Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 22 juillet 2020
|L’armée burundaise affirme ne pas être au courant d’une attaque dans la Kibira

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Archives

 

 

 



Burundi - Justice

Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

17 juin 2020

Bubanza, le 17 juin 2020 (Net Press). Cinq enseignants ainsi qu’un ancien directeur du lycée de Bubnza incarcérés dans cette province de l’Ouest du pays, en plus de deux élèves, ont été entendus hier par le tribunal de grande instance de cette entité administrative. L’on saura que parmi les élèves, figure une fille qui a été enlevée par des gens non encore identifiés il y a plus ou moins deux semaines.

Selon des informations en provenance de cette province, il semble que lors de la séance d’hier, le ministère public a présenté de nouvelles charges différentes de celles qui avaient fait objet d’enquête Malgré cela, les avocats-conseil ont exprimé leur satisfaction dans cette audience de plus de trois heures car, disent-ils, ils ont pu être entendus.

Suite à cette même arrestation de ces enseignants, les parents des élèves du lycée s’inquiètent quant aux résultats de leurs enfants au cours de ce trimestre. En effet, les examens sont choisis par des enseignants autres que ceux qui les ont formés, d’où la crainte d’une prestation non efficace. Le directeur du lycée trouve que cela ne cause aucun problème. D.N.

Burundi - Sécurité

Vers la probable inhumation du feu président de la République Pierre Nkurunziza à Gitega

Gitega, le 17 juin 2020 (Net Press). Selon des sources de la Voix de l’Amérique de ce mardi 16 juin, le défunt président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, mort des suites d’un arrêt cardiaque le 8 juin 2020, sera inhumé probablement dans la capitale politique Gitega, située au centre du pays.

Selon cette station, le corps de l’ancien président reposera au quartier Musinzira, au centre-ville de Gitega, dans la place réservée aux grands combattants, sur la route qui mène vers Muyinga, comme l’affirme Pierre Claver Niyonkuru, correspondant de la Voix de l’Amérique au Rwanda.

Pierre Claver Niyonkuru a fait savoir que les travaux préparatifs de cette inhumation ont été commandités par le chef protocole du feu président de la République, Zephilin Maniratanga et le ministre des travaux publics et de l’équipement, Jean Bosco Ntunzwenimana, qui étaient présents sur la place du monument du combattant, situé quartier Musinzira au centre-ville de Gitega, en présence des experts en construction et sous la présence des dispositifs de sécurité.

Des sources divergentes indiquent que la première dame Dénise Bucumi Nkurunziza avait proposé que cette inhumation se tienne dans sa commune natale Mwumba, en province de Ngozi au Nord du pays, mais d’autres hauts gradés proches du pouvoir proposent que l’ancien président soit enterré au palais Ntare Rushatsi. N.R.

Burundi - Politique

L’Olucome s’exprime à l’occasion du décès inopiné de Pierre Nkurunziza

Bujumbura, le 17 juillet 2020 (Net Press) . A l’occasion de la mort inopinée du président Pierre Nkurunziza en date du 8 juin 2020, l’Olucome présente ses condoléances à sa famille biologique, à sa famille politique ainsi qu’au peuple burundais. Rappelons que feu le président a trouvé la mort dans un hôpital du cinquantenaire "Natwe Turashoboye" de Karusi, au Centre-est du pays, suite à un arrêt cardiaque.

L’observatoire trouve que pendant cette période, c’est un moment important pour tous les citoyens burundais de prise de conscience collective en vue de renforcer l’unité, le développement durable et le partage équitable du bien commun comme le disait souvent Son Excellence Président Pierre Nkurunziza. Ch.N.

Burundi – Education

Cacophonie au sein du ministère de l’éducation

Bujumbura, le 17 juin 2020 (Net Press) . Incroyable mais vrai ! Un communiqué émanant de la direction provinciale de l’éducation, de la formation technique et professionnelle (Dpeftp) en mairie de Bujumbura vient de suspendre une ordonnance de son ministre.

