Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme21 juillet 2020
|Les activistes des droits de la personne s’expriment...

Burundi - Sécurité20 juillet 2020
|Une tentative d’évasion virée vers l’irréparable

Burundi - Rdc - Sécurité18 juillet 2020
|Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

Burundi - Sécurité17 juillet 2020
|Le banditisme et la sorcellerie comme éventuelles sources d’insécurité dans Bubanza

Burundi - Sécurité Routière16 juillet 2020
|Deuxième accident du bus de transport de la compagnie Memento en deux jours

Burundi - Sécurité15 juillet 2020
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité14 juillet 2020
|Disparition d’un cadre de la société Afritextile

Burundi - Sécurité13 juillet 2020
|La police chargée de la sécurité lacustre saisit une fraude

Burundi - Sécurité11 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité10 juillet 2020
|Un corps d’une jeune fille sans vie retrouvé dans un champ

Burundi - Sécurité9 juillet 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Buterere même si la vie continue

Burundi - Sécurité - Justice 8 juillet 2020
|Des grognes des détenus à la prison centrale de Muyinga

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Sécurité

Des réfugiés burundais accusés de collaborer avec les rebelles locaux en Rdc

18 juillet 2020

Fizi, le 18 juillet 2020 (Net Press). Selon des informations en provenance du camp de Lusenda, situé dans le territoire de Fizi, de la province du Sud Kivu, à l’Est de la République démocratique du Congo, plusieurs individus, qui seraient des réfugiés burundais, ont été capturés, accusés de collaborer avec des groupes armés locaux.

Ils auraient été aperçus en train de combattre aux côtés des groupes rebelles de la localité. Selon toujours ces informations, les uns ont été arrêtés à Kabumbe et d’autres à Swima, selon un communiqué rendu public, sans autres précisions. De son côté, le chef du secteur Tanganyika évoque des personnes détenues par l’armée et interceptées lors des hostilités à Kamombo et à Mikalati.

Ces réfugiés burundais détenus chez le grand voisin de l’Ouest travaillent essentiellement avec les rebelles des Mai Mai et de Gumino, mais l’on apprend que lors d’une réunion de sécurité, où un responsable du camp de réfugiés burundais de Lusenda avait été invité, ce dernier a nié les faits.

Il n’y est pas allé par quatre chemins puisqu’il a demandé de montrer ces réfugiés pour qu’ils soient punis conformément à la loi. Pour lui, le fait de capturer une personne, fut-elle un réfugié burundais, ne suffit pas pour incriminer, a insisté ce représentant. De son côté, le patron de la commission chargée des réfugiés dans le territoire de Fizi, promet une récompense de 50 dollars à quiconque dénoncera un réfugié en possession d’une arme. Ch.N.

Burundi - Droits de l’Homme

"Monsieur le Président, libérez les journalistes du groupe de presse Iwacu", dixit Cpj

New York, le 18 juillet 2020 (Net Press) . Une lettre de correspondance rendue publique ce vendredi 17 juillet par le comité de la protection des journalistes demande au président Evariste Ndayishimiye de libérer les 4 journalistes du groupe de presse Iwacu, Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana.

Pour rappel, ces journalistes, avec leur chauffeur, avaient été arrêtés dans la commune de Musigati, en province de Bubanza, à l’Ouest du pays, en date du 22 octobre 2019, où ils étaient partis pour un reportage sur l’insécurité liée à une attaque d’éléments rebelles à l’endroit de forces de l’ordre du Burundi. Ces journalistes avaient alors été accusés de complicité dans ces attaques.

Dans un premier temps, le ministère public avait requis une peine de 15 ans à l’endroit des journalistes, la confiscation de leurs biens et la perte de leur identité pendant quelques années mais le jugement a été moins sévère quand bien même discutable. Ils furent condamnée à 2 ans et demi de servitude pénale et à une amende de 1 millions de francs burundais chacun.

Ils ont interjeté appel mais le jugement du premier degré a été maintenu. C’est dans ce contexte que le comité pour la protection des journalistes a saisi le magistrat suprême de notre pays, en la personne d’Evariste Ndayishimiye, pour qu’il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour libérer les journalistes et faire respecter la liberté de la presse dans son pays.

Il écrit cela sur base des engagements du nouveau président lors de son investiture au mois de juin dernier dans la province de Gitega. Selon ce comité, entre autres engagements, il avait promis de promouvoir les droits de l’homme dans ce pays et de garantir la justice pour tout le monde. D.N.

Burundi – Politique

Une exhumation au cœur des débats !

Gitega, le 18 juillet 2020 (Net Press)  ; La commission vérité et réconciliation (Cvr) a procédé ce jeudi 16 juillet à une conférence de presse tenue à Gitega, la capitale politique, à l’occasion de la clôture des chantiers d’exhumation des victimes des tueries des Hutu de 1972 dans les localités de Mutobo, de Nyabunyovu et de Nyambeho. Les professionnels des médias, toutes ethnies confondues, ont trouvé que la commission devrait se pencher sur des tueries de 1988 et de 1993 où les Tutsi ont également trouvé la mort à cause des manipulations politiciennes

Pierre-Claver Ndayicariye, président de cette commission, a dressé un bilan de 12.634 personnes victimes des violations qu’elle a qualifiées de « massives » du droit à la vie, violations intervenues lors des périodes de 1972, de 1988 et de la période qui a suivi l’assassinat , en octobre 1993, du président Melchior Ndadaye, de la vérité selon le président de cette commission. Sa mission vise à identifier et cartographier les fosses communes et de tout autre endroit d’enterrement non reconnu par la loi et prendre des mesures nécessaires à leur protection, procéder à l’exhumation éventuelle des corps aux fins d’un enterrement digne à intervenir après manifestation de la vérité.
.
A la question de savoir pourquoi la Commission vérité et réconciliation ne dresse pas des bilans sombre des massacres des Tutsi de Marangara et de Ntega en 1988 et en 1993 après l’assassinat du président Melchior Ndadaye, Pierre Claver Ndayicariye a répondu que l’opinion burundaise migre vers une mémoire revendicative ou les Hutu et les Tutsi revendiquent les leurs qui ont été massacrés dans des différents événements qui se sont abattus sur le Burundi vers une mémoire partagée où un monument des victimes des événements qui ontendeuillé le Burundi sera érigé et qu’il faut donner du temps au temps.

Sur la question de savoir pourquoi cette commission a été présente aux cérémonies du 25ème anniversaire de l’assassinat des étudiants hutu de l’université du Burundi en 1995 au monument des disparus érigé dans les enceintes de la campus Mutanga, ne pourrait pas susciter des division ethniques pour les génération a venir, Pierre Claver Ndayicariye a répondu que ce monument construite par l’université du Burundi symbolise « du plus jamais ca « 

Autour de la messe commémorative, l’archevêque de Gitega glisse un message !

C’était ce vendredi 17 juillet, l’archevêque de Gitega, Mgr. Simon Ntamwana, lors d’une messe commémorative des tueries des différents événements qui se sont abattus sur le Burundi tenue à Nyamutobo, en commune Giheta, en province de Gitega, où 658 victimes de 1972 , reparties dans deux fosses communes, l’officiant a déploré ce qu’il a appelé barbarie, où l’enfant de Dieu est y péri et rappelé que tout homme devrait être téléguidé par l’amour du pardon et a déploré que des assassinats, des disparitions sont observés, la Cvr devrait assurer la neutralité pour qu’il n’y ait pas deux poids deux mesures.

Ce qui saute aux yeux de tout le monde, les cérémonies se sont clôturées ce vendredi vers 15 hoo autour d’un partage de verre à l’Hôtel Tropitel de Gitega et où boissons coulaient à flot entre les participants et sans le personnel des médias, ce qui faisait croire à une opinion sur place que le métier avait agacé lors d’une conférence de presse tenue la veille. N.R.

Burundi - Administration

Le nouveau gouverneur de Cibitoke réunit ses proches collaborateurs

Cibitoke, le 18 juillet 2020 (Net Press) . C’est ce 17 juillet que le nouveau gouverneur de la province de Cibitoke, l’Opc1 Carême Bizoza, a réuni pour la première fois les administrateurs de son ressort et les différents chefs de service dans cette entité administrative située au Nord-ouest du pays.

