Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 18 septembre 2020
|Deux militants du Cnl arrêtés !

Burundi - Sécurité17 septembre 2020
|L’heure est au bilan dans plusieurs provinces

Burundi - Sécurité16 septembre 2020
|La province de Kayanza de plus en plus secouée par l’insécurité

Burundi - Sécurité15 septembre 2020
|Une personne échappe de justesse à une mort à la grenade

Burundi - Sécurité14 septembre 2020
|Insécurité et arrestations se succèdent de façon accélérée depuis la semaine dernière

Burundi - Sécurité12 septembre 2020
|Trois personnes blessées par une grenade dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 11 septembre 2020
|Des personnes tuées, blessées et disparues dans une attaque armée à Kayanza

Burundi - Sécurité10 septembre 2020
|Une double explosion de grenade fait des victimes dans la zone de Buyenzi

Burundi - Politique9 septembre 2020
|Poursuite des arrestations du Cnl dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité 8 septembre 2020
|Après l’attaque de Burambi, cinq interpellations !

Burundi - Sécurité7 septembre 2020
|Deux personnes tuées en province de Rumonge !

Burundi - Sécurité5 septembre 2020
|Des éléments de la police toujours pointés du doigt dans des rançonnements

Burundi - Sécurité4 septembre 2020
|Un agent de la Regideso se fait violenter à Kinama

Burundi - Sécurité3 septembre 2020
|Des suspects arrêtés dans la commune de Nyanza-lac

Burundi - Sécurité2 septembre 2020
|Les habitants de la commune Bukeye dans une peur-panique

Burundi - Sécurité 1er septembre 2020
|Le fils du nouvel administrateur de Mugamba interpellé !

Burundi - Education31 août 2020
|Spéciale distribution du matériel scolaire dans la zone de Mugano

Burundi - Sécurité29 août 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Bujumbura

Burundi –Sécurité 28 août 2020
|Trois morts et un Indien blessé lors de l’incendie de l’entreprise Savonor

Burundi - Sécurité27 août 2020
|La police met la main sur un criminel

Burundi - Sécurité26 août 2020
|Les autorités de la province de Rumonge confirment une attaque d’hommes armés

Burundi - Sécurité - Environnement25 août 2020
|Des oubliés de l’inondation de Gatumba !

Burundi - Sécurité24 août 2020
|Une attaque rebelle fait 12 personnes tuées dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité22 août 2020
|Quand la population et la police en viennent aux mains

Burundi - Sécurité 21 août 2020
|Les quartiers nord de la ville de Bujumbura exposés à tous les maux ...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La police accusée d’être une source d’insécurité au Sud de la capitale économique

12 août 2020

Bujumbura, le 12 août 2020 (Net Press) . La police de Bujumbura est priée par les populations à remplir leur mission de sécurité de toutes les populations et non de constituer un danger public. En effet, les motos qui font le taxi dans la capitale économique ont l’obligation de fonctionner jusqu’à 18 heures, pour des raisons de sécurité, dit-on officiellement.

Mais un incident s’est passé hier soir dans la zone de Kanyosha, de la commune de Muha, au Sud de Bujumbura mairie. Une moto qui rentrait une femme après 18 heures a été piégée par les policiers chargés de roulage. Ils ont tendu un fil devant la moto qui s’est renversée. Deux personnes, dont le motard et la femme qui était transportée, ont été blessés.

Les policiers sont invités à devenir professionnels dans leur travail et de chercher d’autres moyens pour arrêter les motos qui ne sont pas en ordre. L’administration policière déplore cet incident mais demande aux mêmes motards de respecter le règlement tel qu’arrêté par l’administration. J.M.

Burundi - Justice

La justice sévit contre les fauteurs de troubles

Rumonge, le 12 août 2020 (Net Press) . Seize personnes originaires de la localité de Bigina, dans la commune de Kayogoro, en province de Makamba, au Sud du pays, mais qui sont emprisonnés dans la prison de Rumonge, dite Murembwe, ont comparu hier devant la cour d’appel de Makamba qui était en itinérance dans cette province du Sud-ouest du pays.

Signalons que parmi les prisonniers, 12 détenus étaient des civils et quatre d’entre eux des policiers qui viennent de passer leur deuxième semaine dans la prison de Rumonge. Ils sont accusés de tuer, de racketter et de maltraiter les populations qui s’en vont en Tanzanie pour leurs petites affaires, parfois des travaux champêtres.

Au terme de l’audience, le ministère public a requis pour les détenus une peine de prison à perpétuité. L’affaire a été mise en délibéré et la cour de céans doit se prononcer ce vendredi 14 août. Signalons que dans la prison de Makamba, d’autres huit personnes y sont détenues pour les mêmes raisons.

L’on saura que le gros de ces détenus sont des membres influents des Imbonerakure du parti de l’Aigle. Une opinion tant de Bujumbura que de l’intérieur du pays estime que l’action de répression de ces détenus est une bonne chose de la part de l’Etat, surtout que lors des précédentes législatures, ils faisaient la pluie et le beau temps dans le pays en toute impunité. D.N.

Burundi - Administration

Nomination d’une nouvelle figure à la tête de la banque commerciale du Burundi

Gitega, le 12 août 2020 (Net Press) . Par un décret signé le 10 août dernier dans la capitale politique Gitega, le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a nommé l’administrateur représentant l’Etat du Burundi au conseil d’administration de la banque commerciale du Burundi, Bancobu, Mme Trinitas Girukwishaka.

Cette "Cnddfddiste" pure dure vient de remplacer à ce poste, le "Frodebuste" pur dur, en la personne de Gaspard Sindayigaya. Ce dernier était un spécialiste des banques car il avait également présidé aux destinées de la banque de la République du Burundi. De son côté, Trinitas Girukwishaka avait eu à gérer la société gouvernementale d’assurance, Socabu.

Dans ce pays, l’on doit faire très attention avec les informations qui circulent sur les réseaux sociaux car la plupart d’entre elles sont mensongères. En effet, depuis hier soir, tout le monde raconte le départ de Jacques Bigirimana à la tête de l’office du thé du Burundi et qu’il aurait été remplacé par le général de brigade Gaspard Baratuza. Après vérification, la rédaction s’est rendue compte qu’il s’agissait d’un fake news. Ch.N.

Burundi - Médias

Le syndicat des journalistes du Burundi demande au président de la République de gracier les confrères d’Iwacu

Bubanza, le 12 août 2020 (Net Press) . En marge d’une visite aux journalistes du groupe de presse Iwacu incarcérés depuis le 22 octobre 2019, le syndicat des journaliste du Burundi, Bja (Burundian Journalist Alliance) a demandé à la justice burundaise et surtout au président de la République, qui est le magistrat suprême, de gracier les 4 journalistes du groupe de presse Iwacu.

Le représentant légal et président du syndicat des journalistes du Burundi, Melchior Nicayenzi, dans un point de presse tenu ce mardi 11 août, a fait savoir que cette visite s’inscrit dans l’esprit de la devise du syndicat Bja qui est le professionnalisme et le patriotisme centrés sur la manifestation de l’amour de la patrie et des concitoyens. Il a demandé à la justice burundaise et surtout le président de la République de gracier les journalistes du groupe de presse Iwacu.

Il a demandé de leur accorder la grâce, le pardon de père de la nation afin qu’il regagne leurs familles et surtout qu’ils ont déjà écopé plus d’un quart de leur peine qui leur a été infligée. Pour ce représentant, ces journalistes, dans ces conditions, seraient dans l’obligation de rester à la disposition de la justice, tout en étant dans leur rédaction pour leur travail au quotidien.

Melchior Nicayenzi dit que cette grâce présidentielle, une fois accordée, sera un acte d’honneur pour le Burundi, un geste qui augure l’espoir dans le monde médiatique burundais et que le dialogue entre le gouvernement, à travers ses instances comme le ministère de la communication et le conseil national de la communication (Cnc) et les organes des professionnels des medias, soit renforcé pour plus de confiance entre toutes les parti prenantes dans le secteur médiatique. N.R.

Burundi - Médias

Le Cnc met en garde les médias clandestins

Bujumbura, le 12 août 2020 (Net Press) . En procédant à l’ouverture d’un atelier trimestriel ce matin, le président du Cnc, Nestor Bankumukunzi, a fait savoir que dans sa mission, ce conseil fait le monitoring de tous les médias, qu’ils soient écris ou parlés, y compris ceux qui diffusent sur les réseaux sociaux.

