Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 22 juillet 2020
|L’armée burundaise affirme ne pas être au courant d’une attaque dans la Kibira

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

15 juillet 2020

Makamba, le 15 juillet 2020 (Net Press) . Selon des informations en provenance de cette entité administrative, un corps sans vie d’un jeune homme âgé entre 25 et 30 ans a été découvert dans la matinée de ce 14 juillet entre les collines de Mivo et de Kibimba, dans la commune de Mabanda, en province de Makamba, au Sud du pays.

Des informations à la disposition de la rédaction font savoir que la victime a été tuée par coups de gourdin et qu’il aurait été tué ailleurs avant d’être jeté à cet endroit car il n’a pas été identifié. L’administration et la police indiquent avoir entamé des enquêtes pour identifier la victime et saisir les mobiles de ce crime.

L’administratrice de la commune de Mabanda demande aux motards de rentrer très tôt afin d’éviter des attaques nocturnes comme cela semble s’être passé dans la matinée de ce 14 juillet, une mesure mal accueillie cependant par les concernés qui indiquent qu’ils ne sauront pas nourrir leurs familles dans ces conditions.

Dans son édition de ce 14 juillet, la rédaction faisait état d’un bus de transport de la compagnie Memento en provenance de Makamba qui s’est renversé dans les hauteurs de Nyamutenderi dans Bujumbura dit rural. Nous apprenons que trois personnes sont mortes dans cet accident, dont deux sur place et une autre à l’hôpital.

Les mêmes informations font également état de 26 personnes blessées lors de ce drame, dont neuf blessés grièvement, qui entre la vie et la mort. La défaillance du système de freinage serait à la base de cet accident mortel. Ch.N.

Burundi - Droits de l’Homme

Le Burundi toujours au sein des polémiques aux Nations unies

Genève, le 15 juillet 2020 (Net Press) . Doudou Diène, président de la Commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi, lors de la présentation orale au conseil des droits de l’homme qui s’est tenue en date du 14 juillet 2020 à Genève en Suisse, a demandé au nouveau président de la République de briser le cycle de violences au Burundi.

Doudou Diène, dans cette déclaration, a dit qu’après une période de campagne caractérisée par de nombreux cas de détentions arbitraires et même quelques exécutions de membres du Cnl (Conseil national de la liberté), principal parti d’opposition burundais, ainsi que de nombreuses violations des libertés publiques, le Burundi se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. À l’issue des élections présidentielles, législatives et communales du 20 mai, le Cndd-Fdd (Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie) reste le parti au pouvoir. Le principal changement par rapport au passé en est la figure dominante, Evariste Ndayishimiye, nouveau président et ancien général.

Le président de la commission d’enquête des Nations Unies dit que bien qu’aucune violence massive n’ait été documentée, le processus électoral a été caractérisé par l’intolérance politique et de multiples violations des droits de l’homme, avant et pendant la campagne électorale officielle, le jour du scrutin et après l’annonce des résultats officiels des élections.

Les commissaires ont pris note que dans son discours d’investiture du 18 juin, le nouveau président Ndayishimiye a souligné la nécessité d’améliorer la situation des droits de l’homme et la lutte contre l’impunité dans le pays, ainsi que l’importance d’œuvrer à la réconciliation politique et au retour de tous les réfugiés burundais. Cependant, ils ont également souligné que les politiques du nouveau président seront mises en œuvre par un gouvernement composé essentiellement de caciques du régime du défunt Président Nkurunziza, dont certains sont sous le coup de sanctions en raison de leur implication dans de graves violations des droits de l’homme.

la commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi rappelle que depuis 2015, les forces de sécurité et les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir Cndd-Fdd, connue sous le nom d’Imbonerakure, ont commis des exécutions extrajudiciaires, arrêté arbitrairement des personnes et violé, menacé et harcelé ceux qu’ils percevaient comme étant des opposants politiques, avec une impunité quasi totale.