Le nouveau gouverneur a abordé les questions liées à tous les secteurs de la vie de cette province dont il est ressortissant. Il a demandé aux chefs de service et aux administrateurs de travailler pour l’intérêt général de tout le monde, sans exception aucune. Revenant sur la sécurité de la province, l’Opc1 Carême Bizoza a indiqué que tous les partis politiques doivent faire partie des comités mixtes de sécurité.

Il a recommandé la lutte contre la fraude dans cette province, qui vient essentiellement de la République démocratique du Congo et de privilégier la transparence, notamment dans le paiement des taxes et des impôts Il n’a pas oublié d’inviter ses populations à lutter contre la pandémie du coronavirus

Le médecin provincial a informé l’assistance que désormais, le dépistage de cette maladie peut se faire sur place et que ceux qui sont atteints peuvent toujours se faire soigner à Cibitoke même sans devoir se déplacer à Bujumbura. Ceux qui sont en formation de l’utilisation de la machine dans la capitale économique sont sur le point de rentrer car la formation s’achève bientôt. J.M.

Burundi - Confessions Religieuses

La diocèse de Bubanza procède à des ordinations sacerdotales

Bubanza, le 18 juillet 2020 (Net Press) . Ce matin, les paroisses de Musigati et de Rugazi, dans la province de Bubanza, à l’Ouest du pays, ont procédé à des ordinations sacerdotales. Dans ces deux paroisses, au moins une vingtaine de prêtres ont été ordonnés aujourd’hui en plus des diacres et autres subalternes dans la hiérarchie de l’église catholique romaine.

Dans la paroisse de Musigati, le gouvernement a été représenté par le président de l’assemblée nationale sortant, Pascal Nyabenda, au moment où dans la paroisse de Rugazi, le nouveau premier ministre du Burundi, Alain Guillaume Bunyoni, avait fait le déplacement toujours pour le compte du gouvernement de Gitega.

La présence de cette deuxième personnalité a suscité des curiosités car les réseaux sociaux avaient donné des informations incorrectes sur lui, faisant état d’un état de santé défaillant et de son hospitalisation dans un endroit tenu secret. Pour ses proches, sa présence est une preuve irréfutable que les gens disent ce qu’ils veulent et non ce qui existe. J.M.

Burundi - Afrique du Sud - Anniversaire

Le monde entier célèbre la journée de Nelson Mandela

Pretoria, le 18 juillet 2020 (Net Press) . La Journée internationale dédiée à Nelson Mandela (en anglais Nelson Mandela Day) fut proclamée par l’Unesco le 10 novembre 2009 et est célébrée le 18 juillet de chaque année afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela, militant de la cause anti-apartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, à « la promotion d’une culture de paix ».

Durant cette journée, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement soixante-sept minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept années que Nelson Mandela dit Madiba par ses proches et fans, a vouées à sa lutte pour la justice sociale l’égalité, réconciliation et diversité culturelle.

Le 18 juillet correspond à la date d’anniversaire de Nelson Mandela et le 18 juillet 2010, la première célébration, correspond à ses 92 ans. L’on saura que l’ancien président d’Afrique du Sud a été médiateur dans le conflit burundais et a fait signer les accords d’Arusha en date du 28 août 2000.

Peu avant cette date, il avait fait le déplacement au Burundi, du 12 au 14 juin de la même année et contre toute attente, il avait demandé à visiter la prison de Mpimba, celle de Bujumbura. Cela fut fait le 12 juin en compagnie du ministre burundais des droits de l’homme à cette époque, Eugène Nindorera.

Nelson Mandela très étonné, n’a pas hésité de qualifier Mpimba comme étant la prison la plus sale de la planète avant de se poser la question à haute et intelligible voix de savoir si les Burundais croyaient dans le Bon Dieu au regard des conditions dans lesquelles ils enferment les leurs. Cette visite a eu des effets positifs sur la vie des détenus. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.