Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Routière18 novembre 2020
|La route Bugarama - Gitega impraticable depuis ce matin

Burundi – Sécurité 17 novembre 2020
|L’auteur du vol à l’usine de huilerie de Rumonge interpellé !

Burundi - Sécurité 16 novembre 2020
|Une personne morte foudroyée et onze autres grièvement blessées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité14 novembre 2020
|La province de Cibitoke n’en finit pas de découvrir des corps sans vie

Burundi - Environnement - Sécurité13 novembre 2020
|Les intempéries ne cessent de créer des victimes dans le pays

Burundi - Justice12 novembre 2020
|Emprisonné depuis 2 jours pour " trahison et violation du secret professionnel "

Burundi - Sécurité 11 novembre 2020
|Un couple échappe de justesse à son assassinat !

Burundi - Justice10 novembre 2020
|Les journalistes indésirables lors de la visite des biens à vendre aux enchères !

Burundi - Sécurité9 novembre 2020
|Quand les citoyens se font une justice populaire

Burundi - Sécurité7 novembre 2020
|L’insécurité se poursuit ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité6 novembre 2020
|Une personne trouve la mort suite à une alimentation

Burundi - Sécurité 5 novembre 2020
|Une marâtre accusée de violenter un enfant arrêtée !

Burundi - Sécurité4 novembre 2020
|Une arme trouvée dans une salle de classe à l’Ets Gihanga !

Burundi – Sécurité3 novembre 2020
|La province de Ngozi contre les malfaiteurs

Burundi - Sécurité2 novembre 2020
|L’insécurité reste perceptible dans la commune de Burambi

Burundi - Sécurité31 octobre 2020
|Fin d’un séminaire de renforcement des capacités en matière de sécurité

Burundi - Sécurité 30 octobre 2020
|Et une disparition qui inquiète !

Burundi –Sécurité 29 octobre 2020
|Quatre personnes tuées dans Bujumbura rural !

Burundi - Sécurité28 octobre 2020
|La population "bujumburaise" priée de redoubler de vigilance

Burundi - Sécurité27 octobre 2020
|Des vaches assassinées en lieu et place de leurs propriétaire

Burundi - Sécurité26 octobre 2020
|Une personne trouve la mort à Rutumo

Burundi - Sécurité 24 octobre 2020
|Une personne trouve la mort lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité23 octobre 2020
|Découverte de deux roquettes dans le Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité22 octobre 2020
|Un jeune garçon meurt foudroyé à Kirundo

Burundi - Droits de l’homme21 octobre 2020
|Spécial "21 octobre" dans le monde politique et les droits de l’homme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La population "bujumburaise" priée de redoubler de vigilance

28 octobre 2020

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . La police burundaise, via son porte-parole, Pierre Nkurikiye, attire l’attention de la population citadine, lui demandant de redoubler de vigilance suite à la recrudescence de l’escroquerie dans la mairie de Bujumbura. Cela a été annoncé hier lorsque le même porte-parole montrait aux professionnels des médias 21 personnes que la police a appréhendées dans différentes localités de la ville de Bujumbura.

Parmi ces criminels, la police indique qu’il y a des escrocs qui créent des sortes d’entreprises pour spolier des gens. Il a évoqué une qui s’appelle "Action pour la promotion de l’entrepreneuriat par financement participatif". L’on fait comprendre aux victimes que plus ils recrutent des gens dans la société, plus ils gagnent, d’où le jeu prend la forme d’une roulette mondiale dans le temps ou de Tbc actuellement.

Selon la police, cette organisation des escrocs a déjà volé plus de 560 millions de francs burundais cotisés par 8764 personnes. Après le versement de l’argent, les promoteurs de cette organisation disparaissent dans la nature et se partagent le butin, d’où la police demande aux populations de la capitale de faire attention à ce type d’affaires. Une certaine opinion se pose la question de savoir pourquoi ces escrocs travaillent au grand jours, avec des adresses connues et parfois, avec l’agrément des services de l’Etat. Complicité ou ignorance des agents de l’Etat ? J.M. 

