Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme disparaît dans le lac Cohoha

4 juillet 2020

Kirundo, le 4 juillet 2020 (Net Press) . L’affaire remonte au mercredi1er juillet quand un certain Sylvestre Ndagijimana de la commune de Bugabira, de la province de Kirundo au Nord du pays, était en train de pêcher dans le lac Cohoha vers 19 heures. Selon l’administration locale, en ce moment précis, des coups de feu ont été entendus du côté du Rwanda.

La patronne de cette commune, Renée Mukandori, confirme cette information et indique que son administration ne peut pas affirmer ni infirmer que la personne ait été victime de ces coups. Pour le moment, Sylvestre Ndagijimana est porté disparu et les siens sont déçus que l’administration ne fait rien pour le retrouver, mort ou vivant. D.N.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

Les réfugiés burundais de Tanzanie dans une peur-panique

Nduta, le 4 juillet 2020 (Net Press). Au moment où le gouvernement tanzanien exerce d’énormes pressions sur les réfugiés burundais vivant dans ce pays leur demandant de rentrer chez eux, nous apprenons que dans le camp de Nduta, toujours en Tanzanie, un homme d’affaires a été attaqué par des personnes non identifiées dans la matinée de ce 2 juillet et un montant de trois millions de shillings lui a été subtilisé.

Cet homme se fait soigner pour le moment dans une structure sanitaire appartenant à l’Ong internationale Médecins sans Frontières car il été blessé au visage et au bras. Cet homme tient une boutique prospère et vend des appareils électroniques et transfère de l’argent. Les bandits lui ont demandé l’argent qu’il avait, il a tenté de résister mais il a fini par céder car les voleurs étaient armés de fusils. N.R.

Burundi - Droits de l’Homme

Les défenseurs des droits de l’homme dressent un bilan du mois dernier

Bujumbura, le 4 juillet 2020 (Net Press). Ils évoquent les assassinats et enlèvements pendant cette période, ils parlent d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, des atteintes à l’intégrité physique ainsi que d’autres violations qu’ils ont enregistrées pendant tout le mois de juin.

Pour ces défenseurs des droits de l’homme, la majorité des victimes sont des opposants au gouvernement ou au parti au pouvoir ou alors des personnes perçues comme tels. Et de citer les "Cnlois", les membres du Msd, les sympathisants de groupes armés, des Burundais tentant de fuir le pays et de ce fait suspectés de rejoindre les groupes armés, des journalistes et des membres d’organisation de la société civile.

Les agents de l’Etat à l’instar des policiers, des agents du Snr associés aux jeunes du parti de l’Aigle, sont pointés du doigt comme les auteurs présumés de ces violations massives des droits de l’homme. L’impunité est devenue un mode de gouvernance au profit des auteurs présumés de ces violations qui semblent être à l’abri des poursuites judiciaires.

Ils évoquent également des élections du 20 mai organisées dans un climat de peur suite aux actes de harcèlement à l’endroit des militants du Cnl. La seule journée du triple scrutin a vu des violations des droits humains, notamment des arrestations arbitraires par centaine des membres du Cnl, surtout les mandataires politiques à travers tout le pays, écrivent-ils.

Concernant la période couverte par ces activistes, dix-huit cas d’assassinats ont été répertoriés ainsi que quatre cas d’enlèvement, à côté de vingt-cinq cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, sans oublier neuf cas d’atteintes à l’intégrité physique. Ch.N.

Burundi - Santé

Le Burundi engage une vitesse supérieure dans la lutte contre le covid-19

Bujumbura, le 4 juillet 2020 (Net Press) . Depuis que le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida a fait état de 21 nouveaux cas de covid-19 dans notre pays, l’effectif de ceux qui ont été testés positifs atteint 191 cas, essentiellement dans la capitale économique Bujumbura

Pour cela, le gouvernement s’est engagé à tester toutes les personnes qui présentent des signes de cette pandémie. Ils auront lieu dès demain dans trois zones de la capitale, à savoir dans la commune de Ntahangwa, dans la zone de Ngagara, dans celle de Mukazi à l’hôtel Méridien et au Sud de la capitale dans la zone de Kanyosha.