Depuis hier, le responsable scolaire en mairie de Bujumbura a publié un communiqué dûment signé qui sera plus tard relayé par les autorités scolaires au niveau communal qui invitait les directeurs et les enseignants à reporter les examens.

Selon des explications fournies par le directeur provincial de l’éducation en mairie de Bujumbura, les cérémonies d’investiture du général-major Evariste Ndayishimiye en remplacement de Pierre Nkurunziza, verront la participation des majorettes. Or, celles-ci, au nombre de 300, sont choisies uniquement dans plus de 160 écoles de la mairie de Bujumbura.
Selon le Dpe mairie, ces jeunes filles se trouvent en pleins examens et doivent les passer dans toute équité. Sa mesure de réviser le calendrier scolaire préalablement établi par le ministre de tutelle depuis la rentrée scolaire du mois de septembre 2019 est dictée par cet esprit de garantir les mêmes conditions aux élèves lors de la passation des examens de fin d’année.

Pour lui, les examens prévus ces jeudi et vendredi seront effectués samedi et lundi. Ainsi, ils vont se repousser jusqu’à reporter la date de la proclamation, non pas au 2 juillet comme il était prévu sur le calendrier mais plutôt au 7 juillet. Le même communiqué précise que le calendrier des examens de repêchage et la date de la 2ème proclamation seront incessamment annoncés aux responsables scolaires de sa circonscription de la mairie.

Ses modifications ont été communiquées aux élèves de toute la capitale économique du Burundi depuis ce matin et ils sont rentrés chez eux en s’étant convenus qu’ils retourneront à l’école ce samedi pour passer les examens qui étaient prévus ce jeudi ou ce vendredi, selon le niveau de scolarité.

A la surprise des responsables scolaires de la mairie, le porte-parole du ministère de l’éducation, de la formation technique et professionnelle, Juma Edouard, a tardivement réagi, en mettant en cause ce communiqué de la mairie et en appelant les responsables de l’éducation à organiser les examens en conformité du calendrier scolaire et en rappelant que la date de proclamation reste maintenue au 2 juillet 2020.

Mais il faut remarquer que la communication du Dpe est déjà relayée depuis ce matin et que la réaction du ministre tard venue lors du bulletin d’informations de midi 30 minutes sur les ondes de Rema Fm, n’aura pas d’audience car, son porte-parole a attaqué dans un vide puisque les enfants et les enseignants étaient déjà rentrés.

Dans ce cas, le Dpe aura dérogé une mesure de son ministre qui le rendra plus populaire surtout que tous les moyens sont bons pour se positionner politiquement en cette période de fin de mandat du ministre en charge de l’éducation.

Cependant, cette brave dame de l’éducation aurait évité ce scandale en acceptant, la mort dans l’âme, d’être contrariée jusqu’à considérer son ordonnance comme un chiffon de papiers à déchirer et à jeter dans la poubelle. La résignation aurait été préférable pour sauvegarder son honneur au lieu d’engager un combat déjà perdu d’avance. J.M.

Burundi – Environnement

Une thérapie naturelle à Mugara

Rumonge, le 17 juin 2020 (Net Press). La circonscription de Mugara en zone Gatete de la province de Rumonge au Sud-ouest du pays est réputée pour renfermer des eaux chaudes au traitement curatif.

En effet, l’existence des eaux thermales à Mugara est connue depuis fort longtemps. Mais les populations n’avaient pas curieusement découvert cette qualité curative de ces eaux. Elles s’y rendaient souvent pour réchauffer leur corps en ignorant complètement que ces eaux peuvent être utiles à l’organisme humain.

Des géographes ont alors entrepris des recherches-excursions pour étudier la géomorphologie de cette région. Ils ont remarqué que cette zone a fortement connu d’intenses mouvements de fissuration de la croûte terrestre lors de la formation du rift-valley. Une chaleur en provenance de la profondeur de la terre serait à l’origine du réchauffement excessif de ces eaux qui atteignent une température variant entre 49 – 53° Celsius.

