

Ngozi, le 8 mai 2020 (Net Press) . Des sources en provenance de la province de Ngozi, au Nord du pays, indiquent que quatre personnes ont été découvertes sans vie dans la rivière Kanyaru qui sépare le Burundi du Rwanda. Selon des informations concordantes, il s’agissait de trois hommes et d’une femme qui se trouvaient entre les roches.

Les habitants de la colline de Cahi, en commune de Mwumba, dans la même province indiquent qu’ils auraient été noyés depuis Kayanza et que leurs corps auraient été charriés jusqu’à cet endroit. Cette information est confirmée par l’administration locale sans plus de détails. Du fait de leur emplacement, les corps n’ont pas encore été récupérés.

Dans la province de Mwaro, au Centre du pays, plus précisément dans la commune de Nyabihanga, le responsable du Cnl sur la colline de Mbogora, Richard Havyarimana, a été retrouvé sans vie ce jeudi 7 mai au pied de la colline de Muyebe, entre les communes de Nyabihanga et de Giheta, dans la province de Gitega.

Il avait été enlevé dans la soirée de ce dimanche 3 mai chez lui et parmi les ravisseurs, les militants du Cnl ont reconnu un responsable communal des jeunes du Cndd-Fdd. Les "Cnlois" qui ont retrouvé ce corps dans la rivière Ruvyironza demandent qu’il y ait une enquête indépendante pour établir les responsabilités de ce meurtre. Ch.N.

Burundi –Sécurité

Un cambriolage qui s’opère sous un silence complice de la police

Bujumbura, le 8 mai 2020 (Net Press). Il était vers 21 hoo de ce jeudi 7 mai, quatre voleurs qui tentaient de cambrioler la boutique sise au quartier Kavumu, zone Kamenge, commune urbaine de Ntahangwa, ont été empêchés de commettre ce forfait par les passants. Curieusement, quelques éléments de la police patrouillaient dans cette circonscription n’ont pas bougé leur petit doigt.

Les habitants de ce quartier voisin de la zone Kamenge où est basé le commissariat zonal de la police déplorent que le cambriolage dans cette entité prend une allure inquiétante, ce qui laisse entendre, selon ces habitants, que certains éléments de la police travaillent de mèche avec ces délinquants.

D’autres versions font savoir que non loin du marché de Kamenge, au-delà de 23 heures, cette localité est devenue le bastion du cambriolage d’autant plus que la police locale ne parvient jamais à empêcher ces forfaits. Les habitants se posent la question de connaître le rôle de ce corps d’autant plus que la population de Kamenge est devenue la cible de cambriolage qui prend une allure inquiétante. N.R.

Burundi - Droits de l’Homme

Bilan de la situation des droits de l’homme au mois d’avril dernier

Bujumbura, le 8 mai 2020 (Net Press) . L’on évoque pendant ce mois des cas d’allégations de violations et des violations du droit à la vie, dont des exécutions extrajudiciaires, des cas d’enlèvement et ou de disparition forcée, de violations basées sur le genre, de tortures, d’arrestations arbitraires et d’autres faits relevés.

Selon les mêmes défenseurs des droits de l’homme, au moins 22 personnes ont été tuées pendant cette période, dont 7 cas d’exécutions extrajudiciaires, 6 autres ont été enlevées à la même période. Ils évoquent également 2 victimes de violences basées sur le genre, 18 personnes torturées et 67 arrêtées arbitrairement.

Parmi les victimes enregistrées, figurent 3 femmes et 2 mineurs tués, 2 mineurs enlevés, 2 femmes torturées et 4 femmes arrêtées arbitrairement. Le phénomène de cadavres a continué à se manifester dans plusieurs endroits du pays et pour la plupart des cas, les enquêtes ne sont pas diligentées. Des cas de journalistes malmenés et d’enfants brûlés ont été relevés dans certaines provinces du pays. Des cas d’intolérance politique se manifestant notamment par des attaques et des affrontements entre des membres des partis politiques, d’intimidation et de menaces à l’encontre des personnes assimilées ou membres des partis politiques ont été relevés au cours de cette période.

Des cas de violation du droit à l’éducation où des élèves ont été forcés de participer aux campagnes électorales du parti de l’Aigle dans certaines provinces du pays ont été aussi relevés. Une gestion opaque de la pandémie du coronavirus au Burundi a été rapportée. Des cas de réunion du parti au pouvoir pour traquer des mandataires et candidats aux conseils communaux du parti Cnl ont été répertoriés dans certaines provinces du pays.

Des cas de campagnes électorales précoces du parti au pouvoir, d’utilisation des véhicules de l’Etat pour participer aux campagnes en violation du règlement du code électoral, d’irrégularités dans la distribution des cartes d’électeurs, des chansons au contenu agressif ainsi que des discours d’incitation à la violence ou à la haine ont été rapportés dans certaines provinces du pays.

Des jeunes affilés au parti de l’Aigle, des policiers, des militaires, des agents du Snr et des administratifs sont pointés du doigt comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains observées. Parmi les victimes enregistrées, figurent des membres des partis politiques Cnl, Msd, Frodebu et Cndd-Fdd. D.N.

Burundi - Justice

Un membre du Cnl condamné à 5 ans de prison

Ngozi, le 8 mai 2020 (Net Press) . Il s’appelle Pasteur Mpawenimana, un leader du Cnl dans la province de Makamba, au Sud du pays, qui briguait les fonctions de sénateur dans cette province. Alors qu’il était dans la province de Ngozi au premier jour de la campagne, il a été arrêté et mis en prison, accusé d’extorsion, d’enlèvement, d’assaut et de bastonnade à l’endroit de 5 étudiants membres du Cndd-Fdd.

Pour cela, il a été condamné hier à 5 ans de prison, à payer une amende de 409.500 Fbu, 2.500.000 Fbu pour les soins des Imbonerakure blessés et son véhicule a été saisi. Il avait expliqué à la cour de Ngozi qu’il avait plutôt sauvé des Imbonerakure qui notaient les plaques d’immatriculation des véhicules qui transportaient les membres du Cnl.

Pour les protéger, avait-il expliqué, il les avait embarqués et les avait acheminés à la police pour que les membres du Cnl ne leur lynchent pas. Cette explication n’a pas convaincu le tribunal de céans. Et au cas où il ne paierait pas cette amende, il sera condamné à 12 ans et 6 mois de prison par contrainte de corps. J.M.

Burundi - Politique

Cathy Kezimana tire la barbe de son vieil adversaire

Bujumbura, le 7 mai 2020 (Net Press). Alors que la campagne électorale bat son plein, les candidats à la députation sillonnent leurs circonscriptions territoriales avec le seul objectif de rallier à leur projet de société la majorité de l’électorat de ce 20 mai.

En début ce cette semaine, Madame Cathy Kezimana, membre du bureau politique du Cnl et placée à la deuxième position sur la liste des candidats députés, était en commune Mugongo-Manga de la province Bujumbura. Une foule nombreuse était accourue pour écouter le projet de société du principal parti de l’opposition, le Cnl. Un discours pathétique plus mobilisateur a été prononcé par Madame Kezimana où transparaissaient les points saillants du programme politique du Cnl.

Comme il est de coutume dans toute campagne, l’orateur épingle les manquements qui ont émaillé le parcours politique de son adversaire, tâche que la candidate a minutieusement effectué. Elle a fustigé les multiples cas de violation des droits de l’homme et d’assassinats sans oublier de relever la crise de succession au pouvoir en 2015 qui a déversé de milliers de gens sur le chemin de l’exil politique où ils arpentent les dures réalités de la vie d’un réfugié. Elle a cependant promis qu’une fois le Cnl porté au pouvoir par leurs voix, il s’attèlera au respect des droits de l’homme et au retour des réfugiés dans leur patrie.

Cette dame a donné espoir à la population que le changement est en marche, qu’il ne faut pas avoir peur en interpellant les membres du Cnl de braver l’intimidation contre le courage et la légitime défense. Il faut signaler que Madame Kezimana avait préalablement annoncé aux gens venus l’écouter qu’elle leur apporte un message du leader du Cnl , Agathon Rwasa.

Pourtant, Kezimana a été interpellée par le commissaire et a subi un interrogatoire du magistrat au tribunal de grande instance à Mukaza qui sera couronné par la décision de l’écrouer à la prison centrale de Mpimba où elle passe déjà ses 3 longues et interminables nuits trop loin de ses enfants et de son cher époux.

Le mobile qui pèse contre sa personne est qualifié d’incitation de la population à la révolte. Les juges l’accusent d’avoir tenu des propos incendiaires et diffamatoires envers le régime du Cndd-Fdd. Comme preuve, ils ont visionné une vidéo prise lors de son allocution à Mugongo-Manga. De gros poissons du Cndd-Fdd qui convoitent ces fonctions seraient derrière cette intimidation.

Contactés pour plus de détails, les responsables du Cnl dénoncent un complot ourdi savamment monté de toutes pièces et font porter la responsabilité à Pierre Nkurikiye, l’actuel porte-parole de la police.car, semble-t-il qu’avait prédit son arrestation le matin du jour de son interpellation. Selon toujours les membres du Cnl, ni les assassinats politiques, ni les interpellations, moins encore les intimidations, rien ne les détournera de leur objectif ultime. Car, le train du changement est en marche et personne ne peut l’arrêter.

