Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Disparition d’un cadre de la société Afritextile

14 juillet 2020

Bujumbura, le 14 juillet 2020 (Net Press) . Il s’appelle Christophe Ntarabesha et il est d’origine rwandaise. Il est introuvable depuis le 3 juillet dernier où ses proches et ses collègues de service l’ont vu pour la dernière fois. Sa famille biologique indique qu’elle s’inquiète pour sa sécurité car elle l’a cherché un peu partout dans les cachots de la capitale économique mais en vain.

Des informations non encore vérifiées indiquent qu’il aurait eu des menaces de mort au téléphone, venant de personnes anonymes. De leur côté, ses collègues pensent qu’il aurait été enlevé mais disent ne pas bien comprendre les raisons de cette pratique car Christophe Ntarabesha n’avait pas de problèmes dans son entourage.

Dans la province de Bururi, au Sud du pays, commune de Rutovu, sur la colline de Kinyonzo, une personne a été tuée dans la soirée d’hier et deux autres blessées. Ils seraient des bandits qui venaient de voler des vaches dans la commune voisine de Matana. Selon des informations dignes de foi, la personne tuée essayait de combattre les membres des comités de sécurité de la région.

L’on apprend qu’un bus de transport de la compagnie Memento en provenance de Makamba, au Sud du pays, s’est renversé il y a quelques instants dans les hauteurs de Nyamutenderi, faisant plusieurs dégâts. La rédaction recherche encore l’ampleur des dommages qu’elle fournira dans les prochaines livraisons même si elle pressent la mort de plusieurs personnes dans cet accident compte tenu de la grande allure qui caractérise les bus de cette compagnie. Ch.N.

Burundi - Sécurité

La police met la main sur des bandits armés dans la capitale économique

Bujumbura, le 14 juillet 2020 (Net Press) . S’adressant aux journalistes, le porte-parole de la police, Pierre Nkuruikiye, a montré hier des criminels qui attaquent ces derniers jours des quartiers de la mairie de Bujumbura, moyennant des armes et des voitures. Selon cette source, tout remonte à la date du 8 juillet, quand une grenade a été lancée à partir d’une voiture, dans la commune de Buterere, Q. II A, vers 19 heures, faisant 14 blessés, dont 5 grièvement.

Les forces de l’ordre ont arrêté sur place deux suspects et elles ont poursuivi l’engin qu’elles ont retrouvé vers 23 heures dans la commune de Nyakabiga, Q. III, 6ème avenue, sous une fausse plaque. C’est une voiture de type Probox, Elles ont également arrêté deux bandits de renom, à savoir Jean Marie Irambona et Gaston Hakizimana. Ils avaient un fusil de type Kalachnikov et des chargeurs.

Les deux bandits avaient un "employeur" du nom de Msafiri Majambere, connu sous le sobriquet de Moses. Il a été appréhendé chez lui à Ruziba et avait des menottes et des chargeurs dans sa voiture de type Lactus. Le porte-parole de la police estime qu’il y a d’autres criminels qui ne sont pas encore arrêtés, d’où les recherches se poursuivent.

Trois faits ont attiré l’attention de la police, notamment en date du 18 juin dernier quand, vers 2 heures du matin, une réunion clandestine a été découverte dans la zone de Kinama, quartier Bukirasazi. Deux bandits armés se sont introduits chez Georges Ndikumagenge, volant ainsi 860.000 dollars américains et 1.000.000 de francs burundais, un poste téléviseur et 4 téléphones.

Le 1er juillet, d’autres bandits armés de Kalachnikov ont "visité un bistrot situé dans le quartier de Kabondo, chez Pauline Ndabarambanye où ils ont volé 2.229 Fbu, 2 clés et trois téléphones. En date du 6 juillet, d’autres malfaiteurs armés de pistolets ont assailli une boutique de Gihosha, dans Mutanga Nord, située sur la route Kibogoye. N.R.

Burundi - Ouganda – Sécurité

Un corps sans vie d’un refugié burundais retrouvé près du lac Nakivale, en Ouganda

Nakivale, le 14 juillet 2020 (Net Press) . Il s’appelle Saidi Ntahimpera, 44 ans, un Burundais était originaire de la commune de Gasorwe (province Muyinga, nord-est du Burundi). Il habitait le Village Kashojwa B. Son corps a été découvert ce dimanche12 juillet loin de chez lui, à coté du lac Nakivale, dont une partie traverse le camp de Nakivale en Ouganda.

Selon des sources sur place, la victime avait fui le pays depuis 2015 à destination du camp de Nakivale, en Ouganda, avant de passer de vie à trépas. Il aurait été étranglé et sa famille biologique se dit convaincue que des mobiles politiques seraient derrière cet assassinat et exige une enquête indépendante .

Selon des témoins oculaires, son corps présentait plusieurs lésions corporelles. Ils pensent qu’il aurait été sérieusement battu avant d’être étranglé. La victime était admise au camp des réfugiés de Nakivale depuis septembre 2015. Le disparu militait pour le Fnl avant de fuir le Burundi. Cette principale formation politique d’apposition s’est transformée en Cnl par la force des choses l’an dernier. D.N.

Burundi - Tanzanie – Sécurité

Et une disparition qui inquiète !

Dar es Salam, le 14 juillet 2020 (Net Press). Quatre refugiés burundais vivant en Tanzanie, restent introuvables il ya une semaine. Il s’agit de Yusufu qui habitait la zone 7, Sagaga de la zone 5, Égide Mpawenayo qui séjournait dans la zone 10 et Ntahomvya de la zone 17.

Selon des sources sur place, ils ont été kidnappés par quelques éléments en uniforme de la police tanzanienne et les ont embarqués à bord d’un véhicule vers une destination inconnue de leurs familles. Celles-ci les ont cherchés dans des cachots officiels sans succès.

La police tanzanienne rejette en bloc les accusations qui indexent la police derrière ces kidnappings, arguant que ce ne sont pas ses agents qui les ont arrêtés, ce que conteste l’entourage des victimes qui indiquent avoir vus quelques éléments en tenue de la police tanzanienne embarquer ces jeunes gens dans un véhicule vers une destination inconnue.

Selon nos sources, au moins dix réfugiés burundais ont été enlevés en Tanzanie entre le 26 juin et le 6 juillet 2020 et depuis 2019, au moins 170 réfugiés burundais ont été kidnappés par des individus soupçonnés d’être des agents des forces de l’ordre locales, 91 d’entre eux restent introuvables. J.M.

Burundi - Politique

Des gouverneurs procèdent à la remise et reprise ici et là dans le pays

Kirundo, le 14 juillet 2020 (Net Press). Ces activités de remise et reprise se sont déroulées dans l’après-midi de ce lundi 13 juillet dans au moins trois provinces à savoir Kirundo, au Nord du pays, dans la province de Bujumbura dit rural, à l’Ouest du Burundi ainsi qu’à Ruyigi, à l’Est.

L’on signalera que le gouverneurs entrant et sortant étaient tous présents et tous les nouveaux gouverneurs ont promis de poursuivre le développement laissé par leurs prédécesseurs. Dans la province de Kirundo par exemple, l’ancien gouverneur, qui a hérité du ministère de la défense et des anciens combattants, Alain Tribert Mutabazi, a évoqué le projet de l’université régionale, l’électrification dans les communes de Busoni et de Gitobe, de l’hôpital de Busoni, d’un stade et de l’adduction d’eau potable.

Dans Bujumbura, Nadine Gacuti s’est félicitée d’avoir laissé une province en pleine sécurité, paix et développement. Elle a évoqué le cas des déplacés de Gatumba, du bureau du gouverneur bâti sur un terrain qui ne lui appartient pas, des mines et des sectes religieuses qui voudraient travailler dans cette province. Le nouveau gouverneur, Désiré Nsengiyumva, a sollicité le soutien de sa population, surtout que même l’ancienne gouverneure a promis d’être toujours aux côtés de sa province.

