Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité Maritime7 septembre 2021
|Quatre présumés bandits déboutés par les militaires de la marine

Burundi - Sécurité 6 septembre 2021
|Burundi mairie : Trois personnes tuées en zone Kinindo !

Burundi – Sécurité Routière4 septembre 2021
|Accident de roulage à Ngozi

Burundi - Sécurité 3 septembre 2021
|De l’exode rural qui a tourné mal !

Burundi - Sécurité 2 septembre 2021
|Une prière nocturne qui fait grincer les dents !

Burundi - Sécurité1er septembre 2021
|Une personne tuée en province Kayanza

Burundi - Politique31 août 2021
|Le président Ndayishimiye s’entretient avec la jeunesse de la mairie de Bujumbura

Burundi – Politique30 août 2021
|Une personne tuée en province de Rutana

Burundi - Sécurité28 août 2021
|Un corps d’une septuagénaire retrouvé sans vie à Bubanza

Burundi – Sécurité27 août 2021
|Un policier détenu au cachot du commissariat de Vyanda

Burundi - Sécurité 26 août 2021
|Une personne tuée en province de Muramvya !

Bururi - Sécurité25 août 2021
|Une personne enlevée retrouvée agonisant à Gitega

Burundi – Sécurité24 août 2021
|Une jeune fillette trouve la mort dans un incendie en province de Bururi

Burundi - Sécurité23 août 2021
|Un sexagénaire tué en zone Rugazi

Burundi – Sécurité21 août 2021
|La capitale politique sous le choc des incendies

Burundi – Sécurité20 août 2021
|La population de Kayanza terrorisée par des chiens errants

Burundi - Sécurité 19 août 2021
|Une tentative avortée d’arrestation d’un militaire !

Burundi - Sécurité 18 août 2021
|Une personne tuée en commune Giheta

Burundi - Sécurité 17 août 2021
|Un corps sans vie découvert en province de Gitega !

Burundi – Sécurité 16 août 2021
|Bujumbura Mairie : Un officier de l’armée burundaise se serait suicidé en zone Kinama

Burundi - Sécurité 14 août 2021
|Une personne tuée en province de Ngozi !

Burundi - Sécurité13 août 2021
|Cibitoke : Deux présumés rebelles arrêtés en commune Buganda !

Burundi - Sécurité12 août 2021
|Un veilleur de nuit tué dans la province de Bururi

Burundi - Russie - Sécurité11 août 2021
|La Russie déplore la mort d’un étudiant burundais

Burundi - Sécurité10 août 2021
|Un policier tue son frère pour des conflits fonciers

Archives

 

 

 



Burundi- Sécurité

La province de Kayanza de nouveau attaquée

26 septembre 2020

Kayanza, le 26 septembre 2020 (Net Press). Nous apprenons qu’hier vers 19 h30, alors qu’il y avait de fortes pluies dans la commune de Kabarore, province de Kayanza, au Nord du pays, des hommes armés en provenance de la Kibira ont attaqué deux ménages, faisant un mort et une personne disparue, avant de regagner cette réserve, une information confirmée par l’administration locale.

De son côté, sur son compte Twitter, le mouvement Red-Tabara fait savoir qu’il a attaqué, dans la nuit de ce 24 septembre, une position militaire sur la colline Ruharo, de la commune de Muruta, toujours dans la province de Kayanza, faisant 2 militaires tués et trois blessés, au cours des hostilités qui ont duré plus ou moins 30 minutes.

Cependant, cette information est invérifiable sur le terrain car aucune autorité n’en parle, encore moins les porte-paroles de l’armée ou du ministère de l’intérieur. Le président de la République, à travers sa conférence publique de ce 25 septembre, a tout simplement nié une quelconque attaque contre le Burundi. Ch.N.

Burundi - Politique

Des "Cnlois" empêchés de circuler librement au Nord du pays

Kirundo, le 26 septembre 2020 (Net Press). Nous sommes dans les communes de Busoni et de Bugabira, dans la province de Kirundo, où des informations rapportent que les membres du Cnl doivent avoir une autorisation spéciale pour quitter la province. La mesure aurait été prise pour les empêcher de rejoindre les groupes armés.

Ce laissez-passer ne concerne pas les "Cnddfddistes" de la région, raison pour laquelle ces documents sont livrés ou pas par les autorités concernées, à la grande déception des habitants de ces deux communes qui doivent se déplacer. Ils sont d’autant plus sidérés que la mesure concerne même les membres de cette formation politique qui sont malades et qui voudraient se déplacer vers d’autres provinces pour des soins.

Les membres du Cnl dénoncent avec force ce qu’ils appellent ségrégation et demandent qu’ils soient traités comme les autres citoyens. Pour eux, l’administration ne peut pas expliquer que seuls les membres des partis politiques de l’opposition font partie des mouvements armés sans pourvoir fournir de preuves.

La rédaction a tenté d’entrer en contact avec les autorités tant communales que provinciales de cette entité administrative, mais en vain. J.M.

Burundi - Education

Des écueils dans la relation entre les syndicats des enseignants et le gouvernement

Bujumbura, le 26 septembre 2020 (Net Press). La relation entre le gouvernement et Sept syndicats regroupés au sein de la coalition spéciale des syndicats des enseignants pour la solidarité national « COSSESONA » n’est pas au bon fixe. Les leaders de ces syndicats ont organisé une conférence de presse ce jeudi 24 septembre 2020 pour dévoiler les points de divergence entre eux et le gouvernement.

