Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un ancien technicien de la radio Bonesha toujours introuvable !

27 mai 2020

Bujumbura, le 27 mai 2020 (Net Press) . Il s’appelle Innocent Muryango, cet ancien technicien de la radio privée Bonesha, fermée depuis 2015, reste introuvable depuis le 22 mai dernier. Selon des informations dignes de foi , il avait été enlevé avec d’autres jeunes en zone Kanyosha, de la commune urbaine de Muha, il avait été emprisonné au Bureau spécial de recherche avant d’être transporté manu militari vers une destination inconnue.

Des sources sur place indiquent que ce père de deux enfants était natif de la province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays. Sa carte nationale d’identité a été trouvée au bureau spécial de recherches, il a été recherché un peu partout dans les cachots de la capitale économique sans succès. Sa famille indique que ses ravisseurs aurait ordonné à sa famille de donner quatre millions de nos francs, un payement qui a été vite fait. Les mêmes kidnappeurs ont ensuite ordonné un autre payement de trois millions, ce qui a inquiété la famille.

Selon son entourage, Innocent Muryango était un militant du parti conseil national pour la liberté, ce qui laisse croire qu’il aurait été victime des vagues d’arrestations des militants de ce parti de l’opposition. Sa famille demande sa libération inconditionnelle d’autant plus que selon cette dernière, aucune infraction ne pèse sur lui.

Sur le même chapitre sécuritaire, des informations circulent sur les réseaux sociaux qu’un corps sans vie d’un journaliste de la Radiotélévision Nationale du Burundi, Jérôme Cishahayo, aurait été trouvé dans la matinée de ce mercredi 27 mai dans le champs de maïs au quartier Carama, zone Kinama, commune urbaine de Ntahangwa. Après quelques investigations, la rédaction a appris que le défunt était un finaliste à la faculté de médecine à l’université du Burundi tué il y a trois mois dans cette circonscription, dans des circonstances obscures N.R.

Burundi - Sécurité

De la lumière sur le crépitement d’arme en zone Cibitoke

Bujumbura, le 27 mai 2020 (Net Press) . Quelques sujets de la zone Cibitoke, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique, indiquent que les crépitements d’armes entendus dans la matinée de ce mardi 26 mai vers 8 hoo venaient des policiers qui étaient à la poursuite d’un détenu du cachot de la zone Cibitoke.

Selon nos sources concordantes, un détenu au cachot de la zone Cibitoke a trompé la vigilance des policiers qui étaient montaient la garde dans cette structure de garde à vue, pour s’évader dans l’entourage. Dans leur poursuite, les policiers ont tiré dans l’air, ce qui a provoqué une peur-panique dans les circonscriptions nord de la capitale Bujumbura. Le détenu a été retrouvé dans un ménage voisin de l’ancienne parcelle du parti Uprona.

Le détenu a été bien sûr violenté par ses policiers, avant d’être transporté vers un cachot resté inconnu des membres de la famille. Cette dernière demande avec insistance que le chef de poste du commissariat de la zone Cibitoke, qui connaît certainement où il se trouve, donne la lumière sur le lieu de détention de cet homme. D.N.

Burundi - Droits de l’Homme

Les activistes des droits de l’homme s’expriment ...

Bujumbura, le 27 mai 2020 (Net Press) . Ces derniers évoquent des allégations de violations, des atteintes et des violations des droits de l’homme enregistrées aux registrées la semaine dernière dans plusieurs localités. Au moins 2 personnes ont été assassinées, deux autres torturées et 75 ont connu une arrestation arbitraire.

Selon toujours ces défenseurs des droits de l’homme, deux femmes et deux mineurs se trouvent parmi les victimes. Les jeunes du parti de l’Aigle, des administratifs, des policiers et des agents du service secret sont soupçonnés d’être des auteurs de la plupart de ces violations des droits de l’homme.

Les membres du parti Cnl ont été essentiellement les plus visés car 71 membres de cette formation politique ont été arrêtés et deux d’entre eux torturés. Ils ont relevé également des irrégularités liées aux élections du 20 mai 2020 telles que les mandataires politiques interdits d’accéder aux bureaux de vote, des cartes d’électeurs retirées aux membres du parti Cnl.

Ils ont en outre noté le non usage des isoloirs, l’encre de pointage épuisé et non remplacé, des tricheries, des propagandes illégales, de la chasse aux membres du parti Cnl au centre de négoce, des menaces contre des "Cnlois" et de blocage d’accès aux plateformes des réseaux sociaux. Ch.N.

Burundi - Justice

Affaire de feu Adolphe Nshimirimana, les suspects comparaissent de nouveau

Gitega, le 27 mai 2020 (Net Press) . Dans la journée d’hier, la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Ntahangwa a fait le déplacement de Gitega, la capitale politique, où se trouvent incarcérés des anciens policiers et militaires accusés par le ministère public d’avoir planifié et exécuté l’assassinat du lieutenant général Adolphe Nshimirimana.

Pour rappel, Adolphe Nsimirimana, surnommé affectueusement "Muremure" (grand de taille) quand il était encore au maquis, a été tué dans la matinée du 2 août 2015. Le ministère public avait requis une peine de perpétuité pour les sept militaires et policiers même si les prévenus avaient rejeté les accusations portées sur eux. Après la plaidoirie des sept, la troisième depuis 2015, le ministère public a encore une fois requis une prison à vie pour les prévenus et l’affaire a été mise en délibéré.

La défense n’en revient pas car elle estime que les prévenus devraient plutôt réintégrer leurs fonctions. Elle se plaint que le dossier piétine pendant 5 ans et que le ministère public a toujours demandé la suspension des audiences, prétextant qu’il mène des enquêtes supplémentaires. Le jugement devrait être prononcé dans un mois. J.M.

Burundi - Politique - Confessions Religieuses

"Les observateurs catholiques pointent des « irrégularités » lors du scrutin", dixit Rfi

Bujumbura, le 27 mai 2020 (Net Press). Les résultats du triple scrutin de mercredi, qui a donné une large victoire au général Evariste Ndayishimiye et à son parti le Cndd-Fdd, sont contestés par le principal opposant burundais, Agathon Rwasa et son parti, le Cnl, qui dénoncent des « fraudes massives ». Le Conseil de l’Eglise catholique du Burundi se pose en arbitre entre les deux parties, alors que le Cnl s’apprête à déposer plainte. Le communiqué de la Conférence des évêques catholiques rendu public mardi tombe à point nommé pour le Cnl, isolé, sans autre source indépendante pour confirmer ses accusations.

Frontières fermées, aucune mission d’observation électorale internationale autorisée, pas de société civile indépendante et des conditions d’observation électorales draconiennes imposées à la puissante Eglise catholique du Burundi, le pouvoir pensait sans doute avoir totalement verrouillé le triple scrutin du 20 mai.

Car dans un premier temps, l’Eglise catholique du Burundi voulait déployer autant d’observateurs que de bureaux de vote (14 655) pour pouvoir procéder à un comptage de voix parallèle, comme sa consœur de RDC l’avait fait lors des dernières élections dans ce pays. Mais le pouvoir burundais y avait opposé son veto, selon un prélat. Il leur en avait accordé moins du tiers et exigé que chacun d’eux ne s’occupe que d’un seul bureau de vote plutôt que de tout un centre de vote.

Le Conseil des évêques catholiques explique avoir déployé au final 2.716 observateurs, soit près de 20% des bureaux de vote, et juge que la couverture de près d’un cinquième de tous les bureaux du pays lui donne une bonne vue d’ensemble sur ce qui s’est passé ce jour-là. Son verdict met à mal le discours officiel.

Mgr Joachin Nderiyimana préside ce Conseil « D’après les constats qu’ils ont fait, nous reconnaissons que les élections se sont déroulées en général dans le calme mais nous déplorons beaucoup d’irrégularités quant à la liberté et à la transparence du processus électoral. Ainsi qu’à l’équité dans le traitement des candidats et des électeurs. Tous ces éléments devant aussi caractériser des élections vraiment démocratiques. »

Puis l’évêque de Ruyigi dans l’est du pays s’est mis à lire une longue liste d’irrégularités, qui confirment toutes celles dénoncées par le parti Cnl depuis une semaine, et qui va même au-delà. La conclusion de l’Eglise catholique ? Très forte même si elle est toute en finesse comme d’habitude. « Face à toutes ces irrégularités et bien d’autres, nous nous demandons si elles ne portent pas préjudice au résultats à proclamer. »

L’Eglise catholique a enfin appelé le pouvoir « à sanctionner tous ceux qui aujourd’hui persécutent leurs voisins » pour leurs convictions politiques différentes, alors que le principal parti d’opposition dénonce « une véritable chasse à l’homme contre ses militants ». J.M.

Burundi – Education

Passation du concours national, édition 2019-2020 pour ce 9 juin

Bujumbura, le 27 mai 2020 (Net Press) . C’est ce samedi 23 courant que la ministre de l’éducation, de la formation technique et professionnelle, Dr. Janvière Ndirahisha, a annoncé le calendrier de passation du concours national, édition 2019-2020.

La ministre ne s’est pas retenue devant des éventuels cas d’indiscipline répertoriés par les responsables des écoles fondamentales ayant les classes de 9ème. Pour cette dame, tout élève récidiviste de fautes disciplinaires ou d’absences prolongées n’aura pas accès au concours national.

Aussi, les élèves autodidactes, donc ceux ayant échoué au concours national de l’année passée et qui par voie de conséquence, n’ont pas été admis au redoublement au cours de cette année, ne se présenteront pas au concours national, édition 2019-2020.

En prenant toutes ces mesures, la ministre en charge de l’éducation veut congédier le comportement irresponsable de la plupart des élèves du secteur privé. Ainsi, en procédant de la sorte, la ministre aura limité le laisser-aller qui caractérise certains élèves des établissements privés en les contraignant à observer de fait le règlement scolaire.

Dans ce cas, la gestion disciplinaire des écoles publiques ne sera pas différente de celle des établissements privés qui étaient caractérisés par une indiscipline notoire des élèves car leurs responsables devant la loi étaient beaucoup plus animés par le sens commercial au détriment de l’éducation.

Pour les responsables éducatifs au niveau provincial, il est primordial que les enseignants titulaires de la classe de 9ème doivent dorénavant procéder à l’encadrement de proximité des élèves. A partir de ce mardi le 26 mai, tous les enseignants sont supposés avoir terminé toute la matière prévue au cours de cette année scolaire et procéder immédiatement à la correction des épreuves données durant les concours nationaux, éditions 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019.

Ces exercices sont organisés pour mieux outiller les enfants afin d’affronter le concours national de cette année sans beaucoup de risques d’échouer. Comme la fin justifie les moyens, le classement des réussites est le seul critère d’appréciation des directions qui se seront bien comportées dans l’encadrement des enfants au point de vue tant pédagogique que disciplinaire.

C’est dans cette logique que la direction de l’éducation, de la formation technique et professionnelle en mairie de Bujumbura a organisé avant-hier dans l’après-midi une réunion à l’intention des directeurs des écoles ayant des classes à concours pour égrainer une série de mesures pour plus d’effort d’encadrement dans l’intention d’obtenir des résultats appréciables au niveau de sa circonscription scolaire. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.