Il a profité de cette occasion pour informer qu’il y a des médias clandestins qui émettent des messages de haine, les invitant à arrêter et à se faire enregistrer comme les autres. Pour lui, il y en a qui reçoivent des remarques, voire qui sont punis, mais il a mis un accent particulier sur les médias qui travaillent en clandestinité. Ch.N.

Burundi - Santé

Un fonctionnaire de justice de la province de Karusi testé positif de covid 19 en cavale !

Gitega, le 12 août 2020 (Net Press) . Il s’appelle Alexis Nimbona, ce fonctionnaire de la justice en province de Karusi, au Centre-est du pays, qui a été testé positif au Covid-19 et qui, contre toute attente, s’est évadé en province de Gitega , comme l’a annoncé le gouverneur de la province de Gitega, Venant Manirambona

Selon des sources concordantes, Alexis Nimbona, qui venait d’être muté de Rutana à Karusi. est introuvable dans la province de Gitega, selon le gouverneur qui s’entretenait dans une réunion avec les autorités policières et militaires tenue ce 11 août. De peur que ce dernier ne contamine les autres, le gouverneur Manirambona a invité ces autorités de l’interpeller immédiatement dès qu’ils l’aperçoivent.

A propos de cette pandémie, le gouverneur de la province de Gitega, Venant Manirambona, a informé l’assistance que quatre autres personnes ont été testées positifs covid -19, dont deux de la province de Karusi. N.R.

Burundi - Rwanda – Diplomatie

La diplomatie rwandaise s’exprime sur les révélations de Gitega

Kigali, le 12 août 2020 (Net Press) . Au cours d’une conférence de presse animée aujourd’hui, le chef de la diplomatie rwandaise, Vincent Biruta, a fait savoir que Kigali reste ouvert sur le réchauffement diplomatique entre ces pays voisins, particulièrement le voisin du sud, Burundi.

S’exprimant sur les récentes révélations du président burundais, Evariste Ndayishimiye, lors de sa visite en province de Kirundo, en commune Busoni, que le Burundi n’aura pas de relations avec un « Etat Hypocrite » qui prend en otage des réfugiés et qui héberge des malfaiteurs qui ont endeuillé le Burundi au lieu de les extrader pour qu’ils soient punis, Vincent Biruta a indiqué que Kigali est disposé à entretenir de bonnes relations diplomatiques entre les deux pays voisins.

Il a ajouté que si deux voisins désirent entretenir des relations de bon voisinage, il faut qu’il y ait l’effort de tout un chacun et les révélations du président burundais démontrent que le Burundi ne fournit aucun effort pour le réchauffement diplomatique avec son voisin du nord.

Vincent Biruta dit que son pays et le troisième qui héberge beaucoup de réfugiés burundais où plus de 72.000 se localisent sur toute l’étendue du Rwanda et se demande pourquoi le Burundi accuse le Rwanda de les prendre en otage et de les empêcher de retourner au Burundi. Vincent Biruta dit que si cette accusation serait fondée, d’autres refugiés éparpillés dans d’autres pays seraient de retour sur le Burund .

Vincent Biruta dit qu’avant la propagation de la pandémie Covid19, deux cent refugiés rentraient quotidiennement sur le Burundi et a ajouté que le Rwanda n’a pas d’intérêt de prendre en otage les réfugiés burundais. Au contraire, il privilégie la piste selon laquelle la fermeture des frontières des deux pays suite à la propagation du pandémie covid 19 , serait l’origine du non-retour sur le Burundi.

Vincent Biruta affirme que ce jeudi le 13 août 2020, une réunion tripartite entre les délégations burundaise, rwandaise et l’office du haut-commissariat pour les réfugiés est prévue pour faciliter le retour volontaire des réfugiés burundais dans leur pays. N.R.

Burundi - Usa - Politique

"Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière", dixit Rfi

Joe Biden a choisi la sénatrice Kamala Harris comme colistière pour l’élection présidentielle américaine de novembre, a annoncé sa campagne dans un message à ses partisans. Kamala Harris, 55 ans, devient ainsi la première femme noire sur un ticket présidentiel dans l’histoire des États-Unis.