Depuis plus d’une dizaine d’années, cette zone est devenue un lieu touristique. Il accueille chaque jour des gens venus de tous les coins du pays pour y baigner afin d’exposer leur corps à l’énergie thermale.

Le gouvernement a alors aménagé le lieu en construisant deux bassins carrelés pour améliorer les conditions hygiéniques. A partir de cette période, l’administration locale organise la perception de taxes communales. Auparavant, une somme de 500 Francs bu était exigée à chaque personne pour y accéder mais depuis la construction des hôtels à cet endroit, on exige une somme de 1000 Francs bu aux visiteurs.

Aujourd’hui, le mouvement touristique prend des allures remarquables dans la région. Car, des gens venus d’autres provinces et bien même des pays étrangers séjournent à cet endroit pour subir un traitement curatif par la prise de bains de ces eaux. L’on compte plus de 300 personnes par jour qui fréquentent ce site. Mais à présent, l’affluence de touristes a diminué à cause de la pandémie du coronavirus.

Les personnes interrogées sur place affirment que ces eaux constituent une thérapie pour les maladies chroniques et bien d’autres. Parmi ces personnes contactées, figuraient celles qui avaient été frappées par la paralysie, le nerf sciatique, l’hypertension, le diabète et d’autres maladies du système immunitaire.

Elles ont affirmé avoir recouvré leur santé suite aux séances de bains dans ces eaux. Soulignons que les sites d’eaux thermales existant dans notre pays sont nombreux. L’on en trouve aussi à Buta, à Ruhwa, à Kabezi etc. Mais le site le plus attrayant et le bien aménagé reste celui de Mugara. Ch.N.

Burundi - Rdc - Justice

"Le juge Raphaël Yanyi tué par des coups à la tête, selon le vice-Premier ministre", dixit Rfi

Kinshasa, le 17 juin 2020 (Net Press). Le flou entourant la mort du juge Raphaël Yanyi Ovungu commence à se dissiper en République démocratique du Congo (RDC). Décédé la nuit du 26 au 27 mai, Raphaël Yanyi Ovungu présidait les audiences du procès Vital Kamerhe et ses coaccusés dans le cadre du programme d’urgence de Félix Tshisekedi. Les résultats de deux autopsies ont été révélées par le vice-Premier ministre et ministre de la Justice, Célestin Tunda, mardi 16 juin.

Deux autopsies ont été réalisées dont la deuxième en présence d’un médecin légiste de la Monusco. Selon les rapports de ces examens cités par Célestin Tunda, vice-Premier ministre et ministre de la Justice, le juge ca été victime d’une hémorragie.

« Le juge Yanyi est mort principalement à la suite des coups qu’il a reçus, qui ont occasionné un traumatisme crânien. Il y a eu coagulation de sang dans le crâne. C’est cette situation qui a entraîné l’arrêt cardiaque, donc la mort. »

La famille et certains activistes soupçonnaient une mort par empoisonnement. Ce n’est pas le cas, d’après le ministre : « On a découvert des substances végétales non létales, qui étaient dans le corps. Ces substances ne sont pas la cause de la mort, mais c’est les coups qui ont provoqué la mort du juge ».

Plusieurs questions demeurent : quand est-ce que le juge a été battu ? Comment la famille ne l’avait-elle pas constaté ? Dans quel état était-il arrivé à son domicile, ensuite à l’hôpital ?
Le vice-Premier ministre Célestin Tunda annonce une enquête pour déterminer les circonstances de ce qu’il a qualifié de meurtre. Il est prévu qu’il reçoive la famille du défunt ce mercredi 17 juin. D.N.

Communiqué
La direction de l’agence de presse en ligne Net Press annonce à son aimable lectorat que la Boîte Postale de ladite agence vient d’être modifiée. Désormais, le nouveau numéro est le 2863. Il est demandé à nos partenaires de prendre en compte cette information pour qu’ils déposent leurs courriers au bon endroit.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.