Burundi - Sécurité

L’office burundais des recettes met la main sur un vaste réseau de trafiquants !

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . L’office burundaise des recettes (Obr) a appréhendé ce mardi 27 octobre un vaste réseau de trafiquants qui se font rembourser des sommes colossales de la Tva (Taxe valeur ajoutée), sous le nom des entreprises fictives, a-ton appris des sources proches de l’Obr.

Selon le porte-parole de l’office burundaise des recettes (Obr), ces fraudeurs sont depuis lors interrogés par les structures habilitées, qui font remarquer par ailleurs que ce genre de fraudes font perdre énormément au trésor public.

Nous apprenons que ces fraudeurs devraient être entendus dans la matinée de ce mercredi 28 octobre, au parquet général de la République. Les professionnels des médias qui voulaient couvrir cette séance ont appris à la dernière minute par ce communicateur interposé, que les partenaires du grenier du pays dans le dossier en rapport avec la grande fraude à la Tva n’ont pas encore réuni tous les éléments d’enquête pour se permettre de s’exprimer à la presse. Une conférence de presse a été fixée à une date ultérieure qui n’a pas été précisée. N.R.

Burundi - Pays Bas - Coopération

Le président de la République reçoit le nouvel ambassadeur des Pays-Bas

Gitega, le 28 octobre 2020 (Net Press) . Le chef de l’Etat, Evariste Ndayishimiye, a reçu en audience ce matin le nouvel ambassadeur des Pays-Bas au Burundi qui était venu présenter ses lettres de créances. Les deux hommes ont échangé sur la thématique de la coopération entre les deux pays.

Ils ont indiqué que les Pays-Bas intervenaient beaucoup dans le domaine de la sécurité mais qu’ils entendent fournir plus d’efforts dans le domaine agricole. Les deux hommes ont également évoqué les turbulences par le passé des relations entre le Burundi et l’Union européenne et ont trouvé qu’il est temps de les relever. Ch.N.

Burundi - Rdc - Société

"Un pot de vin exigé pour traverser les frontières", déplorent les habitants du Sud-Kivu

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . Selon nos sources concordantes, depuis le 15 août 2020, la République démocratique du Congo (Rdc) a rouvert ses frontières, les autorités burundaises ont également ouvert les leurs qui relient le Burundi à la Rdc. Entretemps, les habitants du pays de Tshisekedi qui se rendaient à Bujumbura dénoncent le pot de vin qu’on exige d’eux pour traverser la frontière de Gatumba.

Ils prétextent que ladite frontière est encore fermée. Cela concerne uniquement ceux qui travaillent à Uvira et qui ont les familles basées en mairie de Bujumbura, capitale économique du pays. Les habitants du Sud Kivu demandent à l’autorité habilitée de faciliter leur voyage une fois que les deux frontières ont été ouvertes. N.B.

Burundi - Economie

Le chef de l’Etat fait appel à tous les fonctionnaires d’adhérer dans les coopératives agricoles

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . Il y a quelques jours, le chef de l’Etat, Evariste Ndayishimiye, a lancé le semis de maïs dans les coopératives Vaso sur la colline Mpemba zone Bugarama, de la province Muramvya, au Centre du pays et à Gasenyi de la zone Gihosha, en mairie de Bujumbura.

Selon le chef de l’Etat, les coopératives Vaso rassemblent les fonctionnaires et les commerçants, qui, après les heures de service, s’occupent à des travaux champêtres. Le chef de l’Etat à salué cette initiative et interpelé tous les fonctionnaires et commerçants d’exercer ce genre d’activités pour accroitre la production.

Le chef de l’Etat a signalé que les coopératives Vaso ont fait que le prix des produits agricoles a chuté sur le marché, d’où les travaux champêtres après les heures de service ont une importance primordiale. Mentionnons que les coopératives Vaso ont été créées en 2017, quand les membres se sont dits : « chaque bouche doit avoir à manger ».