Cette commission appelle le nouveau président de la République à démontrer sa volonté de changement en coopérant pleinement avec les mécanismes internationaux des droits de l’homme, dont la commission d’enquête sur le Burundi en rouvrant le bureau du haut-commissaire aux droits de l’homme au Burundi. La libération immédiate des quatre journalistes d’Iwacu et des défenseurs des droits humains tels que Germain Rukuki et Nestor Nibitanga constituerait également un geste significatif.

La commission s’est félicitée du fait que, suite à la mort inopinée de Pierre Nkurunziza le 8 juin 2020, le nouveau président burundais a décidé de s’attaquer sérieusement à la pandémie de la Covid-19 après des mois de déni.

Néanmoins, les commissaires ont mis en garde la communauté internationale contre un relâchement prématuré et à tourner la page « comme si… une élection et une transition politique suffisaient à garantir automatiquement l’amélioration de la situation des droits de l’homme à l’avenir ». Le système de gouvernance mis en place au profit du parti Cndd-Fdd est toujours présent, ainsi que de nombreux facteurs de risque. « Cette transition pourrait devenir une opportunité d’amélioration si le gouvernement prend des mesures concrètes pour y remédier. La communauté internationale doit rester vigilante et mobilisée pour encourager des actions qui s’attaquent aux causes profondes des violations des droits de l’homme », a souligné Doudou Diène.

L’on saura que la commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi est le seul mécanisme international menant des enquêtes approfondies sur les graves violations des droits de l’homme au Burundi. Bien que le gouvernement n’ait jamais accordé aux enquêteurs l’accès au pays, ils ont collecté des informations de diverses sources, à la fois dans le pays et à l’extérieur. Et selon des sources concordantes, la commission doit présenter son rapport final au conseil en septembre 2020.

Au micro de notre confrère Esdras Ndikumana de Rfi, Doudou Diène a fait entendre que « Le Burundi est à un tournant historique après la mort du président Nkurunziza, Il y a un changement de pouvoir, d’homme en tout cas à la tête du pays. Nous disons, et je pense que la communauté internationale dit la même chose, que c’est un tournant historique et qu’il y a la possibilité d’un changement ou d’une aggravation. »

« Dans ces conditions-là, il ne faut pas que la communauté internationale estime qu’un simple changement d’homme induise un changement qualitatif dans le respect des droits de l’homme et de la démocratie. Nous lançons un appel à la vigilance pour suivre la situation des droits de l’homme. Il y a trois facteurs de risques qui sont aggravés : un environnement marqué par l’insécurité et l’instabilité sociopolitiques, des structures étatiques faibles, notamment le système judiciaire, et un climat d’insécurité générale pour les violations graves des droits de l’homme récentes et du passé. ». J.M.

Burundi - Justice

"Le représentant d’une association tutsie détenu depuis six jours", dixit Rfi

Paris, le 15 juillet 2020 (Net Press) . Therence Mushano, un activiste de la société civile, est en garde à vue, officiellement pour « atteinte à la sécurité intérieure ».

Le vice-président d’une association tutsi de lutte contre le génocide a été arrêté en compagnie de trois journalistes du média Iwacu, qui l’interviewaient sur le parking de l’aéroport Melchior Ndadaye de Bujumbura. Iwacu est l’un des derniers médias indépendants à exercer encore dans le pays. L’interview venait de commencer. Le sujet de l’entretien portait sur la commémoration officielle du 25e massacre d’étudiants hutus en 1995, le seul triste événement du genre célébré officiellement dans ce pays qui regorge de tels cas.

L’arrestation vient alimenter la polémique entre communautés sur le droit de commémorer ses morts. Les trois journalistes ont été relâchés au bout de trois heures d’interrogatoire, après avoir effacé de leur caméra ce qu’ils avaient déjà enregistré. Therence Mushano, lui, est acheminé dans un cachot de la police judiciaire des parquets, où il vient de passer sa sixième nuit.

