Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 22 juillet 2020
|L’armée burundaise affirme ne pas être au courant d’une attaque dans la Kibira

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

18 juin 2020

Bujumbura, le 18 juin 2020 (Net Press). Il était vers 04 hoo du matin de ce jeudi, lorsque les habitants du nord de la capitale économique Bujumbura ont été réveillés des crépitements d’armes. Selon des informations, il s’agissait des tirs nourris comme le rapportent plusieurs sources sur place.

Jusqu’à présent, rien ne filtre sur cette attaque mais, selon un sujet contacté par la rédaction, elle serait liée à une affaire de cambriolage dans les ménages en zone Kamenge, d’où les policiers en patrouilles auraient tirés sur ces bandits pour les en dissuader car ils s’apprêtaient à commettre plusieurs forfaits.

Sur le même chapitre sécuritaire, le domicile du commissaire communal de la commune Rutana, en la personne d’Egide Nsabiyumva, a été la cible d’une attaque armée survenue ce mardi 16 juin vers 2 hoo du matin. Son agent de transmission, Ndayisenga, a été grièvement blessé et son fusil volé. La victime a été admise à l’hôpital de Rutana où il reçoit les premiers soins.

Des sources concordantes indiquent que les assaillants ont tiré en l’air avant de se volatiliser dans la nature. Cependant, la police affirme que ces auteurs ont profité de la diminution des agents de transmission du haut gradé du commissariat de police pour effectuer cette attaque. Des pistes n’écartent pas quelques prisonniers de la prison centrale de Rutana qui auraient trompé la vigilance de la garde pour commettre ce forfait. N.R.

Burundi – Politique

Nkurunziza - Ndayishimiye : Blanc bonnet, bonnet blanc

Gitega, le 18 juin 2020 (Net Press) . Depuis le début de cette semaine, les services de la présidence s’activent pour rendre le look pimpant dans la capitale politique du Burundi. Ainsi, les trottoirs, les monuments du père de l’indépendance du Burundi, du héros de la démocratie, celui des combattants et le stade Ingoma où vont se dérouler les cérémonies d’investiture du général Evariste Ndayishimiye ce jeudi le 18 juin 2020 sont peints aux couleurs nationales.

Très tôt ce matin, la ville de Gitega se présente sous une beauté d’une surbrillance naguère lui reconnue. Aussi, la population de la capitale politique se réjouit d’un si grand événement politique qui va se dérouler au chef – lieu de leur province. Cette réjouissance est aussi motivée par le fait que les habitants de Gitega vont assister à l’investiture d’un de leurs fils du haut de la république du Burundi.

Pour mieux agrémenter les cérémonies, les jeunes filles, les majorettes, d’habitude qui se produisent sur la scène pendant la fête de commémoration de l’indépendance de notre pays, le 1er juillet de chaque année et la détonation de 21 coups de canons vont marquer les hauts faits de cette journée.

Les personnalités importantes présentes aux cérémonies sont entre autres l’épouse du président de la république unie de Tanzanie, les ministres des relations extérieures d’Egypte et de la Guinée équatoriale et l’ancien président tanzanien Jakaya Mrisho Kikwete ainsi que les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales accréditées au Burundi. L’on a remarqué qu’aucun président, même de la sous-région, n’est venu soutenir son homologue burundais en début de ses fonctions. Même le président congolais, Félix Tshisekedi, qui tait pourtant attendu à Gitega, n’a" pas fait le déplacement.

Mais ce que la communauté tant nationale qu’internationale attendait avec impatience était le discours d’apaisement de la situation politique, sécuritaire et économique en parfaite déconfiture. Les réfugiés politiques croupissant dans la misère indescriptible et tous ceux en cavale dans les pays d’asile attendaient aussi avec impatience ce moment pathétique.

Cependant, il faut que les réfugiés politiques sachent que l’actuel président n’a pas été tendre envers eux parce qu’il les qualifie de pions avancés par des colons dans la déstabilisation du Burundi. Il a pourtant lancé un appel aux réfugiés burundais de rentrer sans du tout égrainer toute une série de mesures pour leur sécurité. Toutefois, ceux qui décident d’y rester doivent promouvoir une bonne image du Burundi au cas contraire, ils seront considérés comme des ennemis du pays. Il a par conséquent invité les pays d’asile à ne pas permettre à ces Burundais de s’adonner aux actes de déstabilisation de notre pays.

Le gel des relations de coopération avec notre pays décidé par les pays européens avec des conséquences incalculables a été au menu du général-président, qui a promis un apaisement de la coopération avec les pays occidentaux afin de tourner la sombre page qui a plongé notre économie dans un marasme sans précédent. Il a annoncé que son régime doit nouer des relations diplomatiques avec les pays étrangers. Il a profité de cette occasion pour déclarer que son pays va désormais permettre aux investisseurs étrangers de placer leurs capitaux dans notre pays dans l’espoir que le fisc va y tirer beaucoup d’avantages.

Mais l’on aura remarqué que Ndayishimiye reste sur les traces de Nkurunziza sur la responsabilité des colons dans la tragédie qui a ensanglanté notre pays depuis 1961 jusqu’en 2015. Il a mis en garde les Européens face au respect des principes de souveraineté du Burundi et que quiconque s’aventurera dans l’ingérence des affaires de notre pays sera sérieusement combattu.