Le chef de l’Etat a fait savoir que les autres provinces les ont emboités le pas dans la mise en place de ce genre de coopératives composées par les fonctionnaires et les commerçants pour accroitre la production et assurer la croissance économique du pays. N.B.

Burundi - Travail

Les centrales syndicales dénoncent un recensement qui viole les droits des citoyens

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . Les confédérations syndicales comme la Cosybu, le Csb, la Cossesona pour les enseignants et le Synapa pour le personnel aide-soignant, ont animé hier une conférence de presse où elles ont vertement critiqué le recensement des fonctionnaires en cours, tout en demandant au gouvernement de le suspendre car il viole le droit à la vie privée des fonctionnaires, pourtant garanti par la constitution.

Ces associations ont indiqué qu’elles n’ont pas été associées dans le préparatif de ce recensement, tout en déplorant que certains points du questionnaires n’ont pas été validés par les partenaires, ce qui remet en cause la liberté syndicale des travailleurs. Elles ont épinglé les comptes bancaires, leur actif sur le compte, l’appartenance ethnique et l’appartenance syndicale.

Par ailleurs, trouvent les syndicalistes, certaines exigences que l’on s’aperçoit dans le questionnaire ne concernent que les mandataires politiques et non tous les fonctionnaires, d’où ils demandent avec insistance que ce recensement soit suspendu.

Mais le gouvernement s’en défend car le ministère du travail et de l’emploi souligne qu’ll n’y a pas d’irrégularité comme veulent le faire croire les syndicalistes. Par ailleurs, ils ont toujours été associés dans les activités de l’Etat. L’on signalera que ce travail était initialement prévu pour deux jours, mais au regard de la lenteur dans la saisie des données, le même ministère a décidé de poursuivre le recensement jusqu’à ce que l’opération prenne fin. D.N.

Burundi - Rwanda – Santé

Kigali déclare 86 testés positifs au Covid-19 aux camps de réfugiés Burundais de Mahama

KIgali, le 28 octobre 2020 (Net Press) . C’est le ministère en charge de la santé au Rwanda qui a publié ces chiffres. Parmi des réfugiés burundais du camp de Mahama, 86 ont été testés positifs au Covid-19 au cours des deux dernières semaines. Après l’annonce, des mesures de protection, dont le confinement total du camp, ont été prises par les responsables du camp.

Selon nos sources, depuis le début de la pandémie, des réfugiés burundais de Mahama avaient été épargnés. C’est le 14 octobre que le premier cas a été déclaré à Mahama. Dans les jours qui ont suivi, le nombre a été sensiblement revu à la hausse jusqu’à au moins 86 aujourd’hui.

Un refugié burundais de Mahama dit qu’une grande communauté de plus de 59,000 personnes vivent dans une peur-panique due par la propagation à grande échelle de Covid-19 dans ce camp, d’autant qu’ils vivent ensemble et fréquentent presque les mêmes milieux publics à savoir les points d’eau, le centre d’approvisionnement en vivres, les centres de santé et tout le temps, plusieurs personnes sont en contact par manque d’occupation. Et donc il est très facile que le Covid-19 se propage à une vitesse incontrôlable, si nous ne faisons pas attention” estime un réfugié burundais du camp de Mahama.

Le gestionnaire national du camp de Mahama, André Vuganeza, sur les ondes de la Voa, affirme que plusieurs mesures de protection ont été déjà prises et le camp est soumis à un confinement total et affirme que personne n’entre et ne sort sauf en cas de force majeure. L’administration de ce camp a installé plusieurs points de lavage des mains, des volontaires sillonnent le camp pour renforcer la culture de port obligatoire de masques, tous les rassemblements publics et réunions sont momentanément suspendus tandis que le nombre de ceux qui vont au marché a été réduit à moins de la moitié

De son coté, le fonctionnaire du ministère en charge de la gestion des catastrophes, souligne que les cas déjà testés positifs sont soignés à domicile. Et le ministère de la santé a pris la mesure de suivre les cas positifs à domicile, c’est ce qui se fait aussi ici au camp de Mahama. Tous ces cas déjà déclarés sont sur un traitement et suivi médical à la maison dans leurs villages sous la mise en quarantaine à domicile.

Ce ministère tient à tranquilliser les réfugiés que ces cas sont surveillés pour ne pas contaminer les autres.et ajoute aussi que tout le monde doit être responsable partout pour éviter d’attraper le Coronavirus. Cependant, pour ces Burundais, ces mesures ne sont pas suffisantes.

Les refugiés burundais de Mahama soulignent qu’il vaudrait mieux que tout suspect soit isolé pour s’assurer qu’il n’y a pas de nouvelles contaminations. Or, s’ils restent chez eux, c’est le pire qui risque de s’abattre sur eux vu que les maisons sont serrées dans leurs villages. Et ajoutent que cette pandémie vient empirer la situation économique qui était déjà précaire au sein du camp. La fermeture des portes du camp pourrait entrainer la pénurie des vivres car ils approvisionnent à l’extérieur du camp. Le Rwanda compte plus de 5000 cas de Covid-19 avec 4800 patients qui sont guéris et 34 décès. N.R.

Burundi - Tanzanie - Politique

"Le principal adversaire du président sortant dénonce des « irrégularités de grande ampleur », dixit Rfi

Dar es Salam, le 28 octobre 2020 (Net Press). Des « irrégularités de grande ampleur » menacent « l’intégrité du scrutin » en cours mercredi en Tanzanie, a dénoncé mercredi sur son compte Twitter Tundu Lissu, principal adversaire du président tanzanien sortant, John Pombe Magufuli à la présidentielle, citant le refus de laisser des observateurs entrer dans les bureaux de vote et la découverte d’urnes remplies, notamment à Dar es Salaam.

De son côté, l’ancien président burundais, Sylvestre Ntibantunganya (1994-1996), désigné par le secrétariat de la communauté d’Afrique de l’est (CAE) pour piloter la mission d’observation des élections générales en Tanzanie, demande au peuple tanzanien d’observer la tenue des élections paisibles libre et transparente, à l’occasion de ce mercredi 28 octobre, où les Tanzaniens en âge de voter sont appelés à élire le président de la République, les députés et les conseillers municipaux.

Dans une déclaration conjointe avec la communauté est africaine, l’Union africaine, l’ancien président burundais de la République a demandé à plus de 29 millions d’électeurs tanzaniens d’observer la tenue des élections libres et transparentes pour départager les 15 candidats aux élections présidentielles tanzaniennes en lice.

L’opposition tanzanienne parle qu’en l’espace de 48 heures, dix personnes ont été tuées par la police tanzanienne dans l’archipel de Zanzibar et l’emprisonnement arbitraire des militants de l’opposition tanzanienne, taxant le gouvernement tanzanien d’être la bête noire de l’opposition dans ce pays. Selon toujours elle, ce comportement de Dar es Salaam constitue une entrave à la tenue des élection paisibles, libre et transparentes .

Selon nos confrères de la Bbc, depuis la matinée de ce mercredi, l’internet et les réseaux sociaux étaient coupés. Le gouvernement tanzanien explique que c’est pour faciliter la tenue des élections sans faille.

Selon les sondages, le président actuel, John Pombe Maguful, que l’on surnomme Buldozer, i candidat à sa propre succession et issu du parti Ccm (Chama cha Mapinduzi), serait le plus favori à remporter les élections présidentielle, législative et de conseillers municipaux.

Cette Mission d’observation électorale de la CAE conduite par l’ancien président de la République du Burundi, Sylvestre Ntibantunganya, va déployer des observateurs dans les lieux suivants : Dar es Salaam, Tanga, Unguja, Pemba, Lindi / Mtwara, Dodoma, Mbeya, Kigoma, Singida, Kilimandjaro, Morogoro et Mwanza. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi