Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Justice

Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

8 juillet 2020

Muyinga, le 8 juillet 2020 (Net Press) . Les détenus de la prison centrale de Muyinga, au Nord-est du pays, affirment que la situation carcérale est déplorable car il y a actuellement insuffisance de vivres dans les stocks de la maison d’arrêt.

Selon des sources de Muyinga, les vivres mis à la disposition de ces derniers sont vendus à l’extérieur de la prison et demandent que ce comportement jugé " honteux " par ces détenus soient découragés d’autant plus que ce manquement bascule sous le silence de l’administration pénitentiaire de cette prison

Cependant d’autres sources font savoir que les pensionnaires de cet établissement pénitentiaire ont observé ce samedi dernier un mouvement de grève. Des sources proches de ces détenus, la prison centrale de Muyinga abrite une surpopulation carcérale, d’où les mesures d’hygiène ne sont pas par conséquent observées. N.R.

Burundi - Politique

Des "Cnlois" arrêtés pour des infractions inconnues du code pénal

Makamba, le 8 juillet 2020 (Net Press) . Selon des informations en provenance de la province de Makamba, au Sud du pays, au moins 7 militants du Cnl, dont 5 sont originaires de la commune de Kayogoro et 2 de la commune de Makamba, sont détenus dans le cachot du parquet de Makamba depuis presqu’un mois, accusés de s’être réjouis de la mort inopinée de l’ancien président Pierre Nkurunziza, le 8 juin dernier.

Selon les mêmes informations, les sept hommes ont été arrêtés entre le 9 et le 10 juin et des fois, les autorités administratives et policières, les jeunes du parti de l’Aigle ainsi que les membres du service national des renseignements, allaient jusqu’à les accuser d’avoir fêté la mort du président en allant partager un verre.

La rédaction a contacté un juriste pour savoir s’il est prévu une telle infraction dans le code pénal. Il a répondu par la négative, arguant que cela relève d’un abus des autorités judiciaires. Pour lui, le jour du décès inopiné de l’ancien président, l’annonce a été faite dans l’après-midi du 9 juin. Les gens qui ont fréquenté les bistrots n’étaient pas encore au courant de cette triste nouvelle.

En outre, ce jour, les bistrots n’étaient pas fermés et l’administration, tout comme la police, étaient au courant de cette situation. Par ailleurs, celui qui prend de l’alcool n’est pas comme celui qui prend du thé, d’où à un certain moment, il doit changer d’attitude et de comportement. Tout en reconnaissant que tout le monde devrait compatir avec les proches du défunt, il est cependant difficile de savoir mesurer le degré de satisfaction affiché par quelqu’un qui est en train d’étancher sa soif.

Pour ce juriste, l’administration judiciaire devrait donc arrondir les ongles car les accusations ne sont pas évidentes. Il a fait allusion à une personne à Pékin qui n’était pas en bons termes avec son voisin. Le jour où le président Mao est décédé, il avait prévu de manger une poule, non pas en guise de satisfaction, mais plutôt par pure coïncidence. Le lendemain, le voisin l’a dénoncé dans le conseil local du parti et il a été jugé en flagrance. Il fut condamné à 20 ans de prison pour avoir mangé son poulet le jour du décès du père de la Nation.

Pour revenir sur les détentions de Makamba, les membres du parti d’opposition Cnl, tout comme leurs familles biologiques, demandent leur libération sans autre forme de procès d’autant plus que leur détention cache mal les mobiles politiques. J.M. 

Burundi - Santé

Vingt huit cas covid19 testés positifs

Bujumbura, le 8 juillet 2020 (Net Press) . Sur son compte tweeter, le porte-parole au ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida , Jean Bosco Girukwishaka, indique que 28 cas ont testés positifs covid19 sur 640, sur le site de dépistage en mairie de Bujumbura et 30 dans des différents hôpitaux publics et privés. Au total, 642 cas ont été déclarés négatifs, selon la même source d’informations.

Et quand les hautes personnalités du pays prennent au sérieux la pandémie covid 19

Le premier ministre burundais, Alain Guillaume Bunyoni, lors de sa visite au site de dépistage de masse du coronavirus, érigé à l’ETS Kamenge, en mairie de Bujumbura ce mardi 7 juillet 2020, a appelé au respect de règles de barrière et d’éviter les attroupements et à ne pas fréquenter inutilement des milieux de rassemblement sans raison valable.

Il a rappelé que pour que ce fléau soit éradiqué, les mesures de prévention préconisées par le ministère en charge de la santé publique doivent être strictement observées, selon toujours le premier ministre. En cas de cérémonies indispensables, il est recommande de suivre les mesures qui visent à prévenir contre le Covid-19, notamment le lavage des mains à l’eau propre et au savon ainsi que la distanciation physique et sociale.