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden a annoncé mardi avoir choisi la sénatrice noire Kamala Harris, 55 ans, pour défier avec lui Donald Trump dans les urnes le 3 novembre et devenir, en cas de victoire, la première femme vice-présidente des États-Unis.

« J’ai l’immense honneur d’annoncer que j’ai choisi Kamala Harris, combattante dévouée à la défense courageuse des classes populaires et l’une des plus grands serviteurs de l’État, comme ma colistière », a annoncé Joe Biden, 77 ans, ancien vice-président de Barack Obama.

Indo-Jamaïcaine d’origines

Joe Biden et Kamala Harris s’exprimeront ensemble mercredi 12 août à Wilmington, dans l’État du Delaware, le quartier général du candidat démocrate. « Lorsque Kamala était procureure générale, elle a travaillé en étroite collaboration avec Beau » Biden, son fils décédé d’un cancer en 2015 dont il était très proche, poursuit le vétéran de la politique.

« J’ai observé comment ils ont défié les grandes banques, aidé les travailleurs, et protégé les femmes et enfants face aux mauvais traitements. J’étais fier à l’époque, et je suis fier désormais de l’avoir comme partenaire pour cette campagne ».

Fille d’immigrés jamaïcain et indienne, Kamala Harris accumule les titres de pionnière. Après deux mandats de procureure à San Francisco (2004-2011), elle avait été élue, deux fois, procureure générale de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l’État le plus peuplé du pays.

Puis en janvier 2017, elle avait prêté serment au Sénat à Washington, s’inscrivant comme la première femme originaire d’Asie du Sud et seulement la seconde sénatrice noire dans l’histoire américaine. Candidate à la primaire démocrate, elle avait jeté l’éponge avant même le premier scrutin, en décembre.

Future dauphine ?

Les appels pour que Joe Biden choisisse une colistière noire se multipliaient depuis le mouvement de protestation historique contre le racisme et les violences policières provoqué aux États-Unis par la mort de George Floyd fin mai.

Si elle connaît en effet bien le candidat, qu’elle appelle « Joe » en public, Kamala Harris avait surpris en l’attaquant avec virulence lors de leur premier débat démocrate, en 2019. Et certains électeurs progressistes lui reprochent son passé de procureure à la réputation dure envers les minorités.

À 78 ans en janvier, Joe Biden serait le plus vieux président américain à prendre ses fonctions s’il remportait l’élection. Il a laissé entendre qu’il ne ferait qu’un mandat et sa vice-présidente devrait donc apparaître en dauphine désignée pour l’élection de 2024, voire être appelée à le remplacer en cas de grave souci de santé, ou de décès.

Trump à l’attaque

Sa désignation a été accueillie avec enthousiasme par le camp démocrate. C’est un choix historique, les femmes noires n’ont plus besoin de se cacher, a par exemple réagi Amy Klobuchar, ancienne candidate elle aussi à l’investiture démocrate avant de souligner l’expérience de Kamala Harris.

Elle ne fait toutefois pas l’unanimité. Certains proches de Joe Biden la jugent trop ambitieuse, des électeurs démocrates la trouvent trop centriste. Son passé de procureure jugée dure pèse contre elle. Elle est également perçue par certains comme trop engagée sur le sujet si brûlant des violences policières.

Côté républicain, Donald Trump l’a dépeinte comme une radicale et a aussitôt cherché à la décrédibiliser. « Elle est une personne qui a raconté beaucoup d’histoires qui ne sont pas vraies, elle veut augmenter les impôts, couper le budget de l’armée à un niveau inimaginable, elle est contre les produits pétroliers. Elle aussi connue comme la personne la plus libérale du Sénat américain… » a enchaîné Donald Trump.

Le président continue donc de tenter de diaboliser les démocrates. Mais l’arrivée de Kamala Harris dans la campagne risque de bousculer Donald Trump. Elle est capable de redoutables réparties et apporte à Joe Biden l’énergie et l’enthousiasme qui font jusqu’ici un peu défaut au candidat démocrate. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.