Il a enfin annoncé son projet de société qui sera réalisé dans presque tous les secteurs par le truchement des différentes autorités du pays qui seront prochainement nommées. Il a indiqué qu’il tachera de mettre en avant des hommes et des femmes responsables capables de servir le peuple sans distinction aucune. L’élan de son prédécesseur sera sauvegardé en privilégiant la bonne gouvernance comme son arme de prédilection.

Le dialogue permanent entre les partis politiques pour renforcer les principes démocratiques et la bonne gouvernance reste une préoccupation du nouveau président burundais. En matière des droits de l’homme, la Cvr, la Cnidh et la justice vont rétablir tout citoyen lésé dans ses droits. Mais il n’a pas du tout évoqué une situation controversée observable depuis 2015 en matière du respect des droits humains. Il a enfin promis la restauration de la justice de proximité reléguée aux calendes grecques par le système du Cndd-Fdd, ce qui a été une surprise pour les hommes intègres (Bashingantahe). Pour lui, c’est dans cette perspective que les conflits seront vite résolus sur nos collines. J.M.

Burundi – Malversations

Sit-in des Imbonerakure à Kirundo

Kirundo, le 18 juin 2020 (Net Press) . La manifestation se déroule au chef-lieu de la province de Kirundo, dans le quartier de Nyange-Bushaza, au Nord du pays. En effet, les Imbonerakure accusent leurs chefs locaux, en même temps responsables de la coopérative Sangwe, d’avoir subtilisé les biens de cette jeunesse du parti au pouvoir placés au sein de cette unité de développement.

Ces chefs, aujourd’hui dans la ligne de mire des Imbonerakure, sont Chantal Nahimana et Joseph Bihayezu. Ces derniers ne nient pas les faits mais se contentent de dire que leur sécurité est menacée. Ceci transparait dans une lettre qu’ils ont adressée au commissaire provincial de la police avec une copie réservée à l’administrateur de la commune de Kirundo pour dénoncer un complot ourdi d’assassinat en cours de préparation.

Nos informations en provenance de Kirundo indiquent que le parti Cndd-Fdd connait aujourd’hui des divisions internes et leurs membres ne seraient pas sur le point d’accorder les violons. Il semblerait que ces dissensions qui minent le parti au pouvoir à Kirundo seraient dues à la volonté de chacun de satisfaire ses propres intérêts par positionnement suite aux accointances avec les nouveaux hommes forts du pays.

Pour calmer la situation, les représentants du parti Cndd-Fdd leur avaient promis qu’ils vont régler ce conflit dès leur retour de l’investiture du nouveau président de la République. Ainsi, les Imbonerakure ont accepté de cesser ce mouvement et sont rentrés chez eux tout en espérant qu’ils vont avoir gain de cause.

L’opinion sur place critique sévèrement le comportement de ces Imbonerakure au moment où le pays tout entier se trouve en deuil car, ils auraient attendu l’inhumation du chef de l’Etat défunt et la levée de deuil pour exiger des comptes à leurs représentants coupables de s’être servis avant le temps sur un plan commun. D.N.

Burundi - Communication

Un journaliste de la Rtnb arrêté en pleine investiture du général Evariste Ndayishimiye

Gitega, le 18 juin 2020 (Net Press) . Il s’appelle Dieudonné Nkurunziza, ce journaliste de la Radiotélévision Nationale du Burundi (Rtnb), section info Net, qui a été arrêté ce jeudi le 18 juin 2020 en pleines cérémonies d’investiture du nouveau président de la République, le général Evariste Ndayishimiye au stade Ingoma.

Selon nos sources, Dieudonné Nkurunziza s’apprêtait à photographier le nouveau président et sous l’injonction d’un attaché à la communication à la présidence de la République, l’ancien journaliste de la Radio Publique Africaine, Claude Nshimirimana, les policiers et militaires qui assuraient la sécurité l’ont arrêté. Le journaliste Dieudonné Nkurunziza a été dépouillé de son téléphone avant d’être interpellé et conduit manu militari au cachot du commissariat provincial de la police de Gitega .

Cet ancien journaliste de la Radio Publique Africaine, aujourd’hui dans les sphères de la présidence de la République, est accusé par les professionnels des medias de violenter les journalistes dans des cérémonies qui sont placées sous le haut patronage du président de la République.

Le cas de Gitega est une récidive en moins d’une semaine où cet ancien journaliste, lors de la signature par le futur président samedi 13 juin dernier dans le livre d’or en mémoire du président défunt Pierre Nkurunziza, a violenté deux journalistes, en l’occurrence ceux de la Radiotélévision Rema et de l’Agence Net Press, Norbert Rucabihari, avant de s’excuser après le forfait, arguant que le pays traverse des moments difficiles et qu’ il était stressé.

D’aucun pourraient se poser la question de savoir pourquoi la présidence de la République invite les professionnels des medias à couvrir cet événement d’envergure nationale et que par la suite, un cadre de la même présidence de la République, qui n’est pas novice dans le métier du journalisme, ordonne l’arrestation de son ancien confrère.

Certains professionnels des medias estiment qu’ils sont protégés par la nouvelle loi régissant la presse au Burundi, signée par le président de la République en date du 14 septembre 2018, en ses articles 45 et 46, qui stipulent que le journaliste exerce son métier en toute indépendance et en toute responsabilité sur l’ensemble du territoire national du Burundi, qu’il doit jouir de la sécurité de sa personne et de son matériel de travail. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.