Alain Guillaume Bunyoni a en outre appelé tout citoyen burundais qui se heurte à des confusions ou qui assimile les symptômes de cette maladie à ceux de la malaria, à ne pas hésiter de se faire dépister. Il a également demandé à ceux qui vont fréquenter ce centre de dépistage de respecter les consignes qui leur sont données et s’ils sont testés positifs, de respecter les conseils des médecins et de prendre régulièrement les médicaments.

Et quand le numéro un de l’exécutif burundais demande à la population de ne pas négliger la pandémie du Covid-19

Le premier ministre burundais a demandé à la population de ne pas négliger la pandémie du Covid-19 et de répondre massivement à cette campagne organisée par le gouvernement du Burundi, qui va durer 3 mois.

Et dans la même foulée , Le ministre en charge de l’hydraulique, Ibrahim Uwizeye, dans une conférence de presse tenue ce mardi 7 juillet 2020. Il a fait savoir que dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, son ministère est en train de planifier la réduction des tarifs d’eau à l’intérieur du pays.

Le Ministre Abraham Uwizeye dit qu’un comité de Regideso se penche sur la faisabilité de cette réduction qui s’inscrit dans le cadre de la mise en application du discours du président de la République visant à réduire l’eau à l’intérieur du pays en vue de la lutte contre le covid19. D.N.

Burundi –Rwanda –Sécurité

Mise en terre des réfugiés burundais de Mahama tués par la police rwandaise

Mahama, le 8 juillet 2020 (Net Press) . C’était ce lundi 6 juillet dernier que les réfugiés burundais de Mahama, au nord du Rwanda, ont accompagné dans leur dernière demeure les deux refugiés tués à la frontière rwando –tanzanienne .

Selon la police rwandaise, les deux hommes faisaient partie d’un groupe de trafiquants de drogues, ce que trouvent anormal pour quelques réfugiés burundais de Mahama qui disent que la police rwandaise a utilisé une force disproportionnelle et qu’il fallait maitriser les deux présumés trafiquants de drogue avant de les traduire en justice .J. Bosco Kwibishatse, le représentant des Burundais installés à Mahama, déplore le double assassinat et recommande aux réfugiés une vigilance dans tout ce qu’ils font.

Des sources sur place indiquent que tout a commencé vendredi soir, la police a été informée qu’il y a un groupe de réfugiés qui doit revenir de la Tanzanie tard dans la nuit en passant par la rivière Akagera. Et, samedi, vers 3heures du matin, un groupe de 6 pêcheurs burundais ont traversé la rivière Akagera en direction du village 17 du camp de Mahama.

Selon nombreux témoignages, des militaires armés ont monté la garde et faire la patrouille. Ce sont ces militaires qui ont en fait tiré sur ces gens. Deux hommes ont été touchés. Ils sont morts sur le champ. Trois autres ont alors rebroussé chemin, en nageant, laissant derrière eux leurs bateaux. Un autre s’est échappé et a pu atteindre le village 17 du camp.

Comme ses habits étaient mouillés, les services de sécurité du camp l’ont attrapé. Il a donné toutes les informations qui ont permis à la police d’interpeller même les autres qui avaient pris fuite Deux corps ont par la suite été découverts à l’endroit connu comme « kw’ibuye ry’urukundo » ou « Rocher de l’Amour », c’est juste en face du centre de traitement de l’eau potable consommée dans le camp.

Selon la même source, l’un d’entre eux est un homme d’une quarantaine d’années qui habitait le village 17 près de là où l’incident s’est produit. On le surnommait Tuyi, je ne sais pas si c’est Tuyishime ou pas. Il laisse derrière lui une femme et des enfants. L’autre était du village 18, lui aussi âgé d’au moins 42 ans. Il avait également une famille

Les corps ont été par la suite évacués par des pickups de la police vers l’hôpital central du district de Kirehe. La représentante du ministère en charge des réfugiés (Ministry in charge of Emergency Management Rwanda), gestionnaire de ce camp, a rappelé à l’ordre ces Burundais. Dans son allocution, elle a dit que le gouvernement rwandais ne cesse de donner un message qu’il ya des gens parmi les réfugiés qui traversent la rivière Akagera vers la Tanzanie pour vendre des stupéfiants. Cette autorité dit que le gouvernement du Rwanda ne peut pas tolérer ce genre de comportement et d’activités. Et d’ajouter que la rivière est fermée pour tout pêcheur, y compris pour les Rwandais et celui qui passe outre la loi est sévèrement puni, il peut même y avoir des morts si jamais il y a résistance. Cependant, certains réfugiés qui assistaient à cette réunion de pacification trouvent que les victimes de ce double assassinat n’ont pas fait une résistance armée. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.