Jusqu’ici, il n’a été entendu qu’une seule fois le samedi, selon ses proches, qui disent craindre pour sa vie car « il est sous dialyse depuis des années ». Le vieux défenseur des droits de l’homme est poursuivi officiellement pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État » pour avoir donné une interview à l’aéroport, un site classé comme « sensible », selon une source judiciaire.

Son association, AC Génocide, parle d’un « prétexte », en rappelant que ce jour-là, l’université du Burundi avait organisé une cérémonie officielle pour commémorer le massacre de dizaines d’étudiants hutus tués par des extrémistes tutsis il y a 25 ans, au plus fort de la guerre civile de 93 à 2006. Derrière cette commémoration se trouve une puissante association de rescapés de ces massacres qui comprend notamment les principaux chefs militaires des ex-rebelles hutu du Cndd-Fdd au pouvoir, dont le nouveau chef de l’État, le général Evariste Ndayishimiye.

Therence Mushano est aujourd’hui l’une des rares voix discordantes encore présente au Burundi depuis la crise de 2015. Il a été arrêté, selon l’Association tutsi de lutte contre le génocide, pour avoir dénoncé à plusieurs reprises « le deux poids, deux mesures » des autorités, accusées de se focaliser désormais sur les seuls crimes commis contre la majorité hutu. D.N.

Burundi - Politique

Poursuite d’une intolérance politique entre le Cndd-Fdd et le Cnl

Muyinga, le 15 juillet 2020 (Net Press) . Des informations dignes de foi font savoir que la permanence du parti Cnl dans la zone de Rugari, commune et province de Muyinga, au Nord-est du pays, a été détruite hier soir. Ses fenêtres ont été volées, les portes défoncées et les écriteaux de cette formation politiques effacés.

Nous apprenons que les auteurs de ces destructions n’ont pas encore été identifiés mais que les autorités locales déplorent ce comportement. Elles ont déjà entamé des enquêtes pour tirer cette affaire au clair. Les membres du Cnl soupçonnent cependant les Imbonerakure d’être derrière cette démolition.

Ce n’est pas la première fois que cette permanence soit victime des attaques du genre car la dernière fois qu’elle a été démolie remonte au mois de novembre de l’année dernière et là, les jeunes du parti de l’Aigle au pouvoir avaient été également pointés du doigt comme étant les auteurs présumés de cet acte ignoble. N.R.

Burundi - Santé

Le Burundi enregistre 34 nouveaux cas de Covid-19

Bujumbura, le 15 juillet 2020 (Net Press) . Le porte-parole du ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida, le Dr. Jean Bosco Girukwishaka a annoncé sur son compte tweeter que sur trois centres de dépistage de masse de la ville de Bujumbura pour la seule journée de lundi 13 juillet, 34 nouveaux cas de Covid 19 ont été testés positifs. En tout, le pays compte officiellement 303 cas de coronavirus dont un qui est décédé.

Le porte-parole de ce ministère, Dr Jean Bosco Girukwishaka dit que les nouveaux cas ont été détectés sur 751 prélèvements effectués le lundi 13 juillet 2020, au 6ème jour de la campagne de dépistage de masse contre la Covid-19 en mairie de Bujumbura.

Résultats du13 juillet 2020 , 6è jr de la campagne de dépistage de masse contre le Covid-19 en mairie de Bujumbura : Sur 751 prélèvements effectués, 34 sont positifs de covid-19 dans les 3 sites dont 12 à Ecole Technique de Kamenge, 4 au terrain de football de Kanyosha et 18 cas à l’hôtel Source du Nil

Selon le porte-parole du ministère en charge de la santé, 101 cas positifs au Covid-19 ont été recensés dans le seul cadre de la campagne de dépistage de masse lancée la semaine dernière. 4014 individus se sont fait dépister depuis le lancement officiel de dépistage de masse. Les nouveaux cas portent à 303 le nombre de personnes atteintes par la pandémie dont une qui est décédée. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.