Rappelons que l’emprisonnement de Madame Cathy Kezimana porte le nombre de détenus d’infortune des membres du Cnl à 72 prévenus qui croupissent dans les geôles éparpillés à travers tout le pays. Selon des informations parvenues à la rédaction, l’intention est de faire condamner cette dame avant le 20 mai pour que sa candidature soit tout simplement annulée. J.M.

Burundi - Education

L’hebdomadaire "La Voix de l’Enseignant" de nouveau dans les kiosques

Bujumbura, le 8 mai 2020 (Net Press) . Notre confrère trouve que la campagne électorale bat son plein et que les cours continuent comme à l’accoutumée. En dépit des véhicules qui circulent partout dans la ville de Bujumbura munis des lanceurs de voix pour mobiliser les électeurs, les enseignants et les élèves vaquent tranquillement à leurs activités quotidiennes.

Les premiers s’attèlent à terminer les programmes, tandis que les seconds font tout pour se rattraper dans les cours qu’ils n’ont pas réussi au cours des deux premiers trimestres. La seule chose qui les distrait est le mouvement des militants des partis politiques qui passent près des écoles en chantant. Les enseignants et les élèves expliquent leur désintéressement par le fait que le renouvellement des dirigeants ne changera rien de leur vie socioprofessionnelle.

Le journal annonce également une nouvelle filière des statistiques dans l’enseignement post-fondamental. Le ministère de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle compte créer une nouvelle filière axée sur les mathématiques et les statistiques. Si rien ne change, cette nouvelle section ouvrira ses portes avec la rentrée scolaire 2020-2021.

Elle serait venue pour former des lauréats de l’enseignement fondamental qui fréquenteront l’Institut des Statistiques Appliquées de l’Université du Burundi dont le campus est basé à Nyamugerera, commune Musigati de la province Bubanza. Les experts ont déjà présenté leurs observations.

Les conseillers pédagogiques du Bureau d’Etudes et des Curricula de l’Enseignement Post-Fondamental Général et Pédagogique sont déjà à l’œuvre pour la conception des programmes. Ces concepteurs craignent le manque du personnel enseignant dans cette nouvelle filière en création. Un autre défi serait lié aux supports pédagogiques qui ne sont pas encore produits à moins de 4 mois du début probable de cette filière.

Malgré tout cela, il y a grève des enseignants du lycée technique Saint-Luc. Les enseignants du Lycée Technique Saint-Luc se plaignent de ne pas encore perçu leurs salaires du mois de mars et avril 2020. Comme moyen de pression, ils ont entamé une grève illimitée à partir de ce mercredi 6 mai 2020. La direction avait donné rendez-vous ce mardi après la lettre d’avertissement, promesse non tenue.

Les enseignants de disent fatigués d’être payés après sit-in chaque fois. Ils sont inquiets de la vie du personnel permanent qui n’a pas d’autres ressources financières. Un parent demande est étonné de la situation car ils payent régulièrement et ils sont en train de payer le mois de mai. La direction devrait se ressaisir.

Burundi - Santé

L’Oim au chevet du Burundi

Bujumbura, le 8 mai 2020 (Net Press) . L’organisatioin internationale pour les migrations contribue aux efforts nationaux entrepris pour répondre au COVID-19 et aux autres maladies à potentiel épidémique aux frontières entre la République du Burundi et la République Démocratique du Congo, et entre la République du Burundi et la République Unie de Tanzanie.

Elle a fait un don d’équipements sanitaires et de protection individuelle en date du 6 mai au services d’immigration du Burundipour renforcer leur capacité à gérer les mouvements aux frontières avec la Rdc et avec la Tanzanie, suite à une situation d’urgence de santé publique face au Covid-19 et aux autres maladies à potentiel épidémique.

L’ensemble des équipements donnés par l’OIM inclue du matériel de protection, d’hygiène et de communication tel que des gants, des masques de protection, des savons liquides, des sceaux en plastique, des citernes en plastiques, des ports-citernes en plastiques, des chaises, des tables, des poubelles, des parapluies et des téléphones portables. Ceux-ci sont destinés aux postes frontières particulièrement à risques, qui connaissent un flux important de populations à savoir Gahumo, Rumonge, Mugina, Ngomante, Gisuru, Gaseyni II et de Gahumo, situés dans les provinces de Rumonge, de Makamba, de Rutana et de Ruyigi. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.