Selon le ministre de la santé publique et de lutte contre le sida, Dr. Thaddée Ndikumana, l’institut nationale de santé publique peut diagnostiquer jusqu’à 250 personnes par jour. A l’intérieur du pays, des appareils qui y seront envoyés peuvent tester jusqu’à 4 personnes par heure, soit 32 personnes pendant les 8 heures de travail. J.M.

Burundi - Rwanda - France - Justice

"Affaire Habyarimana : la justice française confirme le non-lieu", selon Rfi

Paris, le 4 juillet 2020 (Net Press) . La cour d’appel de Paris a confirmé, ce vendredi 3 juillet, le non-lieu prononcé fin 2018 pour neuf Rwandais, proches de Paul Kagame, dont sept qui étaient mis en examen, dans l’enquête sur l’attentat contre l’avion du président Habyarimana, considéré comme déclencheur du génocide de 1994 au Rwanda.

C’est une étape judiciaire importante dans cette procédure entamée il y a plus de vingt ans. Et ce vendredi matin, l’audience se déroulait à huis clos. Elle n’a duré que quelques minutes. Après six mois de délibérations, les magistrats de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris ont confirmé la décision des juges antiterroristes. Ces derniers avaient ordonné l’abandon des poursuites contre neuf membres ou anciens membres de l’entourage de l’actuel président rwandais, Paul Kagame. La Cour a simplement annoncé sa décision, la confirmation du non-lieu, sans plus d’explications. Ses motivations ne seront transmises aux parties qu’en début de semaine prochaine.

Pour Maître Léon Lef Forster, qui défend les suspects rwandais, cette décision est une étape fondamentale pour ses clients injustement incriminés, diffamés et malmenés durant plus de vingt ans de procédure.

C’est une étape, une étape fondamentale, puisque c’est une confirmation d’une décision de non-lieu, ce qui n’est pas dérisoire. La Cour nous a indiqué qu’il y avait à peu près soixante-quatre pages d’arrêt, donc c’est une décision qui sera largement et très clairement motivée. Nous verrons que dans la façon dont elle est motivée, il est certain que pour nous, c’est déjà une première étape importante. La satisfaction, nous ne l’aurons jamais dans ce dossier.

Parce que, pour les personnes qui ont été poursuivies, cela a été une vingtaine d’années de galère. Cela a été une diffamation permanente, cela a été une pollution de leur identité et de la réalité des faits. On s’est trouvé dans les processus classiques des génocides, où on prête aux victimes la responsabilité des actes qu’ils ont vécus. En tout état de cause, parler de satisfaction serait aller trop loin. Mais c’est déjà une première étape qui est une forme de soulagement.

Maître Philippe Meilhac, avocat de plusieurs familles de victimes et notamment des veuves des présidents Habyarimana et Ntaryamira

« Il y a une chape de plomb dans ce dossier qui a une connotation politique évidente, qui est omniprésente depuis le début de l’affaire », a déploré l’avocat, avant de pointer que le chef de l’État rwandais serait lui-même monté au créneau par voie de presse, pour expliquer qu’il ne valait mieux pas que la justice française fasse de nouvelles investigations pour la coopération entre les deux pays. « Les familles, affirme Maître Meilhac, restent en tout cas déterminées à poursuivre ce combat judiciaire. »

« La cour d’appel est passée à côté de sa responsabilité historique », estime de son côté François Graner, membre de l’association Survie. Il reproche à l’instruction d’avoir pendant plus de 20 ans « éludé la piste de la responsabilité des extrémistes Hutus et de leurs soutiens français dans cet attentat, pour des raisons là aussi politiques. » En ne désignant pas de coupable, la justice laisse selon lui le champ libre « à toutes les théories », y compris les théories « négationnistes ». J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.