Quant à la province de Ruyigi, les deux autorités ont parlé de l’électrification, de l’adduction d’eau potable et de la protection de l’environnement. Comme dans les autres provinces, les autorités ont parlé de la solidarité pour le développement de cette circonscription administrative. Les trois provinces ont un dénominateur commun, le fait que les nouvelles autorités se sont engagées à œuvrer pour tout le monde sans exception, une promesse à suivre de près car des fois, l’on constate l’inverse de ce que l’on s’est engagé de faire et ce, publiquement. J.M.

Burundi - Rdc - Politique

Des milliers de Kinois dans la rue contre la nomination du nouveau président de la Ceni

Kinshasa, le 14 juillet 2020 (Net Press) . Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi 13 juillet à Kinshasa pour une marche interdite par les autorités contre le choix d’un nouveau président de la Commission électorale, quatre jours après des affrontements qui ont fait cinq morts. Jean-Pierre Bemba, seul leader de la coalition Lamuka à s’être joint aux manifestants, s’est félicité de l’ampleur de la mobilisation.

Selon le journal "Jeune Afrique", les manifestants ont envahi le boulevard Lumumba, en présence de l’ancien chef de guerre Jean-Pierre Bemba, un des leaders de l’opposition. La manifestation, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes, a été le théâtre de heurts, en début d’après-midi, au niveau de l’échangeur de Limete, où les forces de l’ordre avaient pris position pour bloquer la poursuite de la marche, tirant des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

Jean-Pierre Bemba, seul leader de la coalition Lamuka à s’être joint aux manifestants, lors d’un court point de presse face à une poignée de journalistes, s’est inscrit en faux contre une désignation frauduleuse, non consensuelle et non transparente des animateurs de la commission électorale nationale indépendante. Sur son compte tweeter, Jean-Pierre Bemba a mentionné « Je n’ai pas entendu parler des blessés, de morts ou de pillages. Je m’en réjouis, et je remercie la population », adressant par ailleurs des remerciements à la police pour « avoir encadré les manifestants tout au long de la marche ».

Cependant, ailleurs dans le pays, des rassemblements ont été dispersés à Bukavu (Est) et à Kananga (Centre) à coup de gaz lacrymogènes. Ces marches dénoncent le choix du nouveau président de la commission électorale nationale indépendante (Ceni), accusée par les opposants de fraudes électorales à chaque scrutin.

La Ceni contestée

La marche de lundi était organisée par la principale coalition des partis d’opposition Lamuka. La manifestation a été « reportée » dans la deuxième ville Lubumbashi, ont indiqué les organisateurs, qui redoutent des incidents provoqués par des « infiltrés » pour mettre en cause un des leaders de Lamuka, Moïse Katumbi.

Des marches semblables avaient été organisées jeudi par le parti présidentiel Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Cinq manifestants avaient alors été tués (deux à Kinshasa et trois à Lumbumbashi), selon un bilan du ministre de l’Intérieur. De plus, 20 policiers ont été blessés à Kinshasa dont deux grièvement, selon ce même bilan qui par ailleurs ne confirme pas une rumeur assurant qu’un policier avait été lynché par la foule dans la capitale.

De son côté, en conseil des ministres, le président Félix Tshisekedi a indiqué qu’il « peut comprendre » ces réactions face aux « irrégularités » dans le choix du nouveau président de la commission électorale, mais qu’« il condamne » les violences.

C’est le président qui doit valider, in fine, le choix du nouveau président de la commission électorale. Il a été entériné par l’assemblée nationale, sur proposition de la société civile. Les autorités justifient l’interdiction des marches par l’état d’urgence sanitaire face à la pandémie de Covid-19. Une troisième marche est prévue dimanche à l’appel d’un collectif catholique et de mouvements citoyens. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.