Il s’agit du refus du ministère de l’éducation nationale de retourner les enseignants redéployés à leurs anciennes postes d’attache alors qu’il y a des places vacantes, du manque de volonté des représentants du gouvernement de poursuivre le dialogue pour finaliser le processus de la correction des disparités salariales ainsi que l’ingérence de certains membres du gouvernement dans l’organisation des syndicats.

Pour vider ces différends, les leaders de ces syndicats demandent un dialogue social et le strict respect de la loi en ce qui concerne le respect du droit syndical et son exercice.

Par ailleurs, la pédagogie d’intégration n’est pas possible avec les effectifs élevés dans les classes. Avec l’introduction de la nouvelle approche d’enseignement « Pédagogie d’Intégration » (PI), le ministère de l’éducation nationale avait préconisé les effectifs de plus ou moins 35 élèves par classe.

Aujourd’hui, dans certaines écoles, il y a des classes qui comptent une centaine d’élèves, surtout en 1ère année pos-fondamentale. Dans ces conditions, les enseignants estiment que la Pédagogie d’Intégration est impossible car la maitrise de la classe est difficile, les évaluations ne sont pas données en nombre suffisant. Les enseignants évoquent un risque de faire avancer de classe les élèves n’ayant pas un niveau requis.

Les enseignants ne sont pas au bout de leurs peines car un policier s’est arrogé le droit de perturber les activités scolaires au lycée municipal de Cibitoke. Situé en mairie de Bujumbura, ce lycée a connu une perturbation de ses activités pédagogiques le matin de ce lundi 21 septembre 2020.

Pour cause, un officier de la police judiciaire s’est introduit à cet établissement avec un mandat d’arrêter et d’amener le directeur de lycée. Après avoir malmené et humilié l’autorité de l’école, les enseignants et les policiers de la place sont intervenus et la mission de l’officier a échoué. D.N.

Burundi - Santé

Le port du masque, est-il obligatoire dans les hôpitaux ?

Bujumbura, le 26 septembre 2020 (Net Press) . Des personnes qui rendent visite aux malades dans différents hôpitaux doivent porter des masques avant d’accéder à l’intérieur de l’hôpital, ce qui est une bonne chose à leurs yeux dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Ceux qui n’en ont pas doivent les acheter à l’entrée même de l’hôpital, ce qui constitue un premier couac entre les deux parties, car, estiment ceux rencontrés par la rédaction, il n’est pas toujours évident de disposer d’un billet de 2000 Fbu pour s’en procurer au regard du pouvoir d’achat des citadins aujourd’hui.

Mais les visiteurs se plaignent alors quand ils arrivent à l’intérieur du pays et ils constatent que même les médecins et les infirmiers ne les portent pas alors qu’ils sont en contact permanent avec les malades et les visiteurs. Ils interprètent ce geste comme un acte de commerce opéré par les hôpitaux sous prétexte de lutte contre cette pandémie. Ch.N.

Burundi - Usa - Politique

Donald Trump provoque un tollé en refusant de promettre une transition pacifique

Washington, le 26 septembre 2020 (Net Press) . Donald Trump a crispé la classe politique aux États-Unis en refusant de garantir un passage sans violence du pouvoir s’il venait à perdre l’élection présidentielle face à Joe Biden, le 3 novembre.

Il a suffi d’une question, lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche mercredi 23 septembre, pour tendre un peu plus le débat politique américain, à moins de six semaines de l’élection présidentielle. Donald Trump était interrogé sur ce qu’il ferait en cas de défaite face à Joe Biden, le 3 novembre prochain : « Vous engagez-vous à une passation pacifique du pouvoir ? ». Réponse du chef d’État : « Il va falloir que nous voyions ce qui se passe. »

Donald Trump a ajouté, après sa réponse évasive, qu’il avait toujours autant de doutes autour du vote par correspondance, méthode très utilisée cette année en raison de l’épidémie de coronavirus. Le président y voit une source de fraudes potentielles et multiplie les critiques à ce propos depuis des semaines. « Débarrassez-vous de ces bulletins de vote par correspondance et il n’y aura pas de problèmes », a-t-il lancé.
Critiques jusque dans le camp républicain

En refusant de s’engager à une transition pacifique du pouvoir, le candidat à sa réélection s’est attiré nombre de critiques, à commencer par celles de son adversaire démocrate. « Dans quel pays vivons-nous ? Je plaisante à peine. Je veux dire, dans quel pays sommes-nous ? Il dit les choses les plus irrationnelles, je ne sais pas quoi dire », a réagi Joe Biden.

Dans le camp républicain, la position de Donald Trump est également critiquée. Le sénateur Mitt Romney, candidat battu par Barack Obama lors de la présidentielle de 2012 et régulièrement opposé à l’actuel occupant de la Maison Blanche alors qu’ils sont du même bord, s’est insurgé sur Twitter : « Le transfert pacifique du pouvoir est fondamental pour notre démocratie ; sans cela, c’est la Biélorussie. Toute suggestion par un président qu’il puisse se soustraire à cette garantie constitutionnelle est à la fois impensable et inacceptable. »

Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, a quant à lui tenu à rassurer : « Celui qui remportera l’élection du 3 novembre sera investi le 20 janvier. Il y aura une transition en bon ordre, comme tous les quatre ans depuis 1792. ». N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION